Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, performances principales, vie, œuvres


Marina Abramovi&cacute ; et Ulay ont été le couple de performeurs le plus connu et le plus important du XXe siècle. Vie, œuvres, performances.

Marina Abramovi&cacute ; (Belgrade, 1946) et Ulay, pseudonyme de Frank Uwe Laysiepen (Solingen, 1943 - Ljubljana, 2020) étaient un couple d’artistes qui s’est concentré sur l’art de la performance, à la fois en partenariat dans les années 1970 et 1980 et séparément. Dans leurs collaborations, ils ont exploré certains aspects des relations entre les personnes, les poussant parfois à l’extrême. Ils se sont rencontrés de nombreuses années après la fin de leur relation lors d’une performance solo d’Abramovi&cacute ; donnant lieu à un moment très populaire à l’époque des premiers réseaux sociaux tels que Facebook.

Marina Abramovi&cacute ; et Ulay ont acquis une notoriété internationale, ainsi qu’une reconnaissance publique et critique, depuis les années 1970, grâce à leurs performances souvent déconcertantes, toutes centrées sur le corps, utilisé comme matériau, comme médium artistique pour mener une enquête approfondie sur les dynamiques sociales et relationnelles.“Ensemble”, écrit la critique d’art Martina Corgnati, “ils mettent en scène de nombreuses positions limites et explorent systématiquement plusieurs relations clés : homme-femme, homme-femme, corps-corps, personne-personne, dans de nombreuses variations, y compris la symbiose possible, l’osmose, la complicité, l’antagonisme, la distance, l’intrusion, la violence, la tendresse, la passion et la complémentarité. Souvent, ils se ”défient" implicitement l’un l’autre, s’utilisant mutuellement comme un terrain de confrontation et d’affrontement ouvert, un terrain d’essai.

Marina Abramovi&cacute ; et Ulay
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay

Biographie de Marina Abramovi&cacute ; et Ulay

Marina Abramović est née à Belgrade, en Serbie, le 30 novembre 1946. Elle est la petite-fille d’un patriarche de l’Église orthodoxe serbe, qui a ensuite été proclamé saint. Ses parents, Vojin Abramovi&cacute ; et Danica Rosi&cacute ; étaient tous deux partisans pendant la Seconde Guerre mondiale. Il étudie à l’Académie des beaux-arts de Belgrade de 1965 à 1973. Il a ensuite enseigné pendant quelques années à l’Académie de Novi Sad et, en 1976, il s’est installé à Amsterdam. C’est là qu’il rencontre l’artiste allemand Ulay.

Ulay (Frank Uwe Laysiepen) est né à Solingen en pleine Seconde Guerre mondiale, le 30 novembre 1943. Il s’installe à Amsterdam à la fin des années 1960, laissant derrière lui femme et enfant, attiré par le mouvement artistique “Provo” d’inspiration anarchiste. Il commence à s’intéresser à la photographie en expérimentant les premiers appareils photo instantanés, avant d’intégrer cet art à la performance en direct. Les deux hommes se rencontrent au cours de l’année 1976 à l’Appel Art Gallery d’Amsterdam, où Abramovi&cacute ; a été invitée pour une émission de télévision consacrée à l’ art de la performance, un domaine dans lequel elle s’est déjà fait un nom avec des happenings très forts. Ils ont immédiatement entamé une relation personnelle et artistique très intense, partageant le même intérêt pour les expériences concernant l’homme et ses relations. L’investigation de ces aspects est poussée à l’extrême, dans le but de provoquer des réflexions profondes chez le public. Il convient de noter que le couple a choisi pendant trois ans de présenter ses performances à travers l’Europe, vivant de manière nomade et essentiellement dans un vieux fourgon de police, réaffecté et repeint en noir. De nombreuses photographies témoignent de cette expérience.

Ils sont restés ensemble dans la vie et dans l’art pendant 12 ans, jusqu’en 1988, date à laquelle ils ont annoncé leur séparation au monde entier lors d’une célèbre performance sur la Grande Muraille de Chine. Lorsque les deux artistes ont repris leur travail en solo, Ulay est revenu à la photographie tandis qu’Abramovi&cacute ; a continué à faire des performances, ce qui lui a valu une grande popularité. Dans les années 1990, un certain nombre de litiges juridiques ont éclaté entre les deux artistes concernant les droits d’auteur des œuvres qu’ils ont réalisées ensemble. Entre-temps, Abramovi&cacute ; a entrepris de voyager dans le monde entier et s’est finalement installé définitivement à New York, où il a créé un lieu de rencontre dédié aux artistes de la performance.

Alors que les carrières des deux artistes se poursuivent en parallèle, un cancer est diagnostiqué chez Ulay en 2009, peu après son installation à Ljubljana. Il a utilisé le diagnostic de sa maladie comme un autre projet artistique, à travers lequel il s’est interrogé sur les grandes questions de la vie et de l’art, en visitant les lieux les plus importants de sa vie et en faisant ses adieux à tous ses amis. Ce projet fera l’objet d’un documentaire en 2013.

Abramovi&cacute ; et Ulay se retrouvent en 2010, et la rencontre a lieu sous les yeux de tous. Ulay décide de se rendre à New York et de participer à la performance d’Abramovi&cacute ; The Artist is Present au Museum of Modern Art, qui consistait à donner au public la possibilité de s’asseoir devant l’artiste et de la regarder. L’artiste était censée répondre au regard du participant en le fixant, sans interagir avec lui, pour observer sa réaction, mais lorsqu’Abramovi&cacute ; se rend compte qu’Ulay se tient devant elle, elle ne peut retenir son émotion et prend les mains de son ancien partenaire, qui est également ému. La scène a été filmée et s’est rapidement répandue sur les principaux réseaux sociaux tels que Facebook et YouTube, partagée par des milliers de personnes, même plusieurs années plus tard.

Le combat d’Ulay contre le cancer a duré une dizaine d’années, entre traitements, rémissions et finalement un lymphome qui lui sera fatal le 2 mars 2020. Marina Abramovi&cacute ; poursuit aujourd’hui encore sa recherche artistique.

Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Relation in space (1976 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Relation in space (1976 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Relation in time (1976 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay,Relation in time (1976 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Breathing in/Breathing out (1977 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Breathing in/Breathing out (1977 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Imponderabilia (1977 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Imponderabilia (1977 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, AAA-AA (1978 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, AAA-AA (1978 ; performance)

Performances jumelées de Marina Abramovi&cacute ; et Ulay

Depuis ses premières performances à la fin des années 1970, Marina Abramovi&cacute ; s’est attachée à repousser à l’extrême les limites de la résistance physique et de l’émotivité du corps, en étudiant la réaction du public face à des situations potentiellement très dangereuses. En fait, c’est souvent le public qui est le véritable protagoniste de la performance, un aspect qui, à première vue, semble moins émerger que l’accent mis sur les actions fortes réalisées par l’artiste. Ainsi, au cours de ces années, Abramovi&cacute ; crée de nombreux happenings dans lesquels elle s’assomme délibérément après avoir allumé un feu, se blesse en créant des images spécifiques (comme une étoile à cinq branches gravée sur son ventre à l’aide d’un rasoir) et accomplit d’autres actes autodestructeurs qui obligent le spectateur à intervenir pour sauver l’artiste, créant ainsi une relation directe avec elle.

Même pendant sa collaboration artistique et humaine avec Ulay, Abramovi&cacute ; a continué sur cette voie, multipliant les expériences avec son compagnon. Ulay avait d’ailleurs déjà réalisé un travail novateur sur le thème de l’union entre le masculin et le féminin (dans une série de clichés intitulée Auto Polaroid de 1974, il se représente à moitié maquillé en femme), promulguant l’importance de reconnaître le côté féminin de l’homme et l’invitant à en tirer parti pour se redécouvrir et créer un lien profond avec l’être aimé. Par ailleurs, Ulay a également utilisé la photographie pour lancer une provocation, les personnes représentées sur les photos étant en réalité un double mécanique d’elles-mêmes sans identité. Dans sa performance Fototot (1976), Ulay a photographié la silhouette d’un participant nommé dans le public à l’aide d’un appareil Polaroid, qu’il a placé devant une feuille de lin sensible à la lumière. Il a ensuite projeté le Polaroïd en se superposant à l’image, démontrant ainsi que devant une photographie, il n’est plus possible d’établir l’identité spécifique d’une personne.

Entre 1976 et 1988, les deux artistes ont réalisé ensemble de nombreuses performances, regroupées sous le titre Relation works. Dans leur première performance commune, dans le cadre de la Biennale de Venise, Abramovi&cacute ; et Ulay sont enfermés dans une pièce pendant une heure(Relation space). Entièrement nus, ils déambulent dans la pièce en se frôlant et en se heurtant, gagnant en vitesse et en violence au fil des minutes. Dans ce cas, l’objectif du duo était d’amener le public à se demander qui étaient les protagonistes et quelle relation ils entretenaient l’un avec l’autre, qu’elle soit d’amour ou de haine. Abramovi&cacute ; a déclaré plus tard qu’il était assez facile pour le public de comprendre l’intensité de leur relation amoureuse. Relation in time date également de 1976 : à l’intérieur de la Galleria - studio G7 de Bologne, les deux artistes sont assis dos à dos pendant seize heures, les cheveux rassemblés en une seule coiffure. Ce n’est qu’au cours de la dernière heure que le public entre dans la salle et découvre un être créé par la combinaison d’un homme et d’une femme, comme s’il s’agissait d’une troisième entité composée des deux. Le sous-texte de la performance concerne le lien entre deux amants qui, bien qu’intimement liés (leurs cheveux sont tressés ensemble), ne peuvent pas nécessairement communiquer (ils ne se regardent jamais en face).

Datant de 1977, Breathing in/Breathing out (1977) : réalisée à Belgrade, les deux artistes sont filmés alors qu’ils échangent des respirations par la bouche pendant vingt minutes. À la fin de la performance, les deux artistes s’évanouissent par manque d’oxygène. Le couple d’artistes entend ainsi suggérer que la mort plane souvent par sa présence dans les jeux de collaboration. La même année, les deux artistes réalisent Imponderabilia : à la Galleria d’Arte Moderna de Bologne, Abramovi&cacute ; et Ulay sont nus et se font face de part et d’autre de l’entrée de la galerie. À ce moment-là, le public doit passer entre les deux corps nus, en décidant de se tourner vers le nu féminin ou le nu masculin. La signification intrinsèque de la performance est de devoir prendre des décisions rapidement, souvent sans savoir pourquoi. La performance a été interrompue au bout d’une heure en raison de l’arrivée des carabiniers, qui ont été appelés pour attentat à la pudeur.

En 1978, c’est au tour de AAA-AA (1978). Elle se déroule dans un studio d’enregistrement sans public à Liège. Les deux artistes se crient dessus, d’abord en produisant des sons monotones, puis en commençant à rivaliser pour savoir qui criera le plus fort et le plus longtemps. Ulay est le premier à abandonner. La signification de cette performance est qu’elle représente deux amants qui, au début, sont au même niveau, mais qui, au fil du temps, essaient de se dominer l’un l’autre. Elle s’inscrit dans la continuité d’une performance antérieure d’Abramovi&cacute ;, Freeing the voice, dans laquelle l’artiste crie longuement jusqu’à en perdre la voix. Rest energy , quant à elle, date de 1980 : il s’agit d’une performance enregistrée sur vidéo. Marina Abramovi&cacute ; et Ulay adoptent une position telle que l’équilibre du poids de leurs corps maintient un arc et une flèche en tension. Il tient la corde tendue, la flèche pointant vers le cœur d’Abramovi&cacute ; qui s’accroche à l’arc avec son bras. Un faux mouvement pourrait lui être fatal, elle doit donc s’en remettre entièrement à l’autre personne, explorant ainsi le thème de la confiance en l’autre. Le couple reste dans cette position pendant quatre minutes, tandis qu’un microphone amplifie leurs battements de cœur et leur respiration, d’abord accélérée et irrégulière, puis de plus en plus détendue au fil des minutes. La vidéo s’arrête au moment où la tension s’estompe. Abramovi&cacute ; dira que cette performance a été la plus difficile à aborder.

La performance Nightsea crossing conjunction (1981 - 1987) a été réalisée à de nombreuses reprises dans différents contextes, aussi bien en extérieur que dans des musées ou d’autres environnements intérieurs. Les deux artistes jeûnent et restent silencieux avant et pendant la performance. Ils s’assoient à une table pendant sept heures et s’observent l’un l’autre, complètement immobiles et silencieux. Le message sous-jacent est de prendre conscience du fait que l’esprit continue à travailler même si le corps est immobile, et que l’effort même de ne pas bouger pendant cette durée est, à toutes fins utiles, un travail que le cerveau effectue sans cesse. En 1985 est apparu Modus vivendi : le couple prend les trois positions dans lesquelles l’être humain se trouve habituellement, c’est-à-dire debout, couché ou assis, et en ajoute une quatrième, c’est-à-dire en mouvement ou en marche. Il s’agit d’une métaphore des étapes de la vie que chacun d’entre nous traverse. Enfin, la dernière représentation du couple est Lovers : The Great Wall Walk (1988). La fin de l’histoire d’amour entre Abramovi&cacute ; et Ulay devient également une performance. Les deux artistes marchent le long de la Grande Muraille de Chine, chacun partant de deux extrémités différentes du chemin. Au bout de quatre-vingt-dix jours, ils se retrouvent à mi-chemin et se disent au revoir. Ils repartent alors chacun de leur côté.

Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Rest energy (1980 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Rest energy (1980 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Modus vivendi (1985 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Modus vivendi (1985 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Lovers : The Great Wall Walk (1988 ; performance)
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, Lovers : The Great Wall Walk (1988 ; performance)

Où voir les œuvres d’Abramovi&cacute ; et Ulay

Comme il s’agit clairement de performances, il est possible de visionner des vidéos ou des photographies qui en ont été tirées. Certaines sont conservées dans les vidéothèques de certains musées, comme une vidéo de Relation in Time (1976) qui se trouve dans les archives vidéo de la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea de Turin.

Des œuvres d’Ulay sont conservées aux Pays-Bas, où il a vécu pendant de nombreuses années : à Amsterdam (Stedelijk Museum), Eindhoven (Van Abbemuseum), Groningen (Groninger Museum). D’autres œuvres se trouvent à Paris (Centre Pompidou), à Berne (Kunstmuseum Bern), à Stockholm (Moderna Museet).

Aux États-Unis, certaines œuvres sont exposées à New York (MoMA - Museum of Modern Art) et à San Francisco (Museum of Modern Art).

En Italie, où les deux artistes ont donné lieu à des performances célèbres dans les années 1970, plusieurs expositions ont été organisées, dont une consacrée à Abramovi&cacute ; (dans laquelle figuraient également des performances avec Ulay) en 2018 au Palazzo Strozzi de Florence. L’exposition en question a été précédée par l’exposition de la camionnette dans laquelle le couple a vécu pendant trois ans, garée dans la cour du palais. Une apparition d’Abramovi&cacute ; en Italie a été organisée très récemment, en juillet 2021, au MAXXI de Rome, dans le cadre de l’exposition Più grande di me. Voix héroïques de l’ex-Yougoslavie. Dans ce cas, l’artiste était présente à travers les images de la performance Rhythm 0, et elle a participé à certains focus par le biais d’une interview en streaming.

Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, performances principales, vie, œuvres
Marina Abramovi&cacute ; et Ulay, performances principales, vie, œuvres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.