À Bologne, une rétrospective sur Leonardo Cremonini, peintre d'écrivains


Jusqu'au 31 janvier 2022, la galerie SimonBart de Bologne accueille une rétrospective consacrée au peintre des écrivains, Leonardo Cremonini. Aimé par Moravia, Calvino, Eco, Buzzati, il fut l'ami de Peggy Guggenheim, Henri Cartier-Bresson, Francis Bacon, Mario Sironi, Gino Severini, Balthus.

L’exposition rétrospective consacrée à Leonardo Cremonini (Bologne, 1925 - Paris, 2010) à la galerie SimonBart de Bologne sera ouverte en entrée libre jusqu’au 31 janvier 2022. C’est l’occasion de redécouvrir l’un des artistes les plus intéressants du XXe siècle italien, le"peintre des écrivains", comme le définissait Umberto Eco.

Aimé par Moravia, Calvino, Eco, Buzzati, et des philosophes comme Althusser, qui lui a consacré son seul texte sur la peinture ; ami de Peggy Guggenheim, Henri Cartier-Bresson, Francis Bacon, Mario Sironi, Gino Severini, Balthus, pour n’en citer que quelques-uns. Ses œuvres figurent dans les plus importantes collections d’art au monde, telles que celles du Centre Georges Pompidou à Paris, du MOMA à New York, du Musée national d’Israël à Jérusalem, du Musée Frissiras à Athènes, de la Galerie des Offices à Florence et de la collection du Musée d’art moderne de Bologne.

L’exposition se veut un hommage à l’artiste à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, à travers des œuvres allant des années 1960 aux dernières années de sa vie. Son amour pour la Méditerranée l’a conduit à Panarea, où il a passé de longues périodes. Des paysages d’été pleins de lumière, des rivages dessinés à grands traits de couleur sont souvent les scènes de ses visions. La peinture de Cremonini ne peut être étiquetée d’aucune manière: entre réalisme, surréalisme et peinture métaphysique, il échappe aux règles de l’abstractionnisme, du Nouveau Rèalisme et de la figuration narrative de son époque, toujours poussé par un désir d’indépendance.

Selon Dino Buzzati, sa peinture est capable de reconstituer ces moments de la vie qui, malgré leur apparente quotidienneté ou banalité, renferment le sens de toute une existence. Choses, objets, figures humaines à peine esquissées, segments et surfaces géométriques constituent le texte visuel dans lequel Cremonini exprime un monde idéal où la mémoire est capturée à travers les miroirs, les vitres et les lignes droites des murs vides. Italo Calvino, réfléchissant sur la peinture de Cremonini, affirme que la mémoire est ici “fixée à des échafaudages, à des supports” et que traverser l’une des œuvres du maître est “regarder à l’intérieur ou à l’extérieur, espionner quelque chose sans savoir avec certitude ce qu’il faut cacher et ce qu’il faut montrer”, un jeu de perspectives physiques et conceptuelles qui définit la transversalité et la contemporanéité de l’artiste.

Comme l’explique le professeur Stefano Zecchi dans sa préface au catalogue : “Cremonini ne peut être défini comme un impressionniste, un surréaliste, un métaphysicien et autres catégories d’interprétation esthétique qui ont fait fureur à la fin du 19e et au milieu du 20e siècle. Au-delà de la tactique critique, dont l’habileté est généralement de pouvoir dire tout et le contraire de tout, Cremonini était devenu un test d’interprétation précisément dans ces années 1960 et 1970 où les néo-avant-gardes et leurs dérivés faisaient rage. Un terrain d’essai surtout pour les écrivains, les littéraires, les philosophes, les poètes, qui trouvaient dans le ”texte“ pictural la possibilité de réévaluer ses techniques expressives, loin des installations, des expérimentalismes déconstructifs, dont, en effet, on pouvait dire tout et le contraire de tout”.

Pour plus d’informations : www.simonbart.com

Horaires d’ouverture : Du lundi au samedi de 10 à 13 heures et de 16 à 19 heures.

Image : Leonardo Cremonini, Au coin du plein air (diptyque), (1967 ; huile sur toile, 103 x 210 cm)

À Bologne, une rétrospective sur Leonardo Cremonini, peintre d'écrivains
À Bologne, une rétrospective sur Leonardo Cremonini, peintre d'écrivains


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.