Arnaldo au-delà de Pomodoro


Jusqu'au 27 juin 2021, Soliera accueille une importante exposition personnelle d'Arnaldo Pomodoro, intitulée {surface}. Le commissaire, Lorenzo Respi, nous en parle.

J’ai rencontré Arnaldo Pomodoro pour la première fois dans son studio milanais des Navigli. C’était au début des années 2000. À l’époque, il travaillait à la première édition de son catalogue raisonné de la sculpture, mais il était également absorbé par un projet culturel ambitieux et louable: inaugurer, quelques années plus tard, le musée de sa fondation dans un ancien espace industriel entièrement rénové et dédié à la sculpture moderne et contemporaine, à la promotion de jeunes talents et à la recherche sur son travail de sculpteur. Je me souviens qu’il m’avait fait visiter le chantier et m’avait expliqué ce qui allait s’y trouver. À l’époque, je ne pouvais pas imaginer que je travaillerais là, pour lui, et que plus de quinze ans plus tard, c’est moi qui l’impliquerais dans un projet d’exposition et l’accompagnerais pour le voir se réaliser. C’est pourtant ce qui s’est passé. Et le titre de cette exposition “trahit” ce côté personnel de l’histoire.

Arnaldo Pomodoro. {sur}face est né d’un jeu de mots entre le terme"surface" et le terme"visage", qui met en évidence le double niveau d’interprétation: l’homme qui enlève le masque de l’artiste, comme un acteur qui enlève les vêtements de son personnage, et vice versa, dans un court-circuit continu entre la réalité et la fiction, entre l’art et la vie réelle. {sur}face raconte en fait un aspect inédit de l’art d’Arnaldo Pomodoro: l’homme avant l’œuvre, avec ses aspirations et ses espoirs, les fragilités humaines qui, cachées derrière le masque de l’artiste, ont donné naissance à des œuvres uniques et inédites, aux surfaces creusées et tourmentées. Les projets scéniques, les œuvres à grande échelle et les installations environnementales sont la preuve tangible que l’homme-artiste a cherché inlassablement la complexité de la réalité dans des formes parfaites, en les corrodant avec un signe informel puissant, instinctif mais toujours rationnel, capable de révéler la tromperie des sens lorsque la vie n’est vécue que de manière superficielle. {sur}face est un voyage en accéléré dans l’intériorité d’Arnaldo Pomodoro, à la découverte des passions qui ont stimulé sa créativité et orienté son regard critique sur la vie et l’histoire. Le masque de théâtre que porte l’acteur, cédant la vedette à son personnage, et le labyrinthe souterrain qu’il désoriente en s’enroulant sans cesse autour de lui-même, sont les limites d’un espace mental dans lequel Arnaldo Pomodoro s’efforce de délimiter son aspiration à l’infini, une métaphore de la liberté et de la sérénité que tout être humain devrait mériter. {sur}face est une expérience totale, spatiale et virtuelle, analogique et numérique, pour apprendre à connaître l’homme.

Arnaldo Pomodoro (2014) © Nicola Gnesi pour la Fondazione Henraux
Arnaldo Pomodoro (2014) © Nicola Gnesi pour la Fondazione Henraux


Arnaldo Pomodoro, Obélisque pour Cléopâtre (1989-2008 ; corten et bronze, 14 x 1,40 x 1,40 m ; Soliera, Piazza Lusvardi). Photo Photostudio Solierese
Arnaldo Pomodoro, Obélisque pour Cléopâtre (1989-2008 ; corten et bronze, 14 x 1,40 x 1,40 m ; Soliera, Piazza Lusvardi). Studio photo Solierese


Arnaldo Pomodoro, Entrée dans le labyrinthe (1995-2011 ; vue de la salle de presse rotative). Photo Dario Tettamanzi
Arnaldo Pomodoro, Entrée dans le labyrinthe (1995-2011 ; vue de la salle de presse rotative). Photo Dario Tettamanzi


Arnaldo Pomodoro, Continuum 2 (2010). Photo Dario Tettamanzi
Arnaldo Pomodoro, Continuum 2 (2010). Photo Dario Tettamanzi


Arnaldo Pomodoro, maquette de la scène du temple du palais pour La Passion de Cléopâtre d'Ahmad Shawqi, Gibellina (1989). Photo Aurelio Barbareschi
Arnaldo Pomodoro, Maquette de la scène du temple du palais pour La Passion de Cléopâtre d’Ahmad Shawqi, Gibellina (1989). Photo Aurelio Barbareschi

L’exposition est divisée en deux parties distinctes, que l’on peut définir comme l’alpha et l’oméga de la carrière d’Arnaldo Pomodoro: le théâtre, qui lui a permis de faire ses premières expériences de sculpture à l’échelle monumentale ; la sculpture habitable sous forme de labyrinthe, qui représente la somme de ses signes ainsi que le témoignage impérissable de son travail de sculpteur. La première partie est consacrée à la mise en scène de La Passion de Cléopâtre d’Ahmad Shawqi et présente les costumes de scène originaux, les dessins préparatoires et les décors, ainsi que des photographies et des vidéos de la représentation. La deuxième partie de l’exposition, en revanche, retrace la genèse de Ingresso nel lab irinto ( Entrée dans le labyrinthe ) (1995-2011), une œuvre environnementale d’environ 170 mètres carrés réalisée en fibre de verre patinée à la feuille de cuivre et construite dans le sous-sol de l’ancien bâtiment Riva-Calzoni à Milan (ancien siège de la Fondazione Arnaldo Pomodoro), à travers les reliefs Untitled (2005) et Continuum (2010) et Ingresso nel labirinto, studio (2011-2020), créés spécialement pour cette exposition et présentés au public pour la première fois. Dans la dernière salle, les visiteurs peuvent découvrir Labyr-Into, l’une des premières applications immersives dans le domaine de l’art contemporain en Italie et la première consacrée à une œuvre d’Arnaldo Pomodoro, basée sur les technologies Gear’VR et Oculus’RifT. Le projet, réalisé par Oliver Pavicevic et Steve Piccolo, est une interprétation libre d’Entrée dans le labyrinthe, dans sa version 3D, une œuvre dans l’œuvre et à l’intérieur de l’œuvre. L’exposition se caractérise également par la salle dédiée aux enfants, conçue et aménagée à “hauteur d’enfant” et équipée de matériel pédagogique audio et vidéo, qui permet aux enfants qui ne savent pas encore lire d’avoir une expérience directe des œuvres d’Arnaldo Pomodoro sans la médiation des adultes et de les sentir ainsi “à leur portée”, un peu comme les jouets et les dessins de leur chambre.

À l’extérieur de l’exposition, devant le Castello Campori, pour “marquer” l’espace urbain public, nous avons placé l’une des sculptures monumentales les plus importantes d’Arnaldo Pomodoro, celle qui marquait symboliquement l’entrée de sa Fondation à Milan. Il s’agit de l’Obélisque pour Cléopâtre, prêté gratuitement à la Commune de Soliera pour trois ans, une œuvre de quatorze mètres de haut conçue en 1989 pour La Passion de Cléopâtre du poète égyptien Ahmad Shawqi, mise en scène sur les ruines de Gibellina sous la direction de Cherif durant l’été 1989 dans le cadre du Festival Orestiadi, puis réalisée en 2008 en acier corten et en bronze. Les quatre faces verticales présentent une série de signes emblématiques et symboliques rappelant les hiéroglyphes égyptiens et le signe informel typique du sculpteur. La diversité chromatique entre le fût en corten rouillé et les inserts en bronze patiné confère une solennité à l’œuvre, qui connote profondément l’espace public dans lequel elle est installée. Dans le cas de la Piazza Lusvardi, la comparaison est directe avec le contexte urbain du centre historique et l’architecture médiévale massive du Castello Campori, avec sa tour et les vestiges du fossé défensif. "Lorsque j’ai reçu les premières photos de l’espace urbain, raconte Arnaldo Pomodoro, dans lequel nous allions placer une de mes sculptures, j’ai immédiatement pensé à l’Obélisque de Cléopâtre en raison de sa charge symbolique. Je suis très heureux que mon obélisque ait trouvé son emplacement idéal sur la place évocatrice de Soliera, où il restera pendant les trois prochaines années. Je pense qu’une œuvre prend tout son sens lorsqu’elle transforme le lieu où elle est placée: elle donne alors une nouvelle valeur au cadre spatial et possède véritablement une valeur de témoignage de son temps, elle réussit à imprimer un contexte avec elle-même, à l’enrichir de nouvelles couches de mémoire".

Le véritable défi de {sur}face est précisément celui-ci: la communauté s’identifie à Arnaldo Pomodoro et à son art à travers la coutume de son obélisque dans la ville.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.