Entretien avec Giulio Paolini: "L'art du passé n'est pas encore passé et ne le sera jamais".


Entretien avec l'un des plus importants artistes italiens vivants, Giulio Paolini, qui se trouve à Naples jusqu'au 24 avril 2021 à la galerie Alfonso Artiaco avec sa nouvelle exposition "Fuori quadro".

Giulio Paolini (Gênes, 1940) est le protagoniste d’une nouvelle exposition à la galerie Alfonso Artiaco de Naples, intitulée Fuori quadro (En dehors de la peinture), qui présente huit œuvres, dont quatre ont été créées pour l’occasion, ainsi que plusieurs collages inéd its. Les œuvres exposées se rapportent toutes à l’histoire de l’art, de Polyclète à Manet, de Watteau à De Chirico. L’objectif est de faire ressortir des fragments du passé qui sont encore significatifs pour l’art d’aujourd’hui. Nous lui avons posé quelques questions. L’interview est réalisée par Federico Giannini.

Giulio Paolini
Giulio Paolini

FG. Comme c’est souvent le cas dans votre art, il y a plusieurs références à l’histoire de l’art. Avec vos œuvres, vous voulez nous montrer que des significations valables pour le présent et l’art contemporain continuent d’émerger de l’art du passé. Quel est votre rapport à l’art du passé ?

GP. La vérité est (si l’on peut encore parler de vérité) que l’art du passé n’est pas encore et ne sera jamais “passé”. Le dilemme, l’énigme, c’est où et comment se cache le nexus que l’on pourrait à chaque fois tracer entre une œuvre et la suivante, ou plutôt ce qui se passe sans jamais se contredire le long de la ligne continue de l’Histoire.


Vous vous déclarez “prisonnier d’un inventaire de figures”, et dites que les classiques “avaient une attitude particulière avec les images: plutôt que de les proposer, ils les attendaient, à une certaine distance”. Pour vous aussi, il s’agit donc d’une attente détachée ?

C’est exact: l’immersion continue dans l’univers des images n’exclut pas, et même procure, un certain détachement. Je ne me sens pas tant un artiste en proie à la créativité et à l’inspiration qu’un personnage qui attend discrètement la décantation des images.

Vos nouvelles œuvres comprennent des collages sur Pompéi, dans lesquels vous faites un portrait du site archéologique, et vous déclarez que “le classique est la distance, l’ancien est l’éloignement”, et que l’ancien ne peut pas être approché. Quelle différence voyez-vous donc entre “classique” et “ancien” ?

Plus qu’une différence, il s’agit d’une parenté “acquise” entre deux sujets: l’un, l’ancien, détaché et plus austère ; l’autre, le classique, plus serein et discursif. Tous deux sont toujours présents et communicatifs.

Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l'exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce
Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l’exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce


Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l'exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce
Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l’exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce


Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l'exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce
Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l’exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce


Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l'exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce
Giulio Paolini, Fuori quadro, vue partielle de l’exposition, mars 2021, Alfonso Artiaco, Naples. Photo: Grafiluce


Vis-à-vis (Amazon)
Vis-à-vis (Amazone). Photo: Grafiluce


Collages sur Pompéi
Collages sur Pompéi. Photo: Grafiluce


Sur scène (Gilles)
Sur scène (Gilles). Photo: Grafiluce


Sur scène (Gilles)
Sur scène(Gilles). Photo: Grafiluce

Une fois encore, l’une des œuvres centrales de l’exposition est In scena (Gilles), inédite. On y voit une photographie du Gilles que Watteau a peint dans Pierrot, dit autrefois Gilles , au centre d’un rideau, le tableau étant à son tour placé sur un chevalet derrière une chaise avec un cadre et un rideau doré par-dessus. Cette dialectique entre la dimension intime de l’artiste et la dimension publique est intéressante et particulièrement d’actualité à notre époque de pandémonium, d’absence de contact (avec le public et au-delà). Quelle est votre attitude à l’égard de l’époque que nous vivons ?

Dieu merci, comme je ne suis pas obligé d’avoir un contact direct et décisif avec le public et la réalité quotidienne, je me trouve dispensé d’une correspondance immédiate et je peux laisser s’installer les réactions et les émotions de tous les jours.

Dans l’exposition, on peut également voir trois œuvres Piazza d’Italia, des hommages à Giorgio de Chirico réalisés au début des années 2000, ainsi que des œuvres d’où émerge une sorte de voix du silence , ramenée ici à une dimension “authentique et originelle”, pour reprendre deux adjectifs que vous attribuez aux piazzas de De Chirico. La décision d’intégrer ces œuvres à l’exposition a-t-elle un rapport avec ce que nous vivons en ce moment ?

Tout est lié, plus ou moins directement, à la société et, plus largement, à la vie. Il est donc inévitable de se référer à quelque chose qui vit à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de nous.

Dans l’œuvre Vis-à-vis (Amazon), la dialectique entre deux œuvres classiques confrontées revient, l’un des éléments peut-être les plus connus de son art. Comment l’avez-vous déclinée dans cette œuvre de 2019?

Comme toujours, les “personnages” de mes œuvres sont solitaires, même lorsqu’ils sont placés en vis-à-vis. La mimesis reprend, reflète la même image qui se dédouble donc devant elle-même. De même, les deux profils de Vis-à-vis (Amazon) sont en fait les deux moitiés, gauche et droite, d’une même figure. C’est ainsi qu’un dialogue muet se manifeste comme la récitation d’un monologue.

En 1991, Giuliano Briganti écrivait que vous êtes, parmi les artistes d’aujourd’hui, peut-être celui qui a le plus “calculé les cartes qui restent dans la main d’un artiste pour être ”encore“ un artiste aujourd’hui”. Le grand historien et critique, en particulier, a écrit que certaines caractéristiques fondamentales sont restées inchangées dans votre œuvre: pureté atmosphérique, silence, “légèreté”, élégance intellectuelle, des éléments qui distinguent peut-être l’artiste plus encore que les œuvres (Briganti vous a attribué une pensée: “les œuvres ne restent pas, c’est l’artiste qui reste”). Trente ans ont passé: à votre avis, quelles sont les “cartes” pour être encore un artiste en 2021 ?

Mon amitié de longue date avec Giuliano Briganti me rappelle quelque chose de précieux et de rassurant... l’étendue de ses connaissances allait jusqu’à considérer tout l’arc de l’histoire de l’art avec une complétude particulière. A la question de savoir quelles “cartes” mettre sur la table aujourd’hui, je crois que l’artiste se retrouve avec les mêmes cartes qu’hier.

Une dernière question: l’exposition Fuori Quadro coïncide avec un anniversaire important. En 2020, soixante ans se sont écoulés depuis sa première œuvre (Dessin géométrique: une référence figure également dans Vis-à-vis) et 2021 marque le soixantième anniversaire de ses débuts, au Premio Lissone en 1961. Soixante ans de carrière, c’est une réussite remarquable, mais vous ne vous arrêterez certainement pas: que pouvons-nous attendre de vous à l’avenir? Quels aspects de votre recherche avez-vous l’intention d’approfondir à l’avenir ?

Avec le temps (et l’âge), je pense que j’adopterai un rythme plus modéré et plus réfléchi. J’ai envie de laisser s’installer les nombreuses suggestions qui se profilent encore à l’horizon. Les souvenirs personnels émergent maintenant, mais sans devenir intrusifs, émergeant discrètement dans le contexte d’une vie quotidienne moins pressante.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.