Urbino, que voir : les 10 lieux à visiter dans la ville de la Renaissance


Que voir à Urbino : voici 10 lieux à ne pas manquer dans la ville idéale de la Renaissance.

Urbino, ville située dans les collines de la région des Marches, a acquis une renommée internationale grâce à son extraordinaire patrimoine artistique et culturel. Cependant, sa notoriété n’est pas seulement due à ses richesses artistiques, mais aussi à son histoire et au rôle clé qu’elle a joué sur la scène culturelle italienne de la Renaissance. Au cœur d’Urbino se trouve le palais ducal, un monument d’une grande grandeur et d’une grande beauté, qui abrite aujourd’hui la Galleria Nazionale delle Marche. Commandé par Federico da Montefeltro au XVe siècle, ce palais représente une icône de la Renaissance italienne. Son architecture, enrichie de cours élégantes et de salles somptueuses, reflète le pouvoir et le raffinement de la famille Montefeltro. Une autre raison de la renommée d’Urbino est son association avec le célèbre peintre Raphaël Sanzio. Né dans cette ville en 1483, Raphaël a grandi dans un environnement riche en culture et en art, influencé par le mécénat de la puissante famille Montefeltro, en particulier du duc Federico da Montefeltro. La ville a joué un rôle crucial dans la formation artistique de Raphaël, qui a reçu une éducation de haut niveau dans l’atelier de son père, Giovanni Santi, également peintre de renom.

La ville est un véritable trésor artistique et architectural. Son centre historique, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1998, est un labyrinthe de rues étroites, de palais de la Renaissance et d’églises. En outre, la ville a été un centre culturel important pendant la Renaissance, attirant des artistes, des écrivains et des philosophes de premier plan. Des personnalités telles que Baldassarre Castiglione, auteur de “Il Cortegiano” (Le Courtisan), et Leon Battista Alberti, architecte et théoricien de l’art renommé, ont contribué à la réputation d’Urbino en tant que centre de la pensée et de la créativité. Aujourd’hui, la ville continue de vivre et de respirer son riche patrimoine historique et artistique, restant une destination enchanteresse pour ceux qui souhaitent se plonger dans l’art, l’histoire et la culture de l’Italie de la Renaissance. Voici donc ce qu’il faut voir à Urbino, et les dix lieux à visiter si vous êtes dans cette ville.

1. Le palais ducal

Le palais ducal, qui abrite aujourd’hui la Galleria Nazionale delle Marche, est un magnifique exemple de l’art de la Renaissance. Il s’intègre harmonieusement à son environnement pour créer ce que Baldassarre Castiglione appelait une “ville en forme de palais”. Commandé par Federico da Montefeltro, duc d’Urbino, le palais abritait une extraordinaire collection d’œuvres d’art, aujourd’hui répartie entre ses salles et la Galerie des Offices à Florence. Federico, prince de la Renaissance, incarnait le modèle du prince éclairé : fin stratège militaire, mécène des arts, politicien avisé, collectionneur raffiné et érudit humaniste passionné de géométrie et de mathématiques. Sous son règne, Urbino devint un phare culturel de la Renaissance italienne. L’aile donnant sur la Piazza Rinascimento, avec son élégante façade ornée de fenêtres à meneaux à deux lumières, abrite l’unique salle peinte à fresque du palais. Les appartements et la salle de bal témoignent de la magnificence de l’époque, tandis que la cour d’honneur célèbre la gloire de Federico en tant que condottiere et prince éclairé. La bibliothèque du palais, riche à l’origine de précieux manuscrits enluminés, fait aujourd’hui partie de la collection de la Bibliothèque du Vatican.

Le palais ducal d'Urbino
Le palais ducal d’Urbino

2. Galerie nationale des Marches

La Galleria Nazionale delle Marche présente ses précieuses collections dans le somptueux palais ducal d’Urbino, commandé par Federico da Montefeltro. Aujourd’hui, le palais abrite des peintures, des graphiques et des céramiques du XVIIe siècle. La salle du roi, avec son plafond en stuc doré, célèbre Federico et sa lignée. De nombreuses œuvres d’Urbino sont aujourd’hui conservées aux Offices. Galerie nationale des Marches est installée dans le palais ducal, une extraordinaire résidence du XVe siècle commandée par Federico da Montefeltro, seigneur d’Urbino de 1444 à 1482. Les architectes Luciano Laurana et Francesco di Giorgio Martini y ont apporté leur maîtrise. En 1861, des œuvres provenant de guildes religieuses supprimées ont constitué le noyau de la galerie. Fondée en 1912, la galerie a pour but de collecter, de préserver et de mettre en valeur l’art régional. L’itinéraire comprend des chefs-d’œuvre absolus tels que la Cité idéale, d’un artiste anonyme (1480-1490), la Profanation de l’hostie de Paolo Uccello (1397-1475), la Flagellation et la Madone de Senigallia de Piero della Francesca (1415/20-1492), la Pentecôte et la Crucifixion de Luca Signorelli (1441/50-1523), la Muette de Raphaël (1483 - 1520) ; la Cène et la Résurrection de Titien (1487/88 - 1576), l’Assomption de la Vierge de Federico Barocci (1535 - 1612) ; la Vierge à l’Enfant avec Sainte Françoise Romaine d’Orazio Gentileschi (c.1563 - 638 o 46). La collection Volponi, récemment acquise, présente quant à elle des peintures du XIVe siècle à Bologne et du XVIIe siècle dans la région des Marches. Les collections de dessins, de gravures et de céramiques sont tout aussi importantes. De récents travaux de restauration ont permis de visiter les cachots avec la neviera, la sellerie, la buanderie, la cuisine, l’écurie et la salle de bain du duc.

Galerie nationale des Marches
La Galerie nationale des Marches

3. La cathédrale d’Urbino

La cathédrale Santa Maria Assunta, érigée par l’évêque Beato Mainardo vers 1063, a été consacrée à la Vierge Marie de l’Assomption. Au XVe siècle, à l’initiative de Federico da Montefeltro, elle a été reconstruite, probablement sur un projet de Francesco di Giorgio Martini. Au XVIIIe siècle, sur un projet de Giuseppe Valadier, elle a pris son aspect néoclassique actuel, avec une façade dessinée par Morigia qui contraste avec les briques environnantes. Le clocher a été construit à cette époque et sept statues de saints se dressent devant la façade, dont Sainte Crescentine, la patronne de la ville. L’intérieur, d’esprit classique, est composé de trois nefs. Le maître-autel est orné d’un grand tableau de Cristoforo Unterberger représentant la Vierge de l’Assomption et de bronzes de Camillo Rusconi. Les peintures les plus célèbres sont La traduction de la Sainte Maison de Lorette de Claudio Ridolfi, Le martyre de saint Sébastien de Federico Barocci et L’Annonciation de Raphael Motta. La coupole est décorée des figures des quatre évangélistes, exécutées par différents peintres. Sur le côté gauche, un portique de 1621, attribué à Muzio Oddi, mène à l’oratoire de la Grotte, situé dans la crypte de la cathédrale, avec une sculpture de Giovanni Bandini représentant un Christ mort et une Madone. La cathédrale, avec le musée Albani et l’oratoire de la Grotte, constitue le pivot du patrimoine artistique ecclésiastique d’Urbino, bien qu’elle soit actuellement fermée pour restauration.

La cathédrale d'Urbino. Photo : Wikimedia/Maddy16869
La cathédrale d’Urbino. Photo : Wikimedia/Maddy16869

4. La maison natale de Raphaël

La maison de Raphaël, aujourd’hui un musée que l’on peut visiter, est le lieu où le grand artiste est né le Vendredi saint, le 28 mars 1483, et a passé les premières années de son éducation artistique sous la direction de son père, Giovanni Santi, également un peintre accompli. À Urbino, Raphaël Sanzio (Urbino, 1483 - Rome, 1520) a appris non seulement les techniques artistiques, mais aussi l’importance de la philosophie et de la dignité dans son travail de peintre, comme l’a souligné Carlo Bo en 1984. Après la mort de Raphaël, la maison passe à ses héritiers, Ciarla et Vagnini, qui se la partagent. Plus tard, l’architecte urbinois Muzio Oddi, un voisin, acheta une partie de l’ancienne maison des Santi le 27 septembre 1635. Il restaura l’édifice en l’intégrant à sa résidence et ajouta une belle inscription latine sur la façade, ainsi qu’un couplet de Bembo, que l’on peut encore voir aujourd’hui. En 1873, la Raphael Academy acquiert la maison grâce à une souscription publique et à la contribution de John Morris Moore, un noble londonien, qui en fait sa résidence et la garde jalousement, l’enrichissant au fil du temps de nombreuses œuvres d’art, grâce à la généreuse collaboration de particuliers et d’institutions publiques. La Maison Raphaël expose des peintures, des sculptures, des céramiques, des meubles en bois et bien d’autres choses encore, dont certaines sont étroitement liées à Raphaël, comme des copies de ses tableaux, des esquisses pour son monument et des hommages d’autres artistes. D’autres objets documentent la riche histoire artistique, civile et religieuse d’Urbino, tandis que d’autres encore témoignent du mythe qui a entouré la figure de Raphaël à différentes époques.

Lieu de naissance de Raphaël La
maison natale de Raphaël

5. Le centre historique

Urbino est située dans les collines des Marches, surplombant la mer Adriatique, à l’intérieur des terres de Pesaro. Au XVe siècle, sous le patronage de Federico di Montefeltro et de son fils Guidobaldo, la ville a connu un âge d’or culturel, se transformant d’un simple village médiéval en une splendide cour princière, une attraction pour les artistes et les érudits italiens et étrangers. Des personnalités telles que Piero della Francesca, Leon Battista Alberti, Paolo Uccello, Baldassarre Castiglione et Pietro Bembo fréquentent la cour ducale, qui exerce une influence considérable dans toute l’Europe. C’est dans cette même cour que des artistes comme Bramante et Raphaël ont reçu leur formation initiale. Le centre historique d’Urbino, entouré de remparts, s’étend sur un peu plus d’un kilomètre carré, caractérisé par deux artères principales convergeant vers la place principale, et par un réseau complexe de rues étroites, de ruelles, de palais et d’églises, dans un paysage unique. L’atmosphère intense et les opportunités offertes par la cour d’Urbino entre le XVe et le XVIe siècle ont alimenté le mythe d’Urbino en tant que ville idéale de la Renaissance, exemple suprême des cours italiennes. Ce n’est pas un hasard si La Cité idéale, célèbre tableau exposé à la Galleria Nazionale delle Marche, symbolise la Renaissance et la grandeur d’Urbino.

Vue d'Urbino
Vue d’Urbino

6. Oratoire de Saint-Jean-Baptiste et Oratoire de Saint-Joseph

L’oratoire de San Giovanni représente l’une des réalisations les plus réussies du gothique international dans la région. Abritant la confrérie du même nom, il conserve sa structure originale avec un plafond en bois en forme de quille de bateau, tandis que la façade, restaurée en 1900, est l’œuvre de l’architecte urbinain Diomede Catalucci. Les fresques à l’intérieur sont l’œuvre des frères Salimbeni, ainsi que d’autres artistes comme Arcangelo di Cola da Camerino et Gentile da Fabriano, figures de proue du gothique tardif dans la région. Le cycle de fresques est considéré comme l’œuvre la plus complète des artistes de Settempedan : le long du mur de droite se trouvent des scènes illustrant la vie de saint Jean-Baptiste ; sur l’abside se trouve une grande Crucifixion datant de 1416 ; sur le mur de gauche se trouve la Madone de l’humilité. Dans les Histoires de saint Jean-Baptiste, peintes sur le mur de droite, la narration semble plus calme et plus détendue. Les personnages, élégamment vêtus et parés de chapeaux fantaisistes et de robes somptueuses, ainsi que l’attention portée aux détails et la représentation avec goût d’éléments tirés de la vie réelle, reflètent une approche très personnelle du gothique tardif. La qualité artistique reste constamment élevée et atteint des niveaux de virtuosité dans les peintures des anges du Baptême du Christ, dont les ailes aux couleurs vives sont décorées d’appliques de nacre, ce qui souligne une fois de plus le caractère précieux des peintures sur panneau par rapport aux peintures murales. Non loin de là, l’oratoire de San Giuseppe mérite également une visite, pour admirer la spectaculaire crèche du XVIe siècle réalisée par Federico Brandani.

Oratoire de Saint-Jean-Baptiste
Oratoire de San Giovanni Battista. Photo : Finestre Sull’Arte

7. Musée du plâtre de l’Université d’Urbino

Le Museo dei Gessi di Urbino abrite un précieux noyau de plâtres, principalement de la période historique (XVIIIe-XIXe siècles), acquis par l’Istituto di Belle Arti delle Marche immédiatement après sa fondation à Urbino en 1861 et toujours détenu par la Scuola del Libro-Liceo Artistico, héritière de l’institution du XIXe siècle. Le transfert des plâtres au Palazzo Albani a commencé en 1974 grâce à un accord prévoyant entre les parties concernées (l’Institut d’archéologie de l’Université, la Direction de l’école, la Surintendance des Beaux-Arts) ; la première exposition muséale a été inaugurée en 1988, suivie d’une deuxième en 2012, après la rénovation du palais. Les moulages, mis en valeur par le contraste avec les murs en brique des salles qui les abritent, offrent une représentation évocatrice des sculptures les plus célèbres du monde grec et romain, retrouvées depuis le XVe siècle en Italie puis en Grèce, et aujourd’hui conservées dans les plus grands musées d’Europe tels que : les Musées du Vatican, Capitolini, Uffizi, MANN à Naples, Louvre, British Museum, Hermitage. Les œuvres, expression du canon idéal du classicisme, continuent d’exercer un fort impact visuel sur le langage figuratif contemporain, tant artistique que populaire. Le musée est affilié à l’Association internationale pour la conservation et la promotion du moulage (A.I.C.P.M.).

Musée du plâtre de l'Université d'Urbino
Musée du plâtre de l’Université d’Urbino

8. Forteresse d’Albornoz

La forteresse d’ Albornoz, également connue sous le nom de Rocca Albornóz, est une structure fortifiée érigée sur le point le plus élevé du Monte di S. Sergio à Urbino. Sa position élevée offre une vue panoramique privilégiée sur Urbino et le paysage environnant, ce qui lui confère un grand intérêt historique et paysager. Son nom dérive traditionnellement du cardinal Albornoz, bien que certaines études suggèrent qu’il pourrait avoir été construit par son successeur, le cardinal espagnol Grimoard. Construite dans la seconde moitié du XIVe siècle à des fins défensives, elle a remplacé la forteresse préexistante, jugée inadéquate pour la ville d’Urbino. Au cours des siècles, il a subi plusieurs destructions et reconstructions ; au XVIe siècle, il a été relié aux murs de Rovere et, en 1673, il a été cédé aux Pères Carmes déchaussés, dont le couvent, qui abrite aujourd’hui l’Académie des beaux-arts, se trouve à proximité. Pendant l’ère napoléonienne, en 1799, il a été rénové à des fins militaires, puis rendu aux Carmes. Dans les années 1960, des travaux de restauration ont été entrepris et ont révélé d’anciennes structures archéologiques. La structure actuelle, entièrement en briques, présente un plan rectangulaire avec deux tours semi-circulaires et des bastions. Depuis 1975, l’espace situé devant la forteresse a été transformé en un grand parc public dédié à la Résistance.

La forteresse d'Albornoz. Photo : Urbino Servizi SpA
La forteresse d’Albornoz. Photo : Urbino Servizi SpA

9. Musée diocésain "Albani

L’itinéraire du patrimoine artistique de l’archidiocèse d’Urbino-Urbania-Sant’Angelo in Vado porte le nom de la famille Albani, en l’honneur des activités de mécénat menées par le pape Clément XI (1700-1721), qui a largement contribué à l’enrichissement du “trésor de la cathédrale” exposé aux érudits. Depuis 1964, le palais épiscopal abrite un musée en constante expansion, enrichi par les récentes découvertes archéologiques dans la région. Il abrite un large éventail de mobilier ecclésiastique, datant du XIIIe siècle à nos jours : manuscrits enluminés, calices, reliquaires, majoliques, porcelaines, ambre, or, argent, cristaux, pastorales en ivoire et vêtements liturgiques tissés à partir de métaux précieux. Parmi les pièces extraordinaires, citons le lutrin en laiton de la bibliothèque de Federico da Montefeltro, duc d’Urbino, et le candélabre en bronze moulé de Francesco di Giorgio Martini. De nombreuses fresques détachées témoignent de la diffusion du style gothique international, tandis que les peintures datant du XIVe au XIXe siècle représentent les écoles les plus importantes, comme l’école maniériste de Giovanni Santi, et des artistes de premier plan comme Federico Barocci (Saint Jérôme pénitent ; Extase de la bienheureuse Michelina) et Federico Zuccari (Le Christ à la colonne), qui ont laissé une trace indélébile dans l’histoire artistique locale et internationale. L’imposante cathédrale néoclassique, conçue à la fin du XVIIIe siècle par l’architecte Giuseppe Valadier, ainsi que le musée Albani et l’oratoire de la Grotte, aujourd’hui utilisé comme espace d’exposition, représentent la pièce maîtresse du patrimoine artistique ecclésiastique de la ville d’Urbino.

Le musée diocésain d'Urbino
Le musée diocésain d’Urbino

10. Cabinet de physique : Musée de la science et de la technologie d’Urbino

Le musée de la science et de la technologie d’Urbino est une institution muséale affiliée au département des sciences pures et appliquées (DiSPeA) de l’université d’Urbino Carlo Bo et fait partie du système muséal d’Ateneo (SMAUrb). Situé au cœur du centre historique d’Urbino, dans le Palazzo degli Scolopi du XVIIIe siècle, le musée a des racines qui remontent aux “Académies publiques de physique expérimentale” qui se tenaient vers la fin du XVIIIe siècle. Bien que son histoire en tant qu’établissement universitaire soit relativement récente, puisqu’elle remonte à 1988 selon une résolution académique, le cabinet de physique est considéré comme la plus ancienne institution scientifique de l’université d’Urbino. Le musée est principalement organisé dans la vaste salle “Alessandro Serpieri”, qui abrite l’une des plus importantes collections universitaires d’instruments scientifiques historiques en Italie. Cette collection représente un patrimoine exceptionnel d’équipements utilisés pour l’enseignement et la recherche dans le domaine de la physique depuis la fin du XVIIIe siècle à l’université d’Urbino. Présentant une sélection de plus de 700 instruments scientifiques, dont certains sont d’une valeur considérable, le musée offre au public une occasion unique d’explorer l’évolution des sciences physiques au cours des siècles. Nombre de ces instruments ont fait l’objet de recherches approfondies dans les archives et d’études historico-scientifiques qui ont permis de comprendre non seulement leur rôle dans le contexte local, mais aussi leur importance au niveau national et international. Le musée présente également des reconstitutions matérielles de certains instruments scientifiques et mécaniques présents dans les célèbres incrustations du Studiolo du duc Federico da Montefeltro, enrichissant ainsi la compréhension et l’appréciation du lien entre la science et l’art dans le contexte de la Renaissance.

Le cabinet de physique d'Urbino
Le cabinet de physique d’Urbino

Urbino, que voir : les 10 lieux à visiter dans la ville de la Renaissance
Urbino, que voir : les 10 lieux à visiter dans la ville de la Renaissance


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.