Centrale Montemartini, le musée archéologique le plus surprenant de Rome (et d'ailleurs)


Centrale électrique reconvertie en musée, la Centrale Montemartini de Rome est l'un des plus beaux musées archéologiques d'Italie.

L’Italie regorge d’excellences méconnues, nées souvent de l’intuition du moment, parfois du hasard, parfois de l’opportunité. L’une d’entre elles est le musée de la Centrale électrique de Montemartini, dans le quartier d’Ostiense, à Rome: un joyau aussi bien gardé qu’obscur, aussi exceptionnel que trop peu connu.

Ce que l’on définit comme le “deuxième pôle muséal” des musées du Capitole est en réalité bien plus que cela: il s’agit d’un musée unique en Italie et peu comparable dans le monde, qui entrelace de façon magistrale deux histoires différentes que le destin a voulu entremêler. La première est celle de la Centrale électrique de Montemartini, la centrale thermoélectrique de Rome, joyau de la société Aem (Azienda Elettrica Municipale) inaugurée en 1912. Nommée d’après le conseiller municipal qui la désirait le plus, Giovanni Montemartini, elle devait servir la capitale, mais aussi être belle, imposante, en tant qu’entreprise publique au service de la ville. Les turbines à vapeur et les moteurs de la Franco Tosi à Legnano, majestueux et capables de raconter une remarquable histoire de la ville, seront cependant peut-être condamnés à l’oubli après la mise hors service de l’usine en 1963, lorsqu’elle était devenue obsolète. La seconde est celle des fouilles de la fin du XIXe siècle qui ont eu lieu à Rome au lendemain de sa transformation en capitale de l’Italie, des fouilles systématiques et confuses, à un moment où le visage de la ville était bouleversé, qui ont rempli les réserves et les espaces d’exposition des Musées du Capitole et de la Surintendance, sans trouver une dimension capable de mettre en valeur des trouvailles uniques et spécifiques, qui ne racontent pas seulement l’histoire de la Rome antique mais aussi celle de la fureur urbaine de la fin du XIXe siècle.

Ces deux histoires se sont rencontrées en 1995: il était temps de réaliser une grande exposition, commandée par la Surintendance aux Biens Culturels du Capitole, qui aurait permis de procéder à la rénovation de grandes parties des Musées du Capitole, sans retirer les œuvres au public, et en exposant même certaines d’entre elles qui étaient peu connues. L’idée a germé: les espaces monumentaux de la Centrale électrique de Montemartini, ponctués par les gigantesques machines conservées, ont été audacieusement considérés comme adaptés à l’accueil des expositions et à l’expérimentation de nouvelles solutions muséographiques. Acea, héritier d’Aem et propriétaire de l’usine, qui avait déjà décidé de transformer l’espace en un lieu de culture, a accepté de réaliser la transformation des locaux en musée, en adaptant les espaces à la nouvelle utilisation identifiée et en restaurant les machines. Les Musées du Capitole, pour leur part, ont assuré le commissariat de l’exposition archéologique. Les deux interventions ont été menées de front, “avec beaucoup d’enthousiasme et en parfaite harmonie”. selon le site web du musée. Mais c’est lors de l’inauguration de l’exposition, en 1997, heureusement intitulée Les machines et les dieux, que l’on s’est rendu compte que ce n’était pas une exposition, mais un joyau qui était né: les machines et la statuaire antique dialoguaient, créant des aperçus et des sensations, capables de capter l’intérêt et la fascination du public bien plus que ne l’auraient fait, séparément, les turbines de Franco Tosi et les chefs-d’œuvre des sculpteurs antiques. L’expérience aurait dû rester avec nous, et c’est ce qu’elle a fait, transformant la Centrale électrique de Montemartini en un lieu muséal permanent, comme ce fut le cas en 2001.

Centrale électrique de Montemartini Centrale
Montemartini
Centrale électrique de Montemartini Centrale
Montemartini
Salle des colonnes
Salle des colonnes
Chaufferie
Salle des chaudières
Salle des machines
Salle des machines
Fronton du temple d'Apollon Sosianus
Fronton du temple d’Apollon Sosianus

Le musée est d’une beauté et d’une capacité d’implication anormales, pour un musée en général et pour un musée archéologique encore plus, étant donné la difficulté structurelle de rendre intéressantes pour les non-initiés des successions d’objets antiques. Le dialogue entre “machines” et “dieux”, en soi cacophonique, se révèle, à la Centrale électrique de Montemartini, étonnamment harmonieux, finissant par donner au visiteur l’envie de découvrir à la fois qui était cet empereur dont il n’avait jamais entendu parler, et comment fonctionnait cette énorme machine à vapeur qui se trouvait derrière lui. Et en permettant différentes clés d’interprétation et de visite: l’archéologue et l’historien ou l’amateur d’art ancien trouveront des œuvres d’un intérêt extraordinaire, romaines et aussi préromaines, présentées de manière cohérente en fonction des contextes dans lesquels elles ont été trouvées (ce qui ne va pas de soi dans les musées archéologiques), le muséologue trouvera Le visiteur détaché du secteur passera une heure ou deux dans un contexte très différent, beaucoup moins oppressant que celui de nombreux musées de secteur, entouré d’art ancien et de machines du début du 20e siècle, et finira par acquérir des connaissances et des curiosités pour chacun d’entre eux.

Le parcours des expositions mérite une brève mention. Les salles d’entrée accueillent des expositions temporaires, généralement thématiques et destinées à mettre en valeur des fragments spécifiques des collections du Capitole. Vient ensuite la “salle des colonnes” consacrée à la Rome républicaine. C’est la partie la plus “normale” de l’exposition, en ce sens qu’elle se déroule dans des salles aux murs monochromes, conformément aux tendances de la muséographie contemporaine. Mais ce ne sont que les deux salles suivantes, la salle des machines et la salle des chaudières, qui constituent la partie la plus caractéristique du musée. La salle des machines est la plus frappante et la plus unique: une série de statues, de bustes et de têtes sont disposés le long des deux énormes machines (deux moteurs diesel Franco Tosi), restaurées et intactes, établissant un jeu d’échanges magnifiques, délibérément centrés sur la monumentalité de l’une et de l’autre. À l’arrière-plan, les statues qui composaient le fronton du temple d’Apollon Sosianus, des originaux grecs du Ve siècle avant J.-C. (contrairement à l’essentiel de la collection, datée entre le IIe siècle avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C.) réutilisés à Rome à la suite d’une spoliation. Dans la Chaufferie, consacrée aux résidences privées de l’époque impériale, la comparaison entre les machines du XXe siècle et les antiquités est moins étroite en raison de quelques panneaux monochromes qui entourent la partie inférieure de la salle. On y trouve des mosaïques, des magistrats, des dieux et, au fond, une turbine à vapeur (équipée de deux chaudières Tosi-Steinmüller) achetée à la fin des années 1930, qui a rendu nécessaire la construction de la nouvelle salle. Ces salles recèlent de nombreuses histoires pour qui veut les découvrir, car beaucoup des objets exposés, tous accompagnés de légendes appropriées, sont uniques ou rares dans le monde romain: statues de magistrats anonymes héroïsés, de jeunes filles, d’empereurs et de dieux, de faunes et de satyres. Mais aussi des monuments funéraires et le trousseau d’une petite fille, Creperia Tryphaena, capable de provoquer la douleur de sa famille au moment de sa mort, survenue vers 150 après J.-C., ainsi que la stupéfaction dans le quartier de Prati lors de sa découverte en 1889: la défunte était dans un état de conservation extraordinaire, selon les écrits de l’époque, et l’on peut encore voir sa poupée en bois. Une fois de plus, le passé lointain et le passé récent dialoguent dans le musée. Nombre de ces histoires sont racontées dans le catalogue en ligne du musée, pour ceux qui souhaitent préparer leur visite. Mais pour de nombreux visiteurs, il suffit de se perdre parmi les machines et les dieux.

Magnifique intrus dans l’exposition, mais en réalité cohérent dans ce dialogue entre deux passés différents, le somptueux train construit par le pape Pie IX en 1846, qui a fini par être mis de côté après l’unification de l’Italie, mais qui a été conservé et restauré avec son mobilier. Il trouve sa place, ainsi qu’un récit détaillé de son histoire, dans la deuxième chaufferie.

La Centrale électrique de Montemartini n’est pas un musée qui attire un grand nombre de touristes et il est rare qu’il y ait foule: c’est dommage, d’une part, parce qu’il est extraordinairement sous-évalué et, d’autre part, parce que c’est une aubaine pour ceux qui décident de le visiter. le visiter. Pourtant, dans l’ombre, il continue de briller et mérite une visite, cinq, dix, parce qu’il possède quelque chose qu’aucun autre lieu d’exposition ne peut vous offrir et que les photographies ne parviennent pas à transmettre: l’unicité d’expériences parfaitement réussies.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.