Au Museo di Roma à Trastevere, une exposition de photos sur l'Europe invisible et coupée du développement.


Il y a uneEurope invisible, coupée du développement économique, de l’attention politique et médiatique. Une Europe qui, avant la crise, produisait et était compétitive et qui est aujourd’hui abandonnée par ses jeunes habitants. Quatre photographes, Jutta Benzenberg, Andrei Liankevich, Livio Senigalliesi et Mila Teshaieva, se sont rendus dans les zones rurales et les petites villes d’Albanie, dans les vastes marécages de Polésie au Belarus, en Saxe-Anhalt dans l’ancienne Allemagne de l’Est et dans le bassin minier italien de Sulcis en Sardaigne pour raconter l’histoire de son noyau le plus interne et le plus vulnérable, la famille.

Le résultat est une histoire en images organisée par Gabi Scardi qui prend vie dans Unseen / Non visti. Regards sur l’Europe. Quatre photographes en voyage, l’exposition prévue au Museo di Roma in Trastevere du 21 mars au 26 mai 2019, promue par Roma Capitale, Assessorato alla Crescita culturale - Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali, conçue et produite par le Goethe-Institut avec les services muséaux de Zètema Progetto Cultura. Après la première étape à Milan et le rendez-vous au Museo di Roma à Trastevere, l’exposition sera à Minsk en septembre et, immédiatement après, elle poursuivra son voyage à Tirana. Début 2020, la dernière étape sera Halle, à la Kunststiftung desSachsen-Anhalts (Fondation pour l’art de Saxe-Anhalt).

Née d’un projet de 2017 du Goethe-Institut de Milan(Nell’ombra - Familles en Europe) qui voulait enquêter sur les effets de la transformation rapide de l’Europe sur les familles de certaines régions européennes productives touchées par la crise et le dépeuplement, l’exposition Unseen / Not Seen témoigne des “effets secondaires” des grands changements qui ont eu lieu au cours des dernières décennies sur le vieux continent, notant à la fois les plus petits dénominateurs communs et les différences. L’enquête a été menée à travers les yeux de photographes de différents pays européens : Jutta Benzenberg d’Albanie, Andrei Liankevich de Biélorussie, Livio Senigalliesi d’Italie et Mila Teshaieva d’Allemagne. Chacun d’entre eux a effectué un ou plusieurs voyages, soit dans son propre pays, soit dans l’un des autres, ce qui a entraîné un changement de perspective d’une part et une découverte d’autre part. Ainsi, par exemple, Senigalliesi et Liankevich se sont rendus en Sardaigne et en Polésie, tandis que Teshaieva et Benzenberg sont allés en Albanie et en Saxe. Chacun était accompagné d’un expert ou d’un journaliste ayant une connaissance approfondie de la région. Cela a permis de multiplier les regards et les niveaux d’interprétation qui ont fait ressortir les histoires et les micro-histoires des personnes rencontrées au cours des voyages, la stratification des expériences, la complexité de chaque territoire. L’exposition devient ainsi une sorte de cartographie chorale, bien que partielle, des zones de l’Europe les plus cachées et laissées en marge.

L’exposition se compose de quatre noyaux de photographies, subdivisés par auteur. Les œuvres ont des tailles et des formats très différents, chacune adhérant aux intentions de chaque photographe. Parmi les images exposées, alternent des portraits et des visions d’intérieurs, des personnages immergés dans les lieux de vie et l’environnement quotidien qui les entoure, des objets, des architectures, des paysages de référence et bien d’autres choses encore. Ainsi émergent les différentes interprétations que les auteurs ont donné des lieux : des lectures objectives, de nature documentaire, anthropologique, sociologique ; ainsi que des approches plus sensibles, intimes, presque interrogatives.

Afin de rendre ces histoires plus vivantes, les images sont accompagnées de vidéos et de textes écrits par certains des photographes et “compagnons” de voyage.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site www.museodiromaintrastevere.it.

Photo : Andrei Liankevich, Belarus

Source : communiqué de presse

Au Museo di Roma à Trastevere, une exposition de photos sur l'Europe invisible et coupée du développement.
Au Museo di Roma à Trastevere, une exposition de photos sur l'Europe invisible et coupée du développement.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.