Vingt ans après le massacre de Georgofili à Florence, le 27 mai 1993


Finestre Sull'Arte se souvient du massacre de Georgofili 20 ans après l'attentat qui a coûté la vie à cinq personnes et endommagé de nombreuses œuvres d'art le 27 mai 1993.

Dans la nuit du 26 au 27 mai 1993, à 1h04 précisément, une voiture piégée placée devant la Torre dei Pulci à Florence, siège de l’Accademia dei Georgofili, a explosé, causant non seulement la perte et l’endommagement de nombreuses oeuvres d’art, mais aussi la disparition de cinq personnes innocentes: Fabrizio Nencioni, 38 ans, inspecteur de la police municipale de Florence ; Angela Fiume, 35 ans, concierge de l’Académie des Georgofili ; Nadia et Caterina Nencioni, âgées respectivement de 8 ans et d’un peu moins de deux mois, filles du couple ; Dario Capolicchio, 21 ans, étudiant loin de chez lui. Quarante-huit autres personnes ont été blessées. Sept œuvres d’art ont été perdues à jamais: Les joueurs de cartes et le concert de Bartolomeo Manfredi, L’adoration des bergers de Gerrit van Honthorst (conservés aux Offices), L’aigle de Bartolomeo Bimbi, un tableau de vautours, hiboux et bécasses d’ Andrea Scacciati, et deux gravures, Une scène de chasse de Francis Grant et Un grand cerf dans un marais d’ Edwin Landseer (conservés à l’académie Georgofili). À l’occasion du vingtième anniversaire de l’événement connu sous le nom de Massacre de Georgofili, Finestre sull’Arte souhaite commémorer la mémoire de ces cinq personnes et l’outrage fait au patrimoine artistique, qui a subi d’énormes dommages.

C’est dans ces années-là que l’Italie connaît l’apogée de la stratégie terroriste de Cosa Nostra: la mafia a déjà tué les magistrats Giovanni Falcone et Paolo Borsellino et s’apprête à mettre en place une tactique qui, selon les criminels, frappera l’État plus efficacement que les attentats contre les personnes. Cette tactique consiste à frapper le patrimoine artistique italien afin de blesser profondément l’Etat et sa culture. Les raisons de la saison des massacres sont à chercher dans la persistance et l’intensification de la lutte contre la mafia par l’État, qui avait alors décidé d’appliquer l’article 41 bis de la loi sur le régime pénitentiaire (connu sous le nom de “carcere duro”) aux détenus mafieux. La mafia, à travers les attentats, espérait obtenir de l’État la révocation du 41 bis: c’est le motif officiel.

Le massacre de Georgofili a inauguré la saison des attentats contre le patrimoine artistique, qui ont coûté, comme indiqué plus haut, non seulement la perte d’œuvres d’art, mais aussi des vies humaines: l’attentat de Florence a été suivi par le massacre de Via Palestro à Milan (cinq victimes et d’importants dégâts au Pavillon d’art contemporain) et par les attentats à la bombe contre les églises de San Giovanni in Laterano et de San Giorgio al Velabro à Rome, qui n’ont heureusement pas fait de victimes, mais qui ont fait plusieurs blessés et endommagé les deux édifices religieux. Les massacres ont cessé en 1994 avec le non-renouvellement, par le ministre de la justice de l’époque, Giovanni Conso, du 41 bis pour certains membres de la mafia, et en même temps avec l’arrestation des frères Filippo et Giuseppe Graviano, chefs de la mafia qui étaient parmi les principaux organisateurs des attentats à la bombe: ils purgent actuellement des peines de prison à perpétuité.

Cependant, vingt ans plus tard, de nombreuses questions restent sans réponse: la première, et la plus profonde, est d’essayer de comprendre s’il y a eu une négociation entre l’État et la mafia. Demain, à Palerme, s ’ouvrira le procès au cours duquel dix accusés (parmi lesquels des mafieux, des hommes politiques et des carabiniers) seront jugés pour cette prétendue négociation. Et il faudra alors comprendre si la révocation du 41 bis était le véritable motif des massacres, ou si quelque chose de plus profond se cachait derrière les attaques: ce sont les doutes exprimés également par Giovanna Maggiani Chelli, présidente de l’Association des familles des victimes du massacre de la Via dei Georgofili.

En attendant que la justice suive son cours et que toute la lumière soit faite sur les massacres de 1993, nous ne pouvons manquer de commémorer l’une des périodes les plus laides et les plus horribles de l’histoire italienne, qui a coûté la vie à tant d’innocents et la perte de grands chefs-d’œuvre. Devant la Torre dei Pulci, un olivier, symbole de paix, a été planté en souvenir du massacre et des victimes: quiconque se rend à Florence ne peut manquer de passer devant. Par ailleurs, de nombreuses initiatives auront lieu entre aujourd’hui et demain à Florence: nous tenons à signaler en particulier, à 9 heures sur la Piazza della Signoria, le Girotondo per Caterina - Firenze abbraccia gli Uffizi, conçu par Marco Ferri et Marta Pesamosca, auquel participeront des centaines de jeunes étudiants et qui fera le tour des Uffizi. En effet, l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre la mafia est l’éducation et la culture, deux armes redoutées par la mafia, qui se nourrit de l’ignorance. Renouveler la mémoire et, en même temps, éduquer et s’éduquer est donc notre devoir précis de citoyens, tout comme il est de notre devoir de demander à l’État plus d’éducation et plus de culture pour lutter contre la mafia: et il est du devoir précis de l’État de répondre à l’illégalité par plus d’éducation et plus de culture. Nous devons le faire non seulement pour nous-mêmes, mais aussi en mémoire de ceux qui ont donné leur vie.

Nous terminons cet article par uneliste des œuvres d’art détruites et endommagées lors du massacre de Georgofili, tirée des motivations de la sentence de la Cour d’Assises de Florence dans le procès contre les responsables(cliquez sur “motivations” pour le document complet àce lien):

À la suite de l’explosion, outre les graves dommages causés aux bâtiments du centre historique et aux rues voisines de Via dei Georgofili et de Via Lambertesca, la Torre del Pulci, siège de la ville, a été détruite:
la Torre del Pulci, siège de l’Accademia dei Georgofili, a ététotalement détruite et la Galerie des Offices, le Palazzo Vecchio, l’église Santo Stefano et Cecilia al Ponte Vecchio et le Musée de l’histoire des sciences et des techniques ont été gravement endommagés ;
les œuvres suivantes ont été perdues :
à la Galerie des Offices: Gherardo delle Notti - “Adoration des bergers” ; Manfredi - “Joueurs de cartes” ; Manfredi - “Concert” ;

à l’Académie Georgofili: Bimbi - “Aigle” ; Scacciati - “Vautours, hiboux et bécasses” ; Grant (fine print) - “Scène de chasse” ; Landseer (fine print) - “Grand cerf dans un marais” ;

les œuvres suivantes ont été gravement endommagées

à la Galerie des Offices: Van Der Weyden - “Déposition dans le Sépulcre” ; Sebastiano Del Piombo - “Mort d’Adonis” ; Cristofano dell’Altissimo - “Portrait de Giovanni della Casa” ; Gregorio Pagani - “Priam et Thisbe” ; Rubens - “Henri IV à la bataille d’Ivry” ; Rubens - “Portrait de Philippe IV d’Espagne” ; C. Lorrain - “Port avec la Villa Médicis” ; Bernini - “Tête d’ange” ; Gherardo Delle Notti - “Adoration de l’enfant” ; Gherardo Delle Notti - “La bonne fortune” ; Gherardo Delle Notti - “Dîner avec des joueurs de luth” ; Manfredi - “Hommage à César” ; Manfredi - “Dispute avec les médecins” ; F. Rustici - “Mort de Lucrèce” ; A. Gentileschi - “Judith et Holofène” ; A. Gentileschi - “Sainte Catherine” ; G. Reni - “David avec la tête de Goliath” ; B. Strozzi - “Parabole de l’invité au mariage” ; Empoli - “Nature morte” ; Empoli - “Nature morte” ; R. Manetti - “Massinissa et Sophonisba” ; G.B. Spinelli - “David fêté par les jeunes filles” ; G.B. Spinelli - “David apaise la colère de Saül” ; N. Reiner - “Scena di gioco” ; École caravagesque - “Incredulità di San Tommaso” ; Valentin - “Giocatori di dadi” ; École caravagesque - “Liberazione di S. Pietro” ; - “Battaglia di Radicofani” ; M. Caffi - “Fiori” ; Gherardo Delle Notti - “Cena con sponsali” ;

à l’Accademia dei Georgofili: Bimbi - “Pélican” ; “Fleurs” (n° 2 - inv. château 576 et 578) ;

les œuvres suivantes ont subi des dommages divers

à la Galerie des Offices: Bronzino - “Portrait de femme” ; Van Douven - “Glorification des électeurs palatins” ; École A. Gaddi - “Triptyque: Vierge et Saints” ; Maso da San Friano - “La chute d’Icare” ; Giovanni da San Giovanni - “Vierge à l’Enfant et Saint François” ; R. Van Der Weyden - “Déposition” ; Pontormo - “Vierge à l’Enfant” ; Garofalo - “Vierge et Saints” ; Vasari - “Portrait du Duc Alessandro” ; Raffaellino Del Garbo - “Vierge à l’Enfant” ; Puccinelli - “Vierge à l’Enfant” ; A. Micheli - “Sainte Catherine” ; École du Caravage - “Double portrait” ; inconnu - “Enfant couché” ; inconnu - “Saint Jean l’Évangéliste” ; École romaine - “Portrait de Portia De’ Rossi” ; Fra’ Bartolomeo - “Portia” ; Velasquez - “Dame à cheval” ; École Pollaiolo - “Justice” ; Titien - “Dernier repas” ; École du XVe siècle - “Vierge à l’Enfant” ; A. Cecchi - “Autoportrait” ; V. Campanello - “Autoportrait” ; C. Baba - “Autoportrait” ; M. De Matchva - “Autoportrait” ; Farulli - “Autoportrait” ;

à l’Institut et au Musée d’histoire et de science: “Vase cylindrique de l’Accademia del Cimento”, XVIIe siècle, h. 27 cm, diam. 9 cm, verre (cat. IX.66), plaque de vase fissurée - dommage non réparable - affaiblissement de l’objet irréparable ; “Plateau”, XVIIe siècle, verre, diam. cm. 46 env. (cat. IX.85), fissuré - irréparable ; “Télescope réflecteur”, bois, par Leto Guidi, XVIIIe siècle (cat. XI.1), rayures sur la surface du tube - réparable ; “Télescope réflecteur”, bois, XVIIe siècle (cat. XI.2), rayures sur la surface du tube - réparable ; “Sphère armillone de Santucci”, XVIe siècle (cat. VII.30), armille cassée - détachement de la calotte polaire - structure affaiblie - les dommages sont difficilement réparables ;

lessculptures suivantes ont été endommagées

à la Galerie des Offices: art hellénistique - “Niobis” ; art romain - “Tête de jeune homme” ; copie romaine du “Disque de Myron”


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.