Franceschini, nouveau ministre de la culture, voici les commentaires à chaud des politiques


Voici quelques commentaires à chaud, de responsables politiques (majorité et opposition), sur la nomination de Dario Franceschini au poste de ministre des Biens culturels (un retour : Franceschini a déjà été ministre des Biens culturels de 2014 à 2018 sous les gouvernements Renzi et Gentiloni).

Luca Bergamo (Movimento 5 Stelle, adjoint au maire de Rome chargé de la croissance culturelle) : “J’espère et je suis convaincu qu’une forte synergie peut être créée entre le Mibact, le ministère des universités et de la recherche scientifique et Roma Capitale, afin d’exploiter au mieux le potentiel qui réside dans la condition qui fait de Rome une ville unique au monde, à savoir accueillir à la fois un immense patrimoine culturel et une communauté de producteurs scientifiques, universitaires et de culture contemporaine tout aussi importante. En d’autres termes, une ville d’intelligence”.

Flavia Piccoli Nardelli (Pd, présidente de la commission de la culture à la Chambre des députés lors de la 17e législature) : “Je suis très heureuse de cette nomination, qui signifie la reconnaissance du poids que la culture avait auparavant”, a-t-elle déclaré à l’agence AgCult. “Je suis sûre que nous pourrons faire de bonnes choses dans le domaine culturel, notamment grâce à la tradition de collaboration que nous avons toujours exercée au sein de la commission de la culture, tant au cours de la présente législature que dans le passé. Je suis convaincu que nous pourrons achever le travail entrepris sur le projet de loi sur la lecture, un travail qui a vu la participation de tous les groupes parlementaires et qui est donc très intéressant”.

Matteo Salvini (Ligue, secrétaire du parti) : “Franceschini revient à la culture. Mais comment rester dans un pays qui n’a pas de Franceschini au gouvernement ? Il a survécu à tout et à tous, chapeau : un de ces hommes du Parti démocrate qui gouvernera à l’avenir même avec Befana, avec Pippo, avec Pluton, parce qu’il est là. Patrimoine culturel et tourisme : peut-être reprendra-t-il l’héritage de Rutelli”.

Francesco Giro (Forza Italia, membre de la Commission Culture du Sénat) : “Le retour de Franceschini à la tête du Collegio Romano est d’une part une garantie parce qu’il connaît le milieu, mais d’autre part il pourrait être un problème. En effet, j’espère qu’il corrigera certains des forçages de son prédécesseur Bonisoli qui a approuvé un règlement du ministère avec le secrétaire général transformé en super-héros plein de super-pouvoirs, ce qui est ridicule, voire tragique. Mais j’espère aussi que Franceschini, en homme raisonnable qu’il est, corrigera immédiatement de nombreux aspects de sa réforme, qui a affaibli les surintendances de l’État avec l’illusion d’accélérer des procédures désormais inévitablement déléguées à des fonctionnaires, et qui a produit, à côté des musées de la série A, les musées des séries B et C marginalisés dans les soi-disant pôles muséaux régionaux, sans argent et sans une solide politique de marketing territorial à l’appui. Et puis il y a les embauches lancées par le gouvernement jaune-vert, dont j’espère qu’elles seront faites rapidement et de manière critique”.

Federico Mollicone (Fratelli d’Italia, chargé de la culture au sein du parti) : “La nomination de Dario Franceschini au ministère de la Culture ne nous surprend pas. Quand a-t-il quitté les couloirs de la Mibac ? Notre ligne d’opposition sera dure mais juste, défendant toujours le secteur du divertissement et notre vision de la valorisation du patrimoine culturel. La réattribution de la délégation de la politique touristique au ministère du patrimoine et des activités culturelles ne nous déplaît pas, mais nous avons de plus grandes ambitions pour un secteur crucial de notre économie : avec Fratelli d’Italia au gouvernement de la nation, un ministère du tourisme sera créé. Au cours de ces 14 mois de gouvernement, nous avons reconnu en Bonisoli une personne de qualité, mais la politique, surtout lorsqu’il s’agit de culture, a besoin d’une vision”.

Vittorio Sgarbi (Gruppo Misto, membre de la commission de la culture à la Chambre des députés) : “C’est un beau coup du sort, dit-il également à AgCult, le sujet de la ”contre-réforme“ sur le patrimoine culturel s’ouvre maintenant et il y aura de quoi s’amuser”. Au moment où la crise a éclaté, au lieu d’arrêter toutes les activités du gouvernement, Bonisoli a insisté pour mener à bien une réforme qui annule de nombreuses décisions prises par Franceschini. Ce dernier revient maintenant au ministère et devra annuler ce que Bonisoli a fait. Bref, tout cela est très bizarre. Mais ce qui est encore plus paradoxal, c’est que Franceschini devra maintenant faire un geste leghiste : rétablir l’autonomie des musées supprimée par le centralisme de Bonisoli. Nous avons le tableau suivant : un ministre Pd qui agira comme un autonomiste salvinien, tout en étant un allié du M5S qui était un partisan du centralisme muséal à éliminer. Un vrai spectacle à savourer".

Franceschini, nouveau ministre de la culture, voici les commentaires à chaud des politiques
Franceschini, nouveau ministre de la culture, voici les commentaires à chaud des politiques


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.