La Biennale de l'image en mouvement quitte son site historique de Genève après 30 ans et s'installe à Turin


Pour la première fois depuis 30 ans, la Biennale de l'Image en Mouvement quitte Genève et se déplace à Turin où elle sera présentée à l'OGR.

Pour la première fois en plus de 30 ans d’histoire, la Biennale de l’Image en Mouvement quitte son site historique de Genève pour s’installer à Turin. Grâce à une collaboration inédite et articulée entre le Centre d’art contemporain de Genève et l’OGR - Officine Grandi Riparazioni di Torino, l’édition 2019 de la Biennale est reconfigurée et présentée dans les espaces évocateurs des anciens ateliers du Corso Castelfidardo, sous la direction et le commissariat d’Andrea Lissoni, conservateur principal de la Tate Modern à Londres, et d’Andrea Bellini, directeur du Centre d’art contemporain de Genève. Du 21 juin au 29 septembre 2019, les œuvres de huit artistes internationaux pourront ainsi être admirées dans un cadre scénographique créé grâce au soutien d’Andreas Angelidakis, ancien architecte de la Biennale de Berlin 2014 et de la Documenta 2017.

"Dans notre mission, explique Massimo Lapucci, directeur général de l’OGR, les OGR représentent un lieu d’expérimentation dans la ville mais ouvert sur le monde, un lieu en évolution continue où l’excellence et le talent se rejoignent dans de nouvelles idées et de nouveaux projets. C’est dans cette optique que, depuis leur ouverture il y a environ deux ans, nous avons tissé des liens et des synergies avec des institutions et des opérateurs locaux et internationaux, scellant des partenariats importants comme celui que nous présentons aujourd’hui avec le Centre d’Art Contemporain de Genève, qui a non seulement permis à la Biennale de l’Image en Mouvement de sortir pour la première fois de sa maison mère, mais aussi de coproduire certaines des œuvres exposées et de réaliser un catalogue commun. Une collaboration qui positionne une fois de plus l’OGR comme un centre de culture contemporaine internationale avec un large éventail d’expositions, de performances, d’innovations et de technologies, qui verra l’ouverture du nouvel espace OGR Teche la semaine prochaine et le lancement de la Startupweek de Turin.

La biennale, intitulée The Sound of Screens Imploding, part de l’idée que l’ère de la projection sur écran touche à sa fin pour laisser place à des réalités nouvelles et réverbérantes. Elle étudie l’état actuel des images et de leur exposition, souligne le potentiel expérimental des nouveaux langages et analyse les particularités qui les déterminent. L’analyse de l’actualité et de la politique est mise en scène à travers une série de dialogues entre des artistes qui diffèrent par leur poétique et leur origine géographique, mais qui sont tous fermement ancrés dans l’histoire de leur temps.

Ainsi, les œuvres de Lawrence Abu Hamdan, Korakrit Arunanondchai & Alex Gvojic, Meriem Bennani, Ian Cheng, Elysia Crampton, Tamara Henderson et Kahlil Joseph sont exposées. Par ailleurs, Andreas Angelidakis, en plus de présenter sous une nouvelle forme son travail déjà exposé à Genève, a créé pour l’occasion une installation environnementale qui a pour vocation de faire dialoguer œuvres vidéo et architecture à travers un projet unique et cohérent.

La Biennale de l’image en mouvement de Genève est la seule biennale au monde à présenter exclusivement des œuvres nouvelles, commandées et produites dans le cadre de l’exposition. En 2018, l’effort organisationnel et économique d’un événement aussi complexe et ambitieux a été rendu possible grâce à la collaboration entre les institutions genevoises et turinoises, qui ont coproduit certaines des œuvres exposées (notamment celles de Meriem Bennani et Tamara Henderson). Le CAC et l’OGR collaborent également à la production d’un catalogue commun publié par Corraini Edizioni, en vente dans les prochains mois à la boutique translittéraire de l’OGR.

“La Biennale de l’image en mouvement comporte des aspects fondamentaux pour les Officine Grandi Riparazioni, qui ont été la raison et le moteur de ce partenariat”, souligne Nicola Ricciardi, directeur artistique des OGR, “non seulement pour l’idée du mouvement, qui est à la base de toute notre programmation artistique, mais aussi et surtout pour la possibilité d’aborder le médium de la vidéo. Après avoir introduit la performance, la musique et la danse dans les espaces d’exposition, nous explorons aujourd’hui, toujours animés par le désir de réinterpréter, de réadapter et en même temps de mettre en valeur l’espace architectural, ce nouveau moyen d’expression, dans toutes ses déclinaisons”.

“Ce fut une expérience merveilleuse de voir la Biennale de Genève se transformer dans les espaces de l’OGR”, déclare Andrea Bellini, directeur du Centre d’art contemporain de Genève. “Les Officine Grandi Riparazioni sont un lieu fascinant, les espaces sont fabuleux et, avec la scénographie conçue pour l’occasion par Andreas Angelidakis, ils parviennent à donner une nouvelle vie aux œuvres. J’espère que le partenariat entre la Biennale et l’OGR pourra être renouvelé à l’avenir : nous aimons ce lieu, nous avons adoré travailler avec cette équipe et le résultat final est extraordinaire, j’espère donc que nous pourrons continuer sur cette voie”.

La Biennale de l’image en mouvement est généralement accompagnée d’un calendrier de projections permettant au public d’avoir une vision d’ensemble du projet : à l’occasion de son déplacement à Turin, grâce à la collaboration inédite entre l’OGR et le Musée national du cinéma, un riche programme de films sélectionnés par les deux commissaires sera présenté en septembre. Enfin, les 28 et 29 septembre, le finissage de la Biennale sera l’occasion de célébrer le deuxième anniversaire de la réouverture de l’OGR avec une soirée de musique et de performances organisée en synergie avec le festival avant-pop Club To Club.

“Il est particulièrement significatif que le deuxième anniversaire de l’OGR soit célébré en même temps que la clôture de la Biennale dell’Immagine in Movimento, un événement qui s’est toujours attaché à donner de l’espace à l’expérimentation de langages innovants”, ajoute le président de l’OGR , Fulvio Gianaria. L’innovation est en effet l’un des mots clés autour desquels a été élaborée la mission des Officine Grandi Riparazioni renaissantes, dans le but d’en faire concrètement non pas un simple conteneur d’événements, mais un écosystème pour le développement et la croissance du capital culturel, social et économique du territoire. Depuis leur ouverture il y a presque deux ans, les Officine Grandi Riparazioni ont démontré qu’elles étaient devenues un pôle culturel complexe, avec une offre variée et de qualité, inclusive et éducative, capable de s’adresser à un groupe de personnes vaste et hétérogène. Un espace d’agrégation pour tous les types de publics, différents en termes d’éducation et d’intérêts, un lieu ouvert sur la ville et le monde, où des contenus uniques et des disciplines différentes trouvent un lieu de production et de contamination culturelle en transformation continue".

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de l’OGR - Officine Grandi Riparazioni di Torino.

Dans l’image : Biennale Dell’immagine In Movimento - The Sound of Screens Imploding, vue de l’installation, OGR - Officine Grandi Riparazioni, Turin. Crédit photo : Giorgio Perottino

Source : communiqué de presse

La Biennale de l'image en mouvement quitte son site historique de Genève après 30 ans et s'installe à Turin
La Biennale de l'image en mouvement quitte son site historique de Genève après 30 ans et s'installe à Turin


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.