Angelika Kauffmann, l'histoire d'une grande artiste et d'une femme émancipée


Angelika Kauffmann a été l'une des femmes les plus libres et les plus émancipées de son temps. Elle a construit une carrière de peintre indépendante, rencontré des artistes et des hommes de lettres et, fait inhabituel pour l'époque, a connu la séparation de biens avec son mari. Son histoire, avec un itinéraire en Autriche.

Angelika Kauffmann (Coire, 1741 - Rome, 1807), l’une des femmes les plus modernes et les plus éman cipées de son temps, a été l’un des peintres les plus novateurs et les moins conventionnels du XVIIIe siècle. Dans un monde où il était très difficile pour les femmes d’entrer dans les académies de peinture, Angelika a pu se frayer un chemin dans un univers artistique dominé principalement par les hommes, en partie grâce à la reconnaissance de ses capacités par son père, Josef Johann Kauffmann, lui-même peintre (le portrait de sa fille datant de 1763 est célèbre et fait partie des collections des Tiroler Landesmuseen). Ce dernier se rendit compte très tôt du talent artistique d’Angelika et, conscient de l’impossibilité de la faire étudier dans une académie et de la difficulté de présenter les talents de peintre de la jeune femme aux cercles les plus importants de l’époque, il prit fièrement la liberté de présenter Angelika aux cercles les plus importants de l’époque, avec l’aide d’un professeur de l’Académie de l’Université de Tübingen. Dans les milieux importants de l’époque, avec la fierté de voir en sa fille une héritière, il décide de la faire voyager avec lui et son épouse, notamment en Italie, pour voir les œuvres des grands maîtres dans les centres d’art de la péninsule. En fait, elle y passa six bonnes années: elle eut l’occasion d’admirer les chefs-d’œuvre de l’Antiquité et des artistes qui l’avaient précédée, à Milan, Modène, Florence, Bologne, Naples et Rome.

Elle réalise son premier autoportrait en tant que chanteuse alors qu’elle n’a que douze ans. En plus de ses excellentes compétences en peinture, elle est également très douée pour la musique, une passion à laquelle sa mère l’a initiée, ainsi que pour l’étude des langues. Avec une expression plutôt fière et déterminée, elle regarde le spectateur droit dans les yeux ; des nœuds, de la dentelle, des bijoux et un joli collier l’ornent, la faisant paraître plus mûre que son âge dans son apparence soignée. Ce tableau est la première preuve de son grand talent de portraitiste, puisqu’il est le premier d’une longue série d’autoportraits, à différents âges, et de portraits de membres de la haute société.

Angelika Kauffmann, Autoportrait à la partition (1753 ; huile sur toile, 49,5 x 40,5 cm ; Innsbruck ; Tiroler Landesmuseen)
Angelika Kauffmann, Autoportrait à la partition (1753 ; huile sur toile, 49,5 x 40,5 cm ; Innsbruck ; Tiroler Landesmuseen)


Angelika Kauffmann, Portrait de Josef Johann Kauffmann (1763 ; Innsbruck ; Tiroler Landesmuseen)
Angelika Kauffmann, Portrait de Josef Johann Kauffmann (1763 ; Innsbruck ; Tiroler Landesmuseen)


Angelika Kauffmann, Autoportrait en costume traditionnel du Bregenzerwald (1781 ; Innsbruck, Tiroler Landesmuseen)
Angelika Kauffmann, Autoportrait en costume traditionnel du Bregenzerwald (1781 ; Innsbruck ; Tiroler Landesmuseen)


Angelika Kauffmann, Autoportrait à 61 ans (1802 ; Bregenz, musée du Vorarlberg). Photo de Markus Tretter
Angelika Kauffmann, Autoportrait à 61 ans (1802 ; Bregenz, Vorarlberg Museum). Photo de Markus Tretter

Bien que née à Coire, en Suisse, en 1741, d’une mère suisse et d’un père autrichien originaire de Schwarzenberg, un petit village du Bregenzerwald dans la région du Vorarlberg, Angelika Kauffmann était une artiste cosmopolite: elle a commencé à quitter les frontières de l’Autriche très tôt, passant son enfance et sa jeunesse à Milan et à Côme, et elle a fait de nombreux séjours en Italie, de sorte que ses liens avec la péninsule ont été très étroits et significatifs. Outre l’étude personnelle des grands maîtres, parmi lesquels Corrège, Guido Reni, les Carrache, Domenichino et Guercino, et des tableaux de la galerie ducale de Florence, elle devient en 1762 membre honoraire de l’Accademia Clementina de Bologne et passe son diplôme à l’Accademia del Disegno: bien que femme, son talent lui permet de fréquenter le monde académique. À Rome, en 1765, elle devient ensuite membre de l’Accademia di San Luca et à Londres, où elle s’installe en 1766, elle devient deux ans plus tard membre fondateur de la Royal Academy of Arts, seule femme avec la peintre anglaise Mary Moser.

Alors qu’à l’âge de douze ans elle peint son premier autoportrait, à seize ans elle achève les fresques de l’église de Schwarzenberg dans le Bregenzerwald, le village natal de son père où elle est retournée avec lui après la mort de sa mère. Il peint treize portraits d’apôtres, se consacrant ainsi à l’art du portrait, sa passion. Au début de la vingtaine, elle ouvre son propre studio à Londres et se fait connaître comme portraitiste à succès: toute la haute société de l’époque veut se faire tirer le portrait par la célèbre peintre, originaire d’Autriche et formée en Italie dans des institutions prestigieuses. Son atelier devient un véritable lieu de rencontre pour l’élite de l’ époque, avec laquelle elle se lie d’amitié, s’intégrant parfaitement dans le milieu grâce à son talent et à sa culture. Bien que bien implantée dans la haute société, elle s’est toujours déclarée peintre indépendante et jamais liée exclusivement à une cour: elle préférait recevoir des commandes de membres fortunés de la société, de nobles et de banquiers, ainsi que des principales cours italiennes et étrangères, mais sans aucun lien d’exclusivité. Son caractère cosmopolite l’amène à peindre dans les grandes villes, notamment en Italie, où elle a elle-même admiré les œuvres des grands maîtres, comme Rome, Florence, Venise et Naples, mais aussi à Londres.

Aussi habile au pinceau que malchanceuse en amour, du moins dans sa première expérience matrimoniale: en 1767, alors qu’elle n’est à Londres que depuis un an, elle tombe amoureuse d’un comte suédois, mais trois mois après son mariage avec lui, elle se retrouve séparée et complètement sans le sou. Ce qui semblait être l’amour de sa vie s’est avéré être un imposteur. Il lui faudra plus de dix ans pour retrouver la confiance sentimentale en un homme. En 1781, à l’âge de quarante ans, elle épouse en secondes noces Antonio Zucchi (Venise, 1726 - Rome, 1795), peintre lui aussi, mais de quinze ans son aîné. Il agit comme son manager au sens moderne du terme: en effet, il s’occupe de l’organisation artistique de sa femme ; cependant, celle-ci, consciente des mauvaises expériences du passé, signe un contrat de séparation de biens, démontrant ainsi sa modernité et son anticonformisme dans ce domaine également, en étant économiquement indépendante de son mari. Une attitude peu conventionnelle si l’on considère le modèle de société machiste dans lequel vivaient les gens de son époque. L’un de ses autoportraits les plus connus date de la même année, l’Autoportrait en costume du Bregenzerwald, conservé au musée régional tyrolien Ferdinandeum d’Innsbruck. Ils s’installent ensemble à Rome et là, comme à Londres, l’atelier d’Angelika devient un lieu de rencontre pour l’élite, désireuse de se faire portraiturer par l’artiste, et un point de référence pour le contexte artistique et culturel de la ville.

Intérieur de l'église de Schwarzenberg. Photo de Friedrich Böhringer
Intérieur de l’église Schwarzenberg. Photo de Friedrich Böhringer


Angelika Kauffmann et la muse Clio (1787 ; Schwarzenberg, musée Angelika Kauffmann). Photo de Robert Fressler
Angelika Kauffmann et la muse Clio (1787 ; Schwarzenberg, musée Angelika Kauffmann). Photo de Robert Fressler


Musée Angelika Kauffmann. Photo Hirschbueh
Musée Angelika Kauffmann. Photo Hirschbueh


Musée Angelika Kauffmann. Photo Hirschbueh
Musée Angelika Kauffmann. Photo Hirschbuehl

Le Grand Tour est un phénomène très répandu au XVIIIe siècle parmi les membres de la noblesse et de la bourgeoisie européennes. Il s’agit d’un long voyage à travers l’Europe continentale dans le but de parfaire ses connaissances et ses compétences en se déplaçant dans une ville et de rentrer chez soi avec un bagage culturel considérablement enrichi ; les destinations favorites du Grand Tour sont généralement les villes d’Italie. En guise de souvenirs, les voyageurs faisaient souvent peindre leur portrait par un artiste, et bien souvent le peintre préféré était Kauffmann elle-même en raison de son extraordinaire renommée. C’est au cours du Grand Tour qu’elle rencontra Goethe, avec qui elle se lia d’une profonde amitié, à tel point que lorsque l’écrivain quitta Rome, elle sombra dans la dépression et se souvint du jour de son départ comme de l’un des moments les plus tristes de sa vie. Le musée national Goethe de Weimar abrite le portrait que l’artiste a peint en 1787.

Son style est resté synonyme de modernité, de charme et de raffinement même après sa mort à Rome en 1807. Jusqu’au XXe siècle, chaque maison moderne possédait au moins une gravure de ses tableaux, voire les originaux, et de nombreux meubles et porcelaines comportaient des détails de ses peintures. Ses funérailles, organisées par Antonio Canova , âgé de 50 ans, ont été suivies par les artistes contemporains et les hommes de lettres les plus célèbres, et deux de ses œuvres ainsi qu’un moulage de sa main ont été portés en procession pour l’occasion. Elle fut enterrée à côté de son mari à Sant’Andrea delle Fratte et, l’année suivante, un buste d’elle fut placé au Panthéon à côté de la tombe de Raphaël.

Peintre à succès et icône de style, Angelika Kauffmann est considérée comme l’une des plus grandes artistes du néoclassicisme, auquel elle a également mêlé des éléments du classicisme du XVIIe siècle (le portrait d’elle avec la muse Clio datant de 1787 en est un exemple). Nombre de ses œuvres sont conservées dans le musée qui lui est consacré à Schwarzenberg, ouvert en 2007 dans une maison historique du Bregenzerwald: un musée créé pour célébrer l’illustre citoyenne à travers sa collection permanente, des expositions temporaires et des événements.

Pour en savoir plus sur le prodige de la peinture Angelika Kauffmann, consultez le site austria.info.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.