Lac d'Idro, à voir: 10 étapes à ne pas manquer


Que voir sur le lac d'Idro: 10 étapes incontournables pour un itinéraire entre lac, montagnes, villages et art.

Le lac d’Idro est un joyau situé entre les sommets blanchis à la chaux, à la frontière entre la Lombardie et le Trentin. Le lac d’Idro est une étendue d’eau non contaminée, symbole d’un tourisme durable et respectueux. Le lac d’Idro est la frontière naturelle de la vallée du Chiese et, au fil des siècles, il a été un point de passage obligé pour les peuples, les armées et les cultures qui ont laissé aux deux régions des fortifications, des châteaux et des lieux d’importance historique et artistique. Aujourd’hui, le lac d’Idro est une destination très appréciée des amoureux de la nature, mais aussi de ceux qui cherchent à s’éloigner de la vie citadine pour se ressourcer, entre cuisine excellente, châteaux, villages suspendus dans le temps, et bien d’autres choses encore. Les eaux du lac sont entièrement baignables et leur température douce permet de longues baignades tout au long de l’été jusqu’à fin septembre. Chaque année, les amateurs de surf, de voile et de canoë se retrouvent sur les rives du lac d’Idro, ainsi que les familles qui y trouvent tout ce dont elles ont besoin. Pour ceux qui sont à la recherche d’excursions et d’aventures, le réseau de sentiers offre des kilomètres et des kilomètres de pistes bien équipées à parcourir à pied ou à vélo, et puis encore des falaises et des ferrates pour ceux qui veulent des émotions fortes. Voici dix étapes à ne pas manquer lors d’une excursion au lac d’Idro.

1. Anfo

Sur la rive occidentale du lac d’Idro, dans la province de Brescia, se trouve Anfo, un village d’à peine 450 habitants, mais à l’histoire riche et évocatrice. Destination privilégiée de ceux qui décident de visiter ce coin enchanteur de la Lombardie, le village d’Anfo remonte à l’époque romaine et offre aux touristes non seulement les eaux cristallines du lac, mais aussi de nombreux monuments et lieux d’intérêt historique, artistique et architectural. Parmi ceux-ci, il convient de mentionner l’ancienne église paroissiale, qui abrite de nombreuses œuvres d’artistes lombards et dont les pierres exhalent toute la riche histoire de ces vallées. Mais c’est le village dans son ensemble qui mérite une visite approfondie. En parcourant lentement ses ruelles et ses petites places, il est facile de voyager avec l’imagination et de se laisser séduire par des vues qui racontent une civilisation qui s’est développée siècle après siècle au rythme de la nature et des saisons, selon d’anciennes traditions qui ont forgé le caractère de la population et du territoire tout entier.

Vue d'Anfo. Photo Wikimedia/Superbass
Vue d’Anfo. Photo Wikimedia/Superbass

2. La forteresse d’Anfo

La Rocca di Anfo est la plus grande forteresse napoléonienne d’Italie et domine silencieusement les rives du lac d’Idro. Ce que l’on appelle la Rocca d’Anfo est un système de fortifications militaires qui occupe une superficie d’environ 50 hectares sur la rive occidentale du lac d’Idro. Cet imposant complexe défensif a été érigé au XVe siècle par la République de Venise et considérablement agrandi à l’époque napoléonienne, près de l’ancienne frontière entre la Lombardie et le Tyrol, entre la Valle Sabbia et la Valli Giudicarie. La Rocca d’Anfo se compose d’environ 34 structures principales, dont des casernes, des poudrières et des batteries militaires, reliées par des passerelles, des escaliers et des chemins souterrains qui emmènent le visiteur à travers les principaux événements historiques italiens, de la République de Venise à nos jours. La Rocca d’Anfo est un véritable joyau historique situé sur les rives du lac d’Idro où l’histoire, la culture, la nature et le sport s’unissent pour créer une expérience unique, entraînant le visiteur dans un voyage dans le temps sans jamais quitter des yeux les paysages de contes de fées.

La Rocca di Anfo. Photo Brescia Tourism
La Rocca di Anfo. Photo Brescia Tourism

3. Idro

Placée sur les rives du lac qui lui a donné son nom, la commune éparse d’Idro est un lieu particulier où l’on peut apprécier la beauté intacte des montagnes tout en se relaxant sur des plages dorées. Comme les autres villages de cette terre riche et généreuse, Idro, en particulier dans son hameau principal, Crone, conserve une saveur vivante du passé dans son architecture séculaire et spontanée: des rues étroites et rocailleuses, de vieux portails et arcades. À cela s’ajoutent de nombreuses structures d’hébergement: campings, villages touristiques, hôtels et chambres d’hôtes, ainsi que des bars et des restaurants conçus pour accueillir les visiteurs de manière simple et raffinée. Le calme et la tranquillité sont donc les caractéristiques les plus appréciées par ceux qui décident de séjourner à Idro, auxquelles s’ajoutent les événements sportifs, folkloriques, artistiques et culturels qui se déroulent tout au long de la saison estivale. Mais Idro est surtout un point de départ idéal pour de nombreuses excursions qui partent des rives du lac et montent jusqu’aux hauts sommets. À pied, à vélo ou avec un harnais et un mousqueton: les sentiers, les chemins de terre, les falaises et les ferrates d’Idro et des environs ne manquent pas et sont adaptés à tous les goûts et à tous les niveaux de difficulté.

Vue du lac Idro depuis Crone. Photo de Xavier Café
Vue du lac d’Idro depuis Crone. Photo de Xavier Café

4. Le monastère de San Bartolomeo in Serle

Fondé au début du XIe siècle, le monastère de San Bartolomeo di Serle occupe une position panoramique sur le mont Orsino, à près de mille mètres d’altitude. Restructuré radicalement au milieu du XVe siècle sur les ruines de l’église précédente de San Pietro, qui était beaucoup plus grande, le monastère est aujourd’hui accessible par une belle promenade dans les bois, d’où l’on peut admirer des vues vraiment uniques. Un paysage qui, dans le passé, avait également une importance stratégique, car le monastère de San Bartolomeo, au cours des siècles, était surtout important parce qu’il contrôlait les deux routes qui, de Brescia, allaient vers le Haut Lac de Garde et le Trentin. Aujourd’hui, rejoindre le monastère est une expérience forte surtout parce qu’elle permet de s’immerger dans une nature luxuriante et intacte où il est facile de laisser aller son imagination en pensant à ceux qui, pendant des siècles, ont parcouru ces mêmes routes en même temps que la foi et la vie quotidienne.

Le monastère de San Bartolomeo in Serle. Photo Brescia Tourism
Le monastère de San Bartolomeo à Serle. Photo Brescia Tourism

5. Le sanctuaire de la Vierge de Paitone

Le sanctuaire de la Vierge de Paitone a été construit dans la première moitié du XVIe siècle sur le site où, selon la tradition, la Vierge était apparue miraculeusement au sourd-muet Filippo Viotti, qui aurait été guéri à la suite de cette vision. C’est précisément cet événement mystique qui fait l’objet d’un important retable de Moretto, conservé à l’intérieur de l’église, qui a toujours été loué pour illustrer l’apparition de manière très concrète, sans recourir à des éléments surnaturels et miraculeux, mais en se basant sur le récit du jeune Filippo. L’aspect extérieur du sanctuaire est également impressionnant, l’édifice étant entouré d’un portique à arcades régulières soutenu par des colonnes. L’intérieur, en revanche, se compose d’une seule nef où l’on peut admirer une profusion de stucs dorés, tandis qu’au fond se trouve un riche autel en marbre reposant sur la pierre de l’apparition et contenant un tableau de Moretto.

Sanctuaire de la Sainte Vierge de Paitone. Photos Brescia Tourism
Le sanctuaire de la Sainte Vierge de Paitone. Photo Brescia Tourism

6. Le musée archéologique de la Vallée Sabbia

Gavardo abrite le Musée archéologique civique de la Vallée Sabbia (Mavs), conçu pour offrir aux visiteurs une image en constante évolution de l’histoire de ces lieux, en commençant par la préhistoire. L’exposition se concentre sur les principales découvertes de la région, notamment le complexe de Monte Covolo, un établissement qui a duré de la fin du Néolithique à l’âge du bronze moyen, accompagné d’abris funéraires de l’âge du cuivre et de zones d’extraction du silex. Une attention particulière est également accordée à l’important groupe d’habitations sur pilotis de l’âge du bronze de Lucone di Polpenazze, qui a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011 dans le cadre des sites d’habitations sur pilotis préhistoriques des Alpes. Le matériel préhistorique de la Corna Nibbia di Bione et le matériel romain de Castel Antico di Idro trouvent également leur place dans les salles de la Mavs. Le Mavs promeut également l’étude et la diffusion de l’archéologie de la Vallée Sabbia, à travers la collaboration avec différents chercheurs, l’organisation de conférences et d’expositions, et la publication périodique de ses annales.

Le musée archéologique de Valle Sabbia
Le musée archéologique de la vallée de Sabbia. Photo Wikimedia/Gafforso

7. Le musée du fer

Odolo est un village de la Valle Sabbia qui a une longue tradition de forges. La canalisation du fleuve Vrenda a permis un très fort développement de cet artisanat, surtout à partir du XVIIe siècle. Pour perpétuer cette longue tradition, le musée du fer “Fucina di Pamparane” a été inauguré à Odolo en 2007. Il s’agit d’un bâtiment de deux étages qui abritait jusqu’à récemment un atelier d’artisanat. L’ensemble de la structure, et pas seulement les objets contenus dans cet ancien lieu de travail, constitue le musée. Ici, une passerelle a été créée pour définir le parcours du visiteur et lui permettre de mieux voir les éléments structurels du musée et les outils utilisés pour forger le fer. À l’intérieur, deux marteaux équipés de roues hydrauliques, des réserves, une trompette hydroélectrique et d’autres machines accompagnent une vaste exposition visant à illustrer l’histoire socio-économique d’Odolo, étroitement liée au travail du fer.

Le musée du fer d'Odolo. Photos Brescia Tourism
Le musée du fer d’Odolo. Photo Brescia Tourism

8. L’église San Giorgio de Bagolino

La “cathédrale des montagnes”, comme l’appellent les habitants, est une imposante église paroissiale qui constitue le plus grand témoignage de l’histoire de Bagolino. Construite au XVIIe siècle en seulement trois ans sur un projet de l’architecte Giovanni Battista Lantana, l’église San Giorgio est l’une des plus grandes de toute la province de Brescia. La majesté extérieure s’accompagne de la richesse de l’intérieur, où l’on peut admirer des œuvres de grands artistes tels que: Titien, Tintoret, Palma le Jeune, Torbido et Pietro Mera. La voûte scénique peinte à fresque a été réalisée par Tommaso Sandrini, selon le goût et les structures typiques du XVIIe siècle, tandis que le maître-autel est l’œuvre de l’abbé Gaspare Turbini. Enfin, la peinture du panneau de la Madone de San Luca est célèbre.

L'église de San Giorgio à Bagolino. Photo Bagolino.info
L’église de San Giorgio à Bagolino. Photo Bagolino.info

9. Le musée ethnographique de Valvestino

Dans le village de Cima Rest se trouve le musée ethnographique du Valvestino. Caractéristique dès son emplacement, un grenier à foin au toit de chaume qui, dès le premier coup d’œil, offre au visiteur un aperçu de la vallée et de ses nombreuses caractéristiques. Les objets exposés ont tous une valeur symbolique, culturelle et artistique importante, qui se traduit surtout par l’écart entre ce qu’ils représentent aujourd’hui et ce que ces mêmes objets représentaient dans le passé. Tous ces objets sont disposés entre la grange à l’étage supérieur, l’écurie à l’étage inférieur et la casera au bas du rez-de-chaussée. Il s’agit principalement d’objets collectés dans la région du Val Vestino et d’outils pour les travaux agricoles, artisanaux et laitiers: traîneaux pour le transport du bois, outils pour la production du fromage, matériel pour le travail du bois, pour la culture des champs et pour la construction et l’exploitation des étables et des structures liées à l’élevage des moutons.

Musée ethnographique de Valvestino. Photos Brescia Tourism
Musée ethnographique du Valvestino. Photo Brescia Tourism

10. Le four à fonte de Pertica Alta

Sur la rive droite du torrent Tovere se trouve le four à fonte de Pertica Alta. Cet intéressant site de tradition et de travail est accessible par un sentier muletier qui descend du village de Livemmo di Pertica Alta et représente un témoignage vivant de l’activité qui, pendant des siècles, a animé l’économie des vallées brescianes. Le four est situé à proximité des principales ressources nécessaires au travail du métal: l’eau et le charbon de bois. Le minerai était transporté à dos de mulet depuis la Valtrompia. L’usine était utilisée pour la première transformation du minerai de fer extrait dans la Valtrompia, la fonte brute, qui était ensuite envoyée pour être transformée dans les forges de Sabbian situées plus en aval. Cette activité était si florissante que la Valle Sabbia était riche en forêts qui fournissaient le charbon de bois. La vallée de Trompia, en revanche, disposait de minerai mais manquait de combustible, d’où le rôle stratégique de Livemmo. Puis, au XIXe siècle, ce système économique est entré en crise et le travail du fer s’est déplacé principalement dans les forges du fond de la vallée et les zones montagneuses ont été abandonnées.

Le four à fusion de Pertica Alta. Photo Brescia Tourism
Le four de fusion de Pertica Alta. Photo Brescia Tourism

Lac d'Idro, à voir: 10 étapes à ne pas manquer
Lac d'Idro, à voir: 10 étapes à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.