Pistoia, dix peintures florentines restaurées du XVIIe siècle de la collection Bigongiari sont exposées.


Du 18 juin au 25 septembre 2022, le Palazzo dei Vescovi de Pistoia accueillera l'exposition "In Fabula": dix chefs-d'œuvre florentins du XVIIe siècle de la collection Piero Bigongiari, récemment restaurés, y seront exposés.

Du 18 juin au 25 septembre 2022, l’Antico Palazzo dei Vescovi de Pistoia accueillera In Fabula, une exposition présentant dix tableaux restaurés de la collection Bigongiari, constituée par le poète et homme de lettres Piero Bigongiari (Navacchio, 1914 - Florence, 1997). L’exposition, organisée par Monica Preti et Alessio Bertini, et réalisée avec les conseils littéraires de Paolo Fabrizio Iacuzzi, directeur scientifique du Fonds Piero Bigongiari, a plusieurs objectifs. Le premier est d’offrir au public un échantillon exemplaire de la peinture florentine du XVIIe siècle: le noyau exposé est en effet celui de cette période de l’histoire de l’art, avec des tableaux rassemblés par Bigongiari au cours de quarante ans d’activité. Il s’agit d’œuvres de grande qualité, réalisées par des noms importants, qui se distinguent également par l’intérêt des thèmes iconographiques représentés et la pertinence des commandes. En outre, c’est aussi grâce aux écrits de Piero Bigongiari, ainsi qu’aux écrits fondamentaux de Mina Gregori, qu’a été réévaluée la peinture florentine du XVIIe siècle, longtemps considérée comme un épilogue décadent de la Renaissance, mais qui fut au contraire un moment de grande valeur et de raffinement, influencé par la naissance du genre musical du mélodrame et par les nouveaux horizons de la connaissance inaugurés par Galileo Galilei.

Il s’agit également d’activer un dialogue fructueux avec le territoire. Sur l’initiative d’Elena Bigongiari, épouse de Piero, la collection a été acquise en 2004 par la Cassa di Risparmio di Pistoia e Pescia, aujourd’hui Intesa Sanpaolo, pour son siège dans l’Antico Palazzo dei Vescovi, grâce à une action de mécénat éclairée et clairvoyante. En 2019, Intesa Sanpaolo a confié aux Musées de Pistoia la conservation et la mise en valeur de l’ensemble de la collection, en sauvegardant le lien profond du poète avec la ville où il a résidé entre 1925 et 1937. In Fabula, articulée dans les espaces muséaux du rez-de-chaussée et du premier étage de l’Antico Palazzo dei Vescovi, permet de redécouvrir les dix tableaux restaurés, les nouveaux éléments apparus au cours de la restauration et le lien entre les œuvres et le collectionneur. En outre, l’exposition accueille, en même temps que les tableaux, les témoignages générés lors des activités participatives organisées à Pistoia au cours de la période précédant l’exposition. Pour les musées de Pistoia, l’exposition est une déclaration d’intention et l’activation de ces dialogues fait partie d’un processus plus large de restitution de ces chefs-d’œuvre au territoire et à la société de Pistoia.

Les restaurations des dix œuvres, réalisées par Intesa Sanpaolo et basées sur un diagnostic photographique minutieux, ont produit des résultats inattendus de nature historique, comme la découverte de signatures d’artistes et de dates qui documentent l’exécution des peintures.

Montage de l'exposition In Fabula. Photo de Lorenzo Mercanti
Plan de l’exposition In Fabula. Photo de Lorenzo Mercanti

L’exposition

L’exposition est divisée en neuf salles. Les trois premières sont consacrées à la campagne de restauration menée par Intesa Sanpaolo et à la collection de Piero et Elena Bigongiari. Outre des photographies, des textes et des vidéos, on y trouve deux œuvres de Francesco Furini (Florence, 1603 - 1646): Maghe temprano la spada di un cavaliere (Les sorciers tempèrent l’épée d’un chevalier ) et Matrimonio della Vergine (Mariage de la Vierge). Les salles suivantes racontent l’histoire des rencontres entre les œuvres et les six groupes impliqués dans le projet participatif, invités à relire et à réinterpréter les peintures de l’exposition dans le but de restituer des significations, des suggestions, des lectures et de nouvelles histoires. Les lecteurs des bibliothèques de Pistoia ont été confrontés à Giulia riceve la veste insanguinata di Pompeo de Felice Ficherelli (San Gimignano, 1603 - Florence, 1660), en mettant en relation les suggestions reçues du tableau et l’histoire représentée avec des passages de romans et de textes poétiques.

Dans la salle où se trouve Sainte Agathe visitée en prison par Saint Pierre de Giovanni Martinelli (Montevarchi, vers 1600 - Florence, 1659) est exposée une photographie de George Tatge qui représente la toile à l’intérieur de la prison de Pistoia et qui scelle symboliquement le début de la collaboration entre les Musées de Pistoia et la prison. Les étudiants du Liceo Artistico Policarpo Petrocchi exposent une série de croquis réalisés au cours d’une séance d’étude devant les tableaux de Simone Pignoni (Florence, 1611 - 1689), David et Abigail, et de Francesco Furini(Agar et l’Ange), invitant les visiteurs à utiliser eux-mêmes l’outil de dessin dans l’exposition. L’œuvre de Giovanni Bilivert (Florence, 1585 - 1644), Teti remettant les armes à Achille, a été le point de départ d’une table ronde consacrée au thème de l’éducation et animée par la chercheuse Anna Chiara Cimoli, documentée par une vidéo réalisée par Giulia Del Piero et projetée dans la salle.

Silvio, Dorinda e Linco d’Orazio Fidani (Florence, 1606 - 1656) et Maddalena al sepolcro confortata dagli angeli de Giovanni Bilivert sont les deux tableaux qui ont été les protagonistes de l’activité d’un groupe de participants au projet Il piacere dell’arte, promu par les musées de Pistoia et dédié aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, à leur famille et aux soignants, qui ont écrit deux poèmes inspirés par la vision des tableaux pour l’exposition. Dans la dernière salle, Echo et Narcisse d’Orazio Fidani clôt l’exposition avec une allégorie consacrée au rapport entre la voix et l’image. Cette relation a inspiré la décision de diffuser les paroles du personnel des musées de Pistoia et de la Fondazione Caript sur les sensations produites par l’observation de l’œuvre dans la salle. Leurs voix enregistrées sont montées dans une intervention sonore réalisée par Radio Papesse en collaboration avec l’artiste sonore Stefano De Ponti.

L’exposition s’accompagne d’un programme d’activités visant à impliquer différents publics, avec des moments d’approfondissement des contenus de l’exposition à travers des visites guidées, des rencontres avec des historiens de l’art et des restaurateurs, des ateliers pour adultes et enfants, et des activités pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de handicaps cognitifs et en risque de marginalité sociale. À l’occasion d’In Fabula, un catalogue publié par Gli Ori sera édité avec un riche appareil iconographique, des essais introductifs, des fiches mises à jour sur les peintures et les restaurations, ainsi que l’histoire des différentes expériences de participation liées à l’exposition.

Pour plus d’informations, visitez le site des musées de Pistoia.

Francesco Furini et son atelier, Maghe temprano la spada di un cavaliere (vers 1638-1640 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Francesco Furini et son atelier, Maghe temprano la spada di un cavaliere (vers 1638-1640 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Caruso
Francesco Furini, Mariage de la Vierge (vers 1643-1646 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Francesco Furini, Mariage de la Vierge (vers 1643-1646 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Car
uso
Felice Ficherelli, Giulia reçoit la robe ensanglantée de Pompée (vers 1655 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Felice Ficherelli, Giulia riceve la veste insanguinata di Pompeo (vers 1655 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Caruso
Giovanni Martinelli, Sainte Agathe visitée en prison par Saint Pierre (vers 1645-1650 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Giovanni Martinelli, Sainte Agathe recevant la visite de Saint Pierre en prison (vers 1645-1650 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Caruso
Simone Pignoni, David et Abigail (1658-1659 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Simone Pignoni, David et Abigail (1658-1659 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive).
Photo d’
Ottaviano Caruso
Giovanni Bilivert, Thétis tendant les armes à Achille (1634 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Giovanni Bilivert, Teti remet des armes à Achille (1634 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Car
uso
Giovanni Bilivert, La Maddalena al sepolcro confortata dagli angeli (1622 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Giovanni Bilivert, La Maddalena al sepolcro confortata dagli angeli (1622 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Caruso
Orazio Fidani, Silvia, Dorinda et Linco (1649 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Orazio Fidani, Silvia, Dorinda et Linco (1649 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d’Ottaviano Car
uso
Orazio Fidani, Echo et Narcisse (1652 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive). Photo d'Ottaviano Caruso
Orazio Fidani, Echo et Narcisse (1652 ; huile sur toile ; Intesa Sanpaolo Artistic Heritage Archive).
Photo d’
Ottaviano Caruso

Pistoia, dix peintures florentines restaurées du XVIIe siècle de la collection Bigongiari sont exposées.
Pistoia, dix peintures florentines restaurées du XVIIe siècle de la collection Bigongiari sont exposées.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.