Une œuvre de Hans Arp dont on avait perdu la trace refait surface à Florence. Elle est désormais exposée


Larme de galaxie, une œuvre de Hans Arp perdue depuis longtemps, est réapparue à Florence: l'épouse du grand artiste en avait fait don à la ville après l'inondation de 1966. Restaurée, elle est désormais exposée au Museo Novecento.

Larme de galaxie (1962) est un petit chef-d’œuvre de Hans Arp (ou Jean Arp ; Strasbourg, 1886 - Bâle, 1966), l’un des grands maîtres du XXe siècle, qui a refait surface dans les dépôts des Musei Civici Fiorentini. L’œuvre, offerte par l’épouse de l’artiste alsacien à la ville de Florence à la suite de la dramatique inondation de 1966, est réapparue après environ trois ans d’études et de recherches menées par Emanuele Greco, commissaire de l’exposition Jean Arp. Larme de galaxie, programmée du 11 novembre 2022 au 15 février 2023 au Museo Novecento de Florence.

La sculpture en duralumin réalisée par Arp en 1962, unicum dans la production sculpturale de l’artiste, a été donnée à la ville de Florence grâce à la générosité de l’épouse de l’artiste, Marguerite Arp-Hagenbach, qui en 1967, au lendemain de l’inondation, a répondu par cet hommage significatif à l’appel lancé aux artistes contemporains par Carlo Ludovico Ragghianti. Aujourd’hui, près de soixante ans après sa seule apparition à la galerie Schwarz de Milan (1965), elle est à nouveau présentée dans une exposition publique. La sculpture est placée en dialogue étroit avec la peinture Forma in elevazione de 1963 de Leone Minassian (1905-1978) et est idéalement liée au grand marbre Il pastore dell’essere de 1963 d’ Alberto Viani (1906-1989), qui se trouve actuellement dans la cour de la Biblioteca delle Oblate à Florence. Les deux artistes, en plus d’être des admirateurs et des amis du grand maître alsacien, ont été fortement influencés par lui, comme le révèlent leurs recherches artistiques sur la matrice organique.

La présence dans l’exposition de Minassian, véritable trait d’ union entre le grand sculpteur et l’Italie des années 1940 à 1960, trouve une justification supplémentaire dans l’histoire même de la donation de l’œuvre Larme de galaxie. Grâce à la reconstitution documentaire de toute l’affaire, il a en effet été possible de comprendre que c’est Minassian lui-même, soutenu par Viani, qui a convaincu l’épouse de l’artiste récemment décédé de faire don d’une œuvre de son mari à la ville de Florence pour le Museo Internazionale d’Arte Contemporanea (MIAC) qui venait alors d’être fondé. L’exposition permet donc non seulement d’admirer une œuvre du patrimoine florentin dont les traces avaient été perdues, mais aussi d’écrire une nouvelle page d’histoire, en mettant l’accent sur les liens et les affinités entre divers protagonistes de l’art italien et international du XXe siècle. L’œuvre, qui appartient à une phase tardive de l’activité de l’artiste, représente pleinement la poétique et le style de la sculpture d’Arp, qui a commencé au début des années 1930, après la fin des phases dada et surréaliste, avec la recherche d’une plasticité abstraite, d’une matrice organique, c’est-à-dire comprise non pas comme une imitation des formes de la nature, mais comme la nature elle-même: c’est-à-dire un matériau dans lequel subsistent de fortes assonances avec les formes des organismes animaux et végétaux, mais qui est constitué de la même force germinative, spontanée et immédiate de la nature, qui a toujours été la principale source d’inspiration d’Arp.

Les formes arrondies, rendues sinueuses par un délicat jeu de variations entre renflements et dépressions sur la surface lisse, ainsi qu’un profil ondulant harmonieux, semblent indiquer Larme de galaxie comme l’une de ces nouvelles prises de vue menées par Arp dans sa phase tardive... à laquelle on peut rattacher, à titre de comparaison, Fruit d’une pierre de 1959, Gueule de fleur et Feuille sur cristal, toutes deux de 1960, entre autres œuvres - des expériences organiques menées dans les années 1930, et précisément du moment où un schéma plastique à dominante ovoïde et curviligne est présent, comme dans certaines œuvres de la série des Concrétions humaines ou des Fruits. La grandeur irrépressible de l’imagination créatrice d’Arp est un aspect qui a également été relevé par Giuseppe Marchiori, l’un des premiers critiques italiens à s’intéresser à l’œuvre de l’artiste, qui écrivait en 1964: “Il y a une telle richesse morphologique dans l’œuvre d’Arp que l’on ne peut que s’en réjouir: ”Il y a une telle richesse morphologique, qui s’étend dans le champ illimité de la nature avec un changement continu de perspectives et de thèmes, dans une alternative toujours renouvelée, de la mémoire des contes de fées de l’enfance aux souvenirs d’une classicité éloignée de l’histoire, d’évasions de la nature et de l’histoire. des évasions dans l’absolu des formes pures aux observations des gestes et des aspects des animaux et des plantes, des contemplations célestes aux perturbations plus humaines de l’amour et de la chair, des germinations et des croissances surréalistes à la découverte, dans les objets ou les monuments, d’un monde original, préhistorique, fascinant et mystérieux".

Les déclarations

"Grâce à une étude longue et minutieuse de documents dispersés entre l’Italie, l’Allemagne, la France et la Suisse, il a été possible d’identifier une importante sculpture de Jean Hans Arp, intitulée Larme de galaxie (1962), dans les collections municipales florentines", déclare Emanuele Greco, commissaire de l’exposition. “La découverte de cette œuvre, spécialement choisie et offerte par l’épouse de l’artiste au lendemain des inondations de Florence, éclaire d’un jour nouveau l’histoire du projet clairvoyant du Museo Internazionale d’Arte Moderna (MIAC), initié par l’historien et critique d’art Carlo Ludovico Ragghianti avec un appel aux artistes, et conçu comme une sorte de réparation grandiose pour la ville après les dégâts causés par la catastrophe. après les dégâts causés par la catastrophe du 4 novembre 1966, et qui constitue en fait le noyau fondateur de l’actuel ”Museo Novecento".

Une belle opération de redécouverte qui démontre une fois de plus que l’appel de Carlo Ludovico Ragghianti après les inondations a été réellement entendu par notre ville et s’est concrétisé par la naissance d’une “maison” du contemporain comme le Museo Novecento", souligne l’adjointe au maire et conseillère pour la culture Alessia Bettini. “Grâce à cette exposition, il sera possible d’admirer un chef-d’œuvre exceptionnel qui fait partie du patrimoine historico-artistique né de ce même appel, et d’explorer l’œuvre d’un artiste profond et aux multiples facettes tel que Jean Arp, en la mettant également en relation avec des œuvres de talents locaux déjà exposées au musée et dans d’autres lieux. Le travail d’équipe avec le monde universitaire a également été important dans ce cas, démontrant une fois de plus que la mise en réseau de différentes réalités permet d’atteindre des objectifs de haut niveau”.

“C’est une bonne pratique muséale que de dialoguer avec le monde académique et universitaire afin d’attirer les meilleurs esprits dans l’orbite du musée lui-même et de valoriser les résultats de la recherche scientifique par des projets de conservation et d’exposition qui sont également significatifs pour le grand public”, déclare Sergio Risaliti, directeur du Museo Novecento. “Dans ce cas, la synergie établie entre le musée et le monde académique a permis la découverte d’une œuvre de Jean Arp grâce à la contribution d’Emanuele Greco, chercheur et érudit, qui a redécouvert une œuvre très importante du maître alsacien conservée dans les dépôts des collections municipales. Larme de galaxie, dont aucune trace n’avait été perdue depuis les années 1970, avait été donnée à la ville de Florence en réponse à l’appel de Carlo Ludovico Ragghianti qui, à la suite de l’inondation de 1966, avait réuni les grands artistes internationaux pour faire don d’une œuvre en vue de fonder le musée d’art moderne et contemporain de la ville de Florence. Quelques décennies plus tard, en 2014, le Museo Novecento a été inauguré, comblant ainsi un grand vide. Aujourd’hui, nous sommes encore plus satisfaits de nous souvenir des événements de cette époque, notamment parce que notre engagement en faveur de la valorisation des collections est complété par un soutien à la recherche scientifique”.

L’exposition Alberto Magnelli. Armocromie

Dans le cadre du projet de valorisation des œuvres et des artistes des collections municipales florentines, le Museo Novecento présente, du 11 novembre 2022 au 15 février 2023, l’exposition Alberto Magnelli. Armocromie, sous la direction d’Eva Francioli. L’exposition monographique, dédiée au maître de l’abstractionnisme international, fait partie du cycle d’expositions qui, régulièrement, se propose d’esquisser de brefs portraits de grands artistes du XXe siècle, avec l’intention d’approfondir des aspects spécifiques de leur pratique et des épisodes moins étudiés de leur vie.

Toscan de naissance et français d’adoption, Alberto Magnelli (Florence 1888 - Meudon 1971) a contribué de manière décisive à la diffusion de nouveaux codes visuels dans l’Europe de l’après-guerre. Fruit d’une longue et incessante recherche sur le médium de la peinture, il développe entre les années 1910 et 1960 un répertoire de formes et de couleurs tout à fait original. La formation autodidacte souvent mentionnée a été suivie, dans les années de sa prime jeunesse, d’une confrontation avec les expériences les plus novatrices de l’art international, cultivée également à travers son amitié avec les principaux protagonistes de la scène artistique et culturelle parisienne. Dans ce sens, une place spéciale sera réservée à Jean Arp et à sa femme Sophie, avec qui Magnelli partagera d’importantes expériences artistiques et de vie pendant les années de la Seconde Guerre mondiale.

L’exposition nous permet de redécouvrir la parabole créative complexe de Magnelli, en commençant par la présentation de l’ensemble du legs que l’artiste lui-même, sur son lit de mort, a destiné à sa ville natale, Florence. Exposé pour la première fois en 1973 à la Galleria d’Arte Moderna du Palazzo Pitti, le Legato Alberto Magnelli se compose de quinze œuvres, dont des peintures, des dessins et des collages, réalisées entre 1914 et 1968. Le noyau illustre la grande variété de styles et de techniques expérimentés par le peintre au fil des ans: de ses expériences de jeunesse - dans lesquelles l’influence du grand art italien des XIVe et XVe siècles se combine aux suggestions de l’avant-garde française et à sa passion pour les lignes primordiales de l’art tribal - à ses compositions plus mûres, dans lesquelles Magnelli décline, avec une conscience croissante, un langage abstrait personnel. L’intérêt pour la composante chromatique et ses déclinaisons infinies reste constant dans sa production.

C’est précisément l’orchestration complexe de la couleur qui constitue la clé de la connaissance de ce grand maître: une harmonisation sophistiquée et jamais prévisible, capable de transmettre les différentes phases artistiques et existentielles qu’Alberto Magnelli a traversées au cours de sa longue et passionnante carrière.

“L’engagement de valoriser les collections municipales se poursuit avec l’exposition d’un artiste né à Florence, puis vivant en France, parmi les pionniers de l’abstractionnisme”, souligne Alessia Bettini, adjointe au maire et conseillère municipale chargée de la culture. “L’exposition sera un voyage dans l’univers artistique de Magnelli, un voyage à travers des œuvres allant de la peinture au dessin en passant par le collage, qui permettra au visiteur de se plonger dans l’un des langages expressifs les plus originaux et les plus significatifs de l’époque. Au Museo Novecento, il est à nouveau possible de découvrir ou de redécouvrir des figures qui ont marqué le scénario artistique contemporain, grâce à un répertoire précieux dont nous disposons dans notre ville”.

“Au début de mon mandat en 2018, j’ai décidé d’un projet de valorisation des œuvres des collections civiques basé sur des focus spéciaux dédiés à des artistes individuels dans les dépôts”, explique Sergio Risaliti, directeur du Museo Novecento de Florence. “Après Mafai, Mirko, Cagli, c’est au tour d’Alberto Magnelli, dont la ville de Florence conserve le legs directement reçu de l’artiste de pas moins de 15 chefs-d’œuvre, avec des œuvres représentatives de toutes les étapes de sa carrière: des débuts figuratifs, lorsque l’artiste s’inspirait de sa connaissance de l’œuvre de maîtres français tels que Matisse et d’autres, aux Esplosioni liriche, Le pietre et, plus tard, aux œuvres abstraites, la marque personnelle absolue du langage de Magnelli. Ce qui est certain, c’est que Magnelli est un maître de la couleur, d’où le choix du titre qui évoque les expériences chromatiques qui ont marqué le monde de l’art à partir du milieu du XIXe siècle”.

Une œuvre de Hans Arp dont on avait perdu la trace refait surface à Florence. Elle est désormais exposée
Une œuvre de Hans Arp dont on avait perdu la trace refait surface à Florence. Elle est désormais exposée


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.