Correction, contraction, normalisation: le marché de l'art en 2023


Comment s'est comporté le marché de l'art en 2023 ? Après la gueule de bois post-Covid de 2022 (rendue possible par toute une série de facteurs, du rebond post-pandémique à la préservation pendant deux ans des lots les plus importants, etc.), 2023 a été une bonne année, mais une impasse après le conte de fées et la gueule de bois.

Correction, contraction, normalisation. Comme un “tik tok tak”, nous balayons les trois mots magiques de la tendance baissière du marché de l’art 2023. Trois termes clés répétés comme une machine et reproduits comme un mantra dès qu’il s’agit de tirer des conclusions après une vente aux enchères, une foire, un échange au cours des derniers mois. Un répit physiologique. Les avertissements étaient déjà là à l’approche de 2022, et les ventes aux enchères londoniennes du printemps dernier ont laissé entrevoir l’année à venir. Celle de la réduction des effectifs. Après la gueule de bois post-Covid de 2022 (rendue possible par toute une série de facteurs, du rebond post-pandémique à la “conservation” pendant deux ans des meilleurs lots, des méga-collections médiatiques de propriétaires uniques à l’euphorie du redémarrage, de l’investissement, du pari), 2023 a été, comme prévu, une bonne année, mais une année de stagnation après le conte de fées et la gueule de bois.

Douze mois de prudence, d’attente et de réflexion. Un va-et-vient de hauts et de bas, de flambées et d’abîmes, contenu et protégé par autant de garanties (le mécanisme de “ défense ” utilisé par les maisons de ventes pour se décharger des risques sur les “ autres ” prêteurs et maintenir les prix “ sous contrôle ”) pour maintenir le jeu à flot (quand elles n’ont pas été utilisées, comme en mai avec la collection Gerald Fineberg chez Christie’s, c’est l’hécatombe: 38 millions de moins que le chiffre d’affaires minimum budgété, 124 millions contre 163 millions prévus, avec des invendus retentissants). Dans une saison marquée par une attention accrue des collectionneurs aux prix et aux produits, les mauvaises valeurs, en excès, ont été sanctionnées, donc invendues. Bien que souvent considéré comme un univers à part entière, le marché a ressenti et souffert de l’air du temps. Une nouvelle guerre (qui a touché la communauté historiquement la plus active sur le marché, les Israéliens), une autre qui se poursuit sans relâche en Europe, une instabilité mondiale perpétuelle, des crises, des récessions, de l’inflation, des krachs bancaires. Tout ce qu’il y a d’habituel, mais de manière beaucoup plus manifeste et marquée (les personnes qui dépensent beaucoup augmentent, mais restent plus prudentes).

Chiffres en main: l’année 2023 de l’une des majors, Christie’s (puisque Phillips ne donne aucun signe de vie - au premier semestre, elle était en baisse de 40 % par rapport à 2022 - et que Sotheby’s a décidé de dévoiler ses chiffres en janvier, l’an dernier elle le faisait à la mi-décembre) a totalisé 6,2 milliards de dollars. Mieux que 2019 (+7%), moins bien que 2022 (-26%, où il avait totalisé 8,4 milliards). Le luxe, tendance hyper établie ces dernières années, tire son épingle du jeu et tente de compenser le manque de recettes du Fine Art. En attendant Sotheby’s, les chiffres parlent d’eux-mêmes: les 100 lots les plus chers vendus aux enchères sur les 12 derniers mois totalisent 2,4 milliards de dollars, contre 4,1 milliards en 2022 (avec pas moins de 6 œuvres vendues au-dessus de 100 millions de dollars, seulement 2 cette année). Les ventes cumulées des trois grandes maisons (Christie’s, Sotheby’s et Phillips) au cours du premier semestre sont en baisse de 18%. Les grandes ventes d’automne (dans l’ordre: Hong Kong, Londres, Paris, New York) n’ont pas réussi à relancer une année essentiellement terne et plate. Seules la Femme à la montre (1932) de Pablo Picasso (139,4 m$, Landau) et la Dame mit Fächer (1917) de Gustav Klimt, chef d’œuvre (qui serait la dernière toile peinte par Klimt) vendue à Londres pour 85,3 m£ (108,4 m$), l’œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères en Europe, ont franchi la barre des 100 (millions d’euros). La collection censée évoquer les fastes de la Paul Allen (1,6 milliard de dollars en 2022), la Landau Collection, n’a totalisé “que” 406 millions de dollars en novembre, avec une salle soporifique et tous les lots sécurisés par des tiers passés rapidement par Sotheby’s. Dont on sait, même si l’on n’a pas encore les chiffres officiels, qu’elle sortira gagnante (en termes de chiffre d’affaires annuel 2023) face à sa rivale historique Christie’s, contre-performante jusqu’en 2022. Grâce, une fois de plus, au coup de pouce du segment Luxe, c’est-à-dire sacs à main, bijoux, voitures, diamants, vins, montres, immobilier et compagnie (les prévisions indiquent un chiffre d’affaires compris entre 7 et 8 milliards, l’an dernier c’était 8 milliards rondelets pour la maison Drahi).

Pablo Picasso, Femme à la montre (1932 ; huile sur toile, 130 x 97 cm)
Pablo Picasso, Femme à la montre (1932 ; huile sur toile, 130 x 97 cm)
Gustav Klimt, Dame à l'éventail (1917-1918 ; huile sur toile, 100 x 100 cm). Photo de Markus Guschelbauer
Gustav Klimt, Dame à l’éventail (1917-1918 ; huile sur toile, 100 x 100 cm). Photo: Markus Guschelbauer

Nous ne savons pas si l’avenir est rose, mais il sera certainement multiforme et scintillant. En ce sens que la synergie (et la fusion) entre la mode, le design, le luxe et l’art se poursuit sans relâche. Trois centres clés du système l’ont confirmé de manière écrasante: Paris, grâce à son réseau de musées, de fondations, de ventes aux enchères (rappelons que Pinault de Christie’s et Drahi de Sotheby’s sont français), de galeries (les dernières ouvertures ont été celles de Mendes Wood et Hauser&Wirth), de foires (après l’ouverture de Bâle, Design Miami et Thema, l’année prochaine s’ouvrira Mira, dédiée à l’art latino-américain, qui accompagnera Asia Now, AKAA Also Known as Africa et Menart, centrée sur le Moyen-Orient) et grâce à un gouvernement qui vient (la semaine dernière) d’étendre la TVA à 5,5% à toutes les transactions ; Miami, où la frontière entre le luxe et l’art s’est perdue entre le sable et l’océan ; Séoul, nouvelle destination préférée des collectionneurs croisés et nouvelle capitale du marché asiatique (avec Hong Kong qui se remet enfin de l’après-Covid et l’affaire chinoise qui revient en sourdine - brève parenthèse: Christie’s a enregistré une croissance de 30% des nouveaux collectionneurs en provenance de Chine cette année, certifiant la santé d’un marché qui laisse entrevoir d’amples possibilités de croissance ; la major ouvrira un nouveau bureau à Hong Kong en 2024). Christie’s, dont le chiffre d’affaires de 1 milliard de dollars dans le luxe a atteint un niveau record.

Deux temps forts ont marqué la saison: la vente, lors de la Luxury Week à Genève en mai, de la collection de bijoux de Heidi Horten pour 156 millions de dollars (dépassant la collection d’Elizabeth Taylor, vendue pour plus de 137 millions de dollars en 2011) ; et l’adjudication, toujours dans la ville suisse lors de la Luxury Week mais en novembre (le 7), d’un des diamants bleus les plus rares au monde pour 44 millions de dollars, la quatrième gemme bleue jamais vendue aux enchères. Autre circonstance cruciale: deux jours plus tard, le 9 novembre, sur la scène de Christie’s au Rockefeller Center, l’historique (depuis 38 ans) commissaire-priseur finlandais Jussi Pylkkänen présidait sa dernière vente aux enchères à New York (remportant, entre autres, le troisième prix le plus élevé de l’année, Le bassin aux nymphéas de Monet pour 74 millions). La fin d’une époque, ou du moins un fait marquant pour l’étroite clique du marché.

Christie's
Christie
’s
Sotheby's
Sotheby
’s
Bleu Royal (bague en diamant, diamant bleu taille poire de 17,61 carats, diamant taille poire de 3,12 carats, diamant taille poire modifié de 3,07 carats, platine et or 18 carats)
Bleu Royal (bague en diamant, diamant bleu taille poire de 17,61 carats, diamant taille poire de 3,12 carats, diamant taille poire modifié de 3,07 carats, platine et or 18 carats)
Jussi Pylkkänen
Jussi Pylkkänen

Si Paris et Hong Kong s’envolent grâce à la reine des foires, Art Basel, dans leurs versions respectives taillées sur mesure par le mécène MCH Group (Paris+ en octobre, Basel HK en mars), le rival Endeavour, qui possède la marque des foires Frieze et a racheté les deux grandes Armory Shows de New York et Expo de Chicago, fait décoller la capitale coréenne, Séoul (en septembre). Mais pas seulement. En effet, il y a quelques mois à peine, on apprenait que le géant londonien de l’exposition (aux intérêts privés et ramifiés) avait mis un pied dans l’un des projets culturels publics les plus importants du calendrier des expositions: la Biennale de Venise. Un événement passé sous silence, catalogué comme un passage inévitable, qui a vu Frieze entrer en partenariat avec la Grande-Bretagne pour la réalisation de son pavillon national aux Giardini. Un symptôme logique et presque ordinaire des temps qui sont. Celle où le vertige de la figuration se poursuit. Les binômes femme-ultra-contemporaine et identité de genre-extra-européenne sont toujours d’actualité.

Si l’on considère les cinq dernières années, le nombre d’adjudications de ce que l’on appelle les red-chips (artistes “brûlant” dans un parfum de bulle, spéculatifs) au-dessus d’un million a augmenté de 366,7%. Au total, le nombre de dollars traités a plus que quadruplé, passant de 36,9 millions à 194 millions. Soixante-sept des 100 premiers résultats en 2023 sont des œuvres comportant la figure. Figure qui, grâce aussi à l’un de ces nouveaux mythes contemporains, Nicolas Party, né en 1980, et à une mise en scène bien pensée, a donné naissance à l’opération Salvo. Notre Salvatore Mangione a été l’une des tendances les plus pertinentes sur le marché international. Sa montée en puissance a commencé l’année dernière, ses peintures faciles, en particulier les paysages saturés de couleurs très appréciés des Américains et des Chinois, atteignant régulièrement des prix supérieurs aux estimations. L’année 2023 a été l’année de la consécration: les 14 meilleures adjudications ont toutes eu lieu au cours des derniers mois, et même 27 des 30 dernières (les trois autres remontant à 2022). L’escalade des records a été serrée: en mai un Sans titre chez Farsetti (284 000 €), en octobre Il giorno fu pieno di lampi la sera verranno le stelle chez Christie’s Londres (800 000 €), en novembre Il Mattino chez Christie’s Hong Kong (1 M€). Folie ou pas, c’est aussi le système du marché de l’art. A ceci près que les prévisions pour 2024 s’inscrivent dans la continuité de la “normalisation” de 2023. Pas de coup d’éclat en vue. Sauf surprise.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte