Les temples de Paestum dans les gravures de Giovanni Battista Piranesi


En 1778, Giovanni Battista Piranesi s'est rendu à Paestum et a réalisé une série de vues des temples de la ville antique: nous en parlons dans cet article.

Les temples de Paestum ont eu la vie dure en 1740. À l’époque, en effet, le roi de Naples, Charles III de Bourbon, venait d’entamer des travaux de rénovation du palais royal de la cité napolitaine, et l’un des architectes de la cour, Ferdinando Sanfelice (l’un des meilleurs et des plus créatifs du royaume), avait proposé de puiser les matériaux de construction dans les colonnes des temples. Voici ce qu’il écrivait dans une lettre adressée au souverain: “pour gagner du temps et de l’argent, on pourrait prendre les pierres qui se trouvent dans l’ancienne ville de Pesto, qui était une ancienne colonie romaine, où il y a tant de bâtiments à moitié détruits, car il y a plus de cent colonnes d’une taille immense avec leurs chapiteaux, architraves, frises et corniches de si grandes pièces qu’elles montrent la puissance des anciens Romains ; elles pourraient être transportées avec une grande facilité par mer, car ladite ville a été construite près de la marina”. Après tout, nous savons qu’à l’époque, on n’était pas très sensible aux choses anciennes, et le fait qu’un architecte moderne comme Sanfelice ait émis l’hypothèse de faire de Paestum une sorte de carrière pour la construction du Palais Royal ne devrait pas nous surprendre outre mesure. Cependant, il faut aussi souligner que le climat d’enthousiasme pour les ruines des villes antiques qui conduira plus tard à la naissance du néoclassicisme commençait déjà à se répandre: en 1738, les ruines d’Herculanum ont été découvertes, et en 1748 celles de Pompéi. Dans un tel climat, la revalorisation de Paestum ne se fait pas attendre.

La proposition de Sanfelice étant ainsi tombée dans l’oubli (heureusement), les conditions préalables pour faire connaître au monde les temples de Paestum se présentèrent peu après 1746, lorsqu’un jeune architecte napolitain, Mario Gioffredo, visita Paestum et réalisa des reliefs qu’il envoya ensuite à la cour de Charles III. Le gouvernement du royaume de Naples, pour sa part, avait eu l’idée, dans les mêmes années, de commencer la construction d’une route qui améliorerait les liaisons entre la capitale du royaume et les régions plus au sud, vers la Calabre: la nouvelle route, dont une grande partie est aujourd’hui tracée par la route nationale 18, passait juste à côté des temples de Paestum. Ainsi, peut-être sans le vouloir, Charles III réussit à susciter un intérêt considérable pour ces ruines: précisément parce qu’elles pouvaient être admirées dans toute leur étonnante solennité en empruntant la nouvelle route. Ainsi, Paestum devint rapidement non seulement une étape du Grand Tour, ce voyage international que les jeunes aristocrates cultivés de toute l’Europe effectuaient pour découvrir les racines de la culture européenne, mais aussi une destination pour les artistes désireux d’étudier l’ordre et l’harmonie de l’art des anciens. Parmi les voyageurs qui ont visité Paestum dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (citons quelques noms: le Marquis de Sade en 1776, John Robert Cozens en 1782, Wolfgang Goethe en 1787), nous ne pouvons pas ne pas mentionner un artiste qui a apporté l’une des contributions les plus intéressantes au développement du néoclassicisme, à savoir Giovanni Battista Piranesi (Mogliano Veneto, 1720 - Rome, 1778).

Le grand graveur vénitien visita Paestum pour la première fois en 1770, puis dans la dernière année de sa carrière et de sa vie, en 1778, et réalisa à cette occasion une série de gravures intitulée Differents vues de Pesto, qui eut le mérite de répandre l’intérêt pour les temples de l’ancienne cité romaine. Dans ses gravures, Piranèse nous offre des descriptions précises et minutieuses: les temples sont grands et majestueux, ils émergent d’un fourré encombrant et en font même partie, puisque les ruines sont couvertes de végétation et offrent un abri aux bergers, paysans, pèlerins, cavaliers et vagabonds de toutes sortes. La puissance évocatrice de l’art de Piranèse est telle que les temples de Paestum apparaissent presque inquiétants, tant leur taille est grande et tant les perspectives adoptées par l’artiste sont audacieuses: nous avons un sens du sublime qui anticipe même le romantisme. Une grandeur spectaculaire qui, de plus, est chargée de significations allégoriques: Malgré leur somptuosité et l’idée d’opulence qu’ils peuvent suggérer, les temples de Paestum, dans les gravures de Piranèse, ne conservent que le souvenir de ce qu’ils ont été, car le présent est marqué par la ruine et la décadence, et même les réalisations les plus magniloquentes et les plus superbes de l’homme doivent céder à la force du temps, qui s’écoule en démolissant les civilisations, en laissant des décombres et en apportant le vide et la misère même là où la vie a prospéré avec bonheur. Dans certaines de ces gravures, la présence des ruines est si étouffante (grâce aussi à l’utilisation habile de la perspective) que l’on n’aperçoit même pas l’horizon: la composition est entièrement occupée par les colonnes des temples, comme dans le cas des gravures représentant l’intérieur du temple de Neptune.

Giovanni Battista Piranesi, Vue des vestiges du temple de Neptune à Paestum
Giovanni Battista Piranesi, Vue des vestiges du temple de Neptune à Paestum (1778 ; gravure, 50,5 x 68,5 cm ; Naples, Fondation Giambattista Vico)


Giovanni Battista Piranesi, Vue de l'intérieur du temple de Neptune à Paestum
Giovanni Battista Piranesi, Vue de l’intérieur du temple de Neptune à Paestum (1778 ; gravure, 48,5 x 69 cm ; Naples, Fondazione Giambattista Vico)

Les figures humaines sont minuscules par rapport aux énormes ruines: on ressent presque un sentiment d’impuissance, car il semble que l’homme ne puisse pas faire grand-chose pour arrêter, ou du moins ralentir, le cours de la nature, qui s’approprie ce que l’homme a fait sans aucune considération et qui est manifestement le vainqueur d’un combat inégal. Et si l’austérité des temples est également suggérée par la richesse des détails, surprenante si l’on pense que Piranèse a réalisé ces vues dans un état de santé qui était loin d’être bon, la figure humaine agit comme un contrepoint, symbolisant également la mesquinerie des temps vécus par l’auteur par rapport aux temps splendides (aux yeux des artistes néoclassiques) de l’antiquité: un passé, en somme, à regarder avec nostalgie. L’historien de l’art Roberto Pane a écrit à propos de la présence humaine dans les vues de Paestum de Piranèse: "Les personnages qui errent parmi les ruines dans les vues de Piranèse sont aussi des ruines ; presque toujours des hommes ébouriffés, qui gesticulent en levant les bras, ou qui désignent quelque chose avec des gestes amples et inutiles. Peut-être, même à travers ces épaves humaines, ce poète et en même temps rhétoricien de l’antiquité romaine, a-t-il voulu souligner la misère de son temps, par rapport aux restes d’un monde qu’il considérait comme tellement fabuleux et héroïque qu’il défiait même le ridicule.

Giovanni Battista Piranesi, Vue du temple de Neptune à Paestum
Giovanni Battista Piranesi, Vue du temple de Neptune à Paestum (1778 ; gravure, 53 x 72 cm ; Naples, Fondazione Giambattista Vico)


Giovanni Battista Piranesi, Vue de l'intérieur du Pronao
Giovanni Battista Piranesi, Vue de l’intérieur du Pronao (1778 ; gravure, 49 x 67 cm ; Naples, Fondazione Giambattista Vico)


Giovanni Battista Piranesi, Vue des vestiges du prétendu collège
Giovanni Battista Piranesi, Vue des vestiges du collège supposé (1778 ; gravure, 49 x 67 cm ; Naples, Fondazione Giambattista Vico)

Le fait que Piranèse ait nourri une profonde admiration pour les créateurs de ces temples est également attesté par les commentaires de son fils Francesco sur les cartouches des gravures lors de leur publication. On peut lire, par exemple, dans le long commentaire de la gravure représentant une vue de l’extérieur du temple de Neptune “L’exactitude des proportions caractérise ce batiment pour une production de plus parfaites, et des mieux éxécutées dans ce genre, et l’on peut dire que l’Architecte a tiré de son art de quoi s’attirer l’admiration de ses contemporains comme de la postérité”, c’est-à-dire “L’exactitude des proportions caractérise cette construction comme l’une des plus parfaites et des mieux exécutées de son genre, et l’on peut dire que l’Architecte a tiré de son art de quoi s’attirer l’admiration de ses contemporains comme de la postérité”. L’expérience de Piranèse s’avérera fondamentale, comme prévu, pour le développement de la poétique néoclassique: les vues des temples antiques de Paestum deviendront un trait commun à de nombreux artistes qui lui succéderont, à commencer par Francesco Piranèse, déjà cité.

Toutes les gravures proposées dans cet article, ainsi que d’autres œuvres de Piranèse et d’autres artistes, sont exposées ces jours-ci à Naples, dans le cadre de l’exposition Paestum sur les routes du Grand Tour. La découverte des ruines antiques, qui se tient au Castel dell’Ovo jusqu’au 17 mai 2016. L’exposition, organisée par la Fondation Giambattista Vico, place les ruines de Paestum au centre de l’itinéraire, en étudiant l’importance qu’elles ont jouée dans le développement du néoclassicisme et en tant qu’étape essentielle du Grand Tour. Les œuvres de Piranèse ne sont qu’un des thèmes abordés par une petite exposition, mais qui sait diffuser la culture et populariser un sujet qui n’est peut-être pas très connu du grand public... et, qui plus est, gratuit. Pour ceux qui se trouvent à Naples ou dans ses environs ces jours-ci, le rendez-vous est à ne pas manquer !

Paestum sur les routes du Grand Tour. La découverte des ruines antiques
Paestum sur les routes du Grand Tour. A la découverte des ruines antiques


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.