Dante et Florence : l'exposition reconstituant la relation entre le poète et la ville au musée du Bargello


Du 11 mai au 8 août 2021, le musée national du Bargello accueillera l'exposition "Honorable et ancien citoyen de Florence. Le Bargello pour Dante", l'exposition à Florence qui reconstruit la relation entre Dante Alighieri et sa ville.

Le Musée national du Bargello de Florence accueille, du 11 mai au 8 août 2021, l’exposition Honorable et ancien citoyen de Florence. Le Bargello pour Dante, une exposition qui présente Dante Alighieri (Florence, 1265 - Ravenne, 1321) au public dans un lieu que le poète lui-même fréquentait, à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort. Le titre fait référence aux mots que l’historien, marchand et chroniqueur florentin Giovanni Villani a utilisés pour présenter la figure de Dante dans sa Nuova Cronica, écrite entre 1322 et 1348, et qui constitue en fait la première biographie concise du poète : “Ce Dante”, écrit Villani, “était un honorable et ancien citoyen de Florence, de Porta San Piero, et notre voisin ; et son exil de Florence était dû au fait que lorsque Sir Charles de Valos de la Maison de France est venu à Florence en l’an MCCCI, et a chassé le parti blanc, comme mentionné précédemment, ledit Dante était l’un des plus grands gouverneurs de notre ville et de ce parti, même s’il était Guelfe ; et donc, sans aucune autre faute avec ledit parti blanc, il a été expulsé et banni de Florence, et est allé au Studio de Bologne, puis à Paris, et dans diverses parties du monde”.

L’exposition est consacrée aux relations entre Dante et Florence, depuis les années qui ont suivi la mort du poète jusqu’aux années 1450. Elle présente les acteurs, les initiatives, les lieux et les thèmes. L’exposition, organisée par Luca Azzetta, Sonia Chiodo et Teresa De Robertis, professeurs à l’université de Florence, s’inscrit dans le cadre d’une collaboration institutionnelle entre les musées du Bargello et les départements de littérature et de philosophie (DILEF) et d’histoire, d’archéologie, de géographie, d’art et de divertissement (SGA), Elle compte parmi les membres de son comité scientifique des experts philologues et historiens de l’art, tels qu’Andrea De Marchi, Giovanna Frosini, Andrea Mazzucchi, Marco Petoletti et Stefano Zamponi. L’exposition a bénéficié d’une contribution et du patronage du Comité national pour la célébration du 700e anniversaire de la mort de Dante Alighieri et du patronage du Comité “700 Dante” coordonné par la ville de Florence.

Parmi les organismes promoteurs, qui ont contribué de manière décisive à la réalisation de l’événement en prêtant un important noyau de manuscrits, figurent la Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, la Biblioteca Laurenziana et la Biblioteca Riccardiana. L’Accademia della Crusca et l’Opificio delle Pietre Dure ont été des interlocuteurs institutionnels fondamentaux dans l’articulation du projet scientifique. L’exposition, organisée en collaboration avec Firenze Musei, est accompagnée d’une courte brochure (en italien et en anglais) et d’un riche catalogue (en italien et en anglais) publié par Mandragora. Le volume, avec les contributions de vingt-six chercheurs de différentes disciplines, est enrichi par des illustrations en couleur des œuvres exposées et des manuscrits enluminés, et est accompagné d’un précieux atlas photographique final des peintures murales de la Cappella del Podestà, qui fait partie intégrante de l’exposition.

Salle d'exposition
Salle d’exposition


Salle d'exposition
Salle d’exposition


Giotto et l'école de Giotto, Portrait de Dante (1334-1337 ; fresque ; Florence, musée du Bargello)
Giotto et l’école de Giotto, Portrait de Dante (1334-1337 ; fresque ; Florence, musée du Bargello, chapelle du Podestat)

Sections d’exposition

L’exposition est divisée en six sections : 1. les lieux de la condamnation, le temps de la rédemption ; 2. Dante et la Commedia à Florence dans les années 1330 et 1440 ; 3. les artistes et les copistes de la Commedia ; 4. la lecture de Dante à Florence ; 5. la construction de la mémoire ; 6. le langage documentaire à Florence après Dante. Dans ces six chapitres, une cinquantaine d’objets sont exposés, parmi lesquels des manuscrits et des œuvres d ’art provenant de bibliothèques, d’archives et de musées nationaux et internationaux (de la Galleria dell’Accademia de Florence à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence, de la Biblioteca Medicea Laurenziana et de la Biblioteca Riccardiana, co-promotrices de l’exposition, de la Biblioteca Apostolica Vaticana à la Biblioteca Trivulziana de Milan, en passant par la Bibliothèque nationale de France à Paris, l’Archivo y Biblioteca Capitulares de Tolède et le Metropolitan Museum of Art de New York et d’autres encore). Le public est invité à un voyage qui lui permettra de connaître les protagonistes de la reconstruction posthume du rapport entre Florence, Dante et son œuvre dans le deuxième quart du XIVe siècle. Il s’agit de copistes, d’enlumineurs, de commentateurs, de lecteurs et de vulgaires, dont les histoires professionnelles et humaines sont étroitement liées, restituant l’image d’une ville qui semble se transformer en un vaste scriptorium, au centre duquel se trouve la Divine Comédie, et dans lequel les livres circulent abondamment et de nouvelles solutions artistiques et codicologiques voient le jour précisément en relation avec le poème de Dante.

Parmi les œuvres exposées, on trouve également un chef-d’œuvre comme Lignum Vitae de Pacino di Bonaguida, un panneau provenant de la Galleria dell’Accademia de Florence, qui l’a exceptionnellement prêté au musée national du Bargello : l’œuvre a été réalisée par le peintre et miniaturiste entre 1310 et 1315. Pacino di Bonaguida a traduit en images les thèmes du texte littéraire Lignum vitae, un traité écrit par Saint Bonaventure de Bagnoreggio en 1274, d’une manière inhabituellement détaillée. Au fil du parcours, les mots qui gravitent autour de la figure de Dante ne se manifestent pas seulement visuellement dans les codex et les œuvres d’art, mais se transforment également en sons et accompagnent le visiteur. Grâce à un accord institutionnel avec la Fondazione Teatro della Toscana et l’Associazione Oltrarno, qui ont conçu et produit une série d’enregistrements audio, un certain nombre de textes, sélectionnés par les commissaires de l’exposition, résonnent dans la dernière section et contribuent à animer les vers de Dante et les différents registres de la langue florentine du XIVe siècle à travers les voix des jeunes acteurs de l’école dirigée par Pierfrancesco Favino.

Mais le musée national du Bargello fait également partie de l’exposition en tant que site de Dante par excellence à Florence, et lieu idéal pour l’exposition qui retrace la relation entre Dante et sa ville natale : dans la Sala dell’Udienza de l’ancien Palazzo del Podestà (aujourd’hui Salone di Donatello), le 10 mars 1302, le poète suprême est en effet condamné à l’exil définitif; Dans la Cappella del Podestà attenante, quelques années plus tard (entre 1333 et 1337), Giotto, avec son école, impose son dernier chef-d’œuvre pictural, encore peu connu du grand public (à savoir les fresques qui ornent la chapelle), et représente pour la première fois le visage de Dante, l’incluant dans les rangs des élus du Paradis. C’est précisément autour de ce portrait, première effigie connue du père de la langue italienne, que se dessine le processus de construction mémorielle qui permettra à Florence de se réapproprier l’œuvre et la figure de Dante. La Chapelle, où se trouve le visage peint à fresque, partie intégrante du parcours de l’exposition, a récemment fait l’objet d’une opération de diagnostic et d’entretien conservatoire de certaines parties du Paradis, grâce à une donation de la Fondazione il Bargello onlus à travers ArtBonus et à la collaboration institutionnelle entre les Musées du Bargello et l’Opificio delle Pietre Dure, qui a réalisé les investigations diagnostiques et la restauration. À l’occasion de l’exposition, il est également possible de voir le nouvel éclairage et d’avoir un aperçu du nouvel aménagement de la chapelle et de la sacristie annexée. Les quatre vitrines exposées permettent de comprendre les critères selon lesquels la collection de bijoux en or et en argent a été organisée, en soulignant les fonctions de cet ornement qui, bien que précieux en soi, était avant tout un instrument liturgique et de dévotion. Parmi les œuvres exposées dans la sacristie figure la frise signée par Andrea Pucci Sardi da Empoli et datée de 1313. Œuvre capitale de l’orfèvrerie florentine du début du XIVe siècle, en dialogue avec les inventions giottesques, la frise est présentée ici après une délicate restauration par l’Opificio delle Pietre Dure.

Honorable et ancien citoyen de Florence. Le Bargello pour Dante a été précédé d’une série de séminaires sur la philologie de Dante organisés au Département de Lettres et Philosophie de l’Université de Florence, ouverts à la participation d’étudiants et de chercheurs de toute l’Italie, et sera accompagné au cours de l’année 2021 par des initiatives scientifiques et didactiques similaires, y compris la série d’ateliers gratuits “Dante pour tous” pour les enfants et les jeunes, réalisés grâce à une contribution de la Fondazione CR Firenze (qui a également contribué à la réalisation de l’exposition), qui se tiendront au Bargello et seront consacrés à la découverte de Dante et de la Florence du XIVe siècle.

Andrea Lancia (copiste), Dante, Commedia con il commento dell'Amico dell'Ottimo (New York, Pierpont Morgan Library, M.676, f. 47r : Lucifer au fond de l'enfer).
Andrea Lancia (copiste), Commedia con il commento dell’Amico dell’Ottimo (New York, Pierpont Morgan Library, M.676, f. 47r : Lucifer au bas de l’Enfer).


Copiste de Vat (copiste), Maître des effigies dominicaines (enlumineur), Commedia (Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pluteo 40.13, f. 25r : frontispice du Purgatorio)
Vat copyist (copiste), Master of Dominican effigies (enlumineur), Commedia (Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pluteo 40.13, f. 25r : frontispice du Purgatorio)


Giovanni Boccaccio (autographe). Vie de Dante et recueil d'œuvres d'Alighieri (Tolède, Archivo y Biblioteca Capitulares, Zelada 104.6, f. 1r : Trattatello in laude di Dante).
Giovanni Boccaccio (autographe). Vie de Dante et recueil d’œuvres d’Alighieri (Tolède, Archivo y Biblioteca Capitulares, Zelada 104.6, f. 1r : Trattatello in laude di Dante)

Déclarations

“L’exposition, conçue pour permettre différents niveaux de lecture, s’adresse non seulement aux spécialistes mais surtout au grand public, avec une attention particulière pour les enfants et les jeunes”, déclare Paola D’Agostino, directrice des Musées du Bargello. “La collaboration institutionnelle entre les musées du Bargello et l’université de Florence a été fondamentale grâce au rôle central des conservateurs, professeurs de l’université de Florence, et a également constitué une opportunité de formation pour les étudiants, les doctorants et les jeunes chercheurs impliqués dans le projet. Au cours des trois dernières années, nous avons également voulu impliquer diverses institutions et réalités afin de créer un projet partagé à plusieurs niveaux entre les institutions d’excellence florentines et toscanes. En cette période de crise économique grave, suite à la pandémie, je suis particulièrement reconnaissant à ceux qui ont soutenu financièrement cette exposition et à tous ceux qui ont travaillé sur le projet et sa réalisation, dans le sens le plus élevé du service au public”.

“Une exposition qui révèle beaucoup de choses sur la vie et l’œuvre du poète suprême et qui, à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort, ne pouvait être présentée que dans l’un des plus importants sites florentins consacrés à Dante”, a déclaré Tommaso Sacchi, conseiller municipal chargé de la culture. C’est donc avec grand plaisir que nous inaugurons cette nouvelle pièce de l’histoire de Dante, rendue encore plus précieuse à l’heure de la réouverture générale de nos lieux de culture après la “forêt noire” de la pandémie".

"L’exposition, explique Luca Azzetta, professeur de philologie de la littérature italienne à l’université de Florence et commissaire de l’exposition, reconstitue pour la première fois, de manière originale et en réunissant l’expertise de chercheurs de différentes disciplines, la dynamique avec laquelle Florence, quelques années après la mort de Dante, s’est réapproprié sa figure et la Commedia, que tout le monde a immédiatement appelée “le Dante”. Il s’agit d’un épisode unique dans l’histoire de la littérature italienne, dont dépend la manière dont Dante nous est parvenu. Honorable et ancien citoyen de Florence“ n’a pas seulement une valeur épigraphique par rapport au récit que l’exposition propose, mais incarne aussi l’esprit qui semble avoir nourri la Florence de ces années-là dans sa confrontation avec le poète. Villani, en effet, souligne l’ancienne lignée de Dante et affirme qu’il méritait l’honneur que le bannissement lui imposait uniquement parce qu’il était lié à une faction, le côté blanc que l’histoire avait voulu vaincre. Villani, qui ne tait pas l’intempérance et la nervosité du personnage du poète, a écrit ces mots dans les années 1940, alors que la réconciliation avec la ville avait déjà eu lieu. La deuxième partie du titre, ”Le Bargello pour Dante“, souligne le lien entre Dante et ce palais où résidait le podestat lorsque le poète vivait encore à Florence. Ce lieu dépasse en effet le récit biographique et se distingue par sa valeur symbolique : dans la chapelle de la Madeleine, Giotto, dans un projet iconographique daté pour la première fois entre 1333 et 1337, inclut Dante parmi les élus du Paradis, en le caractérisant par les attributs qui définissent sa nature de poète. Nous savons aujourd’hui que l’étonnement et la fascination que nous partageons étaient déjà ceux de ses premiers lecteurs, ces anciens citoyens de Florence qui nous ont transmis le poème et sa mémoire”.

"Il s’agit d’une exposition qui aborde le sujet à partir de différents points de vue qui se traduisent par des œuvres très différentes, comme les fresques de la chapelle du Bargello, le dernier chef-d’œuvre incompris de Giotto", explique Stella Sonia Chiodo, professeur d’histoire médiévale à l’université de Florence et commissaire de l’exposition. "Les recherches menées à cette occasion anticipent leur début plusieurs années avant la mort du peintre et nous permettent donc de lui renvoyer l’élaboration du programme iconographique, basé sur une connaissance approfondie de la Commedia de Dante Alighieri. L’exposition se poursuit avec des manuscrits enluminés et non enluminés, des panneaux peints monumentaux mais aussi de très petites dimensions : pour traiter tout cela, il a été nécessaire de réunir différents professionnels (un philologue de Dante, un historien de l’art et un paléographe), ce qui n’aurait pas été possible autrement. L’exposition reconstitue le tissu de la culture florentine des années 1920 et 1930 : pour le faire de manière fiable, nous avons examiné cette réalité de différents points de vue, mais tous au même niveau.

Une grande partie de cette exposition, explique Teresa De Robertis, professeur de paléographie à l’université de Florence et commissaire de l’exposition, est consacrée aux livres : "une quarantaine d’entre eux sont exposés, tous exceptionnels à divers titres, à côté d’un groupe d’œuvres d’art sélectionnées et tout aussi exceptionnelles, toutes choisies pour illustrer la saison particulière que Florence a vécue au nom de son Poète, entre 1325 et 1350 environ. Le livre est l’un des moyens par lesquels Dante est redevenu citoyen de Florence : c’est grâce à lui que l’on peut aujourd’hui comprendre comment est née l’idée d’un Dante légitimement florentin. Et ce sont les livres qui témoignent de la passion sincère des lecteurs et du succès incontesté de Dante dans sa ville. Dans l’histoire de la littérature médiévale (et peut-être pas seulement médiévale), la Commedia a été un cas unique de best-seller immédiat : c’est ce que disent d’abord les chiffres (environ soixante-dix exemplaires ont certainement été produits dans les années qui nous intéressent et qui nous sont parvenues : il y en a certainement beaucoup plus, mais nous ne saurons jamais combien, qui ont été perdus). Les codex monumentaux nous le disent, qui se distinguent par leur qualité : la collaboration entre copistes et enlumineurs dans la définition d’un modèle de livre aux caractéristiques clairement reconnaissables et une production que l’on peut qualifier de sérielle sont des témoignages concrets de la voie suivie pour le retour de Dante à Florence.

“Avec la pandémie ”, déclare le président de la Fondazione CR Firenze Luigi Salvadori, “ nous avons intensifié nos interventions en faveur des enfants et de leurs familles. Une partie de cette stratégie consiste à soutenir les ateliers gratuits qui leur sont destinés et que nous avons conçus et soutenus à l’occasion de cette exposition”.

“La Fondazione il Bargello - Onlus est proche du musée national du Bargello depuis sa création en tant qu’association en 1982”, explique le président Sergio Chiostri. “Depuis lors, elle a soutenu financièrement le musée dans la mise en œuvre d’une série d’initiatives visant à améliorer la convivialité des œuvres exposées. Elle a notamment financé la révision conservatrice des peintures murales de la chapelle, conçues par Giotto, ainsi que la restauration et la sécurisation des fenêtres de la chapelle”.

Copiste de Vat (copiste), Maître des effigies dominicaines (enlumineur), Livre de Biadaiolo (Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Tempi 3, f. 58r : Florence accueille les pauvres)
Copiste de Vat (copiste), Maître des effigies dominicaines (enlumineur), Livre de Biadaiolo (Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Tempi 3, f. 58r : Florence accueille les pauvres)


Pacino di Bonaguida, Lignum vitae (Florence, Galleria dell'Accademia)
Pacino di Bonaguida, Lignum vitae (Florence, Galerie de l’Accademia)


Giotto et l'école de Giotto, Paradis (1334-1337 ; fresque ; Florence, musée du Bargello, chapelle du Podestat)
Giotto et l’école de Giotto, Paradis (1334-1337 ; fresque ; Florence, musée du Bargello, chapelle Podestà)

Dante et Florence : l'exposition reconstituant la relation entre le poète et la ville au musée du Bargello
Dante et Florence : l'exposition reconstituant la relation entre le poète et la ville au musée du Bargello


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.