Pinuccio Sciola, l'artiste des pierres sonores. Vie, oeuvres, style


Pinuccio Sciola est l'artiste sarde connu pour faire sonner les pierres. Sa vie, ses principales œuvres, son style.

Pinuccio Sciola, de son vrai nom Giuseppe Sciola (San Sperate, 1942 - Cagliari, 2016), personnalité vivante et grand médiateur culturel, a fait connaître la culture sarde au monde entier, avant de réaliser l’ambitieux projet de transformer le petit village de San Sperate, où il est né, en une sorte de village-musée. Sciola y a placé de nombreuses peintures murales, des statues et les " Pietre Sonore", activité qui l’a rendu célèbre.

Sciola a en effet élaboré la théorie selon laquelle les pierres ne sont pas des objets inanimés, mais qu’elles gardent la mémoire de notre terre et possèdent une voix intérieure. En pratiquant des fentes dans la pierre, en particulier dans le basalte et le calcaire, et en y faisant passer un objet ou une petite pierre, il émet des sons. Il a même intégré les Sound Stones dans des concerts de jazz au milieu des années 1990. Plus généralement, toute la recherche artistique de Sciola a toujours été basée sur la relation entre l’art et la nature, qui est pour lui indissociable.

Pinuccio Sciola
Pinuccio Sciola

La vie de Giuseppe Sciola

Pinuccio Sciola est né le 15 mars 1942 à San Sperate, en Sardaigne, dans une famille de paysans. Dès son plus jeune âge, il découvre ses prédispositions pour la sculpture et, en 1959, à l’âge de 17 ans, il participe, en tant qu’autodidacte, à la première exposition d’arts figuratifs destinée aux étudiants de tous les niveaux du cercle de La Rinascente à Cagliari. À cette occasion, il présente Opera prima (qui s’appellera plus tard Petrino) et obtient une bourse qui lui permet d’aller à Cagliari et de fréquenter le Liceo Artistico. Après avoir obtenu son baccalauréat, Sciola participe à plusieurs expositions et fréquente d’abord l’école d’art Porta Romana de Florence, puis l’Académie internationale de Salzbourg. Il y suit les cours d’autres grands artistes comme Oskar Kokoschka et Emilio Vedova. Il effectue plusieurs voyages d’étude en Europe et entre en contact avec Giacomo Manzù, Aligi Sassu et Henry Moore.

La fréquentation de l’université de la Moncloa à Madrid en 1967 et la période qu’il passe à Paris l’année suivante, au cours de laquelle il se retrouve impliqué dans le tumulte des manifestations de jeunes du mois de mai français, constituent des expériences très significatives pour l’artiste. Sciola a fait siennes les charges révolutionnaires qu’il avait vécues à Paris et les a ramenées dans son village, en décidant de contribuer à la transformation de San Sperate en village-musée. Le village agricole s’est ainsi rempli de sculptures et de peintures murales, donnant naissance à l’une des premières formes d’art environnemental et public en Italie, qui impliquait avec enthousiasme les habitants. Sciola a également été invité à participer à la Biennale de Venise de 1976 pour illustrer le projet Paese Museo dans la section L’environnement en tant que société. Cette activité lui apporte une autre satisfaction: en 1973, il reçoit une invitation de l’Unesco à se rendre à Mexico pour collaborer avec l’un des principaux représentants du muralisme mexicain, l’artiste David Alfaro Siqueiros, établissant ainsi un jumelage artistique entre San Sperate et le quartier populaire de Tepito à Mexico.

Au fil des ans, il a reçu de nombreux prix , non seulement pour ses œuvres artistiques, mais aussi pour son intense activité de promotion de la culture, de l’art et des questions sociales en Sardaigne. Il a également décidé de fonder un Centre international de la pierre à San Sperate en 1984, avec l’intention d’impliquer les jeunes en leur apprenant l’art de la pierre et en essayant ainsi de le faire revivre. Plus tard, il présentera certaines des œuvres réalisées dans ce centre à l’exposition “Piere e Città” qui se tiendra à la Rotonda della Besana de Milan. En 1986, Sciola participe à de nombreuses expositions à l’étranger, notamment à une exposition itinérante d’environ un an dans plusieurs villes allemandes comme Duisbourg, Munich, Leverkusen et Hambourg.

De 1990 à 1996, il a enseigné à l’Académie de Sassari et a voyagé au Pérou et au Chili. Dans les années 1990, il continue à participer à diverses expositions internationales, qui mettent toutes l’accent sur son idée d’une relation intime entre l’art et la nature. Avec le début des années 2000 et la définition de ses expériences sur les sons des pierres, Sciola organise plusieurs événements publics où il présente les résultats de ses recherches, ce qui contribue à accroître sa notoriété. En 2010, il est nommé président de la Commission régionale pour la qualité paysagère et architecturale, en 2012, il est fait commandeur de l’Ordre du mérite de la République italienne par le président de la République de l’époque, Giorgio Napolitano, en reconnaissance de son activité artistique, et en 2014, il reçoit le titre de “Commendatore dell’Ordine al merito della Repubblica Italiana”. En 2014, il a reçu la médaille Beato Angelico, à l’occasion du 450e anniversaire de la mort de Michel-Ange, et en 2015, il a reçu le prix Femme de marbre 2015 pour son importante contribution à l’histoire de la sculpture, qui lui a été décerné par l’Association nationale des femmes de Vérone lors de la 50e édition de Marmomacc.

Pinuccio Sciola est décédé à Cagliari le 13 mai 2016, et San Sperate lui a rendu hommage en accrochant des draps blancs et des tentures à toutes les fenêtres et à tous les balcons. Son œuvre est aujourd’hui poursuivie dans la petite ville sarde par ses trois fils, qui ont créé la Fondation Pinuccio Sciola en 2016.

Pinuccio Sciola, Jazz Stone (1996 ; basalte ; San Sperate, Giardino Sonoro)
Pinuccio Sciola, Jazz Stone (1996 ; basalte ; San Sperate, Giardino Sonoro)
Pinuccio Sciola, Pietra sonora (2000 ; basalte, 66 x 55 x 18 cm ; Nuoro, MAN). Photo par Confinivisivi - Pierluigi Dessì
Pinuccio Sciola, Sound Stone (2000 ; basalte, 66 x 55 x 18 cm ; Nuoro, MAN). Photo par Confinivisivi - Pierluigi Dessì
Pinuccio Sciola, Le cantique des pierres (2003 ; performance)
Pinuccio Sciola, Le cantique des pierres (2003 ; performance)

Le style et l’œuvre de Pinuccio Sciola

La recherche artistique de Pinuccio Sciola est fortement liée à la nature et à ses principaux éléments tels que la terre, l’eau et le soleil. Cet intérêt très fort est certainement dû à ses liens étroits avec la Sardaigne, son pays d’origine, qui possède une importante tradition de travail paysan. Sciola est également un artiste infatigable, dédié à la production et à l’artisanat, qui s’est aventuré principalement dans la sculpture mais aussi dans la peinture. Ses sources d’inspiration sont non seulement sa terre natale, mais aussi ses voyages à travers le monde, qui lui permettent de découvrir de nouvelles cultures tout en renforçant son identité sarde. En témoignent ses intenses activités de promotion culturelle, ainsi que son ambitieux projet de réaménagement artistique de l’ensemble du village de San Sperate.

Dans ses expositions des années 1980 et 1990, la nature est toujours le grand protagoniste, explorant la relation intime entre elle et l’art. En témoignent les œuvres sculpturales réalisées en 1994 pour le parc du château d’Ooidonk en Belgique, ou la performance La semina della pietra (L’ensemencement de la pierre ) en 1994 lors de la troisième biennale d’art de la nature à Niederlausitz, près de Berlin.

Toutes les recherches de Sciola l’ont ensuite amené à faire une découverte novatrice concernant la pierre. Pour lui, cet élément est en relation profonde avec d’autres éléments naturels depuis son origine, par exemple le feu, puisqu’il est issu de la lave des volcans, ou l’eau, avec laquelle il se trouve souvent en combinaison. Pour l’artiste, la mémoire historique de notre planète est conservée dans les sédiments des pierres. Il découvre donc, à travers diverses expériences appliquées à différents types de pierres et de marbres, que ces matériaux ne sont pas aussi inanimés que nous sommes naturellement amenés à le penser, mais qu’ils “parlent” à travers les sons qu’ils produisent en fonction de différentes actions, comme passer la main dessus ou les frapper avec un objet. Cela conduit à la définition des pierres sonores, un concept basé sur la libération de la voix de la Terre Mère, vitale et pleine d’énergie. Une fois de plus, c’est la morphologie de la Sardaigne qui l’inspire, riche en structures mégalithiques telles que les menhirs , que Sciola reproduit ensuite à San Sperate avec du basalte et du calcaire et sur lesquels il sculpte des incisions qui suivent souvent des formes géométriques, de sorte qu’en passant une autre petite pierre ou un objet sur les fissures, la sculpture émet des sons. La Sardaigne, mais aussi les cultures précolombiennes et africaines primitives, que Sciola a étudiées et connues au cours de ses voyages, l’ont inspiré dans l’élaboration de ce concept: les Incas, par exemple, affirmaient que la pierre était “l’épine dorsale du monde”.

Sciola s’est rapidement rendu compte que la qualité et le type de son ne sont pas influencés par la manière dont la sculpture est réalisée, mais dépendent plutôt du matériau dont la pierre est faite. L’artiste sarde affectionne particulièrement les sons produits par le calcaire et le basalte, des matériaux très fascinants pour l’artiste car ils sont issus de sédiments millénaires dont les origines se perdent dans la préhistoire. Le basalte produit un son plutôt sombre, et pour Sciola c’est le son de la terre et du feu (c’est une roche volcanique), tandis qu’en testant le calcaire il a remarqué que le son produit était très doux, plus évanescent et semblable au son que l’on entend lorsqu’on va sous l’eau (la roche elle-même dérive de l’eau fossilisée).

Au fil des ans, Sciola a présenté ses Pietre sonore lors de diverses expositions. Elles ont été jouées pour la première fois en 1996 par le percussionniste Pierre Favre lors du festival Time in Jazz à Berchidda, en Sardaigne, et plus tard la même année lors d’un concert de musique électronique au Teatro della Scala de Milan. L’une des pierres en question a été baptisée Jazz Stone (1996) et se trouve dans le Giardino Son oro de San Sperate(pour en savoir plus sur le Giardino Sonoro, cliquez ici). En outre, en 2002, il a réalisé une sorte de révolution sculpturale et architecturale en même temps, en étant invité par l’architecte Renzo Piano à placer une pierre sonore en basalte dans son projet pour l’Auditorium Parco della Musica à Rome. La pierre devient, dans ce cas, un symbole de la musique éternelle. Il revient à la Biennale de Venise en 2003 avec une œuvre intitulée Solo pietre (Seules les pierres) et, quelques mois plus tard, il crée le Cantico delle Pietre (Cantique des pierres) sur la place de la Basilica Inferiore d’Assise, voulant créer une sorte de complément au Cantique des créatures de saint François, dédié précisément aux pierres, absentes du texte original. Il reviendra sur cette place cinq ans plus tard, en 2008, avec une autre œuvre intitulée Les graines de la paix.

En 2006, il a proposé un parcours innovant dédié aux Pietre Sonore à Bologne, dans la Villa delle Rose, avec une installation interactive, dans un lieu qui n’accueillait pas habituellement d’expositions, cherchant délibérément de nouveaux contextes pour la jouissance de l’art. Un dernier événement concernant les Pietre Sonore a eu lieu en avril 2016, quelques semaines avant la mort du sculpteur, dans la basilique de San Pietro in Vincoli à Rome. L’événement s’intitulait La voce della Pietra - Il Mosè di Michelangelo e le Pietre Sonore di Sciola (La voix de la pierre - Le Moïse de Michel-Ange et les Pietre Sonore de Sciola ) et se basait précisément sur le dialogue entre Michel-Ange qui, en façonnant le marbre pour la sculpture du Moïse, lui demandait pourquoi il ne parlait pas, et Sciola qui, au contraire, a trouvé la réponse à la question de l’illustre sculpteur dans la voix cachée du matériau pierreux, libéré de ses fissures.

Outre Pietre Sonore, Sciola s’est également consacré à divers projets dans le cadre de son activité artistique. En 2011, il s’est essayé à l’architecture en proposant une ville idéale appelée La città sonora (La ville sonore ) qui combine musique et sculpture, une idée qui a été présentée à Madrid à l’Institut culturel italien de la Calle Mayor. L’année suivante, il réalise Colonne Infinite, des sculptures en fer destinées à rendre hommage à l’architecte Antoni Gaudí. Pinuccio Sciola crée également des décors de théâtre, comme celui de Turandot de Giacomo Puccini au Teatro Lirico de Cagliari, dans lequel il représente un Pékin moderne et futuriste, alliant modernité et tradition et rappelant un monde de pierre.

Pinuccio Sciola, Les graines
Pinuccio Sciola, Les graines
Pinuccio Sciola, Colonnes sans fin (2012 ; 80 éléments de tubes innocents)
Pinuccio Sciola, Colonnes sans fin (2012 ; 80 éléments de tuyaux innocents)

Où voir les œuvres de Pinuccio Sciola?

Pour avoir la vision la plus complète de l’œuvre de Pinuccio Sciola, il faut se rendre dans la ville sarde de San Sperate, dans la province de Cagliari. Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’artiste y a placé de nombreuses sculptures, peintures murales et pierres sonores, disséminées dans tout le village.

À San Sperate, il a créé le “Sound Garden”, dans lequel sont conservées plusieurs œuvres célèbres, comme sa première œuvre Pietrino, Hommage à Piet Mondrian, et Jazz Stone, la pierre qui a été jouée pour la première fois lors d’un concert de jazz en 1986.

Pinuccio Sciola, l'artiste des pierres sonores. Vie, oeuvres, style
Pinuccio Sciola, l'artiste des pierres sonores. Vie, oeuvres, style


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.