Île d'Elbe, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Que voir sur l'île d'Elbe, la troisième plus grande île d'Italie : voici 10 lieux à ne pas manquer.

L’île d’Elbe est la plus grande île de l’archipel toscan et la troisième d’Italie. Elle se trouve à une dizaine de kilomètres de la côte et le moyen le plus simple et le plus rapide d’y accéder est d’emprunter le ferry qui part de Piombino. La traversée du canal de Piombino, qui sépare l’île de la côte, dure une quarantaine de minutes. L’île d’Elbe est une destination estivale très prisée (bien qu’elle mérite d’être visitée en toute saison), non seulement pour ses plages, mais aussi pour sa beauté naturelle (elle fait entièrement partie du parc national de l’archipel toscan, créé en 1996) et pour la variété des paysages qu’elle offre.Au centre se trouve une plaine où s’ouvrent des golfes, des criques et des plages de sable fin, tandis que la partie la plus proche de la côte est vallonnée et célèbre pour ses mines de fer, très exploitées dans l’Antiquité et qui ont donné leur nom au chef-lieu de l’île d’Elbe, Portoferraio. L’île compte sept communes (de la plus peuplée à la moins peuplée : Portoferraio, Campo nell’Elba, Capoliveri, Porto Azzurro, Rio, Marciana et Marciana Marina), chacune avec son histoire et ses particularités, capables de raconter une histoire millénaire, puisque, grâce aux découvertes archéologiques, nous savons que l’île d’Elbe était déjà peuplée à l’époque préhistorique, et en particulier au cours de la période paléolithique. Les Étrusques y ont construit plusieurs villages fortifiés, ayant compris son rôle stratégique dans le contrôle des routes maritimes et l’exploitation des mines de fer. À l’époque romaine, le premier noyau de l’actuelle Portoferraio fut finalement fondé. Au Moyen Âge, l’île fut conquise par les Ostrogoths et les Lombards, et devint un territoire de la République de Pise, puis de la Principauté de Piombino. Mais l’histoire de l’île d’Elbe est indissociable de celle de Napoléon, qui s’y exila pendant 10 mois entre 1814 et 1815 : il reste des traces de son passage. Aujourd’hui, l’île d’Elbe est l’une des destinations les plus prisées de Toscane, et il y a tant à voir : voici les dix lieux incontournables de votre voyage.

1. Le centre historique de Portoferraio

Principale ville de l’île, la seule à compter plus de dix mille habitants, Portoferraio est le point d’arrivée des ferries pour l’île d’Elbe et s’étend sur un grand port naturel. Connue au Moyen Âge sous le nom de “Ferraia”, elle était déjà le siège d’activités minières au XIIIe siècle : Le site fut ensuite cédé par les Appiani aux Médicis en 1547, et l’ancien village fut reconstruit selon un projet urbanistique de Giovanni Camerini qui, pour Cosimo I, conçut une ville fortifiée moderne qui reçut le nom de “Cosmopoli”, ou “ville de Cosimo”, qui devint une exclave du duché (puis du grand-duché) de Toscane sur le territoire de la principauté de Piombino, gouvernée par les Appiani. Aujourd’hui encore, le centre historique de Portoferraio présente un réseau ordonné de larges rues sur lesquelles donnent de grands édifices des XVIe et XVIIe siècles, dominés par l’imposante masse de Forte Falcone et Forte Stella, les forteresses des Médicis construites pour protéger la ville. Dans le centre de Portoferraio, on peut admirer la Torre del Gallo, la tour côtière ainsi appelée parce qu’au XVIe siècle on y avait placé un coq (symbole de la nouvelle aube de la cosmopolis des Médicis), traditionnellement attribuée à Giambologna et volée au XVIIIe siècle, l’église de la Nativité de Marie avec des œuvres toscanes du XVIIe siècle, l’église néoclassique de San Cristino à laquelle est rattaché le Musée de la Miséricorde (un musée de l’architecture et de l’urbanisme). Misericordia Museum (une Vierge à l’Enfant de l’école de Tino di Camaino est conservée à l’intérieur), l’église de San Marco alle Grotte avec un retable de Giuseppe Bezzuoli, la Pinacoteca Foresiana qui est le principal musée d’art de la ville, avec une collection d’œuvres d’artistes importants, en particulier du XIXe siècle (de Telemaco Signorini à Plinio Nomellini, de Llewelyn Lloyd à Antonio Ciseri), divisée en douze salles.

Portoferraio
Portoferraio. Photo : Gestion associée pour le tourisme sur l’île d’Elbe

2. Le village de Marciana

Marciana est le plus ancien village de l’île d’Elbe : selon toute probabilité, il est situé sur le site d’une ancienne colonie romaine, comme le suggère son nom (dérivé du nom de personne romain Marcius), bien que la commune de Marciana soit mentionnée pour la première fois dans un document du XIIe siècle. Dans le passé, Marciana avait une certaine importance puisqu’elle était la résidence d’été des princes Appiano di Piombino, à l’époque où l’île était dominée par la seigneurie basée dans la ville côtière. Le centre historique s’est développé sous la puissante forteresse pisane construite au XIIe siècle, qui servait à protéger cette zone de l’île des raids des pirates sarrasins et pouvait également abriter la population en cas de besoin. Parmi les monuments importants, citons l’ancienne église paroissiale de San Lorenzo, datant du XIIe siècle, située à “Il Santo”, à mi-chemin entre le centre de Marciana et le hameau de Poggio, ainsi que l’église de Santa Caterina, l’église paroissiale de Marciana et l’une des plus grandes églises de l’île, l’hôtel des monnaies de Marciana (fondé par les princes Appiani) et la vieille ville caractéristique.

Le village de Marciana
Le village de Marciana. Photo : Luca Aless

3. Les musées archéologiques de Marciana et de Portoferraio

Ce sont les deux principaux musées archéologiques de l’île d’Elbe. Comme d’autres instituts, ils font partie du système muséal de l’archipel toscan, et pour les amateurs d’histoire ancienne, une visite à ces deux instituts sera utile pour tout savoir sur la vie sur l’île dans la préhistoire et l’antiquité. Le musée archéologique de Marciana est le plus complet, avec des expositions allant du paléolithique au Moyen Âge, réparties dans quatre salles : on y trouve des céramiques étrusques, des amphores gréco-italiques, des majoliques pisanes médiévales, ainsi que des amphores trouvées dans les épaves de navires naufragés dans la mer autour de l’île. À Portoferraio, visitez le musée archéologique de la Linguella, installé dans les salles des anciens entrepôts de sel de la capitale de l’Elbe. Inauguré en 1985 et définitivement ouvert au public en 1988, il comprend deux salles avec des expositions qui racontent principalement l’histoire de l’ancien commerce de l’île d’Elbe grâce au matériel trouvé dans les épaves, mais ce n’est pas tout : vous pouvez également admirer le précieux Ara di Attiano, un autel en granit du IIe siècle après J.-C. dédié à Hercule.

Musée archéologique de Linguella. Photo : Système muséal de l'archipel toscan
Musée archéologique de Linguella. Photo : Système muséal de l’archipel toscan

4. Les musées miniers de San Piero in Campo et de Rio, et les mines de Capoliveri

Ceux qui veulent connaître l’histoire millénaire de l’extraction du fer sur l’île d’Elbe ne doivent pas manquer de visiter les musées miniers. Commencez par le MUM - Museo Mineralogico “Luigi Celleri” à San Piero in Campo, ouvert en 2013 : vous y trouverez une riche collection de minéraux et d’échantillons provenant des sites miniers de l’île. Une section est consacrée au minerai de fer et aux roches dont on extrait les minéraux sur l’île. À Rio Marina, le Palazzo del Burò abrite le Museo dei Minerali dell’Elba e dell’Arte Mineraria (Musée des minéraux de l’île d’Elbe et de l’art minier), où, outre la collection de minéraux, les visiteurs peuvent observer des reconstitutions fidèles d’environnements miniers avec des matériaux et des outils originaux provenant des sites miniers (par exemple, une section grandeur nature d’un tunnel, les quartiers des mineurs et l’atelier du forgeron). Pour en savoir plus sur l’extraction du fer à travers l’histoire, vous pouvez visiter le musée archéologique du district minier, également à Rio, qui expose des pièces archéologiques documentant l’activité de production la plus importante de l’île d’Elbe à travers l’histoire. Enfin, à Capoliveri, vous pourrez visiter les mines du mont Calamita, dont l’activité productive a été suspendue en 1980 (bien que les gisements ne soient pas épuisés) et qui constituent aujourd’hui l’un des sites archéologiques industriels les plus intéressants de Toscane et d’ailleurs.

Musée des minéraux et de l'art minier de l'île d'Elbe à Rio Marina. Photo : R. Ridi / Système muséal de l'Archipel toscan
Musée des minéraux et de l’art minier de l’île d’Elbe à Rio Marina. Photo : R. Ridi / Système muséal de l’archipel toscan

5. Les chèvreries d’Elban

Il s’agit de sites particuliers, typiques de l’île d’Elbe, utilisés par les bergers qui amenaient leurs troupeaux de chèvres, un animal très commun dans cette région, paître sur les pentes de la partie occidentale de l’île. Ils se composaient de trois éléments : le caprile proprement dit, c’est-à-dire l’enclos de pierre qui délimitait le caprile, puis le domolito, c’est-à-dire la cabane circulaire en pierre (d’où le nom) dans laquelle on fabriquait les fromages, et enfin le grìgolo, une structure en pierre utilisée pour le sevrage des chevreaux. Malgré leur aspect ancien, les chèvreries avec domolito en pierre sont des structures récentes, répandues depuis le début du XXe siècle : auparavant, les cabanes étaient construites avec des branches et des feuilles greffées sur une base en pierre, comme les pinnettas que l’on trouve en Sardaigne. Les principales cabanes de l’île d’Elbe se trouvent autour du village de San Piero in Campo, un hameau de Campo nell’Elba, mais il y en a aussi plusieurs près de Marciana.

Les Caprili della Macinella. Photo : Wikimedia/Ferpint
Les chèvreries de Macinella. Photo : Wikimedia/Ferpint

6. Le musée des résidences napoléoniennes

Le musée des résidences napoléoniennes, situé à Portoferraio, fait partie de la direction régionale des musées de Toscane du ministère de la Culture : la Palazzina dei Mulini, résidence urbaine de Napoléon, où sont conservés des meubles d’époque, des souvenirs et une partie de la bibliothèque que l’empereur des Français avait apportée avec lui (ici, Napoléon a essayé de recréer un environnement de cour nécessairement plus petit mais néanmoins aussi confortable que celui dont il pouvait jouir à Paris, grâce aussi à la présence à Portoferraio de sa mère et de sa sœur), et la Villa San Martino, résidence extra-urbaine de Napoléon. La villa abrite des portraits de Napoléon et de ses officiers, ainsi que des images de ses batailles : c’est donc l’endroit idéal pour en savoir plus sur l’histoire de l’homme qui a écrit l’histoire de l’Europe à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.

Musée des Résidences Napoléoniennes
Musée des résidences napoléoniennes - Villa San Martino. Photo : Ministère de la Culture

7. L’Ermitage de San Cerbone

Situé sur le Crino delle Puntate, une crête montagneuse entre le centre de Marciana et le village de Poggio, c’est le lieu où la tradition place le refuge de Saint Cerbone, un saint qui vécut au VIe siècle, originaire d’Afrique, et très vénéré sur la côte sud de la Toscane (la cathédrale de Massa Marittima, la ville dont il est le saint patron, lui est dédiée). Le sanctuaire dédié à saint Cerbone est un édifice dépouillé et sévère, qui pourrait avoir des origines très anciennes puisque, selon la tradition, il aurait été construit peu après la mort du saint (disparu à Poggio en 575), mais le premier document attestant de son existence remonte à 1421. La façade sobre mène à un intérieur à nef unique où se trouve le tableau du saint datant du XIXe siècle. Près du sanctuaire se trouve la Grotte du Saint, lieu où aurait vécu Saint Cerbone.

L'ermitage de San Cerbone
L’ermitage de San Cerbone

8. Le sanctuaire de la Madonna di Monserrato

Il est situé sur le territoire communal de Porto Azzurro, accroché à un éperon rocheux que l’on ne peut atteindre qu’à pied à partir d’un sentier qui part d’une place située le long de la route provinciale qui relie Porto Azzurro à Rio Marina. Elle a été construite au XVIIe siècle comme vœu du gouverneur espagnol de Naples, José Pons y León, qui, pris dans un violent coup de vent alors qu’il naviguait dans la mer Tyrrhénienne, pria la Madone de Monserrato, à laquelle il vouait une grande dévotion, de le sauver. Le bateau à bord duquel il voyageait parvint à atteindre sain et sauf le golfe de Porto Longone (aujourd’hui Porto Azzurro : le changement de nom de la ville remonte à 1947), et c’est ainsi que fut construit le sanctuaire, qui fut pendant longtemps un lieu de pèlerinage très fréquenté, surtout au XVIIIe siècle. Même Napoléon, en 1814, a voulu visiter le sanctuaire, qui est toujours ouvert au culte malgré sa situation imperméable. À l’intérieur, un autel en marbre abrite un tableau de Notre-Dame de Monserrato, copie de la célèbre Vierge noire du sanctuaire de Montserrat, en Catalogne.

Le sanctuaire de Notre-Dame de Montserrat
Le sanctuaire de la Madonna di Monserrato. Photo : Francesco Bini

9. Le sanctuaire des papillons

Les amoureux de la nature seront heureux de se promener dans le Santuario delle Farfalle (Sanctuaire des papillons), un sentier naturel situé dans les bois du Monte Perone, inauguré en mai 2009. Il est accessible à pied à partir de l’aire de pique-nique du Monte Perone et s’appelle ainsi parce que cette zone de l’île d’Elbe est habitée par de nombreuses espèces de papillons (une cinquantaine) que l’on peut généralement observer, surtout en été : la présence remarquable de ces magnifiques insectes est due à l’environnement particulièrement humide et agréable, riche en plantes et en fleurs qui nourrissent les papillons. Le long du parcours, plusieurs panneaux illustratifs fournissent de nombreuses informations sur la vie des papillons, ainsi que sur les caractéristiques des différentes espèces que l’on peut observer.

Le sanctuaire des papillons
Le sanctuaire des papillons. Photo : Parc national de l’archipel toscan

10. Les plages de l’île d’Elbe

L’île d’Elbe, comme vous le savez, est célèbre pour ses plages. Quelles sont celles qui se prêtent le mieux à une journée de détente ? La plage la plus connue est probablement Fetovaia : une bande de sable de deux cents mètres de long dans la commune de Campo nell’Elba, célèbre pour son eau turquoise. La plage de Lacona, qui fait partie de la commune de Capoliveri, présente des caractéristiques similaires : c’est l’une des plus grandes plages de l’île. À Campo nell’Elba, la plage de Cavoli est célèbre, tandis que la Cala dei Frati, située à Portoferraio sous une falaise, est résolument plus pittoresque. Parmi les plus belles plages, toujours à Portoferraio, on trouve Sansone, l’une des plus longues et des plus confortables, et Biodola, tandis que Procchio, dans la commune de Marciana, est l’une des plus grandes et des mieux équipées. Ceux qui préfèrent la tranquillité peuvent opter, par exemple, pour la Cala delle Alghe à Rio, ou pour la plage de Paolina près de Procchio, ou encore pour la Crocetta près du centre de Marciana Marina, cachée derrière une falaise et accessible par un sentier escarpé entre les rochers. Enfin, il existe également une option pour les naturistes : la plage d’Acquarilli, particulière pour son sable de galets noirs (qui nécessite donc un abri adéquat pendant les jours les plus chauds de l’été, en raison de leur propension à surchauffer facilement), est autorisée pour la pratique du naturisme depuis 2015.

Plage d'Acquarilli. Photo : Gestion associée pour le tourisme sur l'île d'Elbe
Plage d’Acquarilli. Photo : Gestion associée du tourisme de l’île d’Elbe

Île d'Elbe, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer
Île d'Elbe, que voir : les 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.