Cardelli & Fontana: "en ligne et de nouvelles méthodes de travail: c'est ainsi que nous avons résisté à Covid".


Comment s'est déroulée l'année Covid pour une petite ou moyenne galerie? C'est ce que nous avons demandé à la galerie Cardelli & Fontana de Sarzana dans cet entretien.

Comment s’est déroulée l’année pandémique de Covid pour une petite ou moyenne galerie? Quelles ont été les nouveautés? En quoi l’Internet a-t-il été utile? Nous avons posé la question à la galerie historique Cardelli & Fontana de Sarzana, en activité depuis 1980. Voici les réponses de son directeur, Massimo Biava. L’interview est réalisée par Federico Giannini.

Galerie Cardelli & Fontana
Galerie Cardelli & Fontana

FG. Comment s’est passée l’année dernière? Cela a été une année difficile pour tout le monde: avez-vous résisté ?

MB. Nous avons résisté, mais nous avons en fait résisté pendant de nombreuses années et nous n’avons donc pas vu de grandes différences. D’un point de vue économique, il y a eu un manque de foires, ce qui a deux conséquences, l’une négative, à savoir l’absence de collectionneurs, et l’autre positive, la diminution considérable des dépenses. Cependant, en pouvant travailler sur les clients rencontrés lors des foires précédentes, et donc en travaillant beaucoup plus sur l’Internet, nous avons pu atteindre le seuil de rentabilité des années précédentes.

Comment le travail a-t-il changé ?

Il faut partir d’un principe: nous sommes une galerie située dans une petite ville de province, Sarzana, et nous n’avons donc probablement pas ressenti le poids que peut ressentir un galeriste milanais, qui a des dépenses beaucoup plus élevées et qui a plus de difficultés à se déplacer ou qui a été plus touché par les fermetures. Moi, par exemple, qui habite à cinquante mètres de la galerie, même dans la zone rouge, je n’ai eu aucun problème pour aller travailler au siège. Le travail a changé parce que nous avons eu plus de temps à notre disposition et que nous l’avons consacré, par exemple, au perfectionnement de la photographie, de la documentation et de la recherche sur les catalogues (ces deux derniers aspects surtout en ce qui concerne le moderne): nous en sommes donc venus à nous concentrer sur l’œuvre d’une manière différente qu’auparavant, pour la présenter de la meilleure façon possible, en essayant de fournir le plus de détails possible au collectionneur. Et cela a porté ses fruits. L’approche de la communication en ligne a également beaucoup changé.

Beatrice Meoni, SCS Atogno matraqué par des démons (2020 ; huile sur panneau, 152 x 120 cm)
Beatrice Meoni, SCS Antogno matraqué par des démons (2020 ; huile sur panneau, 152 x 120 cm)


Mirco Marchelli, D'accordo (2020 ; techniques mixtes, 32 x 43 x 4 cm). Photographié dans l'atelier
Mirco Marchelli, D’accordo (2020 ; techniques mixtes, 32 x 43 x 4 cm). Photographié dans l’atelier

Comment avez-vous travaillé en ligne? Avez-vous aussi... succombé à la tendance des salles d’exposition?

Nous travaillons en ligne depuis 1998, ce qui nous a permis d’acquérir l’expérience nécessaire pour gérer le médium. Nous avons accordé encore plus d’attention à la documentation photographique, non seulement en employant des professionnels, mais aussi en apprenant nous-mêmes à photographier un peu mieux les œuvres, en les prenant sous plusieurs angles, en détail ou à distance avec une personne devant elles, comme le font toutes les galeries aujourd’hui. Et la possibilité de présenter les œuvres d’une manière différente a également porté ses fruits. En ce qui concerne les salles d’exposition, je pense que la tridimensionnalité n’a pas beaucoup de sens lorsqu’il s’agit de présenter des œuvres bidimensionnelles. Ce que nous avons appelé une salle d’exposition était donc en fait une manière de présenter les œuvres dans leur contexte. Je pense, par exemple, à l’exposition Marco Marchelli où nous avons utilisé cet outil pour fournir une documentation plus approfondie de l’œuvre et aussi pour présenter des images des œuvres elles-mêmes dans leur lieu d’origine, c’est-à-dire dans l’atelier de Marchelli. Je citerai également l’exposition sur l’abstractionnisme géométrique où, en plus de présenter les œuvres bien photographiées et bien documentées, avec également des images du catalogue, nous avons également présenté toute une série de lettres d’Atanasio Soldati. C’était comme un ajout à la documentation. Mais l’expérience d’entrer dans une sorte de salle virtuelle est quelque chose qui nous intéresse moins.

Dans votre cas, l’Internet a-t-il modifié la relation avec les collectionneurs ?

En ce qui nous concerne, nous n’avons pas seulement vendu à nos collectionneurs, mais aussi à de nouveaux collectionneurs. Depuis le mois d’avril de l’année dernière, les demandes de renseignements par courrier électronique ont immédiatement explosé ; dans la plupart des cas, nous n’avons pas pu conclure, mais je pense avoir reçu plus de trois fois plus de contacts qu’auparavant. Cela a influencé la tendance.

Pour conclure avec l’Internet, comment gérez-vous l’explosion du NFT ?

En fait, personnellement, cette année m’a amené à redécouvrir le travail physique, en allant dans les entrepôts, en les filmant et en les photographiant, dans une relation très directe. Je pense donc que je suis sur le chemin inverse en ce moment. Je ressens le plaisir de toucher, de regarder l’état de l’œuvre, surtout moderne. C’est un sujet qui ne m’attire pas.

Atanasio Soldati - Le buste blanc, détail de la documentation pdf de l'œuvre
Atanasio Soldati, The White Bust, détail de la documentation pdf de l’œuvre


Mirco Marchelli, Giardino gaudente (2020 ; techniques mixtes, 42 x 25 x 5,5 cm). Photographié dans l'atelier
Mirco Marchelli, Giardino gaudente (2020 ; techniques mixtes, 42 x 25 x 5,5 cm). Photographié dans l’atelier

Enfin, une dernière question: quelles sont les perspectives d’avenir pour le secteur, en particulier pour les petites et moyennes galeries? La crise a-t-elle touché de plein fouet ce segment du marché? Et la recherche de formes de collaboration avec d’autres acteurs pourrait-elle être une forme de stratégie pour l’avenir?

Comme je l’ai dit, nous avons moins ressenti le poids de la crise que d’autres galeries situées dans d’autres endroits ou dotées de structures plus importantes. Nous sommes une galerie familiale, nous avons bien sûr connu quelques revers, mais je pense que les petites galeries ont mieux résisté. Quant aux collaborations, c’est un point sur lequel j’ai toujours insisté. Nous avions, même avant la pandémie, un réseau de collaborations qui a disparu avec la crise, car nous nous sommes tous retrouvés dans une situation d’urgence majeure. Nous sommes toujours une galerie historique, donc nous avons un peu plus de difficultés à trouver des collègues avec qui collaborer, mais c’est quelque chose que j’aimerais continuer à faire. En fait, nous avons ouvert des collaborations à l’étranger au cours de cette période, ce qui prouve que quelque chose a bougé. Nous avons notamment entamé une relation avec deux galeries françaises et une galerie londonienne: ce ne sont pas des choses très importantes, mais elles sont nouvelles. Bien sûr, il me semble difficile de tirer des conclusions à l’heure actuelle, car je pense qu’il est trop tôt: nous devrons voir quand nous reviendrons à une normalité du marché et des mouvements, et voir les résultats que ces collaborations donneront. Pour l’instant, cependant, je peux dire que je suis certain que ces collaborations sont le résultat d’une présence accrue en ligne. Quoi qu’il en soit, je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait: peut-être même plus positif, en cette année de statu quo, nous aurions même pu nous rendre compte que sans les foires, nous pouvons encore avancer, peut-être que ce serait le bon moment pour essayer de regagner un peu de pouvoir sur les organisations de foires, pour les amener à changer leur traitement des sujets de notre taille. Je crois cependant que le monde de l’art finit toujours par s’en remettre: notre secteur a été très rapide à s’adapter aux changements, à se mettre à niveau en ligne, d’un autre côté, nous parlons d’art. Si nous ne sommes pas créatifs, nous qui sommes en contact avec des artistes tous les jours....


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.