Reggio Emilia, le festival Fotografia Europea revient


Le festival Fotografia Europea revient à Reggio Emilia du 29 avril au 12 juin 2022. Les expositions de photos sont au premier plan, mais le calendrier propose des rendez-vous avec des conférences, des rencontres avec des artistes, des présentations et un salon dédié aux éditeurs indépendants.

Le titre de la 17e édition du Festival FOTOGRAFIA EUROPEA, qui revient à Reggio Emilia du 29 avril au 12 juin 2022, s’inspire de la célèbre phrase de Camus Un été invincible. L’événement, promu et produit par la Fondation Palazzo Magnani en collaboration avec la municipalité de Reggio Emilia et avec la contribution de la Région Emilie-Romagne, est itinérant entre les Cloîtres de San Pietro, Palazzo da Mosto, les Cloîtres de San Domenico, la Bibliothèque Panizzi, la Galerie Santa Maria, Spazio Gerra, les Musées Civiques, Collezione Maramotti, Fondazione I Teatri et les espaces du Circuit OFF, qui accueillent des expositions de grands maîtres et de jeunes débutants.

C’est la direction artistique du festival, composée de Tim Clark et de Walter Guadagnini, qui a sélectionné les œuvres des protagonistes de cette année, en combinant des regards internationaux et des sensibilités différentes. Au cœur du Festival, comme toujours, il y aura des histoires et des récits très souvent intimes, d’autres fois plus ouverts et effrontés, mais dans les deux cas avec l’objectif de stimuler de nouveaux points de vue et une réflexion sur la complexité du monde et les fils qui tissent ses habitants dans les quatre coins de la planète. Multiple regarde la contemporanéité à travers le médium de la photographie, pour questionner le rôle des images et de la culture visuelle dans ce moment historique particulier.

Les expositions

Comme toujours, les salles des monumentaux Chiostri di San Pietro seront le point d’ancrage du festival et accueilleront dix expositions. Au premier étage, par ordre d’itinéraire, nous trouvons Nicola Lo Calzo avec le projet intitulé Binidittu, une réflexion sur la condition des migrants en Méditerranée à travers la figure de Saint Benoît le Maure, le premier saint noir de l’histoire moderne, considéré comme une allégorie de notre époque : un point de rencontre entre la Mare Nostrum et le monde, entre la mémoire et l’oubli, entre le racisme banalisé et l’humanitas partagée. Dans la salle suivante, Hoda Afshar, à travers les clichés de son projet complexe Speak The Wind, révèle les paysages extraordinaires de l’Iran, son peuple et ses rituels, en photographiant le vent et l’entrelacement des traditions et des croyances qu’il porte, pour former un enregistrement visible de l’invisible à travers l’œil de l’imagination. La photographe américaine Carmen Winant, quant à elle, dans sa série d’images Fire on World, tisse de multiples récits à travers des centaines de diapositives trouvées de protestations, de naissances et de petits mondes, qui s’alignent proprement et forment ensemble une image plus large de l’agitation sociale et de la dissidence. Le Japonais Seiichi Furuya, avec l’exposition First trip to Bologna 1978 /Last trip to Venice 1985, raconte l’histoire du premier et du dernier voyage effectué avec sa femme Christine Gössler, à travers des portraits intimes et des images fixes, qui lui ont permis de reconstruire la mémoire de ces moments, jusqu’au suicide de Christine. Ken Grant, photographe britannique, présente l’exposition Benny Profane, un projet à long terme sur un quartier portuaire de la banlieue de Liverpool, qui devient dans ses clichés une immersion dans un espace et ceux qui en dépendent, un récit de la parenté et du défi dans un pays difficile. Avec les photographies de Temporarily Censored Home, le jeune Guanyu Xu transforme l’espace domestique et conservateur de son enfance en une scène de révélation, de protestation et de revendication queer, en utilisant une mosaïque d’images collectées dans les magazines de mode et le cinéma occidentaux, ainsi que des portraits de lui-même avec d’autres hommes, pour mettre en scène une performance profondément intime et politique. Avec I give you my life, la photographe Chloé Jafé raconte l’histoire souvent méconnue des femmes des Yakuza, la mafia japonaise parmi les plus légendaires au monde, épouses, filles, amantes, qui gravitent autour des activités criminelles des gangsters masculins et leur ont dédié leur existence. Jonas Bendiksen, quant à lui, sème le chaos dans la communauté du photojournalisme avec The Book of Veles, un projet qui rassemble des fausses nouvelles générées dans la petite ville macédonienne méconnue de Veles pour démontrer, grâce à un mélange de reportage classique, de modèles d’avatars en 3D et de systèmes de génération de texte par intelligence artificielle, que la désinformation visuelle déroute même les professionnels des médias les plus expérimentés. Enfin, le Français Alexis Cordesse, avec Talashi (un mot qui signifie fragmentation, disparition en arabe), explique ce qu’est la guerre civile syrienne à travers des photographies personnelles prises par ceux qui vivent en exil : un acte de reconstitution collective entre l’intimité et l’histoire.

L’ exposition historique de cette année se tiendra dans les salles ornées de fresques du rez-de-chaussée des cloîtres de Saint-Pierre et sera consacrée à Mary Ellen Mark, une photographe documentaire qui, de 1964 à sa mort en 2015, a produit des essais photographiques intensément vivants et novateurs explorant la réalité des personnes, en particulier des femmes, dans une variété de situations complexes et souvent difficiles, douloureuses, parfois presque impossibles. Mary Ellen Mark : The Lives of Women, sous la direction d’Anne Morin, embrasse l’humanité de ces femmes et la partage avec un public plus large, en donnant à ses sujets une voix significative, souvent extrêmement puissante.

Le Palazzo da Mosto accueillera une exposition consacrée au pays invité, la Russie, sous le commissariat de Dimitri Ozerkov, directeur du département d’art contemporain du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, qui présente Paths in the Ice, une sélection d’artistes Alexander Gronsky, Anaïs Chabeur, Olya Ivanova, Evgeny Khenkin, Anselm Kiefer, John Pepper et Dimitry Sirotrin dont les projets sont intimement liés au thème de la Photographie européenne 2022.

Au rez-de-chaussée, les clichés de la nouvelle production de Fotografia Europea, confiée à Jitka Hanzlovà, seront exposés. L’objectif de ce projet est d’illustrer comment les forces de résilience des adolescents sont aujourd’hui particulièrement mises à l’épreuve par les implications sociales que la situation sanitaire leur impose depuis deux ans.

Les projets des lauréats de l’appel ouvert de cette édition seront visibles dans le nouvel espace de Fotografia Europea : la Galleria Santa Maria, au cœur du centre historique. Simona Ghizzoni raconte dans son projet Isola comment elle a réussi à retrouver une relation avec la nature et les gens, en profitant de l’urgence Covid pour quitter Rome et se réfugier dans les Apennins émiliens. L’Espagnole Gloria Oyarzabal, photographe et cinéaste, concentre son enquête sur le concept de musée, en particulier dans une perspective colonialiste, avec son projet Usus fructus abusus. Enfin, Maxime Richè, parisien, mesure depuis longtemps la capacité de l’homme à s’adapter aux conséquences des bouleversements environnementaux. Dans Paradise, l’accent est mis sur l’incendie qui a ravagé en quatre heures la ville californienne du même nom et sur les personnes qui, malgré tout, reviennent reconstruire leur vie là où elle a été brutalement annulée.

De nombreuses autres expositions partenaires gravitent autour du festival, organisées par les institutions culturelles les plus importantes de la ville et accueillies dans leurs espaces. À l’occasion du 30e anniversaire de la mort de Luigi Ghirri, au Palazzo dei Musei, l’exposition In scala diversa. Luigi Ghirri, Italia in Miniatura and New Perspectives, organisée par Ilaria Campioli, Joan Fontcuberta et Matteo Guidi, à partir de la série In scala réalisée par Luigi Ghirri à plusieurs reprises, de la fin des années 1970 à la première moitié des années 1980, dans le parc d’attractions Italia in Miniatura à Rimini, explore les thèmes du double, de la fiction et de l’idée même de réalité, en créant un dialogue avec l’artiste et son œuvre.L’exposition explore les thèmes du double, de la fiction et de l’idée même de réalité, en créant un dialogue avec la collection - dessins, cartes postales, documents et images provenant des archives du parc, accumulés depuis le milieu des années 60 à la suite des nombreux voyages du fondateur Ivo Rambaldi à travers la péninsule, dans le but de recueillir le plus de documentation visuelle possible pour la construction des maquettes.

Toujours au Palazzo dei Musei, “Incontri ! Art and people”, un projet de Reggio Emilia City without Barriers - STRADE consacré à la rencontre entre la fragilité et la créativité, est de retour. L’artiste Alessandra Calò, qui préfère la pratique du hors champ, et sept personnes fragiles créent, à partir de la riche collection des Musées, un véritable herbier, grâce à l’utilisation d’anciennes techniques d’impression photographique par contact. L’exposition Herbarium. Les fleurs sont restées roses, avec les expériences de tirage et l’atelier, sera accueillie dans un nouvel espace muséal qui s’ouvre au dialogue avec la ville.

Les cloîtres de San Domenico accueilleront la neuvième édition de Young Italian Photography, un projet de la municipalité de Reggio Emilia qui met en valeur les talents de la photographie italienne contemporaine de moins de 35 ans. L’exposition, intitulée Possible et organisée par Ilaria Campioli et Daniele De Luigi, présente les recherches de Marcello Coslovi, Chiara Ernandes, Claudia Fuggetti, Caterina Morigi, Giulia Parlato, Riccardo Svelto et Giulia Vanelli, des artistes sélectionnés par un jury international composé des commissaires et de Chiara Fabro. Festival Panoràmic de Barcelone, Shoair Mavlian - Photoworks de Brighton et Krzysztof Candrowicz - Fotofestiwal de Łódź.

La nouveauté de cette édition est l’institution du Prix Luigi Ghirri, à l’occasion du 30e anniversaire de la mort de l’auteur, en collaboration avec les Archives des Héritiers de Luigi Ghirri. Spazio Gerra présente le projet In Her Rooms de Maria Clara Macrì, dans lequel l’auteur explore la relation entre l’empathie, l’intimité et la représentation contemporaine de la femme. Dans son travail, la photographe réussit à capturer la nature complexe et intense de la féminité d’aujourd’hui, libérée des stéréotypes, de la sexualisation et de l’objectivation dont elle fait l’objet, et à exprimer visuellement l’essence d’un nouveau sentiment international et global, dû également à la forte transmigration féminine.

Avec l’exposition Vasco Ascolini: une autobiographie en images, organisée par Massimo Mussini, la bibliothèque Panizzi raconte l’histoire de la vie artistique et professionnelle du photographe de Reggio Emilia à travers 40 ans de prises de vue, dans un voyage courageux fait de rencontres importantes et d’une grande détermination. L’intention est de faire connaître au public la donation du photographe à la ville en recréant une sorte de carnet de voyage dans lequel Ascolini signale les moments de passage à travers lesquels il a progressivement enrichi son langage expressif. La Collezione Maramotti dédie son exposition au photographe Carlo Valsecchi qui, dans les quarante-quatre photographies grand format qui composent Bellum, toutes présentes dans le volume qui accompagne l’exposition et dont une vingtaine sont exposées, raconte le conflit ancestral entre l’homme et la nature et entre l’homme et l’homme.

La Fondazione I Teatri expose des clichés d’Arianna Arcara dans lesquels le théâtre et la photographie entrent à nouveau en relation dans le nouveau projet intitulé La Visita / Triptyque que la Fondazione I Teatri, avec le Festival de Reggio Parma et en collaboration avec Collezione Maramotti et Max Mara ont confié à l’artiste en l’invitant à interpréter l’œuvre de la compagnie de danse-théâtre belge Peeping Tom dans le cadre du Festival Aperto 2021.

Pour cette édition encore, le CIRCUIT OFF, l’événement collectif et indépendant qui enrichit le Festival d’une innombrable série d’expositions réparties dans toute la ville, présente des projets de photographes professionnels aux côtés de jeunes qui en sont à leur première expérience, de passionnés et d’associations qui devront se mesurer au thème de cette année en exposant leurs clichés dans des magasins, des restaurants, des studios, des cours et des maisons privées, des lieux historiques et des galeries d’art. Le projet OFF@school, auquel participent les écoles de la province de Reggio Emilia, fait également partie de ce circuit. Le 7 mai est la soirée consacrée au circuit Off et c’est à cette occasion que sera annoncé le lauréat du prix Max Spreafico, qui aura la possibilité de réaliser une nouvelle exposition et de la présenter lors de la prochaine édition de Fotografia Europea, en 2023.

Également prévu pour l’édition 2022 du Festival, le Speciale Diciottoventicinque, le projet de formation de Fotografia Europea, qui en est à sa 11e édition, créé pour accompagner de jeunes passionnés de photographie dans un parcours allant de la conception à la réalisation d’un projet d’exposition, confié cette année à Anush Hamzehian.Cette année à Anush Hamzehian et Vittorio Mortarotti, deux artistes exceptionnels qui travaillent ensemble depuis des années en combinant la vidéo et la photographie et qui, forts de leur expérience, mettront l’accent sur la multidisciplinarité, conscients qu’un projet visuel peut se construire et s’enrichir à travers différents langages.

Une nouveauté absolue de cette édition est FOTOFONIA EUROPEA : un projet musical en deux soirées organisé par Max Casacci, producteur et fondateur de Subsonica, dans lequel le mélange d’images et de musique électronique construit une déclinaison musicale de Fotografia Europea.

Outre les expositions, le festival s’enrichit d’un calendrier d’événements conçus non seulement pour les trois journées inaugurales - 29, 30 avril et 1er mai - mais qui accompagneront également les visiteurs et les passionnés au cours des semaines suivantes, jusqu’au 12 juin : conférences, rencontres avec des artistes, présentations de livres (dont le lauréat du FE+SK Book Award, prix organisé en collaboration avec la maison d’édition indépendante Skinnerboox ), dédicaces, lectures de portfolios, ateliers, salon du livre dédié aux éditeurs indépendants, et expositions destinées à nourrir un échange culturel qui, à partir de la photographie, aborde également des thèmes transversaux.

Le sponsor spécial de l’édition 2022 est Iren.

Reggio Emilia, le festival Fotografia Europea revient
Reggio Emilia, le festival Fotografia Europea revient


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.