Les musées privés risquent l'abîme. Le silence du gouvernement sur la culture est inacceptable


La pandémie de Covid-19 a également fortement touché les musées privés, qui sont très exposés aux risques économiques de la crise du coronavirus. Nous nous sommes entretenus avec trois grands musées privés pour savoir comment ils font face à la situation et ce qui les attend à l'avenir.

La pandémie de Covid-19 risque d’avoir de graves conséquences pour les musées privés. Lorsque nous pensons aux musées, nous avons généralement l’habitude d’évoquer les institutions publiques, mais en Italie, il existe également un paysage dense de musées privés, gérés avec des modèles de gestion différents de ceux du secteur public, et auxquels le coronavirus pourrait causer de graves dommages en termes de résilience, probablement plus importants encore que pour les musées publics. Il est évident qu’au cours de ces mois, les musées privés ne sont pas restés inactifs et ont répondu à la crise avec l’attirail que beaucoup ont déployé pour faire face à l’urgence: une communication plus omniprésente, un streaming en direct, une plus grande attention portée à l’Internet.

Naturellement, les musées privés ont également dû s’adapter à la situation d’urgence, en investissant pour s’équiper du matériel nécessaire aux réouvertures: dispositifs d’assainissement, assainissement constant, espacement, entrées contingentées. Une dépense considérable, si l’on considère que pour les musées privés les problèmes de durabilité sont toujours très pressants (et d’autant plus lors d’une pandémie mondiale), et encore plus urgents ces mois-ci face aux résultats, en termes de retour du public, que nous connaissons tous et qui ont été amplement certifiés par les statistiques (les plus récentes, celles de l’ICOM, qui a réalisé une estimation sur la réduction du public post-Covid dans les musées qui ont rouvert). A cela s’ajoute le fait que les musées privés (dans ce cas exactement comme dans les autres) ont fait beaucoup de travail pendant l’été pour se préparer à l’automne, la saison pendant laquelle les expositions d’hiver sont typiquement inaugurées: un travail qui a cependant été en partie contrecarré par le dpcm du 3 novembre qui a ordonné le lock-out des lieux culturels dans toute l’Italie.

Beatrice Merz, présidente de la Fondation Merz à Turin, l’un des lieux d’art contemporain les plus actifs du nord de l’Italie, ne cache pas son amertume. L’exposition qui se tient actuellement à la Fondation, souligne la présidente, est une exposition collective de 17 femmes artistes intitulée " Repousser les limites". Le vernissage, prévu pour la mi-mars, avait déjà été nécessairement reporté et nous avons finalement réussi à l’ouvrir le 7 septembre. La déception de devoir la fermer temporairement, suite à la dernière dpcm, était également importante en raison de la déception du public qui accueillait l’exposition avec beaucoup d’intérêt.

Mais à la déception de voir des mois de travail partir en fumée à cause de la mauvaise situation épidémiologique, s’ajoute l’inquiétude pour l’avenir. Et pourtant, malgré cela, ils continuent d’avancer: au cours des derniers mois, il est devenu évident que les musées, même s’ils sont fermés, ne peuvent pas arrêter leur programmation et doivent, d’une part, continuer à garantir leur travail de service public et continuer à servir leurs communautés, et d’autre part, travailler dur (avec toutes les angoisses de l’affaire, bien sûr), pour le moment où les nuages de la pandémie se seront dissipés et qu’ils pourront reprendre le travail avec plus de sérénité. "Il est évident qu’il y a un besoin et un désir de pouvoir à nouveau visiter les expositions en cours. Il est très difficile, et peut-être un peu imprudent, de faire des prévisions pour l’avenir. Il est certain qu’après avoir repoussé les limites, nous ouvrirons une exposition de collection avec des œuvres de Mario et Marisa Merz, et nous espérons pouvoir reprendre le programme qui comprend une exposition personnelle consacrée à Michal Rovner et un projet d’exposition de Bertille Bak, la dernière lauréate du prix Mario Merz".

La Fondation Merz
La Fondation Merz


La Fondation Merz
La Fondation Merz

Une attitude similaire est celle de Genus Bononiae, une organisation privée qui gère plusieurs musées dans le centre de Bologne (du Palazzo Fava au Musée de l’histoire de Bologne au Palazzo Pepoli, du complexe Santa Maria della Vita à la Casa Saraceni). Pour Genus Bononiae, la pandémie a été quelque peu gênante, car elle a entraîné le report constant de son exposition phare (l’une des plus attendues de l’année), La redécouverte d’un chef-d’œuvre au Palazzo Fava, qui, une fois ouverte, s’est révélée être l’une des plus intéressantes de cette année 2020, en ramenant à Bologne les fragments d’un extraordinaire chef-d’œuvre de Francesco del Cossa et Ercole de’ Roberti, le polyptyque Griffoni (aujourd’hui dispersé dans les musées du monde entier), et en organisant autour d’eux un itinéraire de grande qualité. "Comme tout le monde, explique Fabio Roversi-Monaco, président du Genus Bononiae, nous souffrons de la fermeture de musées, justifiée en partie par l’urgence sanitaire, et nous envisageons l’avenir avec une certaine inquiétude. Nos musées, cependant, même avec leurs portes fermées, ne se sont pas arrêtés: nous travaillons sur la planification de 2021, en espérant que ce sera l’année de la reprise, sur la valorisation des archives et la réalisation d’un contenu en ligne de qualité qui nous permet de maintenir le dialogue avec notre public et qui (à vrai dire) dès la première fermeture, a attiré de nouveaux utilisateurs".

Le Genus Bononiae a lui aussi compris que l’une des meilleures stratégies pour répondre au virus est d’innover et d’expérimenter, tout en cherchant des solutions qui combinent l’accès en ligne et la durabilité. “Parmi les activités les plus importantes dans ce sens”, déclare Roversi-Monaco, "dans quelques jours, la visite virtuelle de l’exposition La redécouverte d’un chef-d’œuvre sera en ligne: une entreprise aussi exceptionnelle et appréciée que malheureuse. Après trois cents ans, nous avons reconstitué le polyptyque de Griffoni, en réunissant au Palazzo Fava les seize panneaux dispersés dans le monde entier. Le résultat est une exposition qui a suscité l’intérêt des critiques et des historiens de l’art du monde entier, mais que peu ont pu apprécier en raison de la fermeture imposée par la pandémie. La visite interactive, qui coûtera 5 euros, consiste en un parcours à travers toute l’exposition avec différentes balises qui permettent au visiteur non seulement d’écouter la voix du narrateur qui raconte l’œuvre et le contexte artistique et culturel dans lequel elle a été créée, mais aussi de visionner de courtes vidéos qui détaillent les différents panneaux et leurs particularités, leur description critique, des curiosités et des anecdotes sur les figures représentées. Enfin, la grande qualité de la numérisation permet de zoomer sur les œuvres sans en perdre le moindre détail. La création d’une visite virtuelle, à vivre à son rythme et dans la sérénité de son foyer (même si elle n’égalera jamais le frisson de l’entrée dans un musée), nous semble être un signal important et nous espérons qu’il sera apprécié par le public. Acheté et offert, même comme cadeau de Noël, il sera aussi un signe d’attention pour un secteur, celui de la culture, qui risque d’être dévasté en termes économiques par cette crise sanitaire".

Une salle de l'exposition La redécouverte d'un chef-d'œuvre au Palazzo Fava
Une salle de l’exposition La redécouverte d’un chef-d’œuvre au Palazzo Fava


Une salle de l'exposition La redécouverte d'un chef-d'œuvre au Palazzo Fava
Une salle de l’exposition La redécouverte d’un chef-d’œuvre au Palazzo Fava


Palazzo Pepoli, musée de l'histoire de Bologne, exposition de 12 bustes en terre cuite représentant des femmes célèbres de notre ville qui ont souffert de préjugés et de brimades, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.
Palazzo Pepoli, musée de l’histoire de Bologne, exposition de 12 bustes en terre cuite représentant des femmes célèbres de notre ville qui ont souffert de préjugés et de brimades, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Roversi-Monaco donne également une idée du poids de la crise sur les budgets des musées et des risques d’une fermeture prolongée. Et les propos du président du Genus Bononiae sont amers: “La fermeture, dit-il, a entraîné une perte de recettes pour notre circuit muséal de plus d’un tiers du budget. Il est donc invraisemblable d’imaginer que la situation restera inchangée après le 3 décembre: je vois bien le gouvernement tenter de relancer les activités économiques à l’approche de Noël, mais peu de mots ont été prononcés à ce jour sur la réouverture des lieux de culture, déclassés en ”services non essentiels“, dont les citoyens se passent volontiers, alors que toutes les mesures de confinement nécessaires avaient déjà été prises après la première fermeture, pour assurer les visites dans le plus grand respect de l’hygiène et de la sécurité. Le silence est d’autant plus difficile à accepter que le monde de la culture et des musées emploie des milliers de personnes, fait tourner l’économie et crée des activités induites. Le risque est de plonger dans l’abîme tout un secteur, qui a besoin d’une planification à moyen/long terme qui (dans une telle incertitude) devient extrêmement compliquée à réaliser. Il est évident que la perte des recettes de la saison de Noël a été et reste un coup très dur”.

Mais que peut-il se passer ensuite ? C’est aussi la tâche des musées d’élaborer différentes stratégies de sortie en fonction des scénarios les plus probables. C’est ce qu’ils essaient de faire au Genus Bononiae, tout en regardant l’avenir avec un peu de confiance. “Je pense que dans l’ensemble, tous les musées avanceront leur programmation d’au moins quatre mois, en espérant que la situation s’améliore au printemps”, conclut Mme Roversi-Monaco. Je crois et j’espère aussi que les gens auront plus que jamais envie de “reprendre leur vie en main”, de beauté, de voyage (peut-être de proximité) et d’évasion: l’art peut nous emmener dans des mondes lointains. Il est clair que le secteur culturel aura besoin de soutien et d’aide s’il veut continuer à offrir de la valeur. Malgré un scénario aussi inédit que difficile, de nombreux acteurs du secteur culturel ont réagi en transmettant leur offre traditionnelle sous des formes totalement nouvelles: en particulier dans le secteur des musées, la production numérique, les émissions en direct et les programmes ad hoc, accessibles à la demande, ont été énormes. Cela montre que le secteur veut réagir, mais en même temps que les choix doivent être pesés très soigneusement".

Le Palazzo Blu de Pise, le musée de la Fondation de Pise, est un musée qui mise beaucoup sur la saison d’automne. Outre une collection permanente de grande valeur, il s’agit d’une institution très populaire en raison de son intense activité d’exposition, surtout axée sur l’art du début du 20e siècle. Cette année encore, tout était prêt pour l’exposition d’automne, celle consacrée à De Chirico, lorsque la nouvelle de la fermeture du musée est tombée, quatre jours seulement avant l’ouverture de l’exposition. "Palazzo Blu, tout en tenant compte des restrictions dues à l’urgence sanitaire, a expliqué Cosimo Bracci Torsi, président de la Commission Culture de la Fondazione Pisa, au Finestre sull’Arte, avait prévu son calendrier habituel d’initiatives dans le respect des conditions de sécurité. La nouvelle fermeture, ordonnée au début du mois de novembre, est donc intervenue quelques jours après l’ouverture de l’exposition photographique L’ Ultimo Novecento (Le dernier vingtième siècle), consacrée aux images du vingtième siècle provenant des archives Frassi et documentant les événements de la vie urbaine de Pise au cours des trente dernières années du siècle, et a surtout suspendu l’ouverture de De Chirico e la Metafisica (De Chirico et la métaphysique ), la grande exposition que le Palazzo Blu consacre chaque année à la peinture du vingtième siècle, prévue pour le 7 novembre".

Pise, façade du Palazzo Blu
Pise, la façade du Palazzo Blu


Les salles de la collection permanente du Palazzo Blu
Les salles de la collection permanente de Palazzo Blu


Les salles de la collection permanente du Palazzo Blu
Les salles de la collection permanente de Palazzo Blu

Comme beaucoup d’autres, Palazzo Blu fait partie des musées qui se sont efforcés de maintenir un contact permanent avec le public, une nécessité pour les musées en ces mois de fermeture. "Dans cette nouvelle période de fermeture, explique Bracci Torsi, nous avons pris des mesures, comme nous l’avons fait au printemps dernier, pour maintenir Palazzo Blu “ouvert” avec une série d’événements numériques qui présentent et racontent sur les médias sociaux les expositions qui ne peuvent pas être visitées pour le moment, sans oublier les œuvres de la collection permanente et les rencontres culturelles dans notre auditorium. Il s’agit d’une manière de promouvoir et de diffuser les initiatives culturelles qui a certainement reçu un formidable coup de pouce à la suite des récentes difficultés et qui restera fondamentale même lorsque nous reviendrons à la normale".

Quels sont les projets pour les mois à venir? À Pise, comme partout ailleurs, l’incertitude règne: il s’agit surtout de problèmes de durabilité qui, selon le président, pourraient devenir très graves à long terme si le musée n’intervient pas le plus tôt possible pour planifier les réouvertures. Et il n’y aura pas de différence entre les musées historiques et célèbres et les petits musées, puisque les risques concernent tout le monde. “Il est actuellement très difficile et compliqué de faire des prévisions pour l’avenir”, conclut M. Bracci Torsi. “L’image de la durabilité de la situation actuelle des musées est tout aussi compliquée. Le secteur est constitué de réalités très différentes, entre les institutions publiques et privées, les grands et les petits musées, qui ne sont pas comparables. En ce qui concerne le secteur public, beaucoup dépendra du montant qui sera investi pour soutenir la culture. Dans le cas des musées privés, si à court terme la fermeture, du moins pour certains d’entre eux, ne pose peut-être pas de problèmes de durabilité, la prolongation de la situation que nous traversons rendra les choses plus difficiles et incertaines, même pour les institutions solides dont le public est fidèle”.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.