Adieu à Lionello Puppi, grand historien de l'art, spécialiste de l'art et de l'architecture de la Vénétie


Lionello Puppi, grand spécialiste de l'art et de l'architecture de la Vénétie, surtout connu pour ses études sur Palladio, nous quitte à l'âge de 86 ans.

Lionello Puppi, l’un des plus grands spécialistes de l’art et de l’architecture de la Vénétie de ces dernières années, est décédé à l’âge de 86 ans. Né à Belluno en 1931, il a eu une longue carrière qui a commencé en 1971 avec la chaire d’histoire de l’art à l’université de Padoue, qu’il a occupée jusqu’en 1973, puis il a enseigné l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à la même université jusqu’en 1990. En 1991, il a rejoint l’université Ca’ Foscari de Venise où il a enseigné l’histoire de l’art moderne et l’iconographie. Puppi a également été directeur de l’Institut d’histoire de l’art et de l’École des hautes études en histoire de l’art de Padoue, ainsi que directeur du département d’histoire et de critique des arts et président du cours de licence en conservation des biens culturels à l’université Ca’ Foscari.

La liste de ses publications est interminable. Il convient notamment de mentionner les études scientifiques de Puppi sur Andrea Palladio, qui ont donné lieu à plusieurs traités importants, comme sa monographie de 1973, traduite en plusieurs langues, ou Andrea Palladio (Mondadori, 2006), écrite avec Donata Battilotti, ou encore Palladianism. Teoria e prassi-Palladio (Arsenale, 2006), édité avec Werner Oechslin, mais aussi dans des ouvrages plus agiles comme Il giovane Palladio publié par Skira en 2008. Puppi est également l’auteur de volumes dans la série historique I maestri del colore (ses livres monographiques sur Bartolomeo Montagna, Dosso Dossi, Ercole de’ Roberti : sur ce dernier, en 1995, il a également publié un catalogue historique), Giunti’s Dossier d’Art (pour lequel il a édité le livre sur El Greco) et Rizzoli’s Le opere complete (avec Giuseppe Berto, il a édité le livre sur Canaletto). Parmi ses publications les plus récentes figure l’épistolaire du Titien, que Puppi a édité en 2012.

Parmi les expositions organisées par Lionello Puppi, la dernière dont on se souvient est la grande exposition sur El Greco qui s’est tenue à Trévise en 2015, mais son long curriculum comprend plusieurs autres expositions, comme l’importante monographie sur Giorgione en 2010, dont Puppi a été le commissaire avec Enrico Maria Dal Pozzolo et Antonio Paolucci, l’exposition sur les œuvres graphiques de Giambattista et Giandomenico Tiepolo qui s’est tenue en 2012 à Rome et dont le commissaire était Nicoletta Ossanna Cavadini, sans oublier les expositions sur Palladio, telles que Andrea Palladio : le texte, l’image, la ville en 1980.

On se souvient également de Puppi pour un bref intermède politique : entre 1985 et 1987, il a été sénateur de la 9e législature, élu dans les rangs du PCI (pendant son séjour au Parlement, il a été membre de la commission de l’enseignement public). Récemment, on se souvient de ses nombreux articles contre le phénomène des expositions commerciales (surtout celles qui continuent à se tenir en Vénétie) et de la récente publication, à l’occasion de l’exposition sur le Greco, d’un tableau inédit représentant une Crucifixion que Puppi attribuait à Michel-Ange.

Adieu à Lionello Puppi, grand historien de l'art, spécialiste de l'art et de l'architecture de la Vénétie
Adieu à Lionello Puppi, grand historien de l'art, spécialiste de l'art et de l'architecture de la Vénétie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.