Trois musées d'époques différentes en un: le musée Leone à Vercelli


Une maison ornée de fresques du XVIe siècle, un somptueux palais du XVIIIe siècle, un manchon du XXe siècle: le musée Leone de Vercelli fusionne trois musées d'époques différentes en un seul, dans un parcours fascinant. Nous le découvrons dans cet article.

Non loin du centre muséal ARCA et de la Torre dell’Angelo, se trouve l’un des joyaux muséaux de Vercelli: le musée Leone. En fait, le musée réunit trois bâtiments de trois époques différentes, de sorte que la visite des locaux de la Via Giuseppe Verdi s’apparente à celle de trois musées. La visite du musée commence par la Casa Alciati, un exemple d’hôtel particulier de la Renaissance. Dans une structure en forme de cloître avec une cour intérieure se trouvent neuf salles décorées de fresques qui abritent l’un des cycles de peinture les plus importants du début du XVIe siècle dans le Piémont. Les fresques ont été exécutées par un groupe d’artistes anonymes entre la fin du XVe siècle et le début de la troisième décennie du XVIe siècle, en s’inspirant d’estampes et d’inventions décoratives de goût archéologique et en témoignant d’une excellente connaissance des œuvres picturales romaines postérieures de Michel-Ange, Raphaël et Baldassarre Peruzzi. Il est cependant presque certain, vu l’étendue du cycle, qu’il s’agissait d’un groupe d’artistes assez important.

Les salles décorées de fresques révèlent des sujets allant de la mythologie à l’histoire et à la religion. On y reconnaît des figures gracieuses, des licornes, des visages, des joueurs, des grotesques, des visages de lions. Une salle présente sur les murs des figures féminines assises sur des trônes, entrecoupées de cariatides, et un bandeau supérieur avec de jeunes figures masculines nues dominant des dragons. Bien que conservées dans la maison d’une des familles les plus importantes de Vercelli, les Alciati, et donc probablement vues par leurs invités, il semble que les fresques soient restées presque “invisibles” aux yeux des artistes, des littéraires et des historiens de la ville, puisqu’elles n’ont été redécouvertes que dans les années 1930 , à la suite de travaux de rénovation, sous une couche de décoloration. Il n’existe aucune information précise sur ces fresques: un fait plutôt étrange si l’on pense qu’un cycle de fresques aussi important n’a pas suscité l’intérêt des contemporains des Alciati et des quatre siècles qui ont suivi.

Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati
Maison Alciati

Un manchon de liaison relie la Casa Alciati au Palazzo Langosco, la partie baroque du Leone Museum. Le manchon de liaison existe depuis 1939: il a en effet été inauguré à l’occasion de la visite de Benito Mussolini à Vercelli pour l’exposition Vercelli et sa province, de la romanité au fascisme. Conçue par l’architecte Cavallari-Murat et aménagée par le directeur des musées de Vercelli de l’époque, Vittorio Viale, l’aile de liaison se compose d’une série de salles dont chacune évoque l’époque historique des objets exposés. D’un péristyle antique, la salle des colonnes, le visiteur passe par une basilique romaine (la salle romaine), l’abside d’une église paléochrétienne (la salle du crucifix), les vestiges de l’église romane de Santa Maria Maggiore, jusqu’à la salle des Plastiques avec ses fenêtres médiévales à triple lancette. Dans cette aile, le musée Leone abrite également les lapidaires collectés et étudiés à Vercelli par le père barnabite Luigi Bruzza, ami de Camillo et passionné comme lui d’archéologie et de culture. Il est également possible de voir le moulage du Crucifix de la cathédrale de Vercelli, chef-d’œuvre de l’orfèvrerie romane du XIe siècle, et les sculptures de la chaire de la cathédrale, réalisées dans la troisième décennie du XIIIe siècle (la chaire a été détruite en 1570 et la dispersion des sculptures qui la composaient a commencé à cette époque).

Au bout du manchon de liaison, nous arrivons au Palais Langosco, qui présente une structure architecturale du baroque tardif. De plan trapézoïdal ouvert, l’édifice a été réalisé en 1742 à l’initiative de Gioachino Ignazio dei conti Langosco di Stroppiana, descendants de la famille Langosco de Casale Monferrato, en rénovant deux corps préexistants et en les reliant sur le côté nord par une aile caractérisée par un atrium majestueux et un escalier monumental. Le portail d’entrée et l’atrium sont décorés de stucs du XVIIIe siècle avec des motifs architecturaux et végétaux ; ces stucs se retrouvent également dans les festons floraux qui décorent les fenêtres des pièces du rez-de-chaussée et de l’étage principal. Les voûtes de ces salles sont également ornées de fresques à sujets allégoriques ou mythologiques. Dans l’atrium, au pied de l’escalier, le salon de gala de l’évêque Carlo Martiniana, qui, selon la tradition, a été utilisé par Napoléon lors de son passage à Vercelli pour la bataille de Marengo en 1800, est toujours exposé.

Le manchon de raccordement
Le manchon de raccordement
Le manchon de raccordement
Le manchon de raccordement
Le manchon de raccordement
Le manchon de liaison
Le manchon de raccordement
Le manchon de raccordement
Le coffret Guala Bicchieri
Le cercueil de Guala Bicchieri
Palais Langosco
Palais de Langosco
Palais Langosco
Palais de Langosco
Palais Langosco
Palais de Langosco
Palais Langosco
Palais Langosco

Au XIXe siècle, le palais subit d’autres transformations, en particulier à partir de 1871, lorsque l’édifice est hérité par le notaire et collectionneur Camillo Leone (la famille Leone avait déjà pris possession de la propriété de Langosco en 1838). Camillo utilisa certaines des pièces pour y vivre, tandis que les autres furent utilisées pour exposer ses collections d’art. En effet, ses collections d’arts appliqués, de filigranes et d’armes, qui s’étendent du XVIe au XIXe siècle, y sont toujours conservées. En 1876, le notaire abandonne sa profession pour se consacrer entièrement à la collection. Une collection vaste et difficile à cataloguer, puisque, comme il l’écrit dans son testament, ses collections sont constituées “d’objets anciens de tout genre et de toute nature”, et que celles-ci “existant aux deux étages de ma maison donnant sur la Via della Torre”, il souhaite “que soit érigé dans ma ville natale un musée qui porte le nom de ma famille: lequel musée ne pourra jamais, pour quelque raison ou circonstance que ce soit, être transporté ou aliéné”.

La première ouverture publique du musée Leone eut lieu en 1910, trois ans après sa mort. L’objet le plus précieux de la collection est certainement le coffret du cardinal Guala Bicchieri , de fabrication limousine, datant de 1220-1225. Le coffret est orné de médaillons émaillés: quinze, en cuivre doré réservé, sont gravés de sujets profanes, tels que la chasse, la chevalerie et l’amour courtois, à l’exception d’un médaillon représentant saint Jérôme et le lion ; deux médaillons présentent des allégories des mois de février et d’avril et un autre deux lutteurs à moitié nus. Le cardinal, à l’origine de la construction de la basilique de Sant’Andrea à Vercelli, a fait don du précieux coffret à l’abbé de cette même basilique, Tommaso Gallo, en 1224. Camillo Leone l’acheta sur le marché des antiquités en 1883 pour la somme de 8 000 lires (la note d’achat manuscrite datée du 2 août 1883 est également exposée dans le musée à côté du coffret). Il s’agit du seul objet ayant appartenu à Guala Bicchieri encore présent à Vercelli.

Outre ses collections d’art, Camillo Leone possédait une riche collection de livres anciens, aujourd’hui conservée dans la bibliothèque du musée située dans la Casa Alciati. Les livres étaient pour lui une passion, qu’il collectionnait ou qu’il consultait pour approfondir ses connaissances historiques, archéologiques, artistiques et numismatiques. La bibliothèque conserve des manuscrits enluminés, des éditions rares relatives à la région de Vercelli, des incunables et des cinquecentins, ainsi que des manuscrits et des textes du XVIIe au XIXe siècle sur divers sujets: du droit à la médecine, en passant par la littérature, l’histoire, l’architecture et l’art, la numismatique et la céramique.

Depuis plus de cent ans, le musée Leone conserve la collection riche et variée de son fondateur et raconte l’histoire de Vercelli et de son territoire, dont il est le témoin et le gardien.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.