L'art contribue-t-il à la lutte des classes ? L'exposition de Mari en 1973 reconstituée à Milan


À Milan, une importante exposition d'Enzo Mari datant de 1973 fait l'objet d'une reconstitution philologique, dans laquelle l'artiste se demandait, à l'aide de son marteau et de sa faucille, si l'art pouvait contribuer à la lutte des classes.

L’exposition Enzo Mari, Sickle and Hammer est programmée du 30 septembre 2020 au 16 janvier 2021 à la Galleria Milano, Via Turati à Milan. Tre dei modi con cui un artista può contribuire alla lotta di classe (Trois façons pour un artiste de contribuer à la lutte des classes), une exposition qui rappelle une importante exposition personnelle de l’artiste et designer Enzo Mari (Cerano, 1932) qui s’est tenue à Milan en 1973 : c’est précisément l’exposition avec laquelle, le 9 avril de cette année-là, Carla Pellegrini a inauguré les nouveaux locaux de la Galleria Milano.

L’exposition, intitulée Hammer and Sickle. Three Ways an Artist Can Contribute to the Class Struggle (Trois façons pour un artiste de contribuer à la lutte des classes), a fait sensation et a remporté un vif succès auprès du public. Aujourd’hui, presque cinquante ans plus tard, une reproduction fidèle de la même exposition est proposée, reconstruite philologiquement grâce à une opération de recherche qui a principalement impliqué les archives de la Galleria Milano et les archives d’Enzo Mari. Dans l’abîme qui sépare la perception du symbole des années 1970 à nos jours, à travers la vision d’un auteur éclairé comme Mari, l’exposition entend lire le changement d’époque qui a affecté non seulement la société, mais aussi le tissu culturel et l’esprit le plus profond de la ville de Milan.

Le projet est né d’un exercice proposé à une étudiante, Giuliana Einaudi, d’étudier un symbole répandu et connu de tous : la faucille et le marteau. Le point de départ a été la collecte de données, en comparant les emblèmes reproduits sur les murs, les communications des partis, les tracts, dans le but d’étendre la recherche au plus grand nombre d’endroits possible. Le deuxième moment a été la conception d’un symbole de haute qualité esthétique, pour arriver à la conclusion que la valeur formelle n’affecte pas le sens véhiculé. D’où les œuvres de l’exposition, qui représentent toutes la faucille et le marteau: les deux objets individuels d’utilisation, le symbole conçu dans l’atelier, une grande sculpture en bois, des drapeaux de laine sérigraphiés en différentes couleurs, une lithographie représentant la recherche avec 168 symboles, une sérigraphie en deux couleurs. Ces trois dernières pièces étaient accompagnées d’une petite publication dans une pochette éditée par Edizioni O, la maison d’édition de la Galleria Milano fondée par Baldo Pellegrini, le mari de Carla.

Après un débat animé, le soir même de l’inauguration, le film Comitati politici - Testimonianze sulle lotte operaie in Italia nella primavera del ’71, réalisé par Mari avec le Gruppo di Lavoro, composé de quelques étudiants du Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome, a été projeté. Ce documentaire, redécouvert après une longue recherche, a été numérisé par le Home Movies Archive de Bologne et sera présenté dans le cadre de l’exposition.

L’exposition actuelle est accompagnée d’un volume publié par Humboldt Books, édité par Nicola Pellegrini, avec des textes de Bianca Trevisan et Riccardo Venturi. La publication reproduit de manière anastatique le catalogue de 1973, accompagné d’une riche sélection de documents d’archives qui font revivre la température de l’époque : photographies, projets, revues de presse et autres documents éphémères. L’essai de Bianca Trevisan reconstruit philologiquement le processus à l’origine du projet d’Enzo Mari, mettant en lumière des aspects encore peu étudiés de son travail, tandis que Riccardo Venturi tisse un récit aux multiples facettes, rempli de citations hétéroclites. Sickle and Hammer est une exposition réalisée avec l’aide précieuse des Archives Enzo Mari. Pour plus d’informations, visitez le site de la Galleria Milano.

Image : Enzo Mari, Marteau et faucille, preuve du drapeau, 1973. Photo d’Aldo Ballo. Avec l’autorisation de la Galleria Milano, Milan

L'art contribue-t-il à la lutte des classes ? L'exposition de Mari en 1973 reconstituée à Milan
L'art contribue-t-il à la lutte des classes ? L'exposition de Mari en 1973 reconstituée à Milan


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.