Rome, une domus décorée de fresques aux thermes de Caracalla à nouveau visible


Après 30 ans, une domus richement décorée de fresques datant de l'époque d'Hadrien aux thermes de Caracalla revient à la vue du public.

À Rome, les Thermes de Caracalla prolongent leur visite, grâce à l’engagement et au travail de la Surintendance spéciale de Rome, qui rouvre l’environnement d’une domus de l’époque hadrienne, en proposant une importante nouveauté. Dans la grande salle peinte à fresque, les visiteurs pourront admirer deux décorations qui se superposent: la première, typique de l’époque hadrienne, reproduit des perspectives architecturales peuplées de figures humaines, de statues et de félins rampants ; une cinquantaine d’années plus tard, la seconde présente des figures de divinités du panthéon gréco-romain et égyptien.

La salle décorée de fresques que l’on peut à nouveau visiter après une trentaine d’années appartenait à une luxueuse domus de l’époque d’Hadrien, partiellement détruite et recouverte de terre avec tout le quartier adjacent à Porta Capena en 206 après J.-C. pour faire place au puissant terrassement des fondations du grand complexe des Thermes de Caracalla. Découvert lors de fouilles menées entre 1858 et 1869 par l’inspecteur honoraire des monuments antiques Giovan Battista Guidi sur le côté sud-est des thermes, l’édifice, malgré la spoliation de l’époque antique, a conservé les décorations picturales et mosaïques, dont une partie en opus sectile. Depuis 1970, l’édifice a fait l’objet de nouvelles recherches qui ont duré cinq ans, au cours desquelles la Surintendance a détaché et mis en sécurité des fresques appartenant à deux salles, dont celles qui viennent d’être mises au jour.

Grâce aux fouilles des années 1970, il a également été possible d’établir que le complexe comportait au moins deux étages, qu’il avait subi des rénovations, des agrandissements avec des changements d’affectation, et que les décorations avaient été refaites. En outre, la découverte d’un atelier à côté du vestibule, d’un escalier indépendant qui menait de l’extérieur aux étages supérieurs, et l’aménagement du bâtiment sur le côté sud, ont permis d’émettre l’hypothèse que le bâtiment avait été transformé par des travaux de rénovation en une insula avec des appartements aux étages supérieurs des classes moyennes et supérieures et une domus signorile au rez-de-chaussée et au rez-de-chaussée, qui disposait d’une cour à portique et de pièces sur trois côtés, dont un triclinium et des services, s’ouvrant sur un déambulatoire. La plupart des pièces étaient richement décorées de fresques aux sujets et thèmes très variés. Les murs sont généralement divisés en panneaux architecturaux avec des figures humaines, des objets isolés et des panneaux avec de petites scènes paysagères, dans un style qui s’est répandu à partir du milieu du IIe siècle après J.-C. L’appareil décoratif suggère que les propriétaires de l’église ont été les premiers à utiliser les fresques. L’appareil décoratif suggère que les propriétaires du bâtiment appartenaient à une classe très élevée. L’édifice est l’un des rares exemples à Rome de ce type d’habitation - domus signorile et appartements aux étages supérieurs des classes moyennes et supérieures - et constitue un précieux témoignage de la topographie du quartier avant la construction des Thermes de Caracalla.

En 1975, la Soprintendenza, afin de préserver les fresques, a enlevé la décoration picturale de certaines pièces de la domus. Les fresques que l’on peut aujourd’hui visiter appartiennent à deux salles: la première, consacrée au culte, est la mieux conservée, l’autre est un triclinium dont le plafond s’est effondré. Initialement définie comme un lararium, la première salle apparaît, après une interprétation attentive des peintures, comme un lieu de culte à la fois romain et oriental. En effet, sur les murs et la voûte, deux décors picturaux se superposent. La plus ancienne, datant de l’époque hadrienne (134-138 après J.-C.), reproduit des perspectives architecturales peuplées de figures humaines, de statues, de félins rampants et de symboles dionysiaques qui n’ont rien à voir avec un lieu de dévotion. Au-dessus de la précédente, une nouvelle décoration, peinte dans les dernières décennies du IIe siècle après J.-C., conserve au contraire des traces de figures anthropomorphes grandeur nature, identifiables à des divinités appartenant à différentes religions.

Outre la triade capitoline (Jupiter, Junon et Minerve), on distingue les silhouettes d’Anubis, divinité du monde souterrain à tête de chien, et d’Isis-Demeter, avec une fleur de lotus et des plumes sur la tête, tandis que son époux Sérapis est à peine visible. La coprésence de divinités de deux panthéons différents, le gréco-romain et l’égyptien, est l’expression du syncrétisme religieux qui caractérisait Rome depuis ses origines et qui, au cours de ces décennies, s’affirmait de plus en plus dans la capitale de l’empire, comme en témoigne également le grand mithraeum construit à l’intérieur même des Thermes de Caracalla. En même temps que la deuxième décoration, un petit podium a été construit sur l’un des murs, ce qui a probablement valu à cette pièce le nom de lararium. Une salle doublement précieuse est à nouveau visible: parce qu’elle est caractérisée par deux phases décoratives d’une période, l’époque hadrienne-antonine, dont il existe peu de témoignages à Rome, et enveloppée du mystère du culte qui était pratiqué à l’intérieur. Outre la reconstruction des fresques nouvellement restaurées de cette salle, le plafond peint à fresque du triclinium est exposé pour la première fois. Il s’agit d’un avant-goût du plafond de cette salle dédiée à la convivialité, qui a été retrouvé en centaines de morceaux lors des fouilles des années 1970 et qui fait aujourd’hui l’objet d’une étude, d’une reconstruction et d’une restauration, afin d’être ouvert au public.

"Les fresques qui sont aujourd’hui à nouveau visibles, explique Daniela Porro, surintendante spéciale de Rome, appartenaient à un bâtiment situé dans un quartier qui a été détruit au début du IIIe siècle pour faire place aux thermes de Caracalla. Ainsi, les visiteurs pourront non seulement découvrir la beauté et l’intérêt de ces peintures, mais aussi un morceau d’histoire et les transformations de la ville antique. Nous présentons également en avant-première une petite partie du précieux plafond d’une salle qui n’a jamais été exposée auparavant et qui sera bientôt ouverte au public. Une autre pièce qui enrichira l’espace des Thermes de Caracalla, la fierté de cette Surintendance et de la ville".

“La présence dans le même environnement de Jupiter, Junon et Minerve avec Anubis, Isis et probablement Sérapis”, explique Mirella Serlorenzi, directrice des Thermes de Caracalla, "est un signe de ce syncrétisme religieux typique de la Rome antique depuis sa fondation. Mais les salles que nous sommes en train d’ouvrir sont également très intéressantes parce qu’elles montrent, à quelques mètres de distance, le microcosme d’une maison privée et le macrocosme d’un grand équipement impérial, les Thermes de Caracalla. Une comparaison pleine de suggestions qui nous amène à présenter un petit aperçu du plafond d’une deuxième salle de la domus, le Triclinium, qui fait actuellement l’objet d’études et de recherches en vue de sa restauration globale.

Rome, une domus décorée de fresques aux thermes de Caracalla à nouveau visible
Rome, une domus décorée de fresques aux thermes de Caracalla à nouveau visible


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.