Valeria Costa redécouvre le néo-expressionnisme féminin. Avec une exposition à Venise


Valeria Costa, peintre polyvalente du XXe siècle qui a évolué entre le réalisme, le néo-expressionnisme et l'abstractionnisme, est au centre d'une redécouverte critique. Le dernier chapitre, l'exposition "Le fardeau des femmes" au Palazzo Contarini del Bovolo, Venise.

Intitulée Le fardeau des femmes. Sur les traces d’un néo-expressionnisme féminin est le dernier chapitre de la redécouverte critique de Valeria Costa (Rome, 1912 - 2003), une peintre dont la carrière artistique est au centre d’une attention croissante. L’exposition, organisée par Valentina Gioia Levy et Pier Paolo Scelsi, sera accueillie dans les salles du Palazzo Contarini del Bovolo du 16 février au 28 avril 2019, et entend se concentrer sur les œuvres que Valeria Costa a produites entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Une décennie à peine, donc, mais fondamentale pour la carrière de l’artiste qui, dans ces années-là, abandonne le réalisme brut dans le sillage duquel elle avait été formée et qui faisait écho à la peinture des grands de la Neue Sachlichkeit, la Nouvelle Objectivité de l’art allemand des années 1930.

C’est précisément dans les années 1930 que la carrière de Valeria Costa a commencé, après sa formation à l’Académie des beaux-arts et à l’école du nu de Rome. Valeria Costa travaille d’abord comme costumière et scénographe, collaborant avec la Compagnia dell’Accademia, créée par le critique de théâtre Silvio D’Amico (Rome, 1887-1955), qui connaît une première saison couronnée de succès entre 1939 et 1941, avant d’être reconstituée après la guerre (et dont les activités se poursuivent encore aujourd’hui). Valeria était en outre issue d’une famille d’artistes: son frère était le grand Orazio Costa (Rome, 1911 - Florence, 1999), célèbre metteur en scène de théâtre, l’un des plus grands du début de l’après-guerre (il fonda le Piccolo Teatro della Città di Roma en 1948, fut directeur du Teatro Romeo pendant dix ans, travailla avec des acteurs de la trempe de Nino Manfredi, Marina Bonfigli, Rossella Falk et Gianrico Tedeschi, et fut le professeur d’une longue lignée de jeunes comédiens): Pierfrancesco Favino, Claudio Bigagli, Alessio Boni, Luigi Lo Cascio, Fabrizio Gifuni). Le travail théâtral accompagnera Valeria Costa tout au long de sa carrière, puisqu’elle continuera longtemps à confectionner des costumes pour les pièces de son frère, mais son approche de la peinture est également précoce, à tel point qu’en 1939, à seulement vingt-sept ans, elle peut exposer à la troisième Quadriennale de Rome.

En parcourant les archives de cette importante exposition romaine, on retrouve son nom aux côtés de ceux de certains des plus grands maîtres du XXe siècle, de Giacomo Balla à Afro, de Leonardo Dudreville à Achille Funi, de Lucio Fontana à Mario Mafai, de Giorgio Morandi à Renato Guttuso. Valeria a participé avec un portrait qui révèle son adhésion aux styles de l’école romaine ainsi que sa proximité avec la Neue Sachlichkeit. Le réalisme allemand est le trait distinctif des vingt premières années d’activité de Valeria Costa: les portraits austères d’amis et de famille abondent, d’une certaine manière redevables au portrait d’Alexander Kanoldt (le Portrait d’Horace de 1939 en fait partie), mais aussi les scènes de la Rome de la Dolce Vita (le Strip-tease des années 1950), qui revisitent les scènes urbaines aliénantes d’Otto Dix dans une tonalité plus légère et plus désengagée. Une affirmation qui n’aura cependant que peu de suite, car dans les années suivantes, ses engagements publics seront absorbés presque exclusivement par le théâtre, et la peinture restera pour Valeria Costa une passion à exercer en privé, à tel point que certains ont cru que l’artiste avait commencé à peindre à un âge très avancé.

Valeria Costa
Valeria Costa


Valeria Costa, Portrait d'Horace (1939 ; huile sur toile)
Valeria Costa, Portrait d’Horace (1939 ; huile sur toile)


Valeria Costa, Strip-tease (années 1950 ; huile sur toile)
Valeria Costa, Strip-tease (années 1950 ; huile sur toile)

Comme nous l’avons déjà mentionné, le début des années 1960 marque un changement de rythme décisif, dans un sens totalement inversé: après avoir abandonné le réalisme de ses débuts, Valeria Costa se tourne vers un néo-expressionnisme tout aussi grossier, qui représente presque un unicum, puisqu’il s’agit d’une peinture purement masculine. Au contraire, le peintre romain adhère résolument à la fureur du néo-expressionnisme, en utilisant des couleurs fortes pour les figures violentes et anguleuses qui peuplent l’ensemble de l ’œuvre consacrée à la souffrance humaine: Aux couleurs typiques de l’école romaine et basées sur des tons chauds et terreux (du carmin à l’ocre, en passant par le sable), elle associe les formes brisées et dynamiques typiques de la peinture expressionniste, pour donner corps à ses propres visions qui déclinent le thème de la douleur dans une tonalité purement féminine (entre les années 1960 et 1970, en particulier, Valeria Costa a produit deux séries de tableaux dont les protagonistes sont presque exclusivement des femmes). Il s’agit de visions angoissantes et déchirantes, où des personnages angoissés évoluent sur fond de ciel rouge et semblent vouloir transmettre leur angoisse au paysage environnant, comme c’est le cas, par exemple, dans La Veronica, un tableau qui revisite de manière originale l’épisode évangélique: nous voyons la femme protagoniste de la sixième station du chemin de croix courir, on ne sait trop pourquoi, avec le voile, son attribut iconographique typique, dans les mains, presque comme si elle voulait s’enfuir (et l’artiste a imprimé à la scène un tel dynamisme que même l’arbre derrière elle semble vouloir la poursuivre).

La figure de Veronica elle-même apparaît déformée, déformée dans ses proportions anatomiques, et il en va de même pour ce qui l’accompagne dans le décor. Les critiques ont suggéré que la douleur qui écrase l’humanité, dans les œuvres de Valeria Costa, semble si agressive qu’elle a transformé les êtres humains en monstres et, à leur tour, ce qui les entoure en d’autres êtres monstrueux: une lutte furieuse s’ensuit où tout le monde est victime. C’est aussi le cas d’autres œuvres de la même époque, comme Le Massacre des Innocents ou Jérusalem, plus lyrique mais non moins véhémente.

Valeria Costa, La Véronique (vers 1970 ; huile sur toile)
Valeria Costa, La Véronique (vers 1970 ; huile sur toile)


Valeria Costa, Le massacre des innocents (vers 1970 ; huile sur toile)
Valeria Costa, Le Massacre des Innocents (vers 1970 ; huile sur toile)


Valeria Costa, Jérusalem Jérusalem (vers 1970 ; huile sur toile)
Valeria Costa, Jérusalem Jérusalem (vers 1970 ; huile sur toile)

Entre-temps, l’activité d’exposition de Valeria Costa s’affaiblit et ne reprendra avec une certaine fréquence qu’à partir des années 1990: en particulier, l’exposition personnelle au Complesso Monumentale di San Michele a Ripa en 1992, et surtout la rétrospective organisée en 2002, alors que l’artiste est nonagénaire, au Vittoriano (et la même année, une autre exposition est organisée à la Galleria L’Ariete de Bologne). Valeria Costa n’a cependant pas cessé d’expérimenter: ses dernières recherches portent sur l’art abstrait (la peintre s’est notamment essayée à l’abstractionnisme informel et à l’art géométrique), et elle est également fascinée par le surréalisme. Ce sont surtout ses nombreux voyages à l’étranger à partir des années 1960 qui ont influencé l’évolution de son art: ses séjours en Amérique l’ont orientée vers l’art informel, tandis que ses séjours en Asie et en Afrique (surtout en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne) ont contribué à l’introduction d’un certain degré de primitivisme dans sa production, qui caractérise certaines de ses productions abstraites.

Compte tenu de la dimension purement privée de sa peinture, le nom de Valeria Costa n’est certainement pas l’un des plus connus du public. Cependant, sa famille a récemment créé un fonds, le Valeria Costa Piccinini Heritage Fund, qui vise à faire connaître son art et à le valoriser en Italie et dans le monde. L’héritage laissé par Valeria Costa est considérable: pour s’en faire une idée, il suffit de penser qu’en 2002, un an avant sa mort, elle a légué un noyau de mille deux cents œuvres à la Fondation Alberto Sordi, qui ont ensuite été rachetées par le Fonds du patrimoine Valeria Costa Piccinini dans le but de les préserver et de les faire connaître au monde entier.

L’exposition Le fardeau des femmes répond également à cet objectif. Comme nous l’avons déjà mentionné, elle est située dans les salles d’exposition du complexe monumental du Palazzo Contarini del Bovolo à Venise(pour plus d’informations, voir ce lien) et se concentre sur la phase néo-expressionniste de l’artiste, en “privilégiant”, comme l’indique la présentation, “les œuvres d’où émerge la souffrance des femmes sous toutes ses formes: un thème très cher à Costa”. Naissance, maternité, famille, mort, guerre, peur, défense, sont les mots clés qui inspirent cette sélection de tableaux qui construisent une sorte de parcours féminin de Dante". Pour Valeria Costa, un pas de plus sur le chemin de la redécouverte.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.