Peintre surréaliste, scénographe, écrivain : Leonor Fini exposée à Trieste


À Trieste, l'exposition "Leonor Fini. Memorie Triestine" retrace le lien de la peintre surréaliste avec la ville, du 26 juin au 20 août 2021.

Le Polo Museale del Magazzino 26 de Porto Vecchio à Trieste retrace les liens avec la ville de Leonor Fin i (Buenos Aires, 1907 - Paris, 1996) vingt-cinq ans après sa mort, avec l’exposition Leonor Fini. Souvenirs de Trieste, programmée du 26 juin au 20 août 2021. Peintre surréaliste, mais aussi costumière, scénographe, graveur, illustrateur et écrivain de renom, Leonor Fini est la protagoniste d’une exposition multimédia de peinture, de lumière, de musique et de perception olfactive, qui se veut une réinterprétation totalement nouvelle de la personnalité et de la créativité de l’artiste, en analysant sa relation intense et fondamentale avec la ville d’origine de sa mère, Trieste, où Malvina Braun a accueilli sa fille à l’âge d’un an et où Leonor s’est formée sur le plan artistique, culturel, humain et personnel jusqu’à l’âge d’une vingtaine d’années, en y restant toujours très attachée.

Conçue et organisée par Marianna Accerboni, l’exposition est promue par l’association Foemina APS en collaboration avec le département de la culture de la ville de Trieste, la bibliothèque d’État Isontina de Gorizia, le département de la culture de la ville de Laveno-Mombello (Varèse) et le MIDeC - Museo Internazionale del Design Ceramico di Laveno-Mombello, ainsi qu’avec le partenariat médiatique du journal Il Piccolo/GEDI Gruppo Editoriale.

Grâce à une riche séquence de témoignages, pour la plupart inédits et rares (dessins, peintures, aquarelles, gravures de Leonor, documents, livres, affiches, lettres, section filmographique dirigée par le réalisateur belge Yves Warson, interviews vidéo, vêtements ayant appartenu à l’artiste et étude approfondie de sa personnalité sur le plan littéraire et graphologique), l’exposition révèle non seulement le côté le plus intime et privé de Fini, mais aussi une étude approfondie du climat culturel de la Trieste du 20e siècle. Elle y vit dans la maison de sa mère, toujours en compagnie d’un chat, qui deviendra plus tard le principal leitmotiv de son art, et en contact étroit avec le milieu culturel international et d’avant-garde qui caractérise la ville à l’époque, fréquentant assidûment des personnalités de Trieste de son âge, qui deviendront internationalement célèbres, comme le futur marchand d’art Leo Castelli, le célèbre critique, esthéticien et artiste Gillo Dorfles, Bobi Bazlen, le grand passeur de la littérature de l’Europe de l’Est vers l’Italie, et le peintre Arturo Nathan, aux côtés d’Italo Svevo et d’Umberto Saba. L’exposition comprend également une vidéo contenant des entretiens inédits du commissaire avec Dorfles, Daisy, la sœur de Nathan, et d’autres personnalités qui l’ont connue, ainsi qu’une section consacrée à la porcelaine décorée par Leonor, qui n’a jusqu’à présent jamais été mentionnée dans les nombreux catalogues consacrés à l’artiste.

L’exposition, déjà présentée avec succès à l’Institut italien de la culture à Bruxelles, où Fini est très connue, ayant été liée aux surréalistes français, dont le langage compte des protagonistes internationaux tels que Magritte et Delvaux en Belgique, sera présentée, après Trieste, à Paris, où la peintre s’est installée à l’âge de 23 ans, obtenant une grande renommée et restant jusqu’à sa mort. Comme dans les autres lieux, l’ouverture sera soulignée par une performance multimédia de lumière et de musique et, à Trieste, également olfactive, inspirée par l’art de Leonor Fini. Une macro-projection lumineuse sera réalisée, tandis que le musicien italo-brésilien Paolo Troni interprétera en direct certaines de ses compositions inédites inspirées par Leonor et conçues expressément pour l’exposition, qui seront diffusées comme bande sonore à l’intérieur de l’espace d’exposition pendant toute la durée de celle-ci. Un parfum dédié à la peintre sera également créé, intitulé “Lolò”, le surnom par lequel tout le monde, amis et famille, l’appelait à Trieste dans sa jeunesse, et dont l’essence sera diffusée dans l’exposition, représentant sa “colonne olfactive”.

L’exposition fait partie d’un cycle d’événements conçus et organisés par Accerboni et consacrés à des personnalités internationales de la culture de Trieste du XXe siècle, qui a débuté avec l’exposition Arturo Nathan. Silenzio e luce, conçue pour célébrer le peintre anglo-indo-triestin, grand ami de Leonor et Dorfles, et qui s’est poursuivie avec l’Incontro multimediale con Umberto Saba (Rencontre multimédia avec Umberto Saba) pour commémorer le centenaire du début de l’activité à Trieste de la librairie de l’un des plus grands poètes italiens du XXe siècle, et avec l’exposition Il segno rivelatore di Gillo (Le signe révélateur de Gillo), dédiée au grand critique et peintre de Trieste. L’itinéraire se poursuivra l’année prochaine à Paris avec l’exposition sur Fini, qui témoigne également du milieu culturel avant-gardiste et cosmopolite particulier de Trieste au début du XXe siècle et dans l’entre-deux-guerres. Nathan, Saba, Dor?es et Fini sont en effet des personnalités qui, dans les années 1930, se sont rencontrées et ont fréquenté Trieste avec Bobi Bazlen, Leo Castelli et Svevo, avant de prendre leur envol vers l’internationalité. Tous les événements du cycle ont une empreinte multimédia, offrant à chaque ouverture une performance différente de lumière et de musique, créée par Accerboni en fonction de chaque lieu.

Leonor Fini (Paris, années 1950 ; Trieste, collection privée) © Marianna AccerboniLeonor Fini (Paris, années 1950 ; Trieste, collection privée) © Marianna Accerboni

Le parcours de l’exposition

L’exposition présente soixante œuvres: dessins, aquarelles, huiles, encres de Chine et gravures, presque toutes inédites, ainsi qu’un livre rare contenant 49 reproductions de dessins en couleur, dans lesquels Fini réinterprète la figure du chat, qu’elle considérait comme une sorte de divinité, dans une tonalité féerique, transformant les félins en personnages les plus disparates, comme dans une sorte de conte fantastique inépuisable. Parmi les œuvres exposées figurent les œuvres offertes par Leonor à sa cousine de Trieste, Mary Frausin, dont l’artiste était très proche, et la riche collection d’œuvres (dont de nombreux hors commerce et épreuves d’auteur) offerte à son ami de Trieste, Giorgio Cociani, auquel la passion des chats l’unissait et avec lequel elle entretenait une correspondance étroite depuis une vingtaine d’années. En outre, le public trouvera une trentaine de lettres et de cartes postales inédites, souvent “historiées” par l’artiste avec des dessins et des collages, envoyées à Cociani, qui sont maintenant exposées aux côtés d’importants et rares livres d’art qui lui sont consacrés, d’affiches de ses prestigieuses expositions personnelles, de documents, de photos et d’une vaste revue de presse italienne et étrangère, longue de plusieurs décennies, qui pourra être consultée par les visiteurs. L’exposition comprend également des lettres de Nathan, des extraits de lettres de Gillo Dorfles, d’autres correspondances et une douzaine de vêtements précieux ayant appartenu à Fini.

Le long du parcours de l’exposition, trois tableaux sont également mis en dialogue, l’un de Fini, l’autre de Nathan et le dernier de Dorfles, témoignant symboliquement de leur affinité élective, de la peinture introspective et visionnaire qu’ils partageaient et de leur grande amitié. Dans le même esprit d’approfondissement et de confrontation des trois personnalités, une étude graphologique et littéraire de leurs écrits sera exposée. Une section comprendra également une vingtaine de rares porcelaines et esquisses à motifs de figures féminines masquées et de masques de carnaval polychromes, décorées vers 1951 avec des décalcomanies tirées de dessins de Fini pour la Società Ceramica Italiana (S.C.I.) de Laveno-Mombello (Varese) : jusqu’à présent, ces manufactures n’ont jamais été mentionnées dans les nombreux catalogues consacrés à l’artiste. L’exposition est complétée par une vidéo conçue par le commissaire avec des interviews inédites de parents et d’amis de Fini à Trieste (dont Gillo Dorfles et Daisy Nathan, la sœur du peintre) et par une section filmographique du réalisateur belge Yves Warson.

Leonor Fini, Luna (1982 ; huile sur toile, 60x73 cm ; Trieste, collection privée) © Marianna AccerboniLeonor Fini, Luna (1982 ; huile sur toile, 60x73 cm ; Trieste, Collection privée) © Marianna Accerboni


Leonor Fini, Danseuse au banc (années 1960 ; aquarelle, 60 x 40 cm ; Trieste, collection Giulietta Frausin) © Marianna AccerboniLeonor Fini, Ballerina al banco (années 1960 ; aquarelle, 60 x 40 cm ; Trieste, collection Giulietta Frausin) © Marianna Accerboni


Leonor Fini, Figure avec chat (1970 ; lithographie, 52 x 74 cm ; Trieste, collection privée) © Marianna AccerboniLeonor Fini, Figure avec chat (1970 ; lithographie, 52 x 74 cm ; Trieste, collection privée) © Marianna Accerboni


Leonor Fini, Pâtisseries (vers 1929 ; huile sur panneau, 25,8 x 34,8 cm ; Trieste, collection privée) © Marianna AccerboniLeonor Fini, Pâtisseries (vers 1929 ; huile sur panneau, 25,8 x 34,8 cm ; Trieste, collection privée) © Marianna Accerboni

Événements collatéraux

À l’occasion de l’exposition, un Prix de peinture sera décerné à un jeune artiste prometteur, un Prix pour la meilleure illustration inspirée de l’œuvre de Fini, qui était aussi un illustrateur raffiné, et un Concours pour enfants, dans lequel sera récompensée la meilleure interprétation de la figure du chat, personnage central de la créativité de Leonor. De nombreux événements parallèles, visites guidées et ateliers destinés aux adultes et aux enfants, toujours inspirés par ses œuvres, auront lieu dans le cadre de l’exposition.

Parmi les événements approfondis, Cristina Battocletti, journaliste à Il Sole 24 Ore, spécialiste de la culture de Trieste et du nord-est de l’Italie, et Lilly Frausin, la cousine de Leonor, seront interviewées par le commissaire de l’exposition. D’autres rencontres auront lieu avec Maria Grazia Spirito, ancienne directrice du MIDeC - Museo Internazionale del Design Ceramico de Laveno Mombello (Varese), qui illustrera les porcelaines décorées avec les dessins de Fini et produites par la Società Ceramica Italiana de la ville lombarde, et avec Mauro Galli, président de l’Associazione Grafologica Italiana - section de Trieste, qui discutera de l’écriture de Fini et donc de sa personnalité par rapport à l’écriture et au tempérament de ses amis Nathan et Dorfles ; une étude plus approfondie sera réalisée par Cristina Benussi, ancienne directrice du département de langues et littératures étrangères et doyenne de la faculté de lettres et de philosophie de l’université de Trieste, qui parlera de la valeur littéraire de Leonor, qui était également écrivain et auteur de deux poèmes, dont la lecture scénique fera l’objet d’un autre événement collatéral. Des ateliers de bande dessinée pour enfants et d’illustration pour adultes seront également organisés avec Paola Ramella, dessinatrice de Trieste de renommée internationale et propriétaire de l’école Zerocinque.

Dans le cadre du projet d’exposition, un livre sera publié, édité par Accerboni, dans lequel seront publiées toutes les œuvres exposées, la correspondance inédite avec l’ami triestin Giorgio Cociani et avec d’autres personnalités, ainsi qu’une analyse raisonnée des thèmes développés dans l’exposition. Une vidéo des entretiens complets et inédits de la commissaire avec Fini sera jointe au livre.

Leonor Fini, Livre avec 49 reproductions en couleur (1970, éd. Galerie Lambert Monet, Genève ; Trieste, collection privée) © Marianna AccerboniLeonor Fini, Livre avec 49 reproductions en couleur (années 1970, éd. Galerie Lambert Monet, Genève ; Trieste, collection privée) © Marianna Accerboni


Porcelaine de Leonor FiniPorcelaine de Leonor Fini

Qui était Leonor Fini ?

Née à Buenos Aires en 1907 d’un père originaire de Bénévent et d’une mère triestine d’origine allemande, Leonor Fini se forme artistiquement au cours des vingt premières années de sa vie dans le milieu culturel fervent et vivant de Trieste à l’époque, suspendue entre la pensée mitteleuropéenne et les influences italiennes, en contact avec des personnalités de niveau international. Dans sa ville, où le groupe Giuliano Cronisti lui décernera le San Giusto d’Oro en 1969, elle avait noué des amitiés étroites avec les peintres Arturo Nathan, Carlo Sbisà et Edmondo Passauro, portraitiste et figuriste qui a beaucoup influencé son inspiration et sa manière dans ces années-là. Après avoir représenté, dans un style encore à la limite de la tradition, des personnages éminents de la ville de Giuliana, Leonor assimile à Milan l’influence du Novecento grâce à sa rencontre avec le classicisme d’Achille Funi et le tonalisme de Carlo Carrà et d’Arturo Tosi.

Après avoir déménagé à Paris en 1931, elle abandonne cette référence linguistique et devient rapidement une interprète raffinée du surréalisme, notamment grâce à ses contacts avec des peintres tels que Giorgio de Chirico, Alberto Savinio, Filippo de Pisis, Massimo Campigli et les surréalistes d’outre-Alpes. Elle est l’auteur d’un lexique très personnel, empreint d’inquiétude, apprécié par la critique et le public à une époque où il n’était pas facile pour les femmes de travailler dans le domaine de l’art.

Ayant intégré l’élite parisienne, notamment grâce à son ami l’écrivain et dramaturge André Pieyre de Mandiargues et de Pisis, elle entre rapidement en contact avec André Breton, poète, critique d’art et théoricien du surréalisme, et son milieu, auquel l’unit son goût pour le symbolisme onirique et le fantastique, qu’elle sait exprimer avec délicatesse, une grande personnalité et une élégance décorative. Extrêmement attachée à Trieste et à sa figure maternelle, Leonor Fini maintient néanmoins pendant près de quarante ans, selon une conception personnelle de la fidélité, un triangle affectif stable avec le diplomate et peintre Stanislao Lepri et avec l’intellectuel polonais Kostantin Jelenski, avec lesquels elle partage son domicile parisien jusqu’à leur mort. À partir de ce moment, elle s’isole volontairement, puis se retire dans une ferme à St-Dyé sur Loire, jusqu’à sa mort en 1996 à Paris.

Outre les nombreuses expositions importantes qui lui ont été consacrées en Belgique (1965), en Italie (1983, 2005), au Japon (1972-73, 1985-86, 2005), aux États-Unis (Weinstein Gallery, San Francisco 2001-2002, 2006, 2008 ; CFM Gallery, New York 1997, 1999), Paris a accueilli d’importantes expositions personnelles de son œuvre à la galerie Minsky (de 1998 à 2002, en 2004 et 2007 et de 2008 à aujourd’hui). En Allemagne, elle a été présente en 1997-98 au Panorama Museum de Bad Frankenhausen (Thuringe). En Italie, ses œuvres sont exposées au Museo d’Arte Moderna Revoltella à Trieste, à la Peggy Guggenheim Collection à Venise, à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea et au Museo Mario Praz à Rome, à la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea Palazzo Massari à Ferrare. En France : à Paris au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, au Centre Georges Pompidou et à l’Opéra national ; au Musée de Grenoble. Une exposition permanente et un espace commémoratif lui sont consacrés au Musée-Hospice Saint-Roch à Issoudun en France depuis 2008. Elle est présente en Belgique au Musée d’art moderne de Bruxelles, en Suisse au Musée d’art et d’histoire de Genève, en Angleterre à la Tate Modern de Londres, au Japon au Miyazaki Prefectural Art Museum, aux États-Unis à l’Art Institute of Chicago.

Peintre surréaliste, scénographe, écrivain : Leonor Fini exposée à Trieste
Peintre surréaliste, scénographe, écrivain : Leonor Fini exposée à Trieste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.