À Venise, les musées civiques sont fermés jusqu'en avril 2021 et les travailleurs sont licenciés à 100 %.


Venise, les musées civiques ferment jusqu'en avril 2021 et les employés sont mis au chômage technique à 100 %. Les syndicats sont sur le pied de guerre et annoncent une lettre au préfet.

Clameur à Venise : les Musées civiques, un complexe qui comprend plusieurs des principaux lieux culturels de la capitale vénitienne (le palais des Doges, le musée Correr, le musée vénitien du XVIIIe siècle à Ca’ Rezzonico, la galerie internationale d’art moderne à Ca’ Pesaro, le musée du verre à Murano la Maison de Carlo Goldoni, le Musée de la Dentelle, la Tour de l’Horloge, le Palais Fortuny, le Musée d’Histoire Naturelle et le Musée du Palais Mocenigo) resteront fermés jusqu’en avril 2021, et ce, pour l’instant, quelles que soient les décisions que le gouvernement prendra après le 15 janvier, date à laquelle expirera le décret du 3 décembre imposant le lock-out des sites culturels et date à laquelle les musées pourraient rouvrir.

Les travailleurs, disent les syndicats, seront laissés à la maison, mis en chômage technique à 100% jusqu’au 1er avril. Les Musées Civiques de Venise peuvent agir ainsi parce que la gestion des instituts est la prérogative d’un sujet doté d’une personnalité juridique de droit privé, une organisation à but non lucratif, la Fondazione Musei Civici di Venezia, qui gère oui un patrimoine public, mais en tant que fondation de droit privé (même si son conseil d’administration est composé de membres qui sont tous nommés par la municipalité de Venise, le “fondateur promoteur” selon son statut), elle n’est pas soumise aux mêmes règles que l’administration publique en ce qui concerne les travailleurs.

Tout cela est bien sûrparfaitement légitime, mais suffit à déclencher la colère des syndicats d’une part et à faire débattre le secteur d’autre part, puisqu’un patrimoine public d’une valeur aussi inestimable que celui des musées vénitiens est lié à des considérations quasi corporatistes, le manque de touristes entraînant des pertes économiques importantes pour la Fondation, qui doit agir en conséquence. En effet, selon son statut, le fonds de fonctionnement de la fondation est constitué des “revenus et recettes de son patrimoine et de ses activités”, des revenus des activités institutionnelles, accessoires, instrumentales et connexes, et des contributions “éventuelles” des organismes publics : cela signifie que la mairie et les autres organismes publics ne sont pas obligés de soutenir financièrement la fondation. La municipalité n’a jamais alloué de contributions importantes à la fondation, même s’il faut reconnaître que, compte tenu de l’afflux important de touristes qui, depuis 2008 (année de la “séparation” des musées de la municipalité), ont garanti des ressources significatives à la fondation, les musées n’ont jamais eu de besoins importants, puisqu’ils ont pu subvenir à leurs besoins de manière autonome.

Bref, la capacité de la Fondation à s’autofinancer et à boucler ses budgets dans le noir grâce surtout aux revenus du Palazzo Ducale est en train de causer sa perte, car la pandémie de Covid-19 avait déjà provoqué un trou de 7 millions d’euros en juillet : un trou qui, avec les nouvelles fermetures, s’est encore creusé. Selon Daniele Giordano de la CGIL Funzione Pubblica et Mario Ragno de l’Uil Funzione Pubblica, la fermeture indéfinie jusqu’en avril est “une décision grave et incompréhensible qui met en péril la capacité même de la Fondation à reprendre ses activités. C’est un choix qui va complètement à l’encontre de toutes les déclarations du Conseil Brugnaro, qui a constamment prêché la réouverture des activités et qui, au lieu de cela, précisément pour la culture, fait le choix inverse”.

Et puis il y a le chapitre des travailleurs. “Ce qui a été décidé par le conseil d’administration, écrivent Giordano et Ragno, a également de graves répercussions sur les travailleurs, qui sont mis en chômage technique à 100 % jusqu’au 1er avril. Il convient de rappeler que les travailleurs de la Fondazione Musei ont été licenciés pendant une grande partie de l’année 2020, ce qui a permis à la Fondation d’économiser 600 000 euros. Les travailleurs ont donc déjà fait beaucoup de sacrifices qui ne justifient pas ce qui a été décidé par le président de la Fondation et le conseil d’administration, qui ne sont pas à la hauteur de la tâche de construire un nouveau programme pour donner un avenir à la Fondazione Musei. Le conseil d’administration veut économiser 620 000 euros supplémentaires en trois mois, alors que la Fondation, grâce aux contributions de l’État, a réalisé un bénéfice de près de 2 000 000 d’euros. Cela signifie que la Fondation a augmenté ses actifs, qui s’élèvent maintenant à environ 9.000.000 d’euros disponibles. Ces ressources sont sans aucun doute le résultat du travail de ces dernières années, mais il est impensable de ne pas reconnaître que ces chiffres sont le résultat du travail des personnes qui travaillent dans la Fondation et qu’ils ne sont pas seulement liés à l’utilisation des installations, mais surtout à la planification, à la conservation des actifs, à la conception scientifique et à toutes ces activités qui, si elles sont totalement suspendues, comme c’est le cas actuellement, peuvent entraîner une perte considérable pour la Fondation elle-même”.

Ainsi, pour Giordano et Ragno, la Fondazione Musei Civici préfère “manger des ressources publiques”, celles du fonds de licenciement, “alors qu’elle pourrait utiliser ses propres ressources pour investir, relancer ses activités et garantir le revenu et l’emploi de ses travailleurs”. La fondation, rappellent ensuite les syndicats, a également annoncé qu’elle ne reconnaîtra pas les congés payés et les rémunérations qui s’accumuleraient pendant les périodes de licenciement en l’absence d’accord syndical.

Les syndicalistes concluent en s’adressant directement à la présidente de la Fondation, Mariacristina Gribaudi, et au conseil d’administration : “En 10 mois d’urgence, écrivent-ils, cette présidente et ce conseil d’administration n’ont produit aucun plan pour la relance de la culture à Venise et pour repenser le rôle de la Fondation. Le travail de ceux qui travaillent à la fondation n’est pas seulement basé sur l’ouverture des portes ou des portails, mais sur un travail professionnel et qualifié qui nous permet de garantir une réalisation de haute qualité de notre offre culturelle et scientifique”. Enfin, la CGIL et l’UIL annoncent qu’elles écriront au préfet de Venise “pour s’assurer que le gouvernement soit ponctuellement informé de l’utilisation des ressources publiques, que la culture soit suspendue dans cette ville indépendamment des décisions du gouvernement, ce qui compromet la possibilité de donner un nouveau projet à l’accès à la culture à Venise”.

À Venise, les musées civiques sont fermés jusqu'en avril 2021 et les travailleurs sont licenciés à 100 %.
À Venise, les musées civiques sont fermés jusqu'en avril 2021 et les travailleurs sont licenciés à 100 %.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.