Le Jardin des Justes voit le jour à MArTA. Le premier olivier portera le nom de Khaled al-Asaad.


Le 6 mars, un protocole sera signé entre MArTa et le Comité de la qualité de vie de Tarente pour créer le Jardin des Justes.

Le 6 mars, à l’occasion de la Journée des Justes de l’humanité, le Jardin des Justes sera créé au Musée archéologique national de Tarente. En effet, demain, MArTA signera un protocole d’accord avec le Comité de la qualité de vie de Tarente : La directrice Eva Degl’Innocenti et le président du Comité, Carmine Carlucci, initieront un lien scientifico-culturel, mais aussi civique et pédagogique, entre deux réalités qui ont ressenti le besoin de maintenir vivante et de renouveler la mémoire de la Justice des Justes.L’intention est de faire de la date de l’anniversaire de la naissance des Justes un événement scientifique, culturel, mais aussi civique et pédagogique, entre deux réalités qui ont ressenti le besoin de garder vivante et de renouveler la mémoire de ceux qui, en tout temps et en tout lieu, ont fait le bien en sauvant des vies humaines, ont lutté pour les droits de l’homme lors de génocides et ont défendu la dignité de la personne en refusant de se plier au totalitarisme et à la discrimination entre êtres humains.

L’objectif est de faire de la date du 6 mars une date fixe dans le programme culturel et social de la ville.

Le premier arbre sera un olivier, symbole de paix et de dialogue entre les peuples : il sera planté sur la pelouse de l’ancien couvent Alcantarine et portera le nom de Khaled al-Asaad, l’archéologue syrien tué par ISIS en 2015 à Palmyre.

“Revenir aux Justes signifie préserver et défendre la mémoire et l’histoire, et reconnaître le mérite de personnes extraordinaires, comme Khaled al-Asaad, l’un des plus importants spécialistes de l’archéologie au Moyen-Orient, qui, en 2015, a été torturé et décapité par les djihadistes de l’ISIS à Palmyre.Isis à Palmyre, site classé au patrimoine de l’Unesco, au milieu des vestiges de l’amphithéâtre antique de la ville historique syrienne qu’il avait tenté de défendre”, a déclaré Eva Degl’Innocenti, directrice du MArTA.

“Nous préférons mourir plutôt que de nous rendre”, disait souvent Khaled Al-Asaad, évoquant les paroles prophétiques de la reine Zénobie, souveraine de Palmyre. Avec le Jardin des Justes, le MArTA et le Comité pour la qualité de la vie de Tarente renouvellent la mémoire de cet homme juste, martyrisé au nom de la culture.

Le Jardin des Justes voit le jour à MArTA. Le premier olivier portera le nom de Khaled al-Asaad.
Le Jardin des Justes voit le jour à MArTA. Le premier olivier portera le nom de Khaled al-Asaad.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.