Entretien avec Patrizio Roversi: "Le tourisme de qualité ? C'est celui qui crée des relations


Longue interview de Patrizio Roversi, visage historique et pionnier du tourisme à la télévision avec Syusy Blady dans l'émission "Turisti per caso". Nous avons discuté avec lui de l'évolution du tourisme au cours des 30 dernières années. Et de ce que devrait être un tourisme de qualité.

Le touriste qui “aime” est l’objectif à atteindre pour éviter une massification du tourisme. C’est ce que Patrizio Roversi, l’un des deux “Turisti per caso” qui, avec Syusy Blady, ont donné vie à l’émission du même nom sur la RAI au début des années 1990 (de 1991 à 2006 avec des variantes telles que “Velisti per caso”, “Misteri per caso”, “Evoluti per caso”, qui a également fait son chemin sur les réseaux Mediaset), a longtemps fait découvrir le monde à travers des personnages rêveurs et parfois même “jouisseurs”. qui a également fait son apparition sur les réseaux Mediaset), qui a longtemps fait découvrir le monde à travers leurs yeux rêveurs et parfois même un peu ahuris, comme deux Italiens qui nous ressemblent en tous points, qui prenaient et partaient vers des destinations touristiques, appareil photo et carte à la main. Trente ans ont passé depuis que Patrizio Roversi et Syusy Blady ont commencé à couvrir le monde à la télévision, et le tourisme dans le monde est devenu un phénomène de masse, sans contraintes de recensement, de distance ou de moyens de transport, faisant apparaître de nouveaux problèmes que l’on n’aurait jamais pensé à attribuer au tourisme. L’air enfantin des touristes s’est transformé en l’air vorace du “hit and run” dans nos villes d’art, tant critiqué déjà dans les années précédant la pandémie par Covid et qui, après deux ans de tourisme zéro, se repropose exactement de la même manière aujourd’hui, gagnant de plus en plus d’espace dans le débat public. Finestre sull’Arte a demandé à Patrizio Roversi comment il perçoit le phénomène à partir de son expérience de touriste professionnel depuis 30 ans.

Patrizio Roversi. Photo: Italia Slow Tour
Patrizio Roversi. Photo: Italy Slow Tour

Une étude de la Banque mondiale a calculé qu’entre 1990 et 2019, le nombre de personnes qui voyagent pour leurs loisirs a doublé pour atteindre 2,4 milliards de personnes dans le monde. C’est précisément dans les années 1990 que vous avez lancé votre programme à succès, emmenant le téléspectateur autour du monde, parfois même dans des endroits impensables, en tant que deux touristes “bons à rien” avec un appareil photo à la main et beaucoup de curiosité. Et vous avez eu beaucoup de succès. Qu’est-ce qui a changé dans le voyage et le voyageur au cours de ces 30 années ?

Paradoxalement, nous avons regretté ce que nous avons fait ! Bien sûr, c’est une provocation, mais depuis que nous avons commencé l’émission en 1990, le slogan était “si nous pouvons le faire, tout le monde peut le faire”, “si nous pouvons le faire, vous pouvez le faire”, “voyagez, voyagez, parce que le tourisme est un devoir culturel, presque un droit”. Mais aujourd’hui, face aux dimensions quantitatives que le tourisme a prises au détriment des caractéristiques qualitatives qu’il embrasse, nous l’avons regretté, en ce sens que nous sommes passés du “touriste par hasard” au “touriste au hasard”...

Vous êtes-vous demandé pourquoi cette évolution ?

Nous avons essayé de comprendre les raisons et elles sont nombreuses. Tout d’abord, le monde a changé, la mondialisation a fait des pas de géant, et qui dit mondialisation dit aussi homologation. Lorsque nous sommes allés au Japon dans les années 90, nous avons tourné cinq épisodes de 100 minutes en cinq jours parce que tout, chaque endroit était différent et méritait d’être raconté, partout où nous attachions la caméra, il y avait de nouveaux endroits à découvrir. Aujourd’hui, il y a beaucoup de “non-lieux”, comme les appelait l’architecte urbaniste Marc Augé... Puis il y a eu l’avènement des compagnies aériennes low-cost, qui ont rendu les voyages beaucoup plus faciles, et l’explosion du web et des réseaux sociaux.

Alors qu’il y a trente ou vingt ans, notre “stratège” de l’audiovisuel devait se démener pour trouver des lieux où aller, des gens à rencontrer, des anecdotes à raconter... maintenant ils vous sautent dessus, il y a des influenceurs qui vous racontent le monde ! Dommage que dans un plan vertical d’un téléphone portable qui doit durer quelques secondes d’un Tik Tok à la fin, ce n’est pas comme s’ils vous en parlaient d’une manière complète et intéressante. Bruce Chatwin est allé en Patagonie et a écrit en 1977 un livre racontant son voyage, et il est juste que quelqu’un qui va en Patagonie aujourd’hui lise Chatwin, parce que sinon il arrive en Patagonie et dit: "Mais il n’y a rien là-bas !Et c’est vrai: je confirme qu’en Patagonie il n’y a rien, mais il y a tout, seulement il faut le savoir, il faut que quelqu’un vous le dise à l’avance. Alors, laissez-moi vous dire que le tourisme de masse, le tourisme industriel (même si c’est une définition laide) a conduit (et je vous parle de Venise) à une grande superficialité et à une homologation.

Souvent, on oppose le tourisme de masse au tourisme de qualité, en faisant ressortir presque une équivalence entre le tourisme de masse pauvre (sandwich, cantine, hit and run) et le tourisme de qualité, qui est l’apanage des vacanciers aisés qui dépensent et dépensent pour les services liés à un voyage. Ceux que l’on appelle les gros dépensiers. Mais le tourisme de qualité est-il vraiment l’apanage des riches ?

Absolument pas. Ce n’est pas le facteur discriminant. Les touristes dits accidentels représentaient plusieurs centaines de milliers de personnes qui se sont identifiées au style de l’émission et lorsque nous avons ouvert le site au début des années 1990.

Là encore, vous avez été des pionniers !

Ils sont devenus une véritable communauté échangeant expériences et conseils sur leurs voyages, le fameux Guide per caso. Dont les auteurs étaient de simples passionnés d’un lieu particulier qui mettaient l’information à la disposition des autres et animaient les forums.

Le touriste a-t-il la passion de la découverte ou seulement l’idée de se détendre ?

Le touriste accidentel, par définition, doit avoir une passion pour l’endroit où il veut aller, il faut qu’une étincelle se déclenche: cela peut être n’importe quoi, l’histoire d’un collègue comme la lecture d’un livre ou d’un documentaire ou d’un film. Mais il faut avoir envie d’aller quelque part parce qu’on a un intérêt spécifique.

Alors qu’aujourd’hui, entre Google Maps, TripAdvisor et les sites internet à portée de smartphone, on est passé du touriste par hasard un peu dérouté mais intrigué par vos reportages ironiques au touriste hyper-informé qui veut tout faire lui-même.

Il y a vingt ans, il y avait une diatribe sur le fait de se débrouiller seul ou de passer par des professionnels du voyage, c’est-à-dire des tour-opérateurs, parce qu’il y avait une tendance exagérée à se débrouiller seul, en sautant la médiation de ceux qui faisaient ce métier de manière professionnelle. Et souvent, les voyagistes étaient de grands amateurs d’une destination dont ils devenaient ensuite des experts et y emmenaient d’autres touristes.

Nous voulions donc être prudents: si vous vouliez aller, par exemple, au Yémen, vous ne pouviez pas y aller seul....

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, il y a ces grands groupes organisés par des voyagistes non italiens qui semblent importer sauvagement des touristes à qui ils proposent un tour d’Europe et qui ne peuvent prévoir que 2 ou 3 étapes italiennes. Mais le résultat est que les arrêts italiens sont toujours les mêmes: une carte postale à Venise, Rome et peut-être Florence. Nous sommes un peu colonisés par cette gestion du tourisme, nous n’avons même plus de transporteur aérien, donc des vols en provenance d’Amérique ou du Japon la plupart du temps . Aujourd’hui, dans quelle mesure une campagne publicitaire, comme celle d’un ministère du tourisme, compte-t-elle dans la motivation à voyager, par rapport aux nombreux influenceurs sur les réseaux sociaux?

À mon avis, le grand problème aujourd’hui est que le tourisme est devenu un statut. Vous voulez venir à Venise et vous voulez à tout prix vous faire prendre en photo sur la place Saint-Marc, mais c’est une chose de venir montrer à vos collègues de bureau, peut-être en Hollande. C’est une chose de comprendre où vous êtes et pourquoi vous êtes ici plutôt que là-bas. Hier, par exemple, j’ai fait une visite très intéressante de la maison-musée de Mariano Fortuny, un personnage extraordinaire, dans un calme extrême puisqu’il n’y avait pas grand monde, et quand nous sommes partis, nous avons retrouvé la foule du Rialto où tout le monde voulait simplement prendre une photo ou aller dans les boutiques pour acheter des vêtements. Donc le facteur discriminant à mon avis n’est pas le touriste riche ou le touriste pauvre, il y a plein de touristes riches qui suivent un guide en groupe et qui font du ’gregging’, mais ils s’ennuient, ils ont envie de faire pipi, ils ont soif... les touristes qui ’subissent’, qui se déchaînent parce que ça fait partie d’un programme, c’est ça qu’il faut éviter. Le facteur discriminant est donc le touriste qui s’amuse parce qu’il résout sa curiosité.

Qu’est-ce que le tourisme pour vous, que représente le voyage ?

Pour moi, le tourisme est la relation entre le touriste et la réalité locale. Ces grands groupes ne peuvent pas avoir de relation avec les centres historiques. Je sors d’un supermarché et si un touriste avait regardé les fromages avec curiosité pour savoir lequel acheter, nous aurions peut-être commencé à discuter du meilleur. Mais le problème, c’est qu’il y avait 300 touristes qui voulaient des chips et du Coca-Cola, et que j’ai mis deux fois plus de temps à faire mes courses à cause de la file d’attente à la caisse. Ainsi, le touriste n’est parfois perçu que comme un obstacle, et non comme une personne à qui l’on peut s’identifier.

... et les habitants fuient parce qu’ils ont l’impression que leur qualité de vie diminue avec tous ces gens autour d’eux, ce qui entraîne la transformation de leur quartier, n’est-ce pas ?

Les gens se sentent envahis, mais il y a des raisons, des choix économico-politiques qui visent à expulser les habitants des centres-villes. Et en plus d’être injuste, c’est une façon de dilapider, de ruiner et de détruire notre patrimoine, qui est notre identité: nous offrons aux touristes étrangers (et aux autres) notre identité. Nous devons donc conserver notre identité avec le boucher, le barbier, la pharmacie....

Ensuite, il y a eu la prolifération des chambres d’hôtes....

Ce ne sont même pas de vrais B&B, car le B&B traditionnel, tel qu’il est né en Irlande dans les années 1920, c’est Mrs Pina qui ouvre ses portes pour accueillir deux touristes pour lesquels elle fait leur lit, prépare leur petit déjeuner, leur conseille des choses à voir, le tout pour arrondir leurs fins de mois. Aujourd’hui, ce n’est plus comme ça: il y a une plateforme sur le web, sans relations personnelles directes, où l’on choisit le logement, on entre dans la maison en tapant un code sur la porte ou avec les clés données par une tierce personne rémunérée pour cela, puis une autre personne vient faire le ménage. Et les propriétaires partent vivre en dehors du centre, les maisons à louer pour les familles ne se trouvent plus, les prix augmentent, etc. Le maire de Florence, Dario Nardella, a dit que cela suffisait... mais ils lui ont tous sauté dessus en disant: "Vous ne pouvez pas parce que c’est le marché libre qui commande !

Notre pays est riche en art et la première motivation pour voyager est de voir les beautés artistiques dont nos villes regorgent. Alors comment garantir la jouissance de l’art, qui appartient à tous, sans dénaturer le tissu social des villes qui les accueillent ? Comment trouver le bon équilibre ?

Je répondrai de deux manières. Parmi les arts, je mettrais aussi l’urbanisme. Dans le sens où nous devons faire en sorte que les touristes vivent l’urbanisme de nos lieux de manière détendue et positive. Je peux vous donner l’exemple de Bologne, dont la principale caractéristique est son urbanisme, avec ses portiques, les relations que les portiques parviennent à créer avec l’intérieur et l’extérieur de la boutique. Il faut ensuite s’efforcer de qualifier l’offre. Dans certains musées, il y a une file d’attente à l’extérieur et souvent à l’intérieur, on ne peut même pas se mettre devant un tableau pour méditer parce qu’il y a une file d’attente. Et puis il y a des musées petits ou moyens, dédiés à un personnage ou à une histoire, qui sont beaux à visiter mais qui sont semi-déserts. L’information est fondamentale, en créant des guides locaux, des itinéraires, et en abordant la question de la langue.

Dans quel sens ?

Le tourisme a explosé parallèlement au web et aux médias sociaux. Et cela vient de quelqu’un qui, avec Turisti per caso, a été le premier à utiliser Internet dans les années 1990, en proposant des carnets de voyage d’auditeurs sur le site web de l’émission, qu’ils comparaient, approfondissaient et écrivaient même des histoires de 5 secondes avec leurs itinéraires, et pas seulement des bobines de 5 secondes comme le fait TikTok aujourd’hui. Nous devons résoudre le problème de la langue, car le tourisme souffre du niveau culturel général. Mais je ne veux pas être un oncle, je suis un analphabète de retour au pays. Il faut accueillir le touriste, investir dans le tourisme, et la première chose à faire, c’est que le touriste s’amuse.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte