Deux expositions de mosaïques contemporaines à Bologne dans le cadre de la Biennale de Ravenne


Pour la première fois, la Biennale de mosaïques contemporaines de Ravenne implique la ville de Bologne, avec deux expositions installées dans les espaces d'exposition de l'Assemblée législative.

Dans le cadre de la septième édition de la Biennale de la mosaïque contemporaine, deux expositions seront inaugurées le 3 novembre 2022 à Bologne, dans les espaces d’exposition de l’Assemblée législative.

Pour la première fois, la Biennale de la mosaïque contemporaine de Ravenne implique la ville de Bologne, avec les deux expositions Georges Mathieu, hommage à Odoacre. Histoire et images d’ une mosaïque révolutionnaire et Con il mosaico, la contemporanéité à Ravenne et dans ses environs, toutes deux organisées par Sandro Malossini et Gloria Evangelisti.

“Le choix de nos espaces pour accueillir deux expositions dans le cadre de la Biennale de la mosaïque contemporaine me remplit de fierté”, a déclaré la présidente de l’Assemblée législative , Emma Petitti. “L’association avec la Biennale, la municipalité de Ravenne et le musée d’art de la ville de Ravenne signifie beaucoup pour une institution qui souhaite être impliquée et présente, tant au niveau de la proximité que de la production, dans des initiatives qui ont un impact culturel aussi important. L’importance de cette collaboration est liée à la volonté de l’Assemblée législative de ne pas être seulement un lieu d’institutions, mais un espace culturel commun, d’appartenance publique, d’enrichissement pour elle-même et pour tous les visiteurs qui souhaitent partager du temps et du plaisir avec nous”.

“La mosaïque fait partie de l’identité la plus profonde de la ville et constitue le langage par lequel Ravenne s’imagine et se raconte”, a déclaré Fabio Sbaraglia, conseiller municipal chargé de la culture à Ravenne. “C’est pourquoi la coopération que la région Émilie-Romagne a voulu offrir pour cette VIIe Biennale de la mosaïque contemporaine est si importante. Les expositions présentées au siège de l’Assemblée législative raconteront l’histoire d’une scène artistique de Ravenne qui, à partir de la seconde moitié du XXe siècle, a été le protagoniste d’un processus continu de recherche, d’expérimentation et de renaissance dans le monde contemporain d’une technique noble et ancienne qui, dans le dialogue et la confrontation avec les langages artistiques du présent, libère son meilleur potentiel expressif”.

Daniele Torcellini, coordinateur de la Biennale de la mosaïque, a expliqué que "les deux expositions organisées par Sandro Malossini et Gloria Evangelisti sont étroitement liées. Dans le contexte de l’exposition de mosaïques modernes de 1959, qui a vu un grand nombre d’artistes des années 50 créer des œuvres en mosaïque en collaboration avec les mosaïstes de Ravenne, Georges Mathieu, dont l’histoire est racontée dans l’exposition Georges Mathieu, Hommage à Odoacre. Histoire et images d’une mosaïque révolutionnaire, refuse de réaliser une esquisse picturale destinée à être traduite en mosaïque. Il préfère créer lui-même une œuvre, en utilisant des matériaux et des techniques conventionnels et non conventionnels, réinventant ainsi les possibilités du médium. Les premiers à récolter les fruits les plus mûrs du geste révolutionnaire de l’artiste français sont les artistes dont la naissance remonte aux années où l’exposition de Ravenne a été ouverte au public, à savoir la fin des années 1950 et le début des années 1960. Dans leur sillage, d’autres ont suivi, jusqu’aux jeunes générations, délimitant une scène mosaïque post-byzantine à Ravenne, présentée dans l’exposition Con il mosaico, contemporanéité à Ravenne et dintorni.

Les expositions

Réalisée en 1959 par Georges Mathieu, Hommage à Odoacer est la mosaïque qui, plus que toutes les autres, commandée pour l’exposition des mosaïstes modernes qui s’est tenue à Ravenne en 1959, a été porteuse d’innovation dans l’art de la mosaïque. L’exposition présente une reproduction à l’échelle 1/1 de la mosaïque, actuellement conservée au Musée d’art de la ville de Ravenne, de nombreuses photographies d’époque, grâce à Roberto Pagnani, mécène et collectionneur d’art de Ravenne, qui représentent Georges Mathieu pendant la réalisation de la mosaïque, quelques documents relatifs aux communications entre les deux et, pour la première fois, trois gouaches que Mathieu a réalisées, également en 1959, pendant son séjour à Ravenne, sont exposées en même temps.

Dans l’exposition Con il mosaico, la contemporanéité à Ravenne et dans ses environs, la mosaïque est le protagoniste grâce au travail de vingt-trois artistes appartenant à différentes générations et utilisant de nouvelles techniques. Les artistes de l’exposition sont Giuliano Babini, Luca Barberini, Dusciana Bravura, Marco Bravura, CaCO3, Marco De Luca, Francesca Fabbri, Giovanna Galli, Takako Hirai, Marcello Landi, Annalisa Marcucci, Verdiano Marzi, Stefano Mazzotti, Silvia Naddeo, Felice Nittolo, Luciana Notturni, Marco Pellizzola, Paolo Racagni, Marco Santi, Almuth Schöps, Daniele Strada, Enzo Tinarelli, et Sara Vasini.

"La rapidité d’exécution de Mathieu, commente le commissaire Sandro Malossini, si éloignée des canons conventionnels de la mosaïque, bouleverse la manière et surtout la pensée de ce qu’est la mosaïque, de la façon dont elle peut être interprétée et manifestée aussi, et surtout, en devenant une œuvre d’art: elle ouvre un sillon bien défini entre tradition et innovation. Dans l’exposition Avec la mosaïque, les tesselles ne sont plus les protagonistes absolus, mais deviennent un souvenir dans les œuvres de plusieurs des vingt-trois artistes invités. De nouveaux matériaux, de nouveaux supports et des techniques différentes nous amènent à rajeunir une tradition millénaire".

Pour Pagnani, desarchives Ghigi-Pagnani de Ravenne, “l’émotion la plus forte a été celle de Mathieu au souvenir de l’ancienne amitié qui le liait à mon grand-père Roberto, qui l’a accueilli plusieurs fois dans sa maison de Ravenne et l’a aidé à étudier la mosaïque ancienne et moderne, ainsi qu’à récupérer à Murano les tesselles particulières dont il avait besoin pour créer la première mosaïque informelle du 20e siècle”.

La Biennale de cette année rattrape l’édition 2021, suspendue en raison de la pandémie, et anticipe celle de 2023 en proposant un mois et demi d’événements (du 8 octobre au 27 novembre) organisés sur l’ensemble du territoire. Outre Ravenne, Faenza (ville avec laquelle la Biennale a une relation consolidée) et Bologne, la Biennale comprend également des initiatives à Riccione (Rimini). Un total de plus de cent artistes provenant de vingt pays du monde entier. Soixante espaces d’exposition avec plus de cinquante expositions accueillies, ainsi que des événements, des conférences et des visites guidées.

La Biennale de la mosaïque est promue et organisée par la municipalité de Ravenne, grâce au soutien de la région Émilie-Romagne, avec la coordination de Daniele Torcellini du Mar (Musée d’art de la ville de Ravenne).

Les expositions seront ouvertes jusqu’au mardi 22 novembre, du lundi au vendredi, de 9 heures à 18 heures, et l’entrée est gratuite.

Pour plus d’informations: www.biennalemosaicoravenna.it ; appelez le 051.527 5768-5826 ou écrivez à gabinettopresidenteal@regione.emilia-romagna.it

Image: Annalisa Marcucci, Scent, détail (2022 ; mosaïque de verre, émail, feuille de métal, or, feuille d’or, laiton, mortier, aquarelle, ruban de cuivre ; 100 x 60 x 2,5 cm)

Deux expositions de mosaïques contemporaines à Bologne dans le cadre de la Biennale de Ravenne
Deux expositions de mosaïques contemporaines à Bologne dans le cadre de la Biennale de Ravenne


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.