Sabotage à Guernica : telle est l'intrigue du dernier chapitre de la saga d'espionnage de Pérez-Reverte.


Dans la troisième et dernière partie de la saga d'espionnage de l'écrivain Arturo Pérez-Reverte, Sabotaje, une tentative de sabotage de l'exposition Guernica à l'Exposition de 1937 est organisée.

Empêcher Pablo Picasso de contribuer par son art à la propagande républicaine et faire obstacle à l’exposition de Guernica à l’Exposition universelle de 1937 à Paris: tel est l’objectif de Lorenzo Falcó, un agent du service d’espionnage franquiste.

Cela se passe dans la troisième et dernière partie de la trilogie d’ Arturo Pérez-Reverte: le dernier roman de sa saga d’espionnage, intitulé Sabotaje (Sabotage), dans lequel Lorenzo Falcó est à nouveau le protagoniste, se déroule au moment même où le célèbre Picasso construit l’un de ses grands chefs-d’œuvre, Guernica, dans un bâtiment pour le compte de la République.

Dans le roman, on peut lire que Picasso “no pintó el Guernica por patriotismo ni por democracia ; lo pintó por muchísimo dinero” (il n’a peint Guernica ni par patriotisme ni par démocratie ; il l’a peint pour beaucoup d’argent).

Lorenzo Falcó réussira-t-il ?

Source : El Mundo - El País

Sabotage à Guernica : telle est l'intrigue du dernier chapitre de la saga d'espionnage de Pérez-Reverte.
Sabotage à Guernica : telle est l'intrigue du dernier chapitre de la saga d'espionnage de Pérez-Reverte.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.