Le MASI de Lugano consacre une exposition à Hedi Mertens, un artiste qui explore l'abstraction géométrique.


Du 2 avril au 15 octobre 2023, le MASI de Lugano, au Palazzo Reali, consacre une exposition à Hedi Mertens, un artiste encore peu connu du grand public qui s'inscrit dans les principes de l'art constructiviste suisse.

Du 2 avril au 15 octobre 2023, le Museo d’arte della Svizzera italiana présente l’exposition Hedi Mertens. La logique de l’intuition, organisée par Francesca Benini et Arianna Quaglio. Le projet d’exposition vise à restituer au public l’œuvre et l’histoire singulière d’une artiste qui, partant d’une profonde connaissance théorique, a trouvé au Tessin les conditions favorables pour l’appliquer et développer son art.

Personnalité extrêmement polyvalente, Hedi Mertens (Gossau, 1893 - Carona, 1982) a reçu une formation classique de peintre, mais n’a commencé à peindre de manière cohérente que dans les années 1960, à un âge avancé, après une vie pleine d’expériences et de rencontres exceptionnelles en Suisse et à l’étranger. En un peu plus de vingt ans, il a réussi à produire un ensemble d’œuvres intenses, d’où émane toute l’énergie et la force d’une œuvre de jeunesse. Dans sa recherche, l’artiste s’inscrit dans les principes de l’art constructiviste-béton suisse, dont son travail peut être considéré comme une “variante poétique”.

À travers une sélection de plus de trente tableaux couvrant l’ensemble de la production, du début des années 1960 à la fin des années 1970, l’exposition retrace les différentes phases et l’évolution de l’œuvre de cet artiste encore peu connu du grand public. Les analyses et théories de composition assimilées par Mertens grâce aux échanges intenses avec des artistes et intellectuels proches de l’abstractionnisme et de l’Art concret suisse sont évoquées dans l’exposition par un certain nombre d’œuvres des quatre principaux représentants de l’Art concret zurichois : Richard Paul Lohse, Max Bill, Camille Graeser et Verena Loewensberg.

Dans sa recherche artistique, Hedi Mertens reprend et étudie certains des principes fondamentaux de l’abstraction géométrique. Le carré, protagoniste de sa production, lui permet dans sa forme absolue de combiner la logique des possibilités combinatoires infinies avec une certaine liberté, qui suit son intuition personnelle. Une approche qui se reflète surtout dans le choix des couleurs, où l’artiste renonce à des schémas rigides et choisit plutôt des contrastes et des combinaisons de couleurs guidés par sa propre sensibilité. Dans la dernière phase de son travail, on peut constater un éloignement des modèles assimilés au profit d’un style résolument plus personnel. Dans les dernières peintures, c’est le fond blanc qui domine les autres éléments : la toile est imprégnée d’une spatialité plus profonde et d’une atmosphère méditative, un état qui reflète la période que l’artiste a passée au Tessin.

L’exposition présente également des lettres, des documents et des témoignages sur les événements biographiques de l’artiste.

L’exposition est réalisée en collaboration avec le Museum Haus Konstruktiv de Zurich, où elle sera présentée au printemps 2024. À l’occasion de l’exposition, un catalogue bilingue italien/allemand sera publié par MASI Lugano / Museum Haus Konstruktiv / Scheidegger & Spiess / Edizioni Casagrande, avec des textes de Francesca Benini et Evelyne Bucher et un essai approfondi de Medea Hoch sur l’œuvre de Hedi Mertens, ainsi que des images de toutes les œuvres exposées à Lugano et à Zurich.

L’itinéraire

“Je peins des tableaux semblables aux vôtres, mais seulement dans mes rêves”, écrivait Hedi Mertens en 1951 à Richard Paul Lohse, artiste et théoricien, l’un des plus grands porte-parole et promoteurs de l’art concret. Avec l’artiste Leo Leuppi, un autre représentant important de la scène artistique suisse, Lohse était un visiteur assidu du Bünishof, la villa de la banlieue zurichoise où Mertens vivait avec son second mari et qui, dans les années 1930, était devenue un lieu de rencontre pour d’importants intellectuels et personnalités de l’époque, dont Carl Gustav Jung et Hermann Hesse. Les échanges et les expériences précieuses que Hedi Mertens a vécus pendant cette période se sont exprimés dans sa recherche artistique ultérieure, qui a également été influencée par son lien avec l’Inde, né de son contact avec le saint homme indien Shri Meher Baba et de son voyage de deux ans dans le sous-continent indien. Le déménagement au Tessin en 1952, d’abord à Solduno puis à Carona près de Lugano, est une condition idéale pour le dernier projet de vie de Mertens, qui, peut-être grâce à la tranquillité qu’il a trouvée dans le sud de la Suisse, a recommencé à peindre en 1960.

Comme le montrent les premières œuvres de l’exposition, réalisées au début des années 1960, Mertens a repris pour ses compositions les méthodes systématiques développées par les artistes concrets, qu’il avait analysées en profondeur. Le carré est le sujet choisi comme protagoniste de toutes ses œuvres, construites sur des ordres picturaux souvent régis par des opérations arithmétiques et géométriques telles que la division, la multiplication, le contraste, le centrage, la dispersion, la digression, la progression, la symétrie, l’imbrication, la rotation, etc.

Dans les œuvres des premières étapes, les influences des artistes concrets suisses, avec lesquels s’ouvre la première salle de l’exposition, apparaissent clairement. Par exemple, l’œuvre Quadrato costituito da unità colorate, avec quatre carrés réunis pour former un bloc de 1965, évoque la structure des peintures de l’artiste Camille Graeser, qui compose des structures sur toile basées sur l’équivalence quantique, dans lesquelles des carrés de différentes tailles sont ordonnés de manière à générer une progression. La série d’œuvres intitulée Equal Quadrilateral Units se caractérise par des grilles d’unités carrées et des treillis denses qui rappellent les compositions de Richard Paul Lohse. Les œuvres concrètes de Max Bill semblent avoir influencé certaines peintures comme la Séquence diagonale de carrés avec carré rouge de 1973, dans laquelle Mertens applique une rotation de 90 degrés à la toile, qui devient ainsi un losange. Constamment à la recherche de nouvelles solutions formelles, l’artiste a expérimenté au cours de ces mêmes années différents motifs, tels que le carré dans le carré, qui implique le principe du cadre dans la peinture, ou la subdivision de la toile par des éléments en forme de “L”.

"L’historienne de l’art Ludmila Vachtová a décrit son travail comme une symbiose entre la rigueur du carré et le chromatisme intuitif. À la rigueur des systèmes pour ses compositions logiques, Hedi Mertens juxtapose un choix plus libre de couleurs, passant des pastels aux tons intenses, des couleurs primaires, intégrant le noir et blanc aux couleurs mélangées, créant des contrastes clair-obscur ou froid-chaud qui suivent son sens personnel de la couleur.

Dans les œuvres de la dernière période, les règles géométriques complexes qui caractérisaient les premières œuvres de l’artiste sont simplifiées, pour être résolues dans un langage plus lyrique et méditatif. La couleur blanche, qui dans les titres est définie par l’artiste comme l’élément muet de la toile, prend le pas sur les autres éléments : une spatialité plus mystique est ainsi générée, dans laquelle les formes semblent suspendues dans le champ pictural et sont souvent regroupées sur les bords de la toile (Quatre carrés dans l’espace). La palette devient plus froide, favorisant des tons sombres et lumineux et en même temps une gamme de couleurs opaques qui confère une plus grande solennité à la composition. Tension vers l’harmonie et la contemplation, cette œuvre, l’une des dernières, caractérise l’aspect le plus autonome de la recherche d’Hedi Mertens et reste comme le testament d’un artiste encore trop méconnu, que cette exposition se propose de redécouvrir.

Pour plus d’informations : www.masilugano.ch

Image : Hedi Mertens, Equal quadrilateral units meet in a central square, détail (1969 ; huile sur toile ; collection privée)

Le MASI de Lugano consacre une exposition à Hedi Mertens, un artiste qui explore l'abstraction géométrique.
Le MASI de Lugano consacre une exposition à Hedi Mertens, un artiste qui explore l'abstraction géométrique.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.