Palais Pitti, la précieuse Sala di Bona rouvre au public


Grâce à une importante donation de la philanthrope américaine Veronica Atkins, la Sala di Bona, décorée d'un important cycle de fresques de Bernardino Poccetti, rouvre au public au Palais Pitti. La donation a également permis la restauration des tapisseries de Valois et l'achat d'un piano pour la Sala Bianca.

Une ouverture importante pour le patrimoine culturel de Florence grâce au mécénat d’un philanthrope: au Palais Pitti , la Sala di Bona, inconnue de la plupart et non incluse dans le parcours muséal, rouvre au public bien qu’elle communique directement avec la Sala Bianca, lieu habituel d’expositions et de réunions. En effet, la restauration de la salle vient d’être achevée, grâce au soutien des Amis des Offices et des Amis des Galeries des Offices , et en particulier à la générosité de la philanthrope américaine Veronica Atkins, qui a fait don de plus d’un million d’euros au musée.

La Sala di Bona, grandiose salle d’apparat des Médicis directement attenante à la Sala Bianca du Palazzo Pitti, est décorée d’un cycle pictural de 540 mètres carrés conçu par le peintre maniériste Bernardino Poccetti (Florence, 1548 - 1612), et a été rouverte après une restauration longue et complexe réalisée par l’Opificio delle Pietre Dure de Florence. Le cycle de fresques qui recouvre les murs de la Sala di Bona illustre quelques-uns des principaux exploits du grand-duc Ferdinand Ier, qui ont scellé sa contribution à la stabilité politique de l’Europe et l’entrée du grand-duché de Toscane dans le concert des grandes puissances du continent. On y trouve des scènes militaires (la conquête de la ville de Bona en Algérie, d’où le nom de la salle, et la bataille de Prevesa, en Grèce), des vues de lieux clés de la politique militaire toscane (le port de Livourne) et d’autres représentations: Cosimo I couronné par les vertus, les allégories de la mer Tyrrhénienne et du fleuve Arno, l’allégorie de l’Abondance, de la Justice et de la Prudence. Selon la politique d’image de l’époque, elles présentaient la magnificence des Médicis aux illustres visiteurs qui s’y arrêtaient avant d’être admis à rencontrer le Grand-Duc. La salle était en fait une sorte d’antichambre, appartenant de manière significative à ce que l’on appelle les “appartements des princes étrangers”.

Le cycle de fresques, œuvre de Bernardino Poccetti, dernier représentant de la grande décoration maniériste florentine, était obscurci par des patines jaunâtres résultant de restaurations antérieures ; les murs présentaient également des dommages importants, causés par des fissures, des décollements d’enduit et des pertes de peinture. L’intervention de l’Opificio a permis de retrouver la stabilité structurelle de la pièce ainsi que l’équilibre et la luminosité des peintures. Pour parvenir à ce résultat, une série de relevés thermographiques et géoradars méticuleux, des campagnes photographiques dans les différentes bandes du spectre électromagnétique et des analyses chimico-physiques ont été nécessaires, suivis des opérations de restauration, menées sous la direction de Cecilia Frosinini et Renata Pintus, par un groupe de restaurateurs experts, dirigés par Mariarosa Lanfranchi et Paola Ilaria Mariotti.

La donation de Veronica Atkins a également permis la récupération des tapisseries des Valois: à Florence depuis plus de quatre siècles, et depuis la dernière fois au Palais Pitti, ces huit tapisseries flamandes, commandées en 1575 par Catherine de Médicis, veuve du roi français Henri II, s’apprêtent à quitter le sol toscan après une longue période, pour une grande exposition en France prévue pour l’année prochaine. Cela a été rendu possible grâce au long et minutieux travail de restauration que viennent d’effectuer les spécialistes Costanza Perrone Da Zara et Claudia Beyer sous la direction de la conservatrice des Tapisseries des Galeries, Alessandra Griffo: les coutures, le lavage et la réintégration ont permis de remettre en lumière les détails des scènes, des fêtes, des jeux et des événements de la cour de Louis IX et d’Henri III de France racontés par ces chefs-d’œuvre tissés. La restauration a également permis de leur redonner la robustesse nécessaire à leur exposition.

Enfin, une dernière intervention grâce à la donation de Veronica Atkins: à partir d’aujourd’hui, le nouveau Yamaha CFX, haut de gamme de la production mondiale de pianos et seul exemple en Italie de la dernière version du modèle, mis à jour jusqu’en 2022, sera l’“invité permanent” et le protagoniste des concerts qui se tiendront dans la Sala Bianca. Présent sur les scènes les plus prestigieuses du monde, ce piano à queue de concert a une très longue histoire de succès. De nombreux maîtres l’ont aimé ; on dit que Sviatoslav Richter, l’un des plus grands pianistes du XXe siècle, en a toujours voulu un lors de ses tournées internationales. Conçu comme un prolongement des mains de l’interprète et caractérisé par une résonance capable de transmettre fidèlement les émotions, les sentiments et les intentions de l’interprète, il peut être considéré comme le meilleur piano à queue de concert actuel.

"La restauration de la Sala di Bona, souligne Eike Schmidt, directeur des Offices, a rendu au public l’un des espaces les plus magnifiquement décorés de fresques du palais des Médicis, et le piano de concert permettra d’intégrer la visite des œuvres d’art à des événements musicaux beaucoup plus souvent que par le passé. Le mécénat des Médicis - qui s’étendait à toutes les formes d’art - se reflète aujourd’hui dans le don généreux que Veronica Atkins offre non seulement aux Offices et au Palazzo Pitti, mais aussi à la ville de Florence et au monde entier".

Parmi les nombreux soutiens qui accompagnent la vision de l’Associazione Amici degli Uffizi et de son homologue américain Friends of Uffizi", déclare Maria Vittoria Rimbotti, présidente d’Amici degli Uffizi et des Friends of the Uffizi Gallery, "nous sommes honorés de compter Veronica Atkins, une philanthrope et une femme extraordinaire qui s’est donné pour mission de soutenir la culture et l’art“. En plus de cinq ans, les galeries des Offices ont bénéficié de dons généreux, rendus d’autant plus précieux par l’objet de l’attention: il est très difficile de trouver un soutien pour la restauration d’œuvres telles que les tapisseries. Nous en sommes d’autant plus reconnaissants à Veronica Atkins. Mme Atkins est un exemple emblématique de ce que signifie le mécénat, né en Toscane à l’époque de la Renaissance et désormais adopté aux États-Unis pour soutenir la culture et l’art en tant que formes indispensables de croissance sociale. La philanthropie comme mission mais aussi comme contribution à un patrimoine qui n’appartient pas à un seul pays mais à toute l’humanité, un pont culturel entre deux nations qui scelle leur lien et leur amitié. Je remercie donc Veronica Atkins pour ce soutien extraordinaire et les Amis des Offices pour leur engagement, leur dévouement et leur générosité”.

“L’art est très important pour moi”, déclare Veronica Atkins, “parce que je pense que l’humanité est améliorée par l’art. Sans l’art, nous serions simplement des sauvages, selon moi. C’est la principale raison pour laquelle j’ai décidé de financer ces restaurations. J’aime beaucoup l’Italie, il était donc naturel pour moi d’apporter une contribution à ce pays”.

Palais Pitti, la précieuse Sala di Bona rouvre au public
Palais Pitti, la précieuse Sala di Bona rouvre au public


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.