La Bibliothèque nationale de Naples acquiert une importante lettre autographe de Leopardi


La Bibliothèque nationale de Naples a acquis une importante lettre autographe de Giacomo Leopardi, qui vient enrichir la collection Leopardi.

Une lettre autographe de Giacomo Leopardi (Recanati, 1798 - Naples, 1837), écrite à son ami et homme de lettres Carlo Emanuele Muzzarelli, fait partie du fonds Leopardi de la Bibliothèque nationale de Naples. La lettre a été envoyée de Bologne, où Leopardi est arrivé le 29 septembre 1825 et où il est resté jusqu’au 3 novembre 1826. Dans la ville émilienne, Leopardi logea dans la famille du ténor Aliprandi, dans une maison attenante au Teatro del Corso. La lettre autographe, signée sur la quatrième page, mesurant 240 x 188 mm, est adressée de Bologne au comte Carlo Emanuele Muzzarelli à Rome, et porte la date du 18 décembre 1825. La lettre, avec une petite déchirure dans la marge supérieure blanche, porte le cachet de la poste de Bologne, avec une date d’arrivée du 22 décembre, et les traces du cachet de cire, bruni, sont clairement visibles. Il a été acheté le 18 novembre dernier lors de la vente aux enchères Finarte Books, Autographs and Prints pour la somme de €7,997.

Le comte Carlo Emanuele Muzzarelli, licencié en droit et auditeur à la Cour de la Sacrée Rote, fut une figure de proue de la scène culturelle romaine, avec une activité littéraire et culturelle constante ; il publia des vers et surtout fut membre de l’Association des écrivains romains. Il publia des vers et fut surtout membre de nombreuses académies prestigieuses, parmi lesquelles l’Arcadia (sous le nom de Dalindo Efesio), la Tiberina, la Latina (dont il fut également le président), l’Accademia dei Lincei, l’Accademia di San Luca et l’Académie pontificale d’archéologie. Il correspondait avec Leopardi, en l’honneur duquel il composa l’ode au comte Giacomo Leopardi publiée dans Notizie teatrali bibliografiche e urbane ou Il Caffè di Petronio.

La bibliothèque, malgré la fermeture forcée due aux réglementations gouvernementales pour contenir la pandémie de Covid", déclare le directeur Gabriele Capone, “n’a pas interrompu son action constante et intense pour protéger la mémoire du grand poète et l’activité constante de valorisation de la collection avec la recherche d’autres témoignages de Leopardi entre les mains de particuliers”. La quasi-totalité de l’œuvre littéraire, philosophique et non romanesque de Leopardi est conservée à Naples, ainsi que plus de 80% de la correspondance envoyée par les parents et les amis à Leopardi lui-même. L’engagement de la Bibliothèque vise donc depuis longtemps à augmenter le nombre de lettres écrites par Leopardi lui-même à des chercheurs et à des amis, afin de révéler les aspects artistiques, poétiques et personnels liés à des lieux et à des moments historiques spécifiques".

“Il s’agit d’un document autographe d’un intérêt bibliographique et historique particulier”, explique le directeur Capone, “dont les références se trouvent dans la littérature ; cité à plusieurs reprises dans les épistolaires et les répertoires, il s’avère utile pour une meilleure compréhension de la personnalité du poète. La lettre nous montre un comportement de Giacomo Leopardi différent de l’habituel, toujours timide et réservé ; dans la missive, en effet, le poète témoigne de sa reconnaissance pour les vers écrits en son honneur par le comte Muzzarelli, et se réjouit de leur publication”.

La missive signée par Giacomo Leopardi dit en effet : “... Profitant de la licence que vous m’avez accordée, j’ai fait imprimer ici vos beaux quatrains dans une feuille périodique dont je vous envoie un exemplaire. Si vous désirez un autre exemplaire, je verrai s’il m’est possible de vous rendre service.... ”.

L’ode composée en l’honneur de Giacomo Leopardi sera en fait publiée dans les Notizie teatrali bibliografiche e urbane ou Il Caffè di Petronio, du 24 novembre 1825, n° 51, p. 203, dans lequel le comte Carlo Emanuele Muzzarelli célèbre Leopardi pour ses premiers Canzoni et surtout pour cet All’Italia, vers qui à l’époque à Bologne enflammait tous les libéraux. O tu, che la tua patria in suono ardito / Togliesti all’ozio indegno, / Di un’anima non vile odi l’invito, / Di Te, di Ausonia degno" : c’est ce qu’écrit Muzzarelli, qui admire l’enthousiasme patriotique sincère de Leopardi et son aspiration au Risorgimento de l’Italie.

Photo : la lettre acquise par la Bibliothèque nationale de Naples.

La Bibliothèque nationale de Naples acquiert une importante lettre autographe de Leopardi
La Bibliothèque nationale de Naples acquiert une importante lettre autographe de Leopardi


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.