L'archidiocèse de Florence expose ses trésors. Une exposition à la Basilique de San Lorenzo


Un travail de catalogage qui a duré dix ans et une exposition présentant une sélection du résultat : c'est ce qui se passe à Florence, où l'archevêché, après avoir achevé l'inventaire de son patrimoine, organise une exposition avec plus de 200 œuvres choisies parmi ses trésors.

Plus de deux cents œuvres de l’archidiocèse de Florence seront exposées dans le complexe de la Basilique de San Lorenzo à l’occasion d’une grande exposition prévue au Salone di Donatello du 7 décembre 2023 au 8 septembre 2024. Cette exposition s’intitule Pulcherrima Testimonia. Trésors cachés de l’archidiocèse de Florence , l’exposition qui offre au public une synthèse significative de l’immense patrimoine artistique conservé et gardé sur le territoire du diocèse qui s’étend des pentes de l’Apennin toscan-émilien jusqu’à la province de Sienne. L’exposition, financée par la Fondazione CR Firenze, est le résultat d’un important travail d’inventaire et de catalogage qui a débuté en octobre 2009 et s’est achevé après dix ans, en décembre 2019. Un projet exigeant, mais absolument fonctionnel pour la connaissance du patrimoine culturel, pour sa protection et sa valorisation. L’énorme inventaire, qui a permis de compiler plus de 271 000 fiches, a été rendu possible grâce à une partie des fonds 8xmille que le diocèse a réservés à cet effet.

L’exposition se compose d’authentiques chefs-d’œuvre, issus de la ville, fruit de riches commandes, mais aussi d’objets plus simples, réalisés pour de petites paroisses de campagne. Les œuvres sont donc très diverses, non seulement en termes de qualité artistique, mais aussi en termes de techniques d’exécution et de matériaux utilisés: peintures sur bois et sur toile, crucifix, statues, orfèvrerie, reliquaires, meubles et vêtements, tabernacles, livres et codex, jusqu’à d’humbles chapelets. Il s’agit d’œuvres pour la plupart inconnues ou jamais vues, redécouvertes et mises en valeur par les commissaires de l’exposition : le diacre Alessandro Bicchi et les historiennes de l’art Chiara Bicchi, Susanna Cialdai et Annalisa Innocenti. Répartis dans des sections distinctes pour les besoins de l’exposition, les objets de l’exposition racontent, dans une lecture unifiée, l’histoire de l’expression de la foi à travers les siècles et l’identité culturelle de différents lieux et communautés.

Taddeo Gaddi, Madone et Enfant Jésus (1350-1355 ; tempera sur panneau ; Impruneta, église de San Lorenzo alle Rose)
Taddeo Gaddi, Madone et Enfant Jésus (1350-1355 ; tempera sur panneau ; Impruneta, église de San Lorenzo alle Rose)
Giovanni del Biondo, Madone avec l'enfant Jésus et les dévots (1387 ; tempera sur panneau Florence, église de San Felice a Ema)
Giovanni del Biondo, Vierge à l’Enfant Jésus et dévots (1387 ; tempera sur panneau ; Florence, église San Felice a Ema)
Ambito di Giovanni Pisano, Crucifix (deuxième décennie du XIVe siècle ; bois sculpté, peint ; Florence, église de San Pietro a Varlungo)
Ambito di Giovanni Pisano, Crucifix (deuxième décennie du XIVe siècle ; bois sculpté, peint ; Florence, église San Pietro a Varlungo)

Cette multiplicité de valeurs inhérentes à ces œuvres signifie qu’elles appartiennent à la fois à la communauté des fidèles qui les utilisent encore aujourd’hui pour le culte, et à la communauté nationale plus large en tant qu’élément significatif du patrimoine historique, artistique et culturel du pays.

L’exposition est divisée en plusieurs sections : “Jésus-Christ”, “La Vierge Marie”, “Les saints”, “Ornements sacrés”, “Mobilier liturgique” et “Mobilier textile”, ainsi qu’une section consacrée aux œuvres récupérées par le Département des carabiniers pour la protection des biens culturels. Les principales œuvres exposées sont une huile sur panneau du cercle de Giorgio Vasari, la Sainte Famille avec saint Jean-Baptiste (1544-1550), actuellement en cours de restauration mais néanmoins exposée, un tableau d’Alessandro Allori, la Sainte Famille avec saint Jean-Baptiste (1544-1550), un tableau d’Alessandro Allori, le Jésus Christ flagellé est vêtu (1596), une sculpture de Nino Pisano, la Vierge à l’Enfant Jésus (1343-1368) et les panneaux du cercle d’Empoli sur Saint François d’Assise en extase(fin du XVIe siècle-début du XVIIe siècle) également en cours de restauration. Il y a aussi des bijoux de Cosimo Merlini ou de Bernardo Holzmann. D’autres objets extraordinaires d’auteurs inconnus ne manquent pas non plus, comme un calice du XIVe siècle, une croix en cuivre du XIIIe siècle, l’une des plus anciennes du diocèse, ou un imposant crucifix en pierre semi-précieuse avec le Christ fait d’un seul bloc de calcédoine, et d’autres pièces rares comme une pyxide en ivoire du Moyen-Âge d’origine normande. En outre, comme nous l’avons déjà mentionné, des objets plus “modestes”, mais d’une grande valeur anthropologique et culturelle, sont exposés. Certains d’entre eux ont été réalisés selon des techniques uniques, parfois disparues, avec des résultats surprenants. Les ex-voto et les anneaux conjugaux, déposés devant les images sacrées, témoignent de la dévotion populaire ; les précieux chapelets en verre de Murano ou en pierres semi-précieuses sont le signe de la prière quotidienne, de même que ceux réalisés avec des matériaux pauvres comme les noisettes ou caractéristiques comme celui en châtaignes d’eau (fruits d’une espèce aquatique). Sont également exposés des vêtements, tissus précieux brodés avec une telle perfection qu’ils ressemblent à des peintures sur soie, objets de célébration ou utilisés dans les processions, au point d’être usés.

L’inventaire du patrimoine mobilier historique et artistique du diocèse de Florence, commencé en 2009, s’est déroulé en plusieurs étapes: un inventaire des biens confié à un comité scientifique, composé du diacre Alessandro Bicchi, de Bruno Santi, ancien surintendant de l’Opificio delle Pietre Dure, et de l’historien de l’art et informaticien Giovanni Delogu ; une reconnaissance préliminaire, indiquant les œuvres qui seront ensuite cataloguées par un groupe d’historiens de l’art ayant une grande expérience en la matière. Une équipe de photographes s’est ensuite chargée de l’acquisition des images des œuvres.

Les méthodes d’inventaire ont suivi pour l’essentiel les critères stricts adoptés dans le classement ministériel, sauf dans les cas où des mesures originales ont été adoptées en raison de la particularité du matériel. Mais les fiches d’inventaire diocésaines sont encore plus analytiques et contiennent plus de données que les fiches ministérielles, comme l’indication de l’état de conservation, la localisation de l’objet et un certain nombre de photos d’accompagnement. Cela a entraîné une augmentation des dépenses, mais a apporté l’avantage d’une traçabilité complète de chaque objet. Le patrimoine inventorié, et donc les pièces dans lesquelles il était stocké, se trouvaient dans des conditions de conservation très différentes, et l’activité de catalogage a donc également été utile pour identifier les besoins de nettoyage ou de restauration. Les occasions de livraison aux instituts de restauration n’ont pas manqué.

Nino Pisano, Madone et Enfant Jésus (1343-1368 ; marbre blanc sculpté, peint ; Florence, dépôt diocésain de Santo Stefano al Ponte)
Nino Pisano, Madone et Enfant Jésus (1343-1368 ; marbre blanc sculpté, peint ; Florence, Dépôt diocésain de Santo Stefano al Ponte)
Ambito fiorentino, Antiphonaire (1408 ; cuir gaufré doré, laiton gaufré, parchemin peint ; Florence, Palais de l'archevêque) Ambito fiorentino
, Antiphonaire (1408 ; cuir gaufré doré, laiton gaufré, parchemin peint ; Florence, Palais de l’Archevêque)
Ambiance florentine, Annonciation (première moitié du XVIIe siècle ; huile sur toile ; Florence, dépôt diocésain de Santo Stefano al Ponte)
Ambito fiorentino, Annunciazione (première moitié du XVIIe siècle ; huile sur toile ; Florence, Archives diocésaines de Santo Stefano al Ponte)

L’inventaire a également permis de sensibiliser les propriétaires du patrimoine à la nécessité d’une conservation plus attentive, d’informer les services de conservation compétents de l’état des œuvres considérées et des environnements visités et d’indiquer les artefacts qui n’avaient pas été catalogués, afin de compléter le catalogage déjà effectué.

Une autre particularité de l’inventaire a été l’identification d’œuvres d’une valeur historico-artistique indéniable, méconnues ou négligées, qui ont été valorisées de manière appropriée. L’inventaire de cet immense patrimoine, réalisé au cours d’une décennie, a donné lieu à environ 271 000 notices qui ont été collectées et sont visibles sur le portail BeweB de la Conférence épiscopale italienne , qui héberge les plus de 4 000 000 de notices des œuvres recensées par les diocèses italiens. Quelques chiffres peuvent donner une idée de l’effort fourni par l’archidiocèse florentin, également en ce qui concerne le patrimoine ecclésiastique national : environ 271 000 fiches enregistrées dans 427 églises, 38 oratoires, 14 chapelles, 73 autres bâtiments. Une fois l’inventaire terminé, chaque curé a reçu un lien vers un espace dédié du site à consulter, à partir duquel il peut visualiser, sans pouvoir les modifier, les fiches des objets de la paroisse (ou des paroisses) sous sa juridiction. Le même lien, valable pour toutes les entités, a été activé pour la Surintendance, qui a donc également une visibilité sur les biens recensés.

L’exposition, dont l’entrée est gratuite, est ouverte du lundi au samedi de 10 h à 17 h 30 (dernière entrée à 16 h 30) ; elle est fermée les 1er et 6 janvier et le 10 août (en cas de célébrations extraordinaires dans la basilique, les heures d’ouverture au public peuvent varier). L’exposition a été réalisée par Opera Laboratori, tandis que le catalogue est publié par Edifir - Edizioni Firenze.

“La conservation, l’entretien et la valorisation du patrimoine historique et artistique”, déclare Giuseppe Betori, archevêque de Florence, "constituent l’une des tâches les plus importantes de la mission de l’Église. Dans ce riche ensemble de lieux et d’objets se croisent en effet les dimensions constitutives de l’Église elle-même, de l’annonce à la célébration, de la charité à l’édification de la communauté en communion. Cela justifie l’engagement que l’Église florentine a pris d’acquérir une connaissance plus précise de son patrimoine mobilier réparti sur l’ensemble du territoire. L’inventaire a été une entreprise longue et lourde, soutenue par l’apport décisif des fonds du huit pour mille, et a impliqué des collaborateurs de la Curie diocésaine et des experts talentueux qui ont mené à bien un projet qui a abouti à des milliers de fiches de catalogage détaillées. Il convient également de souligner la dimension sociale de ce patrimoine historique et artistique dont l’Église a la garde, plutôt que la possession. En effet, il est en grande partie le don du peuple et a été confié à l’Église pour que chacun puisse en profiter, qu’il soit croyant ou non, dans une perspective de foi ou même simplement de culture. Car l’Église vit pour le peuple et sa mission s’étend à tous, pour la croissance de tous dans l’humanité. L’exposition Pulcherrima Testimonia, première initiative issue de l’inventaire, veut présenter la variété de ce trésor d’art et de culture à travers une sélection d’œuvres nécessairement limitée, mais qui ravive la lumière sur des biens artistiques méconnus, restés dans l’ombre même pendant des siècles".

“Notre soutien convaincu à cette exposition s’inscrit dans le cadre de notre longue et fructueuse collaboration avec le diocèse de Florence ”, a déclaré Bernabò Bocca, président de la Fondazione CR Firenze. “Il est mis en œuvre en faveur de différents domaines, à commencer par celui de la solidarité et du volontariat qui, sur cette terre, ont des origines anciennes et sont encore vivants et très actifs. Non moins importante est la valeur du patrimoine artistique conservé sur tout le territoire diocésain, qui représente un élément fondamental de la culture et de l’identité d’un peuple et d’une communauté. C’est pour ces raisons que nous nous engageons constamment à soutenir ce riche gisement de beauté, aussi bien en soutenant les travaux de restauration qu’en favorisant toutes les occasions qui peuvent conduire à une plus grande jouissance des lieux culturels et à la connaissance et à l’appréciation d’œuvres et d’artefacts tels que ceux qui sont présentés en grand nombre dans l’exposition. Ces dernières années, notre action a ainsi permis de récupérer de nombreux biens diocésains répartis dans les paroisses de la région provinciale florentine pour un total de 130 œuvres, dont des peintures, des objets, des vêtements et du mobilier. Une action qui, selon nous, contribue également à consolider cet important processus de réappropriation progressive des œuvres par les communautés dont elles sont issues”.

L'archidiocèse de Florence expose ses trésors. Une exposition à la Basilique de San Lorenzo
L'archidiocèse de Florence expose ses trésors. Une exposition à la Basilique de San Lorenzo


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.