Une exposition à Carpi sur Berengario da Carpi, médecin de la Renaissance


Au Musei di Palazzo Pio de Carpi, du 14 septembre au 16 décembre 2018, l'exposition "Berengario da Carpi. Le médecin de la Renaissance".

Du 14 septembre au 16 décembre 2018, l’exposition Berengario da Carpi. Il medico del Rinascimento, toute dédiée à la figure de Berengario da Carpi (pseudonyme de Jacopo Barigazzi, Carpi, vers 1460 - Ferrare, 1530), grand protagoniste de la médecine de la Renaissance, médecin des papes et des princes comme Laurent de Médicis. L’exposition, organisée par Manuela Rossi et Tania Previdi, se propose de présenter cette figure importante de l’époque à travers un itinéraire de peintures, gravures, dessins, livres anciens et manuscrits.

L’exposition de Carpi, à travers la figure de Berengario, se propose de raconter un monde où la science, l’art, la politique, les événements personnels et universels se confondent dans les hommes qui l’ont vécu. Dans son domaine de spécialisation, Jacopo Barigazzi (lui-même fils de chirurgien et formé par des études à l’université de Bologne, où il obtient son diplôme en 1489 et où il enseigne également entre 1502 et 1527) a su moderniser et développer une discipline, comme la médecine et la chirurgie, en la conduisant vers de nouveaux horizons de recherche. Pendant ses années bolonaises, où il professe la pratique de la chirurgie et perfectionne les techniques opératoires, Jacopo publie en 1521 Commentaria cum amplissimis additionibus super Anatomia Mundini, le premier des trois volumes fondamentaux de l’histoire de l’anatomie et de la médecine, qui fait de l’anatomie et de la médecine une discipline à part entière.qui font faire à la discipline un bond considérable dans la connaissance et la représentation du corps humain et qui, pour la première fois, le présentent comme on ne l’avait jamais vu, grâce à d’extraordinaires illustrations gravées sur bois, faisant découvrir à qui feuilletait ses livres l’image du cœur, de la colonne vertébrale, de l’appareil génital féminin, du squelette, des muscles, des veines et du cerveau.

La grande intuition de Berengar est d’avoir compris la valeur de la forme visuelle, de l’illustration, dans les livres d’anatomie. Une valeur avant tout didactique, qui va de pair avec une approche différente de l’étude de la médecine et de l’anatomie : il ne s’agit plus seulement de la relecture des anciens, mais d’une connaissance directe qui passe par la pratique des dissections et qui doit être “traduite”, pour les étudiants d’abord, mais aussi pour les artistes, comme Berengar lui-même a eu l’occasion de l’affirmer.

Entre 1522 et 1523, Jacopo Barigazzi publia l’Isagoge, deux éditions d’un court syllogue des Commentaria, qui connurent immédiatement un grand succès et furent reproduites, alors que Berengar était encore en vie et bien au-delà du XVIIIe siècle, dans des dizaines de tirages ultérieurs. Parvenu au sommet de sa gloire, Berengar est sollicité par les cours les plus importantes de l’époque, au point de devenir le chirurgien de trois papes et de soigner, à l’invitation du pape Clément VII, Giovanni dalle Bande Nere blessé à la jambe lors d’une bataille ou Lorenzo de’ Medici atteint à la tête par une balle d’arquebuse. Parmi ses recettes les plus connues figure un onguent réputé prodigieux qui, après l’ajout de mercure, est devenu un anti-syphilitique efficace, mais avec des effets secondaires énormes et mortels.

Le parcours de l’exposition, divisé en trois sections, commence par une analyse du contexte culturel et académique qui, entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle, caractérise les pôles bolonais et vénitien, en particulier Padoue. La redécouverte des textes classiques anciens caractérise cette période et les médecins qui s’alternent dans les chaires reproposent et commentent, parfois en les traduisant directement, des textes fondamentaux pour l’étude de l’art de la médecine, jusqu’alors inconnus du plus grand nombre. C’est dans ce contexte que s’inscrit Berengar, qui commença à proposer des corrections à certaines erreurs anatomiques relevées dans les descriptions de Galien grâce aux autopsies et aux dissections qu’il effectuait sur des corps humains. Cette première section présente des volumes imprimés tels que le Fasciculus medicinae du médecin allemand Johannes de Khetam, le De humanis corporis fabrica de l’anatomiste flamand Andrea Vesalio et le Canon medicinae Avicennae, ainsi que des dessins, des gravures sur bois et des instruments chirurgicaux de l’époque.

Introduite par le portrait de Jacopo, réalisé par un peintre émilien anonyme, l’exposition se poursuit avec la partie, véritable pivot de l’exposition, dans laquelle, à travers des documents, des volumes et des œuvres d’art, la figure de Berengario da Carpi est reconstruite dans toute sa complexité, révélant un personnage qui représente bien l’homme de la Renaissance italienne. Ses liens avec la cour de la famille Pio à Carpi l’ont amené à fréquenter et à interagir avec des personnages érudits et éclairés comme Aldo Manuzio, précepteur d’Alberto III Pio. L’étude des textes grecs et classiques anciens (les volumes de la bibliothèque de Giorgio Valla qu’il avait achetés, dont de nombreux manuscrits médicaux de Galien et d’Hippocrate, s’étaient retrouvés dans la bibliothèque des Pio) va de pair avec l’intérêt scientifique de Berengar, qui a grandi dans une famille de médecins où l’on se transmettait les secrets des pommades et des emplâtres efficaces, ainsi qu’avec son intérêt pour l’art et l’histoire ancienne, grâce à son intérêt pour l’art et l’histoire ancienne, grâce à son intérêt pour l’art et l’histoire ancienne, grâce à son intérêt pour l’art et l’histoire ancienne, grâce à son intérêt pour l’art et l’histoire ancienne.l’art et l’histoire ancienne, grâce auquel il a pu saisir la beauté et la valeur du fragment de marbre du buste de Néron de l’époque romaine retrouvé sous terre à Bologne, présenté à nouveau dans l’exposition avec une installation holographique, réalisée par le Musée archéologique civique de Bologne et le Département d’ingénierie de l’Université de Bologne, qui rejoue le buste de Néron de l’époque romaine dans une installation holographique.de l’Université de Bologne, qui reproduit la manière dont Berengar avait l’habitude de l’exposer dans sa maison, ou le Saint Jean dans le désert peint par Raphaël, qui lui a appartenu en tant que copie, et exposé dans la version xylographique, gravée par Ugo da Carpi. Dans cette section, on peut également admirer de précieux manuscrits sur des sujets médicaux du XVe siècle, provenant de la bibliothèque d’Alberto Pio, les volumes imprimés de Berengario et de rares rapports médicaux signés par le médecin de Carpi lui-même.

L’exposition se termine idéalement par une série de dessins, de graphiques et de peintures ayant pour sujet principal des squelettes, des corps et des têtes humaines, réalisés par des auteurs tels que Léonard de Vinci, Antonio Pollaiolo, Domenico Campagnola, Giovanni Jacopo Caraglio, et bien d’autres encore. Les illustrations des volumes de Berengario trahissent une main d’artiste ; on y reconnaît des modèles iconographiques qui se réfèrent, dans certains cas, à la sculpture antique, mais plus souvent à des iconographies dans lesquelles l’antiquité est reprise et adaptée au goût que les artistes de l’Émilie et de la Lombardie, mais aussi de l’Italie centrale, imposaient à l’époque. C’est le cas des squelettes en pied, qui rappellent les types représentés dans les danses macabres de la seconde moitié du XVe siècle, où l’on rencontre également le squelette “écorché”, gravé par exemple par Marco Dente au tout début du XVIe siècle dans des formes et des positions similaires à la figure des Commentaria et présente dans l’exposition.

Horaires : mardi et mercredi de 10 h à 13 h, jeudi à dimanche et jours fériés de 10 h à 13 h et de 15 h à 19 h. Fermé le lundi. Billets : plein tarif 8 euros, tarif réduit 5 euros. Catalogue APM Edizioni. L’exposition est conçue et réalisée par la Commune de Carpi - Musei di Palazzo dei Pio, sous le patronage de l’Alma Mater Studiorum-Université de Bologne, de l’Institut orthopédique Rizzoli de Bologne, en collaboration avec l’Université de Padoue, du MUSME (Musée de la Médecine) de Padoue, du Musée archéologique civique de Bologne, avec la contribution de la Fondazione Cassa di Risparmio di Carpi et de l’IGEA Carpi.

Image : Peintre de l’école émilienne, Portrait de Berengario da Carpi (XVIIe siècle ; huile sur toile, 74 x 54 cm ; Carpi, Musei di Palazzo dei Pio)

Une exposition à Carpi sur Berengario da Carpi, médecin de la Renaissance
Une exposition à Carpi sur Berengario da Carpi, médecin de la Renaissance


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.