Fortunato Depero : la vie et l'œuvre du maître futuriste


Fortunato Depero a été l'un des artistes les plus importants de la première moitié du XXe siècle, parmi les principaux représentants du futurisme. Sa vie, son œuvre.

Fortunato Alberto Lorenzo Depero (Fondo, 1892 - Rovereto, 1960) est l’un des principaux représentants du mouvement futuriste, l’avant-garde artistique la plus importante de l’Italie du début du XXe siècle. Depero a joué un rôle déterminant dans le développement de ce que l’on appelle le second futurisme, la deuxième phase du mouvement artistique. Le second futurisme se distingue du premier par une plus grande fusion de l’art et de la réalité ; a été inauguré en 1915 par Giacomo Balla (Turin, 1871 - Rome, 1958) et Depero avec la rédaction du Manifeste de la reconstruction futuriste de l’univers. Dans ce manifeste, Depero et Balla se déclarent futuristes abstraits et se fixent pour objectif de créer un art qui intègre tous les aspects de la vie pratique. Par la fusion de l’art et de la vie quotidienne, les futuristes éclaireraient l’univers en le recréant dans son intégralité. Pour ce faire, les artistes doivent s’inspirer de l’immatériel et le combiner à leur inspiration, créant ainsi des complexes plastiques. Ce sont les nouvelles œuvres futuristes, qui vont supplanter l’art antérieur par l’utilisation de matériaux innovants et la combinaison de techniques jusqu’alors distinctes.

Le Manifeste de la reconstruction futuriste de l’univers démontre la charge révolutionnaire et novatrice de l’œuvre de Fortunato Depero. En effet, l’artiste originaire de Rovereto était un grand expérimentateur et cherchait à amener son art au milieu des gens et dans la rue, en appliquant les principes de la recherche artistique futuriste à différents domaines de l’art et de la production. Pour atteindre cet objectif, Depero ne s’est pas limité à la recherche artistique classique, comme la peinture, la sculpture et l’architecture, mais a participé à la production de tapisseries, de scénographies, de campagnes publicitaires et de pavillons.

Fortunato Depero
Fortunato Depero

Vie de Fortunato Depero

Fortunato Alberto Lorenzo Depero est né en 1892 à Fondo, dans la province de Trente, du mariage de Lorenzo Depero et de Virginia Turri. Peu de temps après, la famille déménage à Rovereto, où Fortunato étudie à la Scuola Reale Elisabettina, un institut artistique. Au cours de ces années, le jeune homme se forme à la sculpture et se rend à Turin pour travailler comme décorateur à l’Exposition universelle.

En 1913, Depero termine ses études à l’institut et, à la fin de la même année, il se rend à Rome pour visiter l’exposition d’Umberto Boccioni (Reggio Calabria, 1882 - Vérone, 1916), organisée par le marchand d’art Giuseppe Sprovieri. À cette occasion, le jeune artiste entre en contact avec le mouvement futuriste, dont il ne se détachera plus jamais. En février 1914, Depero retourne à Rome, où il a l’occasion de rencontrer Filippo Tommaso Marinetti (Alessandria, 1876 - Bellagio, 1944), le fondateur du mouvement futuriste, et de nombreux autres artistes, dont Giacomo Balla. En outre, Sprovieri lui permet d’exposer à l’Exposition libre internationale du futurisme.

Au début de la Première Guerre mondiale, Fortunato part au front, où il ne reste que peu de temps, car il est disculpé pour des raisons de santé. Depero s’installe donc à Rome, où il commence à travailler avec Balla. Le 11 mars 1915, les deux artistes publient le Manifeste de la reconstruction futuriste de l’univers, qui marque le début du second futurisme. Durant cette période, la production artistique de Depero se caractérise par un fort abstractionnisme. Cependant, dès 1915, le jeune futuriste entame un retour progressif à la figuration, visible dans la conception d’un jouet : Kikigolà, un coq aux couleurs vives et aux lignes plastiques.

En 1916, l’impresario des célèbres Ballets russes, Sergej Pavlovi&ccaron ; Djagilev (Selišči, 1872 - Venise, 1929), visite l’atelier de Fortunato Depero et lui confie la conception des décors et des costumes du théâtre. la conception de la scène et des costumes de l’opéra théâtral Le chant du rossignol, sur une musique d’Igor’ Fyodorovi&ccaron ; Stravinsky (Lomonosov 1882 - New York, 1971). Cependant, Depero n’a jamais achevé le travail pour Djagilev, trop occupé à aider Pablo Ruiz y Picasso (Malaga, 1881 - Mougins, 1973) à réaliser les costumes de la production théâtrale Parade.

C’est ainsi qu’est né le lien étroit entre Depero et le monde du théâtre, qui s’est renforcé en 1917 lorsqu’il a rencontré le poète suisse Gilbert Clavel (Kleinhüningen, 1883 - Bâle, 1927). Clavel commande au futuriste des illustrations pour son livre Un institut pour les suicidés. En avril 1918, les deux artistes commencent à travailler sur un nouveau projet : le Teatro Plastico (Théâtre plastique), avec lequel Depero s’immerge totalement dans les expériences d’avant-garde du début du siècle. Le théâtre plastique entend révolutionner le théâtre ordinaire en remplaçant les acteurs par des marionnettes en bois, qui ressemblent plus à des automates qu’à des personnes. La première représentation a eu lieu à Rome en 1918 sous le nom de Balli Plastici. Toujours en 1917, Depero réalise pour la première fois ses célèbres tapisseries futuristes, des mosaïques de tissus colorés composés de différents matériaux, sur lesquelles sont représentés des mondes fabuleux et magiques.

Au printemps 1919, Depero retourne à Rovereto où il se consacre à la réalisation d’une nouvelle idée : la Casa d’Arte Futurista. Cette dernière a été conçue dans le but de produire différents types de produits d’ameublement pour une nouvelle maison futuriste, afin de remplacer les meubles désuets qui occupaient les maisons européennes. Dans les années 1920, Depero reçoit diverses commandes, comme l’aménagement du Cabaret del Diavolo à Rome, un bar sur le thème de Dante. L’événement le plus important de ces années est sa participation à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925, au cours de laquelle il a pu élargir ses horizons au-delà des frontières italiennes. En 1926, Depero expose également à la 15e Biennale de Venise, où il présente la peinture à l’huile Squisito al selz, dédiée au Commendator Campari, avec lequel il entame un partenariat qui donnera naissance à l’un des produits italiens les plus populaires : Campari Bitter.
En 1927, il publie un nouveau livre : Rivoluzionario Depero futurista. Il s’agit d’un livre-objet relégué à deux boulons, conçu comme une autocélébration de son activité artistique et une occasion de faire l’éloge de la machine, l’un des thèmes favoris des futuristes. L’année suivante, l’artiste se rend à New York, où il travaille dans divers domaines, en particulier dans celui de la publicité. Depero se voit commander de nombreuses couvertures pour d’importants magazines tels que Vogue, Vanity Fair et bien d’autres. C’est également au cours de ces années qu’il signe le Manifeste de l’Aéropeinture Futuriste, une nouvelle opération artistique qui vise à représenter les œuvres du point de vue d’un pilote d’avion. En revanche, Depero ne se consacre jamais à la création d’œuvres répondant pleinement aux indications du manifeste.

En 1930, Fortunato rentre en Italie, où il est accueilli avec beaucoup d’enthousiasme par les autres futuristes, au point que Marinetti le présente comme le “triomphe du futurisme en Amérique”. En 1932, Fortunato rédige le Manifeste de l’art publicitaire futuriste, qui couronne toutes ses campagnes publicitaires. L’artiste se retire ensuite à Rovereto, où de jeunes futuristes lui rendent visite avec admiration. Dans les années 1930, Depero commence à se rapprocher du régime fasciste, mais après la guerre, l’artiste futuriste déclare qu’il ne collabore avec le parti que pour des raisons économiques. Pendant cette période, Fortunato réalise à Rome la mosaïque Le Professioni e le Arti (1942) et publie en 1943 A passo romano(1943), un recueil de textes guerriers que l’artiste affirme avoir écrits pour se faire aimer des hiérarques locaux. Fortunato consacre les dernières années de sa vie à la création du premier musée futuriste, ouvert au public en 1959. L’artiste n’a cependant pas pu assister à la cérémonie en raison de problèmes de santé, ce qui l’a conduit à la mort quelques mois plus tard.

Fortunato Depero, Ciz-Ciz-quaglia (1915 ; collage ; collection privée)
Fortunato Depero, Ciz-Ciz-quaglia (1915 ; collage ; collection privée)
Fortunato Depero, Mouvement d'oiseau (1916 ; huile, tempera et émail sur toile, 135 x 100 cm ; Rovereto, Mart - Museo d'Arte Moderna e Contemporanea)
Fortunato Depero, Mouvement d’oiseau (1916 ; huile, tempera et émail sur toile, 135 x 100 cm ; Rovereto, Mart - Museo d’Arte Moderna e Contemporanea)
Fortunato Depero, Chair Party (1927 ; incrustation de tissu, 259,5 x 340 cm ; Rovereto, Mart - Museo d'Arte Moderna e Contemporanea)
Fortunato Depero, Chair Party (1927 ; incrustation de tissu, 259,5 x 340 cm ; Rovereto, Mart - Museo d’Arte Moderna e Contemporanea)

L’œuvre complète et le style de Fortunato Depero

La formation de Fortunato Depero a été influencée par plusieurs sources : d’une part, il a été fasciné par le décorativisme et l’élégance de la Sécession viennoise et, d’autre part, il a été impressionné par le moralisme des Capricci de Goya. Le résultat de ces études aboutit à la composition d’œuvres représentant des sujets masculins et sculpturaux, ainsi qu’une peinture dense et huileuse typique de la zone alpine.

L’art de Depero est révolutionné par sa rencontre avec le mouvement futuriste et en particulier avec les œuvres de Giacomo Balla. Comme nous l’avons vu plus haut, les deux hommes ont théorisé le Manifeste de la reconstruction futuriste de l’univers. Les œuvres de Depero réalisées entre 1914 et 1916 se caractérisent par un abstractionnisme prononcé et une palette légère, tout en réussissant à combiner une forte volumétrie des surfaces. Parmi les œuvres abstraites de Depero, citons Ciz-Ciz-quaglia (1915) et Movimento d’uccello (1916) : dans ces deux tableaux, l’élément figuratif est absent, mais il est possible d’établir des analogies avec le monde animal et l’explosivité de la poétique futuriste à travers les couleurs criardes et solides.

Quelques années plus tard, Depero revient à la figuration et, entre 1916 et 1917, il réalise certaines des œuvres les plus importantes de toute sa carrière artistique. C’est d’ailleurs de cette époque que datent les premières tapisseries futuristes, créées par hasard alors qu’il travaillait sur le projet raté des Ballets russes. Au cours de ces années, Depero avait réalisé des décors avec des collages de papiers colorés et, étant donné la grande disponibilité de tissus colorés, qui étaient restés inutilisés pour Il Canto dell’usignolo, il eut l’idée de remplacer les papiers de collage par des tissus excédentaires. Au départ, il s’agissait de collages de tissus sur un support en carton, qui ne fut remplacé que plus tard par du fil et de l’aiguille. Les sujets des tapisseries étaient les mêmes que ceux des danses plastiques, à savoir des automates, plongés dans un monde coloré et entièrement mécanisé. Parmi les tapisseries les plus célèbres figure la Fête de la chaise (1927), dans laquelle des automates, plongés dans un paysage enchanté, dansent en l’honneur d’une chaise à la forme singulière. Certains éléments de la culture populaire chère à Depero apparaissent dans l’œuvre, et à l’arrière-plan se trouvent des pavillons qui rappellent des dessins pour des campagnes publicitaires.

L’univers théâtral imaginé par Depero et Clavel, mis en scène seulement un an plus tard, a eu un impact fondamental sur l’art des futuristes. En effet, les danses plastiques sont une source d’inspiration constante pour tous les domaines de sa recherche artistique, comme dans le cas de la peinture à l’huile I miei balli plastici (1918). La toile représente la mise en scène d’une pièce de théâtre, restituant au spectateur l’expérience théâtrale qu’il a vécue à l’époque.

En août 1918, Fortunato Depero se rend à Viareggio où il perfectionne le Teatro Plastico en créant le Teatro Magico. Le futuriste remplace les marionnettes en bois maladroites par un acteur sur scène capable de se mouvoir avec plus d’agilité et d’aisance, ressemblant à un petit diable aux mouvements vifs, que l’artiste représente dans le tableau Diavoli caucciù (Diables en caoutchouc ) (1919). Le séjour dans la ville toscane est très important car il met l’artiste en contact avec les chefs-d’œuvre métaphysiques de Giorgio de Chirico (Volos, 1888 - Rome, 1978). Le contact avec le nouveau courant artistique l’amène à créer des œuvres dans lesquelles l’aura mystérieuse et silencieuse de la poétique métaphysique fusionne avec la vivacité des tapisseries de Depero. Parmi ces œuvres, citons La Ciociara (1919), un tableau représentant au premier plan une femme d’origine modeste. La toile se caractérise par une forte plasticité des volumes et une géométrisation accentuée des formes, qui sont enveloppées d’un mystérieux halo métaphysique.

Fortunato Depero a joué un rôle fondamental dans la révolution publicitaire, en se concentrant sur l’utilisation du caractère comme élément graphique, coordonné avec certains choix visuels. Parmi les campagnes publicitaires les plus réussies, citons la collaboration entre l’artiste futuriste et la société du même nom de Davide Campari. Depero s’est chargé du graphisme et de la mise en place des publicités pour Campari. Le résultat le plus réussi du partenariat Depero-Campari a été la conception de l’emballage de la bouteille de Campari Soda. Le futuriste a conçu le contenant en forme de haut-parleur, un sujet typique des artistes futuristes, symbole de force. Depero a choisi d’imprimer directement la marque de l’entreprise sur le verre afin de garantir une transparence maximale du produit rouge électrique, symbole de la manipulation de la nature par l’homme. Dans cette collaboration globale entre Depero et Campari, il est possible d’entrevoir une anticipation de l’union entre industriels et designers dans les années 1980, qui a donné naissance au Made in Italy.

Fortunato Depero était un artiste complet, qui ne s’est pas limité aux domaines artistiques les plus courants, mais a consacré toute sa vie à l’expérimentation et à la création d’œuvres dans lesquelles l’artisanat et l’art se mêlaient pour donner naissance à des chefs-d’œuvre d’une extrême qualité. Aujourd’hui, on assiste à une réévaluation de l’œuvre de Depero, qui a été mise à l’écart pendant des années en raison de sa collaboration avec le régime fasciste.

Fortunato Depero, La Ciociara (1919 ; huile sur toile, 100 x 70 cm ; collection privée)
Fortunato Depero, La Ciociara (1919 ; huile sur toile, 100 x 70 cm ; collection privée)
La bouteille de Campari Soda
La bouteille de soda Campari
Fortunato Depero, Diabolicus (1924-1926 ; huile sur toile, 126,5 x 70 cm ; Rovereto, Mart - Museo d'Arte Moderna e Contemporanea)
Fortunato Depero, Diabolicus (1924-1926 ; huile sur toile, 126,5 x 70 cm ; Rovereto, Mart - Museo d’Arte Moderna e Contemporanea)

Où voir les œuvres de Fortunato Depero ?

Le meilleur endroit pour voir les œuvres de Depero est la Casa d’Arte Futurista de Rovereto, fondée par l’artiste lui-même. À l’intérieur du musée, on peut admirer plus de 3 000 chefs-d’œuvre du génie futuriste et la structure originale de la maison conçue par Depero, retrouvée grâce à une restauration complexe réalisée par l’architecte Renato Rizzi. Le musée abrite quelques-uns des chefs-d’œuvre du futurisme, tels que la Chair Party, le tableau Diabolicus (1924-1926) et d’autres encore. En outre, des salles entières sont décorées de fresques et de panneaux décoratifs peints à l’huile ou à la détrempe, comme c’est le cas de la salle Rovereto, en l’honneur de la municipalité qui a accepté la proposition de Depero de construire un musée.

À seulement dix minutes de ce complexe, vous pouvez voir d’autres œuvres de Depero au MART (Musée d’art moderne et contemporain). Parmi les chefs-d’œuvre du maître originaire de Rovereto conservés au musée figurent certains des premiers résultats des recherches artistiques de Depero, comme la Taglialegna de 1912. Les œuvres de Depero se trouvent également dans d’autres musées italiens, tels que la Galleria d’Arte Moderna de Turin, la Giuseppe Verzocchi Collection de Milan et la Galleria Nazionale d’Arte Moderna de Rome. Enfin, certaines œuvres du maître futuriste sont également conservées en dehors de l’Italie, par exemple à la Gallery of Modern Art de Baltimore et à la collection Diahileff à Paris.

Fortunato Depero : la vie et l'œuvre du maître futuriste
Fortunato Depero : la vie et l'œuvre du maître futuriste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.