Ukraine, dévoilement du projet de mémorial de l'Holocauste de Babyn Yar


Ukraine : le projet de mémorial de l'Holocauste de Babyn Yar est dévoilé. Ce sera l'un des plus grands au monde. Mais l'utilisation possible d'une technologie immersive pour recréer l'histoire de l'un des massacres nazis les plus vicieux suscite un débat.

L’Ukraine se prépare à accueillir ce que certains médias appellent déjà le plus grand mémorial de l’Holocauste au monde. Ce mémorial rendra hommage aux victimes du massacre de Babyn Yar (“Babij Jar” en russe), un site proche de la capitale Kiev où, entre le 29 et le 30 septembre 1941, les nazis ont assassiné 33 771 Juifs de Kiev, selon les rapports compilés par les Allemands à la fin du massacre. Pour autant que l’on sache, il s’agit du deuxième ou troisième plus grand massacre de l’histoire de l’Holocauste, précédé seulement par le massacre de l’opération Erntefest en Pologne en 1943 (plus de 42 000 victimes) et peut-être par le massacre d’Odessa en 1941 (bien que sur ce dernier point les chiffres soient estimés et que tout le monde ne soit pas d’accord). Le projet de mémorial a un coût de 100 millions de dollars et a pour directeur artistique le réalisateur russe Ilya Khrzhanovsky, qui collaborera avec une équipe de professionnels et d’artistes (il y aura également Marina Abramović, qui est apparue dans l’un des films de Khrzhanovsky).

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également évoqué le projet (dévoilé le 25 janvier) lors de la Journée commémorative de l’Holocauste, à l’occasion d’une cérémonie de commémoration du massacre, au cours de laquelle un monument a été dévoilé, intitulé “Un monument pour la paix”. Un monument a été dévoilé, intitulé Un regard sur le passé, créé par l’artiste ukrainienne Anna Kamyshan, qui fait également partie de l’équipe du nouveau mémorial (l’œuvre représente un arbre aux branches brisées, métaphore des vies brisées des Juifs qui ont perdu la vie lors du massacre). “C’est un devoir moral”, a déclaré M. Zelensky, “de se souvenir des victimes de l’Holocauste qui ont été tuées ici en Ukraine et en Europe de l’Est. Le monument que nous avons dévoilé aujourd’hui et la construction du grand mémorial de l’Holocauste à Babyn Yar en sont un élément essentiel. Babyn Yar représente un moment sombre de l’histoire de l’Ukraine, mais en le commémorant de cette manière, nous créons de la lumière et de l’espoir pour l’avenir”.

Actuellement, Babyn Yar abrite un centre de documentation, ouvert au public, qui raconte ce qui s’est passé sur le site pendant le massacre. Cependant, pendant les années de l’Union soviétique, Babyn Yar est devenu un grand parc, toujours lieu de rencontre pour les habitants de Kiev, et pour cette raison, selon Khrzhanovsky, il y a un risque de perdre la conscience de ce qui s’y est passé. L’annonce de la construction du nouveau mémorial a été faite le 29 septembre 2016 (date anniversaire du massacre), et son achèvement est prévu pour 2026. Le futur complexe, selon le plan dévoilé le 25 janvier, abritera plusieurs bâtiments : le musée du massacre de Babyn Yar, le musée de l’Holocauste en Ukraine et en Europe de l’Est, le musée de l’oubli du massacre de Babyn Yar, le musée de l’histoire du site, une installation dédiée aux noms des victimes du massacre, un lieu de prière qui comprendra une synagogue, une église, une mosquée et un espace pour toutes les confessions, un centre de recherche, un espace de conférence, une médiathèque, une bibliothèque, des archives, un espace éducatif pour les enfants, un centre de réhabilitation pour les traumatismes psychologiques. Le premier bâtiment à être construit sera la synagogue et le projet a été confié à l’architecte Manuel Herz, maître de conférences à l’Université de Bâle. La liste complète des artistes et architectes qui participeront à la construction du complexe a également été annoncée : Nick Axel, Robert Jan van Pelt, Troy Conrad Therrien, Ines Weizman, Adrien Gardere, Barbara Holzer, Martin Dean, Manuel Herz, Sergei Loznitsa, Ilya Khrzhanovsky (qui, comme on l’a dit, se voit confier le rôle de directeur artistique du projet). est chargé du rôle de directeur artistique de toute l’opération), Ruslan Kavatsiuk, Vyacheslav Mishiev, Boris Berenfeld, Anna Kamyshan, Maksym Rokmaniko, Ksenia Marchenko, Oleh Shovenko, Anna Furman, Marina Abramović, Alexey Makukhin, Dasha Dzhuromskaya et Max Yakover.

“La tragédie de l’Holocauste, et en particulier celle de Babyn Yar, remonte à quatre-vingts ans”, a expliqué Khrzhanovsky. “Aujourd’hui, nous perdons la génération des derniers témoins de la tragédie. Le lien direct avec cette époque disparaîtra bientôt, et les générations futures perdront la possibilité de savoir, de connaître et, surtout, de participer émotionnellement à ce qui s’est passé il y a 80 ans. Notre objectif est de transformer l’abstrait en quelque chose de vivant, en quelque chose qui a une influence émotionnelle, qui peut susciter l’émotion, un sentiment d’amour pour son prochain, un sentiment de honte pour l’humanité qui a permis que cela se produise, un sentiment de tendresse et de chagrin pour avoir perdu un monde entier. Nous voulons créer un lieu qui rendra l’histoire de Babyn Yar proche et pertinente pour chacun, indépendamment de sa nationalité, de son sexe, de son âge ou de sa religion”. Selon Irina Bokova, ancienne directrice générale de l’Unesco et membre du conseil de surveillance du mémorial, il y a “plusieurs aspects impressionnants” que le mémorial pourra évoquer, “et il y aura des moyens innovants, ainsi qu’une composante émotionnelle. D’après mes expériences précédentes, y compris à l’Unesco, je peux dire qu’il n’est pas très facile de préserver la mémoire, même lorsqu’il y a des espaces dédiés. L’équipe va dans la bonne direction”.

Cependant, le projet a fait l’objet de nombreuses critiques, et pas seulement ces derniers jours. Dans le Wall Street Journal de juillet dernier, le journaliste Vladislav Davidzon, rédacteur en chef de l’Odessa Review, parlait d’un “Disneyland de l’Holocauste” : “La vision du projet de Khrzhanovsky”, écrivait-il, “est troublante”. Ce que Davidzon n’aime pas, c’est la possibilité qu’un espace immersif soit créé à Babyn Yar où les visiteurs joueront le rôle de nazis, de juifs et de collaborateurs ukrainiens. En effet, au cours de l’été, il a été question de la possibilité de guider les visiteurs directement dans l’horreur, grâce à l’utilisation de la réalité virtuelle, et ce également sur la base des expériences précédentes de Khrzhanovsky (avec son projet DAU, par exemple, il a créé un spectacle immersif reconstituant la vie en Union soviétique, avec des acteurs). L’historien Karel Berkhoff, qui avait participé au projet mais qui a démissionné au printemps, a également émis des critiques allant dans le même sens. Dieter Bogner, l’un des conservateurs qui faisait partie de l’équipe, a également démissionné. En mai également, quatre-vingts personnalités du monde de la culture ont écrit une lettre aux membres du conseil de surveillance pour demander que Khrzhanovsky soit démis de ses fonctions.

À l’heure actuelle, on ne sait toujours pas si et comment le contenu interactif sera développé, notamment parce qu’il n’y a pas d’annonces officielles à ce sujet. Cependant, le professeur Van Pelt, historien et expert d’Auschwitz, a fait savoir hier, lors d’une interview accordée au Jerusalem Post, que le mot clé sera “tuning”. "Comment, a-t-il dit, pouvons-nous amener les visiteurs à s’accorder pour qu’ils commencent à regarder un endroit comme celui-ci, dont l’apparence a profondément changé depuis 1941, afin qu’ils puissent commencer à comprendre ce qu’il y a derrière ? Khrzhanovsky, toujours dans l’édition d’hier du Jerusalem Post, a déclaré que “vous devez avoir quelque chose où vous pouvez faire l’expérience du passé comme quelque chose de réel, quelque chose qui existe maintenant, quelque chose qui est connecté à vous”. En bref, rien n’est encore officiellement réglé, mais les discussions autour du grand mémorial ne s’arrêtent pas.

Sur la photo : la synagogue Babyn Yar d’après un rendu du studio de Manuel Herz.

Ukraine, dévoilement du projet de mémorial de l'Holocauste de Babyn Yar
Ukraine, dévoilement du projet de mémorial de l'Holocauste de Babyn Yar


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.