En Espagne, le nom du Caravage est cité pour un Ecce Homo qui était sur le point d'être vendu aux enchères pour 1 500 euros.


Le nom du Caravage circule pour un tableau qui devait être vendu aux enchères pour 1 500 euros. Il s'agit d'un Ecce Homo : l'œuvre a été retirée.

Le nom du Caravage (Michelangelo Merisi ; Milan, 1571 - Porto Ercole, 1610) circule pour un Ecce Homo qui était sur le point d’être mis aux enchères à Madrid, lors d’une vente à la maison Ansorena: dans le catalogue de la séance de vente, il était répertorié comme unCouronnement d’épines du cercle de José de Ribera, avec une estimation de seulement 1 500 euros. L’historienne de l’art Maria Cristina Terzaghi, commissaire de l’exposition Caravaggio a Napoli qui s’est tenue au Museo Nazionale di Capodimonte en 2019, est l’une des meilleures spécialistes de Merisi.

“Le manteau violet dont le Christ est recouvert a la même valeur compositionnelle que le rouge de la Salomé du Prado à Madrid”, a-t-elle expliqué à Repubblica. “Cette œuvre a un lien profond avec les peintures réalisées au début du séjour napolitain”. Selon l’universitaire, la figure de Ponce Pilate présente des similitudes avec le Saint Pierre Martyr de la Madone du Rosaire du Kunsthistorisches Museum de Vienne. Au contraire, un autre expert du Caravage, Nicola Spinosa, a déclaré au Corriere della Sera : “Ce n’est pas le Caravage ; on pense que c’est le Caravage parce que la figure au premier plan reproduit l’Ecce homo du musée de Prato attribué au Caravage par Mina Gregori et dont il existe une copie. À mon avis, il s’agit d’un caravagesque de grande qualité, et non d’un Ribera. On ne peut pas citer des noms de cette importance ; s’il s’agissait de Ribera, la cote commencerait à 200 000 euros”. Vittorio Sgarbi se prononce en faveur de l’adjudication.

Le lot 229 a été retiré : l’Etat espagnol a mis un privilège sur ce tableau et pourra donc exercer, selon ses propres lois, le droit de préemption pour l’acquérir (le Prado semble être en première ligne pour s’emparer du tableau). Selon Dagospia, ce sont les deux marchands Marco Voena et Fabrizio Moretti qui ont “découvert” le tableau sur le point d’être vendu par Ansorena, et les rumeurs qui ont commencé à circuler parmi les marchands et les historiens de l’art ont conduit la maison de vente à retirer le lot.

On sait par des documents que le Caravage a peint un Ecce Homo en 1605 pour le cardinal Massimo Massimi, et un tableau ayant pour sujet l’Ecce Homo apparaît en 1631 dans l’inventaire de la collection de Juan de Lezcano, ambassadeur d’Espagne auprès du Saint-Siège. L’œuvre est encore enregistrée en Italie en 1657, après quoi elle se retrouve en Espagne en 1659 et on en perd la trace. Le seul Ecce Homo connu que les experts ont attribué au Caravage est celui conservé à Gênes, au Palazzo Bianco, autour duquel une conférence s’est également tenue récemment à Gênes. L’œuvre de Gênes est apparue pour la première fois en 1929, comme une “copie de Lionello Spada”. Elle a ensuite été attribuée pour la première fois au Caravage en 1954 par Caterina Marcenaro et Roberto Longhi, après qu’une restauration effectuée à partir de 1953 par Pico Cellini l’ait remise dans un état de lisibilité optimale. Cependant, tous les critiques n’étaient pas d’accord pour attribuer le tableau du Palazzo Bianco à Merisi.

Lors de la conférence de 2019 à Gênes, Terzaghi elle-même a rappelé que deux hypothèses ont été formulées par le passé pour l’Ecce Homo génois : l’une qui le relie à la commande du Ligure Giannettino Doria, élu évêque de Palerme en 1609 (en effet, toutes les copies de l’Ecce Homo génois se trouvent en Sicile, il est donc fort probable que l’original ait transité par l’île à un moment donné de l’histoire), l’autre qui le relie à la commande du Ligure Giannettino Doria, élu évêque de Palerme en 1609 : De plus, nous savons par des documents qu’un agent de Marcantonio Doria, Lamberto Massa, possédait un Ecce Homo non identifié à Naples), et l’autre qui le relie plutôt à l’Ecce Homo de Lezcano. J’étais très convaincu“, avait déclaré Terzaghi, ”par l’hypothèse de lier l’Ecce Homo à la commande de Giannettino Doria et, comme Francesca Cappelletti l’avait déjà dit, de le libérer de la date de 1605“. Antonio Vannugli a soutenu, dans une étude très importante, que de la collection de Massimi, le tableau est passé à la collection de Lezcano par l’intermédiaire de l’ambassadeur d’Espagne. Cela n’est pas nécessaire : la provenance pourrait être sicilienne et il pourrait ne pas y avoir de passage romain comme l’a supposé Vannugli. L’hypothèse de Giannettino Doria reste valable, mais l’hypothèse selon laquelle Lezcano, originaire de Sicile, aurait apporté le tableau à Naples reste également possible”.

La découverte du tableau espagnol (qui, d’après les photos, aurait besoin d’un nettoyage pour le rendre plus lisible) ouvre donc maintenant de nouvelles questions, et dans le cas où le nom de Caravaggio peut effectivement être formulé pour le tableau, un autre problème se pose : comprendre à qui appartient le tableau de Gênes et à quelle occasion il a été peint. La parole est donc désormais au reste de la communauté scientifique pour qu’elle se prononce sur le tableau. D’autres informations et mises à jour suivront dans les prochaines heures.

Voici le tableau (XVIIe siècle, huile sur toile, 111 x 86 cm)

Peinture attribuée au Caravage

En Espagne, le nom du Caravage est cité pour un Ecce Homo qui était sur le point d'être vendu aux enchères pour 1 500 euros.
En Espagne, le nom du Caravage est cité pour un Ecce Homo qui était sur le point d'être vendu aux enchères pour 1 500 euros.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.