Turin, du 2 au 5 novembre, 11e édition de Flashback Art Fair


La 11e édition de Flashback Art Fair, consacrée cette année à la métamémoire, se tiendra à Turin du 2 au 5 novembre 2023. La foire se tiendra dans les locaux de Flashback Habitat, Ecosistema per le Culture Contemporanee.

Flashback Art Fair est prévue à Turin du 2 au 5 novembre 2023 : l’événement annuel, qui en est à sa onzième édition, se tiendra au Corso Giovanni Lanza 75, siège de Flashback Habitat, Ecosistema per le Culture Contemporanee, le nouveau centre d’art indépendant de 20 000 mètres carrés situé à quelques pas du centre de Turin, et s’intitulera Metamemoria.

“Cette édition est Metamemoria, la conscience de notre mémoire, la foire en tant qu’activateur d’images et de connaissances est l’outil qui nous permet de revivre, de réactiver, de recontextualiser. L’information est fixée à l’aide de couleurs, d’images, d’émotions et d’associations. Les œuvres contribuent à la création de ces cartes mnémoniques ; c’est ainsi que les galeries de cette onzième édition contribuent de manière décisive à la création d’un univers composite et fascinant d’images qui retracent l’histoire de la vie et de l’humanité. Grâce à ces traces d’expériences passées, l’individu est en mesure d’affronter les situations de la vie, présentes et futures”, a déclaré la direction composée de Ginevra Pucci, Stefania Poddighe et de l’artiste Alessandro Bulgini.

Pour cette édition, les projets d’exposition qui se dérouleront dans les espaces de Flashback Habitat se concentreront donc sur l’art lui-même, en tant qu’“activateur” de la métamémoire, en étudiant la pertinence puissante et énergétique de l’aspect artistique dans la vie de tous les jours.

En neurosciences, la métamémoire est cette capacité introspective qui permet aux êtres humains d’évaluer et de contrôler leur mémoire, dont dépendent l’identité personnelle et la conscience de ce qui nous appartient. Les images, les notions et les sensations sont reproduites dans l’esprit et relocalisées dans le temps et l’espace, construisant ainsi le bagage culturel personnel dans lequel nous pouvons puiser quotidiennement. Plus on teste sa capacité mnémotechnique, plus on améliore sa mémoire prospective : planifier une action et la mettre en œuvre au moment voulu, à chaque instant de la vie quotidienne.

L’image directrice de la 11e édition de Flashback Art Fair est basée sur l’œuvre Le Piante (Les Plantes ) de Turi Rapisarda, qui fait partie d’une série photographique dont le thème dominant est la métamémoire. Dans cette série, les immigrés et les femmes immigrées du sud de l’Italie sont représentés comme des plantes en pot, des individus pleinement conscients, incroyables dans la perfection de leur complétude. Les racines, dans la finesse du pot, sont une partie intégrante de nous-mêmes, la partie essentielle qui nous permet d’affronter le présent. Les plantes de Rapisarda sont la métaphore parfaite des œuvres de l’exposition, des éléments à travers lesquels nous exerçons notre métamémoire et construisons notre bagage culturel avec la connaissance et la conscience). Le Piante est l’une des séries photographiques qui seront exposées dans les espaces de Flashback, dans le cadre de l’exposition consacrée à l’artiste et intitulée Turi Rapisarda. Photographs qui rassemble une partie de la recherche photographique de l’artiste. Plus de trente œuvres imprimées aux sels d’argent réalisées entre les années 1980 et 1990, où concepts, émotions et techniques se fondent dans un lyrisme mélancolique. Les séries photographiques exposées comprennent The Plants, The Narrows, Trespolo et Mutoids.

Voici les galeries qui participeront à la 11e édition de Flashback : Aleandri Arte Moderna, Rome (I), Antiques Par Force, Rome (I), Arcuti Fine Art, Rome, Turin (I), Benappi Fine Art, Londres (UK), Galleria Umberto Benappi, Turin (I), Galleria Riccardo Boni, Rome (I), Bottegantica, Milan (I), Botticelli AntichitàFlorence (I), Beatrice Burati Anderson Art Space & Gallery, Venise (I), Studio d’Arte Campaiola, Rome (I), Galleria Canesso, Paris (FR), Milan (I), Mirco Cattai Fine Arts & Antique Rugs, Milan (I), Galleria Arte Cesaro, Padoue (I), Contemporary Cluster, Rome (I), Galleria del Ponte, Turin (I), Galleria Giamblanco, Turin (I), Flavio Gianassi - FG Fine Art, Londres (UK), Galleria dello Scudo, Vérone (I), Galleria Gracis, Milan (I), Il Cartiglio, Turin (I), Galleria In Arco, Turin (I), Galleria d’Arte l’Incontro, Chiari BS (I), Andrea Ingenito Contemporary Art, Naples, Milan (I), Lorenzelli Arte, Milan (I), Luma Contemporary Art, Rome (I), Lorenzo et Paola Monticone Gioielli d’Epoca, Turin (I), Galleria d’Arte Niccoli, Parma (I), Galleria Open Art, Prato PO (I), Osart Gallery, Milan (I), Photo & Contemporary, Turin (I), Flavio Pozzallo, Oulx TO (I), Galleria Russo, Rome (I), Richard Saltoun, Londres (UK), Rome (I), Secol-Art di Masoero, Turin (I), Tower Gallery, Perugia (I), Galleria Antonio Verolino - Contemporary Art, Modena (I).

Différentes formes, techniques et langages, entre peinture et sculpture, traversent le temps, depuis l’une des sculptures les plus importantes du début du XIVe siècle en Italie : le relief en marbre de la Nativité de Giovanni di Balduccio de la galerie Benappi Fine Art, aujourd’hui visible par le public après presque trente ans, jusqu’aux œuvres du XVIe siècle, telles que celle créée par Francesco Badile vers 1530, des galeries Pozzallo et Botticelli. Des œuvres du XVIIe siècle de Giovanni Battista Tiepolo, Bernardo Cavallino(galerie Giamblanco) et François De Nomé, dont la charge fantastique crée des paysages imaginaires dans lesquels on peut se perdre(galerie Canesso), aux œuvres romantiques et séduisantes du XIXe siècle de Francesco Hayez(Aleandri Arte Moderna). Des œuvres qui contribuent à la construction d’un imaginaire peuplé à la fois d’éléments appartenant à notre histoire et à celle de cultures lointaines, comme le suggèrent les tapis d’Anatolie, du Caucase et de Perse de Mirco Cattai Fine Arts & Antique Rugs ou les peintures du XVIIIe siècle qui marquent les recherches de la galerie Flavio Gianassi, cette année axée sur les dessins anciens d’artistes piémontais, comme l’esquisse de Claudio Francesco Beaumont pour les fresques de la salle d’Arménie du palais royal de Turin.

Nous passons ensuite à des périodes historiques particulières comme le XXe siècle avec Balla, De Chirico, Medardo Rosso, Savinio et Sironi à la Galleria Russo, Bottegantica et Galleria Gracis; la Galleria dello Scudo présente les œuvres de Luigi Ontani et celles des maîtres du XVIIe siècle qui étudient conjointement l’homme avec une curiosité anthropologique, ou encore la Galleria Riccardo Rosso et la Galleria Gracis. La galerie Riccardo Rosso, qui met en évidence l’impossibilité de séparer l’ancien du moderne dans l’art, présente un Massimo D’Azeglio du XVIIIe siècle en dialogue avec des œuvres d’Emilio Primi et d’Alighiero Boetti qui appartiennent plutôt à l’Arte Povera du XXe siècle.

Différents points de vue et perspectives sont destinés à stimuler les associations mentales : la galerie Richard Saltoun se présente en partant de l’exploration esthétique de Giulia Napoleone et Marinella Pirelli jusqu’à Carla Accardi, membre clé de l’avant-garde italienne, tandis que d’autres galeries, comme la Galleria Niccoli, préfèrent présenter une investigation liée à des artistes individuels : Par exemple, le travail de Piero Fogliati qui, en explorant la perception sensorielle et les phénomènes naturels, construit des machines à l’esthétique raffinée et complexe liée à la sphère visuelle-acoustique, ou la recherche présentée par Luma Arte Contemporanea qui retrace l’activité de l’artiste Ugo Nespolo depuis les œuvres des années 1970 jusqu’à celles créées avec de l’acrylique sur du HDF en 2023.

Cette édition de la foire accueille également la neuvième édition de l’exposition finale du projet Opera Viva Barriera di Milano (l’affiche qui, sur la place Bottesini à Turin, accompagne la vie quotidienne du quartier tout au long de l’année). Cette édition est consacrée à l’incursion de la vie dans les projets artistiques. Dans ce cas, Luigi, l’opérateur du panneau d’affichage, intervient en accrochant toutes les images des affiches à l’envers. Alessandro Bulgini, le créateur du projet, a l’intention d’étudier le renversement de la perspective et l’influence de la vie dans l’art. L’édition voit l’intervention d’un groupe d’artistes turinois : Gianluca et Massimiliano De Serio, Sergio Cascavilla, Turi Rapisarda, Luigi Gariglio, Pierluigi Pusole et Bulgini lui-même.

L’exposition A Better Life. Frammenti di Storie dell’Istituto per l’Infanzia della Provincia di Torino, désormais permanente et réaménagée, peut être visitée au troisième étage du lieu. Organisée par l’artiste et directeur artistique de Flashback Habitat Alessandro Bulgini, elle se veut une œuvre collective, une œuvre chorale où l’histoire, les émotions, l’art et la vie s’entremêlent. Elle veut donner une voix à la multitude de mondes qui se sont entremêlés dans les couloirs de la structure, une ancienne briotrophie de Turin, à travers des aperçus des histoires de certains des protagonistes qui, à la première personne, ont vécu ce lieu, tels que des enfants, aujourd’hui adultes, des nounous, et des employés de la structure.

Vivarium, un parc d’art en devenir dédié à la coexistence de l’art et de la nature, s’enrichit également d’une autre installation in situ: Mushroom Forest de Michel Vecchi, un artiste du Val d’Aoste qui vit et travaille à Ibiza. Michel Vecchi a créé une forêt de champignons à partir des troncs d’arbres du grand parc Habitat. Avec Mushroom Forest, l’artiste crée des champignons colorés de surprise, de magie et de curiosité. Les arbres et les champignons ont toujours vécu en symbiose, comme des frères et des compagnons de vie, ils se nourrissent et se soignent mutuellement. Chaque plante a une histoire et une âme imprimée dans le bois. Chacun des champignons de Michel possède un pouvoir particulier : dans la tige et à la base court une spirale de cuivre et d’aluminium qui transmet et conduit ce pouvoir aux personnes et aux lieux où il est placé.

Le projet Stanze Viventi / Living Rooms, présenté le 24 septembre, est ouvert au public lors de l’exposition. Les dix-sept chambres d’artistes, qui seront ensuite proposées à l’adoption par le biais d’un appel d’offres aux associations opérant dans la région du Piémont, constituent la première partie d’un projet créé pour réactiver les espaces de la Palazzina A de Flashback Habitat.

Enfin, le flashback lab de Mariachiara Guerra, responsable du projet didactique de Flashback Habitat, les flashbacks vidéos qui introduisent la saison hivernale d’Habitat consacrée aux documentaires d’art et les flashbacks talks qui s’interrogent sur le rôle de la mémoire dans la construction du contemporain.

LaFlashback Art Fair est ouverte au public du 2 au 5 novembre de 11 heures à 20 heures.

Pour plus d’informations : https://www.flashback.to.it/

Turin, du 2 au 5 novembre, 11e édition de Flashback Art Fair
Turin, du 2 au 5 novembre, 11e édition de Flashback Art Fair


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.