Rome, adieu aux pavés de la Via Nazionale. Ils seront remplacés par de l'asphalte


Rome va dire adieu aux pavés de la Via Nazionale, l'artère qui relie la Piazza della Repubblica au Largo Magnanapoli. Ils seront remplacés par de l'asphalte.

Rome va dire adieu aux pavés de l’une des principales artères du centre historique, la Via Nazionale. Le pavage (datant des années 1930) de la grande rue qui relie la Piazza della Repubblica au Largo Magnanapoli et qui remonte aux années 1860 et 1870 sera en effet remplacé par de l’asphalte: ceci, selon l’idée de l’administration municipale, afin de faciliter le passage des véhicules et des moyens de transport. Les pavés ne seront conservés que sur les côtés de la chaussée destinés à la circulation des véhicules. Les pavés enlevés seront déplacés sur d’autres routes. Les chantiers ont déjà commencé.

“Après 12 ans, nous allons complètement réaménager la Via Nazionale”, a écrit la maire Virginia Raggi sur sa page Facebook. “Au revoir les sanpietrini, à leur place il y aura de l’asphalte. La rue, l’une des plus fréquentées du centre-ville et empruntée chaque jour par les bus, sera plus sûre pour les motos et les scooters et, grâce à la nouvelle piste cyclable que nous allons créer, de nombreux citoyens et touristes pourront admirer la beauté époustouflante de notre ville en pédalant. Notre plan Sanpietrini avance. Au fur et à mesure que les sanpietrini sont enlevés, nous les conservons soigneusement dans des sites de stockage spéciaux avant de les repositionner dans d’autres rues du centre historique”.

Certes, le pavage de la Via Nazionale n’est plus, en de nombreux endroits, celui des années 1930 : de nombreux pavés se sont envolés et l’on peut voir, en de nombreux endroits, des “plaques” d’asphalte laides et voyantes. Cependant, l’idée que la rue principale que l’on emprunte en quittant la gare Termini n’ait plus l’une de ses caractéristiques principales a suscité de nombreuses critiques. Du côté de l’opposition, Federico Mollicone, responsable de la culture pour Fratelli d’Italia et chef de groupe du parti à la commission de la culture de la Chambre des députés, estime que “ce que fait Raggi est un outrage national à un monument posé en 1930 avec des cubes de porphyre rouge uniques qui auraient eu cent ans en 2030”. Cette année est le centenaire du Soldat Inconnu, qui a marché de Termini à Piazza Venezia via Via Nazionale, à l’occasion de cet anniversaire, le maire démantèle un monument historique par ignorance et ne sait pas qu’en 2012, avec le même montant, 4,3 millions d’euros, la route a été refaite par la junte de centre-droit. Les Sanpietrini sont plus écologiques, moins chers à long terme et constituent un monument national que tout le monde nous envie". Fratelli d’Italia espérait plutôt que les sanpietrini seraient correctement entretenus pour rendre la route plus sûre pour les véhicules, et non pas démantelés.

Roberto Gualtieri, candidat du Pd à la mairie pour les prochaines élections, est également sévère, mais il se concentre surtout sur les modalités : “Le maire Raggi annonce avec un enthousiasme injustifié l’annulation des pavés historiques de la Via Nazionale”, a-t-il déclaré. “N’ayant pas partagé le projet comme d’habitude, il n’est pas du tout clair si ce resurfaçage comprend également le déplacement des services souterrains, nécessaire pour préparer le passage du tramway TVA qui sera construit pour le Jubilé de 2025. Si ce n’est pas le cas, ces travaux seraient totalement inutiles car il faudrait les refaire. Ce serait très grave : un nouveau gaspillage de ressources que nous ne pouvons pas nous permettre. L’inquiétude préélectorale de ce Conseil se déroule sans critère, sans planification, et surtout sans aucun partage avec les commerçants de cette rue importante du centre de Rome. En effet, les commerçants, déjà éprouvés par la crise pandémique, se plaignent des inconvénients causés par les fermetures soudaines des routes, le stockage des véhicules de chantier devant les locaux et les obstructions au passage. Nous avons une autre idée de la manière de gouverner la capitale : des projets clairs et partagés, sans improvisation et avec la plus grande attention pour limiter les désagréments pour les citoyens, les commerçants et les touristes. Une ville plus simple à vivre et à travailler”.

La critique vient aussi de l’association qui protège cette spécificité de Rome, l’Associazione Culturale Sampietrini, qui rappelle que dans le passé, pas moins de trois surintendances (archéologique, municipale et d’Etat) avaient fait appel à l’intangibilité des contraintes imposées à la chaussée de tout le centre historique, avec pour conséquence qu’il ne fallait pas toucher au revêtement. Dans le cas de la Via Nazionale, ils ont agi différemment : “Pour les nouveaux travaux de la Via Nazionale, prévus par le plan Sanpietrini, explique l’association, le groupe technique composé de la Surintendance d’État et des techniciens du Campidoglio a approuvé de manière inattendue le plan routier de la municipalité, qui prévoit en fait l’enlèvement du pavage en basalte”. La sous-secrétaire aux biens culturels, Anna Laura Orrico, de la commission culturelle de la Chambre des députés, a justifié cette intervention en déclarant qu’“il a été vérifié que l’intention des planificateurs de la Roma Umbertina était de créer des ”chemins fluides“ pour la circulation automobile qui s’établissait entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle”, annulant ainsi définitivement un élément unique dans toute la ville de Rome. L’association demande que "la protection de toutes les voies monumentales soit garantie, en mettant en œuvre un nouveau plan d’étude, de contrôle et de réfection, en utilisant les nouvelles techniques de pavage disponibles et en prêtant une attention particulière à l’évolution de la mobilité dans la capitale. Il s’agit de préserver à la fois l’identité historique de la ville et la sécurité routière de ses citoyens.

Codacons, l’association pour la protection des droits des consommateurs, est comme d’habitude très dure et grandiloquente : “Il s’agit d’une décision insensée qui ne répond à aucune logique ni à un réel besoin d’accroître la sécurité routière”, déclare le président de l’association, Carlo Rienzi. “Les pavés font partie du patrimoine historique du centre et leur élimination représente une mutilation d’un symbole de la ville connu dans le monde entier. Nous avons décidé de saisir l’Unesco afin qu’à la lumière de la dernière décision incompréhensible de Raggi et de l’état lamentable du centre historique de Rome, dont les beautés culturelles et archéologiques sont masquées par les dégradations et les négligences qui les entourent, la reconnaissance du patrimoine mondial accordée à la capitale soit retirée. Si la maire Raggi veut vraiment résoudre le problème de la sécurité routière, elle devrait commencer par les banlieues et l’élimination des nids-de-poule et de l’instabilité de l’asphalte, qui causent 30 morts par an sur les routes de la capitale et 5 000 accidents impliquant des motos et des scooters”.

Sur la photo : les chantiers de la Via Nazionale.

Rome, adieu aux pavés de la Via Nazionale. Ils seront remplacés par de l'asphalte
Rome, adieu aux pavés de la Via Nazionale. Ils seront remplacés par de l'asphalte


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.