Les dimanches gratuits supprimés, Franceschini appelle à une remise en question. Martina : "moins de culture pour tous


Réactions de l'opposition à la décision du ministre Alberto Bonisoli de supprimer les dimanches gratuits. Franceschini demande une remise en question, pour Martina il y aura moins de culture pour tout le monde.

L’ensemble de l’opposition demande au ministre des Biens culturels, Alberto Bonisoli, de reconsidérer l’idée d’annuler les dimanches gratuits, annoncée hier par le ministre lors d’une visite à la Bibliothèque nationale de Naples.

Dario Franceschini (PD), créateur des dimanches gratuits, demande à Bonisoli de reconsidérer : “les dimanches gratuits ne sont pas quelque chose qui me concerne mais un fait culturel et social qui a impliqué environ 10 millions de personnes depuis l’été 2014, des centaines de milliers du sud au nord à chaque fois, dont la plupart sont allés dans un musée pour la première fois de leur vie, en amenant leurs enfants ou petits-enfants, dont la plupart ont expérimenté la joie de pouvoir le faire sans grever un budget familial difficile et plein de choses à sacrifier. Les premiers dimanches du mois ont permis d’augmenter le nombre de visiteurs payants, de rapprocher les citoyens des musées de leur ville, de convaincre les municipalités et les particuliers de rejoindre l’initiative avec leurs musées. Pourquoi s’arrêter, Monsieur le Ministre Bonisoli ? Détrompez-vous. Les choses justes et efficaces n’ont pas de couleur politique. Ne faites pas payer à la culture et aux Italiens un désir de discontinuité politique”.

Les propos de M. Bonisoli ont suscité de nombreuses autres réactions de la part des députés de l’opposition. Maurizio Martina (Pd) : “Le ministre de la Culture Bonisoli veut abolir les dimanches gratuits au musée. Rien qu’en 2017, 3,5 millions de personnes ont visité notre patrimoine gratuitement. Ils veulent les beautés de l’Italie pour quelques-uns et non comme un bien public. Le slogan est déjà prêt : ”moins de culture pour tous". Flavia Piccoli Nardelli (Pd, présidente de la commission de la culture de la Chambre au cours de la dernière législature) : “Pourquoi le ministre Bonisoli a-t-il supprimé les dimanches gratuits au musée ? La culture est un droit de la citoyenneté et doit être garantie en tant que telle. Les citoyens ont le droit de profiter du patrimoine culturel, y compris par le biais des dimanches gratuits. Rapprocher les citoyens de la culture est vertueux”. Alessia Morani (Pd) : “Le ministre de la culture Bonisoli du gouvernement du changement pour le pire abolit les dimanches gratuits dans les musées. En fait, pour nourrir un peuple de ”fake news“, la diffusion de la culture est absolument à éviter”. Ivan Scalfarotto (Pd) : “En un seul jour : le tourisme retiré du ministère de la Culture (et attribué au ministère de l’Agriculture) et la suppression des dimanches gratuits dans les musées. Cela suffit pour comprendre l’idée que ce gouvernement se fait de l’Italie : fermée, petite, sans rêves et sans espoir”.

Ettore Rosato (Pd) : “Chaque fois que la Ligue entre au gouvernement, la culture est la première à être supprimée. A partir de septembre, il n’y aura plus de dimanches gratuits au musée : le ministre a décidé de les supprimer. Après tout, la culture est un obstacle au style Salvini qui dirige maintenant le gouvernement”. Stefano Bonaccini (Pd) : “Monsieur le ministre de la culture, l’abolition des dimanches gratuits dans les musées est une erreur. Le sous-secrétaire Borgonzoni, qui se vante de ne pas avoir lu un livre depuis plus de trois ans, vous a-t-il conseillé de le faire ? Réfléchissez-y à deux fois”.

Mariastella Gelmini (Forza Italia) : “L’idée du ministre Bonisoli d’abolir les dimanches gratuits dans les musées à partir de septembre prochain est une erreur. La culture est un bien précieux et universel. Nous ne voulons pas que le gouvernement du non à Tav, Ilva et aux grandes œuvres devienne le gouvernement du non à la culture”. Federico Mollicone (Fratelli d’Italia) : “Nous ne comprenons toujours pas pourquoi le nouveau ministre Bonisoli a été jusqu’à présent un continuiste avec Franceschini sur tout, des nominations de cadres à la nomination du conservateur de la Biennale de Venise, en passant par l’attribution du FUS, mais qu’il est discontinu en abolissant l’une des rares initiatives techniquement correctes qui porte préjudice aux citoyens”.

Sur la photo : Dario Franceschini

Les dimanches gratuits supprimés, Franceschini appelle à une remise en question. Martina :
Les dimanches gratuits supprimés, Franceschini appelle à une remise en question. Martina : "moins de culture pour tous


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.