Florence, un panneau de valeur confisqué à la suite d'une vente illégale va à la galerie de l'Accademia


La Galleria dell'Accademia de Florence acquiert un panneau de grande valeur attribué à Nardo di Cione, qui avait été confisqué : il avait en fait été vendu illégalement.

Un nouveau panneau du XIVe siècle est arrivé à la Galleria dell’Accademia de Florence, enrichissant la collection de peintures du XIVe siècle et du gothique tardif du musée florentin : il s’agit du splendide Christ bénissant attribué à Nardo di Cione (Florence, 1320 - 1366), confisqué par le service opérationnel du département des carabiniers pour la protection des biens culturels.

La peinture, une détrempe et or sur panneau, a été définitivement attribuée à la Galleria dell’Accademia de Florence en décembre dernier. L’œuvre de Nardo di Cione, considérée comme l’un des principaux représentants de l’art florentin du milieu du XIVe siècle, était la propriété d’une congrégation religieuse bien connue et conservée au siège romain de la galerie, où elle a été vendue à un marchand d’art en 2003 par le biais d’une procédure artificielle. Compte tenu de son importance, le contrat d’achat a fait croire que le précieux tableau était la propriété privée de l’un des membres de la congrégation, rendant apparemment légale la vente qui, autrement, n’aurait pas pu être facilement réalisée par un organe ecclésiastique, puisqu’il s’agissait d’un bien culturel protégé par la loi.

L’enquête, coordonnée par le parquet du tribunal de Rome et menée par la section des antiquités du service opérationnel du département des carabiniers pour la protection des biens culturels, a permis de reconstituer comment, l’année suivante (2004), le tableau a été vendu à un marchand d’art londonien et exporté sans la documentation requise. Ces éléments ont permis de demander la saisie de l’œuvre aux autorités britanniques compétentes. Entre-temps, le Tribunal de Rome a ordonné sa confiscation et, en janvier 2018, le tableau a été rapatrié. L’ordonnance du tribunal est devenue exécutoire en juin 2019 et, après la cession formelle par le MIBACT, elle sera bientôt exposée au public dans les collections du musée florentin.

Le Christ bénissant attribué à Nardo di Cione, malgré le cadre de peinture autonome dans lequel il est arrivé à la galerie, faisait partie d’un polyptyque, situé au sommet du compartiment central. L’œuvre fait actuellement l’objet d’une analyse minutieuse de son historique de conservation et d’une étude par le personnel de la galerie. Le panneau semble être en bon état de conservation, avec des restaurations picturales petites et étendues, tandis que la partie supérieure est une reprise avec l’ajout d’un support en bois.

Les informations historiques sur Nardo di Cione sont rares, bien qu’il ait été considéré comme l’un des plus grands peintres vivants de son époque. Nous savons qu’il travaillait avec ses frères Matteo et Jacopo di Cione dans l’atelier florissant de l’aîné Andrea, connu sous le nom de l’Orcagna, et qu’il a participé avec ce dernier à plusieurs commandes importantes telles que les fresques de la chapelle Strozzi dans l’église Santa Maria Novella de Florence, vers le milieu du XIVe siècle. Bien que le Christ bénissant soit l’une de ses œuvres les moins accentuées plastiquement, Nardo est en fait assez différent de ses frères. Par rapport à son frère Andrea, plus connu, ses figures sont plus douces dans leur physionomie et leurs nuances, avec une profonde tendresse picturale.

"Grâce à la collaboration renouvelée avec le service opérationnel du département des carabiniers pour la protection des biens culturels, explique Cecilie Hollberg, directrice de la galerie Accademia, un précieux fond d’or représentant le Rédempteur en train de bénir vient enrichir les collections de notre musée avec une autre œuvre des frères di Cione qui témoigne de la qualité remarquable de la peinture florentine du XIVe siècle. La Galerie de l’Accademia conserve déjà le splendide triptyque de la Trinité de Nardo di Cione’.

En novembre 2018 déjà, le Département opérationnel du Commandement des carabiniers pour la protection des biens culturels avait trouvé et confié à la Galerie Accademia deux autres importants fonds d’or : le premier représentant les saints Jérôme et Julien, datant d’environ 1358, attribuable à Niccolò di Pietro Gerini, l’un des plus grands représentants de ce que l’on appelle le néogiottisme ; le second avec la Madone de l’humilité céleste, datant d’environ 1400, attribuable avec une certitude absolue au Maître de la chapelle Bracciolini.

Florence, un panneau de valeur confisqué à la suite d'une vente illégale va à la galerie de l'Accademia
Florence, un panneau de valeur confisqué à la suite d'une vente illégale va à la galerie de l'Accademia


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.