Agrigente, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Que voir à Agrigente : sites archéologiques, musées, églises. Les 10 lieux à ne pas manquer.

En 580 avant J.-C., des colons de Gela et de Rhodes fondèrent Akragas, l’actuelle Agrigente, sur un plateau situé non loin de la mer et qui se prêtait facilement à la construction d’une ville. À l’époque du tyran Théron, entre 448 et 473 avant J.-C., la ville connut une expansion considérable. Malheureusement, en 406 av. J.-C., le siège des Carthaginois mit fin à la splendeur de la ville, qui connut alors une phase de déclin inexorable, jusqu’à ce que la domination romaine, en 263 av. J.-C., en fasse un centre très important de la Sicile. Au cours des siècles suivants, elle fut envahie et reconstruite par les Arabes, d’où l’on peut aujourd’hui admirer le célèbre centre historique, avec ses petites rues et ses cours qui convergent vers la Via Atenea. C’est tout cela Agrigente : une histoire millénaire, une ville stratifiée, un paysage culturel unique en Italie, une richesse sans équivalent dans le monde. Des raisons qui ont contribué à sa nomination comme capitale italienne de la culture en 2025. Agrigente est une ville à découvrir dans toutes les traces que son long passé lui a laissées : voici les dix lieux à ne pas manquer lors de votre visite de la ville.

1. La Vallée des Temples

En suivant les événements historiques auxquels la ville d’Agrigente est étroitement liée, on ne peut éviter de se perdre, avec un enthousiasme enfantin, dans la Vallée des Temples, le plus grand parc archéologique du monde et site de l’UNESCO depuis 1997. Malheureusement, une grande partie du tracé urbain est encore cachée sous les oliviers et les vastes champs qui l’entourent, mais aujourd’hui, la zone s’étend sur une superficie impressionnante de 1300 hectares et les découvertes sont nombreuses. En partant du Rupe di Atenea, par exemple, vous pourrez non seulement admirer le site archéologique d’en haut, mais aussi le temple de Déméter intégré à la petite église de San Biagio. Le temple était orienté vers le coucher de la pleine lune, une position tout à fait anormale par rapport à celle des autres temples grecs, qui étaient orientés vers l’est. Les pages de la mythologie suggèrent que cette position pourrait être attribuée à un rite religieux visant à célébrer les retrouvailles de Perséphone avec sa mère après les six mois qu’elle a passés en compagnie de son ravisseur Hadès.

La vallée des temples
La Vallée des Temples. Photo : Parc archéologique de la Vallée des Temples

2. Le jardin de Kolymbethra

L’historien grec Diodore Sicule raconte qu’en 480 avant J.-C., le tyran Théron, pour amener l’eau à la ville d’Akragas, fit construire un dense réseau de tunnels qui se déversaient dans un grand bassin appelé Kolymbethra “d’un périmètre de sept stades”. Il fut rapidement transformé en étang à poissons et transforma la terre inhospitalière et aride de la Sicile en un jardin luxuriant de plantes méditerranéennes typiques, mêlant harmonieusement la nature et l’histoire. Au cours des siècles suivants, l’étang fut enterré et transmis à l’Église, qui y introduisit les agrumes, mais son apogée se situe entre le XIXe et le XXe siècle, lorsqu’il devint l’une des étapes les plus convoitées et les plus importantes du Grand Tour. Après avoir été abandonnée depuis les années 1980, la Kolymbethra est aujourd’hui à nouveau un exemple de préservation du paysage sicilien, dans lequel les fruits et les fleurs se succèdent sans interruption au fil des saisons.

Le jardin de Kolymbethra
Le jardin de la Kolymbethra. Photo : FAI Fondo Ambiente Italiano

3. Le musée archéologique "Pietro Griffo

Dédié à la mémoire de Pietro Griffo, archéologue et surintendant à Agrigente de 1941 à 1968, le musée archéologique régional est l’un des plus importants et des plus visités de Sicile. Il est situé en partie à l’intérieur de l’abbaye cistercienne de San Nicola, qui revêt une importance extrêmement symbolique car, à l’époque classique, elle était le centre de l’art public de la ville d’Agrigente. L’exposition permanente est divisée en 18 salles et la collection la plus somptueuse est celle des objets trouvés par la Soprintendenza à Agrigente dans les années 1940. Le musée est organisé et divisé en deux itinéraires de visite distincts et, tandis que le premier permet de découvrir des objets d’Akrágas à Agrigentum, le second présente des objets provenant des territoires d’Agrigente, d’Enna et de Caltanissetta.

Le musée archéologique Pietro Griffo
Le musée archéologique Pietro Griffo. Photo : Parc archéologique de la Vallée des Temples

4. L’église de San Nicola

Après la découverte du musée archéologique, une petite halte s’impose à l’église San Nicola, construite au XIIIe siècle dans le style gothique normand. L’historien Rocco Pirri a retrouvé un document sur la construction de l’église qui illustre l’existence en 1181 du quartier portant le nom de saint Nicolas, tandis qu’un second document fait état de sa donation en janvier 1219 par Ursone, évêque de la communauté cistercienne de Santa Maria in Andrano, qui fit construire un cénobie à côté. L’église, à nef unique, est surmontée d’une voûte ogivale et l’ensemble est extrêmement rustique et simple, ce qui correspond précisément à la forte volonté d’austérité propre à l’ordre cistercien. En franchissant l’imposante porte en bois, construite en 1531, on découvre un espace intérieur qui, sur la droite, contient quatre petites chapelles, peintes à fresque par le peintre Innocenzo Mascarella en 1575, qui offraient aux moines de paisibles moments de prière solitaire.

L'église Saint-Nicolas
L’église Saint-Nicolas. Photo : Wikimedia/Zde

5. La maison natale de Luigi Pirandello

En 1867, la famille de Luigi Pirandello, lauréat du prix Nobel de littérature en 1934, décide de se réfugier dans un bâtiment rural de la fin du XVIIIe siècle, sur un plateau surplombant la mer, afin d’échapper par tous les moyens à l’épidémie dévastatrice de choléra qui sévit en Sicile. La maison natale du célèbre écrivain a été endommagée en 1944 par l’explosion d’un dépôt de munitions situé à proximité, mais en 1952, elle a été rachetée par la région de Sicile et restaurée. Les pièces abritent aujourd’hui une vaste collection de photographies, de revues, d’honneurs, d’éditions originales de livres et de tableaux consacrés à l’écrivain et dramaturge sicilien. Depuis 1987, la bibliothèque Luigi Pirandello se trouve également dans ses murs. En outre, une allée proche de la maison abrite l’urne réalisée au moyen d’un cippus en pierre par le sculpteur Marino Mazzacurati en suivant, presque à la lettre, les dernières volontés de Pirandello, qui avait écrit : “que l’urne cinéraire soit ramenée en Sicile et murée dans une pierre brute de la campagne de Girgenti où je suis né”.

La maison natale de Luigi Pirandello
La maison natale de Luigi Pirandello. Photo : CoopCulture

6. Le monastère de Santo Spirito

En se promenant presque sans but dans le centre historique d’Agrigente, on peut rencontrer de nombreux lieux qui méritent une visite, dont le monastère “Beata Maria Virginis et Sancti Spiritus”, fondé en 1299 par la marquise Rosalia Prefoglio et donné à la fin de sa vie aux moniales bénédictines de l’ordre cistercien. Le monastère a été construit avec des matériaux locaux tels que le grès, le calcaire et le mortier bâtard à base de chaux et de ciment. Un portail gothique avec une rosace dissimule une église à nef unique avec un plafond à caissons et, derrière le maître-autel, se trouvent le chœur et la chapelle de Giovanni Chiaramonte, avec des œuvres de l’école d’Antonello Gagini, un célèbre sculpteur tessinois qui a surtout travaillé en Sicile.

Le monastère du Saint-Esprit
Le monastère de Santo Spirito. Photo : WIkimedia/Max5783

7. L’église Santa Maria dei Greci et le palais épiscopal

La promenade peut ensuite se poursuivre vers l’église Santa Maria dei Greci et le palais épiscopal. La première, connue sous le nom d’église des Grecs parce qu’elle était une cathédrale grecque orthodoxe pendant la domination byzantine, est une structure architecturale complexe car elle est le résultat de pas moins de neuf siècles de construction et de reconstruction. Selon les spécialistes, l’édifice se trouve à l’emplacement du temple de Jupiter Atabirio ou Polieo, qui, avec celui d’Hatena incorporé à l’église, dominait l’ancienne polis. À côté de la cathédrale se trouve le palais épiscopal du XVIIIe siècle, l’une des architectures civiles les mieux conservées de la ville. Le palais original a été construit au XIe siècle, mais il a été gravement endommagé en 1693 et a donc été reconstruit selon le projet de l’architecte Domenico Dolcemascolo de Sciacca, avec un portail d’entrée particulier bordé par deux colonnes utilisées comme piédestal pour le balcon de l’étage supérieur, lui-même enrichi par un tympan triangulaire ouvert au centre et contenant les armoiries du 76e évêque d’Agrigente, Andrea Lucchesi.

L'église de Santa Maria dei Greci
L’église de Santa Maria dei Greci. Photo : Wikimedia/Trolvag

8. La rue de l’art

Toujours dans le centre historique d’Agrigente, en remontant la Piazza del Purgatorio avec l’église du même nom dédiée aux âmes pénitentes, on peut heureusement trouver un musée en plein air avec des peintures murales et des dessins colorés sur les volets, les escaliers et les murs de la rue. La route des arts existe notamment grâce à l’association Culturart, qui a permis à des artistes d’exprimer leur vision de l’art et du monde, mais surtout de réaménager des rues et des espaces abandonnés. En se promenant parmi les peintures imaginatives et extrêmement expressives qui semblent capturer toute l’énergie typique de la ville, on atteint le célèbre escalier des artistes au bout de la Via Atenea. C’est ici que se réunissent chaque été les artistes émergents et que de nombreuses initiatives sont organisées pour le rendre chaque année plus original et plus coloré.

La route des arts
La rue de l’art. Photo : Culturart

9. L’escalier turc

L’escalier turc doit son nom aux pirates sarrasins, improprement appelés “Turcs” par la population locale, qui pillaient les villages de la côte. L’accès à ces villages était facilité par la curieuse muraille en escalier, mal contrôlée. Le spectaculaire escalier est constitué d’une roche sédimentaire de nature argilo-calcaire et, depuis le promontoire panoramique, on peut voir la “Rocca della Gucciarda”, également connue sous le nom de “u zitu e a zita” (c’est-à-dire “le fiancé et la fiancée”) en l’honneur d’un couple malheureux qui, dans la vie, n’est pas parvenu à se marier. Mais la Scala dei Turchi a également inspiré de nombreux écrivains, comme Andrea Camilleri, qui la décrit de manière poignante dans son livre “la prima indagine di Montalbano” (la première enquête de Montalbano), dans lequel le commissaire reste “strurduto” devant une telle beauté.

L'escalier turc
L’escalier turc. Photo : Francesco Lombardi

10. La ville antique d’Heraclea Minoa

La construction de la ville antique d’Heraclea Minoa, près d’Agrigente, trouve son origine dans le mythe de l’expédition de Minos en Sicile à la recherche de Dédale. L’historien sicilien Diodore raconte la fin tragique du roi crétois aux mains du seigneur des Sicans, Kokalos, auprès duquel Dédale s’était réfugié et où la ville de Minoa fut fondée par les compagnons de Minos en fuite. Selon le récit d’Hérodote, le nom d’Héraclée a été imposé en l’honneur du seul survivant de l’expédition de la fin du VIe siècle avant J.-C., le Spartiate Héraclès, originaire d’Euriléon. La ville passa bientôt sous le contrôle d’Akragas, puis fut longtemps disputée entre Grecs et Carthaginois jusqu’à devenir une colonie romaine au IIIe siècle avant J.-C., avant d’être abandonnée deux siècles plus tard. Aujourd’hui, il est encore possible de se promener dans ses fondations et de découvrir, par exemple, le théâtre du IVe siècle av. J.-C. qui fait face à la mer ou les vestiges d’un sanctuaire dédié à une divinité féminine sur la terrasse sommitale.

La cité antique d'Heraclea Minoa
La cité antique d’Heraclea Minoa. Photo : José Luiz Bernardes Ribeiro

Agrigente, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer
Agrigente, à voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.