Lionello Puppi: un souvenir


En souvenir de Lionello Puppi, le grand historien de l'art récemment décédé.

Avec Lionello Puppi disparaît un grand maître de l’histoire de l’art italien des soixante dernières années. Il avait fait ses études à Padoue avec le byzantiniste Sergio Bettini, avec une thèse sur le peintre de Vicence Bartolomeo Montagna qui, jusqu’à il y a quelques années, était la seule monographie disponible sur le sujet. Il s’agissait d’un travail philologique: le classique “Catalogo ragionato” bien connu dans la culture des connaisseurs du Padoue de Giuseppe Fiocco et Rodolfo Pallucchini. Puppi a commencé par étudier la grande peinture de la Renaissance vénitienne. Rapidement, cependant, il s’est tourné vers une discipline qui n’était alors qu’une niche: l’histoire de l’architecture. Pour ce faire, il s’est intéressé - et ce, pendant toute sa vie - au profil noble et, à certains égards, insaisissable d’Andrea Palladio. À l’architecte “padouano-vicentin”, il a consacré des essais extrêmement denses, des monographies menées avec une rigueur implacable, et même quelques textes de vulgarisation, qu’il a pris grand plaisir à écrire, peut-être aussi en tenant compte de la leçon de l’un de ses amis les plus proches: l’éditeur et écrivain de Vicence Neri Pozza. Parti sur les traces de Palladio, et de dizaines d’autres architectes moins célèbres qui constituent la galaxie du palladianisme (mais pas seulement), il se trouve en mesure d’affiner ses outils de recherche archivistique et documentaire, ce qui l’aide à surmonter la première phase, si l’on peut dire, d’une approche essentiellement formelle du produit artistique. Il s’accroche aux documents - inédits ou soigneusement relus - pour réinitialiser les dizaines, centaines, milliers de problèmes critiques qu’il rencontre. Les préférant aux intuitions “attributives”, il a tenté de les utiliser comme structures de soutien d’une interprétation de l’œuvre d’art purement historique, c’est-à-dire ramenée dans le giron d’une approche quasi néo-positiviste.

Mais cela ne lui suffit pas. Pendant un certain temps, il s’est passionné pour la lecture d’un des pères de ce qu’on appelle l’iconologie: l’Allemand Erwin Panofsky, avec qui il entretenait une correspondance. L’iconologie est cette branche de l’histoire de l’art qui, à partir d’images, tente d’en saisir le sens le plus profond et le plus large. Le sens, la signification, la raison d’être d’une œuvre tendent toujours à échapper aux exégètes les plus ardents (et surtout à eux, aurait commenté Puppi). En effet, un nouvel élément de compréhension est suivi de cent autres qui posent d’autres questions. Comme l’un de ses chers compagnons de recherche - Eugenio Battisti - il a donc cherché à attaquer la forteresse (presque) imprenable du mystère inhérent à la création artistique, en la considérant comme l’expression d’un ensemble de relations, qui s’inscrivent dans des flux historiques plus généraux, dans lesquels chaque aspect se lie - ou peut se lier - à tous les autres. C’est le cas par exemple. Lorsqu’il a mis sur pied un projet pour les célébrations du cinquième centenaire de la naissance de Giorgione en 1978, afin de tenter de cerner le profil du plus insaisissable des peintres de la Renaissance, il a réuni des experts des disciplines les plus diverses: non seulement des historiens de l’art, mais aussi des archéologues, des numismates, des philosophes, des musicologues, des cartographes, des historiens de l’édition, de la médecine, des sciences, de l’économie, de l’urbanisme... Il a ainsi cherché à proposer une vision différente, non pas de l’artiste, mais du contexte culturel dont il était l’expression. Une entreprise d’une audace inouïe, qui a dû remplacer une exposition presque impossible et dont le catalogue - en raison également de la difficulté de mélanger toutes ces contributions - est sorti 16 ans après l’événement, édité par l’un de ses fidèles collaborateurs, Ruggero Maschio. Par la suite, il a organisé de nombreuses autres expositions, à Padoue, Venise, Belluno, Castelfranco, Trévise... Les expositions étaient pour lui un atelier de recherche, dans lequel il faisait souvent appel à des personnalités très différentes. Surtout, il s’entoure d’étudiants: ils sont nombreux, car il ne refuse vraiment pas de thèse à qui que ce soit. Dès le début des années 1970, il enseigne à Padoue, où il dirige l’Institut d’histoire de l’art et où il décide d’inaugurer la chaire d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme. Il se rend ensuite à Venise, à Ca’ Foscari, où il se charge de créer un cours diplômant sur la conservation des biens culturels. Ce cours existait déjà à Udine, mais Venise ne pouvait qu’être l’endroit idéal. Cependant, dans les premières années, il n’y a pas de financement ministériel et lui, communiste dans l’âme, se retrouve à essayer de trouver de l’argent en s’adressant à Marcello dell’Utri. Pour que ce cours voie le jour, il aurait fait des pactes avec le diable: mais cela n’a servi à rien, car son extraordinaire entregent - il était fils d’un diplomate d’origine noble - allié à une certaine fascination pour le risque, lui ont permis de créer les conditions nécessaires à ce don à la ville. Ses conférences portaient sur les sujets les plus disparates - du Moyen Âge à l’époque contemporaine, de l’Amérique du Sud à l’ensemble du bassin méditerranéen - et étaient le fruit d’une curiosité omnivore et inépuisable. La recherche de la vérité l’a gardé lucide jusqu’à la fin. Il a emporté avec lui un trésor de souvenirs, d’informations et d’expériences d’une valeur inestimable. Il laisse derrière lui de nombreux étudiants dans les chaires des universités, des surintendances et des musées, à qui il a enseigné beaucoup de choses. Les plus importantes étaient le courage et la générosité intellectuelle.

Une photographie récente représentant Lionello Puppi
Une photographie récente représentant Lionello Puppi


Lionello Puppi (au centre en bas) dans les années 1960
Lionello Puppi (au centre en bas) dans les années 1960
Lionello Puppi dans les années 1970
Lionello Puppi dans les années 1970
Lionello Puppi dans les années 1990
Lionello Puppi dans les années 1990

Cet article a été publié le 17 septembre 2018 dans “Il Mattino di Padova” - “La nuova Venezia” - “La Tribuna di Treviso” - “Il Corriere delle Alpi”, p. 22. Les photos proviennent toutes des archives personnelles d’Enrico Maria Dal Pozzolo.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.