Zéro arme nucléaire. En Sardaigne, l'exposition de Pedro Reyes pour le désarmement


Zéro arme nucléaire" est le titre de l'exposition de l'artiste mexicain Pedro Reyes qui, dans les salles du musée Nivola d'Orani (Nuoro), vise à attirer l'attention du public sur les thèmes de la menace nucléaire et du désarmement.

Le Museo Nivola d’Orani (Nuoro) présente, du 24 septembre 2022 au 22 février 2023, la première exposition dans un musée italien de l’artiste mexicain Pedro Reyes (Mexico, 1972), intitulée Zero Nuclear Weapons. L’exposition présente les développements de la campagne Zero Nukes, lancée par l’artiste en collaboration avec de nombreuses institutions et personnalités du monde de l’art et de la science, afin d’attirer l’attention du public sur la menace nucléaire et de faire pression sur les gouvernements pour la réduction de la production et le désarmement.

Zero Nukes (2020) est une sculpture gonflable créée dans le cadre du projet Amnesia Atómica, promu par le Bulletin of the Atomic Scientists, une association à but non lucratif créée il y a plus de soixante-dix ans, au lendemain des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, pour sensibiliser le public aux technologies potentiellement mortelles pour l’humanité. La chute du mur de Berlin en 1989 a été suivie par des décennies d’inattention et d’“amnésie collective”. La menace nucléaire n’a cependant jamais vraiment disparu et, avec l’invasion russe de l’Ukraine, elle est revenue au centre des préoccupations mondiales. Le projet de Reyes établit un lien iconographique avec les images et le symbolisme utilisés au XXe siècle par les groupes et organisations militants engagés dans la question du désarmement, tels que le Bulletin et la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN).

Reyes se concentre sur le “zéro” en tant qu’élément graphique, visuel et conceptuel commun à toutes les langues, utilisé comme symbole de l’unité mondiale pour une cause universellement partagée: empêcher la destruction de la vie sur terre. Il s’inspire du design de l’emblématique horloge du jugement dernier du Bulletin of the Atomic Scientists, créée en 1947 par l’artiste paysagiste Martyl Langsdorf (1917 - 2013), épouse du physicien et membre fondateur du Bulletin Alexander Langsdorf. L’horloge est devenue un indicateur universellement reconnu de la vulnérabilité du monde aux catastrophes causées par les armes nucléaires, le changement climatique et les technologies de rupture. Elle est affichée sous la forme d’un panneau lumineux et est réglée à minuit moins 100 secondes selon les calculs des scientifiques: le point le plus proche de l’apocalypse depuis sa création à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le slogan “Zéro arme nucléaire”, traduit dans une myriade de langues, est présenté sur des panneaux de protestation peints à la main, brouillant ainsi la frontière entre l’art et l’activisme. Il fait référence à la protestation mondiale contre la course aux armements qui a débuté en 1958 et qui, au cours de trente années de résistance massive, des années 1960 aux années 1980, a poussé les gouvernements à réduire radicalement leurs arsenaux nucléaires.

L’exposition comprend des vêtements de protestation produits par la styliste mexicaine Carla Fernández, qui ont déjà été utilisés dans une performance de la compagnie de danse Nohboards, un élément qui réaffirme l’effort de collaboration pour le désarmement mondial. Le mouvement populaire est également rappelé par une fresque photographique créée en collaboration avec la Campagne pour le désarmement nucléaire (CND ) à partir d’images d’archives de cette mobilisation mondiale. Le symbole de la paix, aujourd’hui utilisé dans tous les contextes pacifistes, mais conçu à l’origine comme un symbole d’opposition aux armes nucléaires, est récurrent dans les panneaux. Il a en effet été créé par le designer et activiste Gerald Holtom en 1958, en retravaillant le langage sémaphore pour indiquer les lettres D et N: le désarmement nucléaire. Le symbole figure également sur Stockpile, une sculpture composée de ballons en forme de missiles signés et numérotés qui font référence aux 12 705 ogives nucléaires existantes dans le monde. Un certain nombre de ballons en édition limitée seront offerts au public en échange d’un message sur les médias sociaux, invitant le public à démanteler symboliquement le stock nucléaire mondial, tout en sensibilisant aux menaces nucléaires.

Reyes s’inspire également du symbole de la colombe, d’origine biblique (la colombe revenant à l’arche de Noé après le déluge, portant un rameau d’olivier, signe de la présence de la terre et de la paix retrouvée entre Dieu et l’homme) mais qui est devenu un emblème séculier et universel au fil des siècles.

Reyes se réfère en particulier à la sculpture de Costantino Nivola, Homme de Paix(Hombre de Paz), réalisée par l’artiste sarde en 1968 pour la Ruta de l’Amistad, un ensemble monumental composé de 19 sculptures d’artistes internationaux appelés à collaborer à l’occasion des Jeux olympiques de Mexico. Située à proximité des Torres de los Vientos de Gonzalo Fonseca, construites à la même occasion et transformées par Reyes en espace d’art indépendant de 1996 à 2002, la sculpture de Nivola a été une présence importante au fil des ans, tant sur le plan conceptuel que stylistique. L’esprit de l’homme de paix, le bras levé “en signe de protestation et d’avertissement contre la méchanceté des gouvernements en guerre”, comme l’a écrit Nivola, revit dans une grande sculpture en bois aux formes androgynes qui élève vers le ciel une main-colombe créée par Reyes, un hommage à Nivola ainsi qu’à tous les artistes, de Picasso à Le Corbusier en passant par Niemeyer, qui se sont mesurés à ce symbole simple mais puissant.

Dans l’ancien lavoir d’Orani, qui abrite aujourd’hui les expositions temporaires du musée Nivola, le champignon atomique et la main de la colombe sont juxtaposés comme autant de symboles des peurs et des espoirs de l’humanité.

Le projet est complété par une série d’affiches des Artistes contre la bombe, une campagne mondiale contre la bombe atomique promue par Reyes et toujours en cours. À l’intérieur du musée et dans les rues d’Orani, il sera possible de voir des gravures de Harrell Fletcher, Tsubasa Kato, Santiago Sierra, Mónica de la Torre et Monica Bonvicini, des œuvres qui reflètent notre peur collective renouvelée et documentent la contribution de la communauté créative au désarmement nucléaire.

Pedro Reyes

Pedro Reyes (Mexico, 1972) vit et travaille à Mexico. Il s’est imposé au niveau international grâce à ses projets à grande échelle qui abordent des questions sociales et politiques par le biais de différents médias tels que la sculpture, la performance, la vidéo et l’activisme. Reyes explore, souvent en collaboration avec des associations et des institutions, les façons dont le changement peut être encouragé par la communication, la créativité, le bonheur et l’humour. Ces dernières années, Reyes s’est consacré à la sculpture, avec des œuvres en pierre volcanique, en marbre, en bronze et en acier qui s’inspirent du modernisme et des anciennes cultures sud-américaines dans une variété allant de l’intime au monumental, de l’ancien au moderne, du sacré au fonctionnel. Il a présenté des expositions individuelles au MARTa Herford, Herford, Allemagne (2022) ; au Musée d’art contemporain de Monterrey, Monterrey, Mexique (2022) ; au Musée Tinguely, Bâle, Suisse (2020) ; au SCAD, Géorgie, États-Unis (2019) ; au Creative Time, New York, États-Unis (2016) ; au Dallas Contemporary, TX, États-Unis (2016) ; à La Tallera, Cuernavaca, Mexique (2016) ; Hammer Museum, Los Angeles, CA, USA (2015) ; ICA, Miami, FL, USA (2014) ; The Power Plant, Toronto, Canada (2014) ; Walker Art Center, Minneapolis, MN, USA (2011) ; Guggenheim Museum, New York, NY, USA (2011) ; CCA Kitakyushu, Japon (2009) ; Bass Museum, Miami, FL, USA (2008 ;) et San Francisco Art Institute, CA, USA (2008). Il a également participé à de nombreuses expositions collectives, notamment à la Biennale de Pékin, en Chine (2014), à dOCUMENTA (13), à Kassel, en Allemagne (2012), à la Biennale de Liverpool, au Royaume-Uni (2012), à la Biennale de Gwangju, en Corée du Sud (2012), à la Biennale de Lyon, en France (2009), et à la 50e Biennale de Venise (2003). En 2016, il a été le premier Dasha Zhukova Distinguished Visiting Artist au Center for Art, Science & Technology (CAST) du Massachusetts Institute of Technology à Cambridge, Massachusetts.

Zéro arme nucléaire. En Sardaigne, l'exposition de Pedro Reyes pour le désarmement
Zéro arme nucléaire. En Sardaigne, l'exposition de Pedro Reyes pour le désarmement


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.