Une exposition impossible sur Raphaël dans les Marches : 45 de ses tableaux reproduits à l'échelle 1:1


Du 22 novembre 2019 au 6 janvier 2020, l'aéroport de Falconara Marittima (Ancône) accueille l'exposition " Raffaello. L'exposition impossible".

La Région des Marches, en collaboration avec l’ENIT - Agenzia Nazionale Turismo (Agence nationale du tourisme ) et Aerdorica Aeroporto delle Marche et avec le soutien du ministère des Biens et Activités culturels et du Tourisme, présente à l’aéroport de Falconara Marittima, du 22 novembre 2019 au 6 janvier 2020, Raphaël. L’exposition impossible, donnant ainsi le coup d’envoi des célébrations du 500e anniversaire de la mort du maître d’Urbino prévues pour 2020.

La région des Marches, à partir d’Urbino, ville natale de Raphaël Sanzio et site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, veut amener les visiteurs à découvrir le territoire à travers la vie et l’œuvre du grand artiste de la Renaissance. Pour ce faire, elle organise une “exposition impossible” dans l’aéroport des Marches qui porte son nom. L’exposition Raphaël, une exposition impossible, conçue et réalisée par Renato Parascandolo et sous la direction scientifique de Ferdinando Bologna, récemment décédé, présente 45 tableaux de Raphaël (dont la fresque de L’École d’Athènes) reproduits à l’échelle 1:1 et rassemblés, permettant ainsi d’admirer des œuvres provenant de 17 pays différents dans une seule exposition, un exploit que Raphaël lui-même n’a pas réussi à réaliser.

Raphaël, mort à seulement 37 ans, a eu une carrière fulgurante que l’exposition retrace en mettant côte à côte des reproductions d’œuvres conservées dans les plus grands musées du monde (des Offices de Florence aux Musées du Vatican, de la Pinacothèque de Brera à Milan à la Galerie Borghèse à Rome, en passant par le Louvre à Paris, le Prado à Madrid et la Gemäldegalerie à Berlin, et enfin l’Ermitage à Saint-Pétersbourg et la Galerie nationale à Rome).L’exposition a pour but de présenter les œuvres de Raphaël et de ses amis (l’Ermitage de Saint-Pétersbourg et la National Gallery de Washington, pour n’en citer que quelques-unes) qui conservent des chefs-d’œuvre absolus tels que la Madone Conestabile, la Madone de Terranuova, le Mariage de la Vierge, la Madone du Chardonneret, la Déposition, le Portrait de Baldassare Castiglione et bien d’autres, jusqu’aux Stanze du Vatican pour lesquelles Raphaël est arrivé à Rome engagé par le pape Jules II, ce qui a marqué sa consécration en tant qu’interprète de la “manière moderne”.

L’objectif de l’exposition et de la région des Marches est de s’adresser principalement aux jeunes et à ceux qui ne fréquentent pas habituellement les musées et les expositions d’art, en permettant à un large public d’approcher les plus grands auteurs de l’histoire de l’art (en l’occurrence Raphaël) à travers des reproductions de leurs œuvres de la plus haute qualité et de la plus grande valeur. Empruntant les exemples de démocratie culturelle inspirés par André Malraux, Paul Valéry et Walter Benjamin, cette opération n’a pas pour but de dévaloriser la “sacralité” du chef-d’œuvre original mais, au contraire, d’en faire un objet d’art.“du chef-d’œuvre original mais, au contraire, la diffusion des reproductions se veut un moyen (”philologiquement impeccable“, assurent les organisateurs) d’inviter les touristes italiens et étrangers qui viennent dans la région des Marches à découvrir les chefs-d’œuvre conservés sur le territoire et plus généralement dans notre pays, comme l’affirme Salvatore Settis : ”J’aime les copies. Je les aime parce qu’elles diffusent la connaissance des œuvres d’art".

Ferdinando Bologna, qui a dirigé la sélection et le catalogue des œuvres de Raphaël dans l’exposition, a déclaré : “Les expositions impossibles permettent d’approfondir la connaissance des œuvres et de juxtaposer, par comparaison, des œuvres qui sont normalement très éloignées les unes des autres. Surtout, cette nouvelle génération de reproductions d’œuvres d’art, à très haute définition et grandeur nature, permet une approche des originaux que les originaux eux-mêmes, dans les conditions où ils se trouvent normalement, tant dans les musées que dans leurs propres lieux de présentation, ne permettent pas”. En effet, les reproductions sont imprimées sur un tissu transparent et rétro-éclairées, et cette solution, en plus de donner aux tableaux une suggestion particulière, permet de saisir des détails et des nuances difficiles à apprécier dans les tableaux originaux à l’œil nu ou dans les reproductions imprimées.

La Région des Marches a également décidé, à l’occasion de l’année 2020 dédiée à Raphaël, de porter l’exposition Raffaello La mostra impossibile au-delà des frontières nationales. Après l’aéroport de Falconara, en effet, l’exposition arrivera au Carrousel du Louvre à Paris à partir de février 2020, mais pas seulement, au cours de l’année prochaine, elle touchera d’autres villes européennes jusqu’à atteindre la Russie.

“Nous n’inaugurons pas seulement une exposition, mais un nouveau type de musée et une nouvelle façon de faire de la culture. Nous ouvrons dans la région des Marches une frontière numérique au service de la culture, une technologie de pointe en faveur de l’art, l’essence du concept de démocratie culturelle comme la possibilité pour chacun de jouir de la beauté, d’être en mesure d’éprouver ces émotions que seuls les chefs-d’œuvre en dimensions naturelles sont en mesure de transmettre et qui sont autrement difficiles à atteindre”, a déclaré Luca Ceriscioli, président de la région des Marches. “Et quel meilleur point de départ pour une telle opération culturelle que le génie de Raphaël, l’Urbino dont nous nous apprêtons à célébrer le 500e anniversaire de la mort ? Le choix de l’aéroport ”Raffaello Sanzio“ des Marches s’inscrit tout naturellement dans ces objectifs : il s’agit en somme d’un voyage dans l’univers de Raphaël, d’une manière originale d’approfondir notre connaissance de l’artiste dans un lieu de passage qui sera valorisé par cette exposition, mais qui deviendra à son tour... un vecteur de la beauté des Marches et une rampe de lancement de notre image dans le monde. L’icône immortelle et universelle de Raphaël, sublimée dans ces reproductions, devient ainsi un ambassadeur de la beauté des Marches dans le monde. Une exposition ” impossible “ mais qui permet d’approcher l’Art le plus pur. Et elle fera le tour de l’Europe en 2020, représentant un outil extraordinairement efficace pour faire connaître les nombreux aspects de l’offre touristique de la région. Je suis sûr que même devant ces magnifiques reproductions de haute définition, le syndrome de Stendhal pourrait prendre le dessus...”.

Moreno Pieroni, conseiller régional pour le tourisme et la culture, poursuit : “Nous pouvons dire que cette forme innovante d’exposition, un recueil des chefs-d’œuvre de l’un des plus illustres fils de cette terre, à travers des images d’une qualité extraordinaire, résume bien deux caractéristiques des Marches : premièrement, elle résume en un coup d’œil la raison pour laquelle Lonely Planet nous a reconnus comme Top Destination 2020, à savoir la fascination de découvrir des merveilles dans un endroit où l’on ne s’attendrait pas à les trouver, comme un aéroport ;d’autre part, le fait que nous ayons voulu organiser cette exposition dans un lieu aussi insolite, pourtant symbole de voyage et de vacances, exprime au mieux la combinaison réussie du Tourisme et de la Culture sur laquelle nous nous sommes fortement concentrés au cours de cette législature. Et les différentes reconnaissances, les résultats obtenus, les engagements également récompensés par le nombre de touristes qui ont visité notre région, le fait que nous ayons surmonté les moments difficiles grâce au travail d’équipe, nous ont donné raison. Une fois de plus, donc, nous marquons une sorte de record, une innovation dans l’innovation : avoir connecté la Culture à un lieu sans but pour capter le plus grand nombre de visiteurs. Je suis donc certain que cette exposition deviendra la meilleure carte de visite de la beauté de la région des Marches pour ceux qui la visiteront pendant la période de Noël”.

“Il est fondamental de passer par l’histoire, l’expérience et les œuvres de personnalités comme Raphaël, et de faire connaître son œuvre le plus possible afin de contribuer à la diffusion de l’identité de l’Italie et d’amplifier son attrait touristique. Le tourisme culturel passe en effet par les génies de l’art et continue d’être un produit touristique au potentiel croissant et inépuisable qui favorise la valorisation de l’Italie en tant que destination touristique durable”, déclare Giovanni Bastianelli, directeur exécutif de l’Enit. "Les flux touristiques organisés augmentent et l’Italie culturelle est une marque qui se positionne de plus en plus en tête des choix des visiteurs étrangers qui ont soif de connaître l’art italien.

La région des Marches, avec l’exposition Raphael The Impossible, se prépare à ouvrir la nouvelle année sous le signe de l’art, mais pas seulement. 2020 sera aussi l’année du Jubilé lauretain à l’occasion du centenaire de la proclamation de la Vierge lauretaine comme patronne universelle des aéronautes, qui a eu lieu le 24 mars 1920. Le Jubilé débutera le 8 décembre 2019, avec l’ouverture de la Porte Sainte du Sanctuaire de Lorette présidée par le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État de la Cité du Vatican, et s’achèvera le 10 décembre 2020.

En outre, le projet Marche Outdoor se poursuit, inauguré en 2019 et qui aura comme témoignage exceptionnel le champion du monde de cyclisme Vincenzo Nibali. La philosophie du projet est de promouvoir une économie durable du territoire, en proposant le vélo comme un moyen et non comme une “fin” et en faisant vivre au cycliste toutes les émotions que la région peut offrir, à travers 24 itinéraires cyclables qui couvrent toute la région des Marches.

Source : communiqué de presse

Une exposition impossible sur Raphaël dans les Marches : 45 de ses tableaux reproduits à l'échelle 1:1
Une exposition impossible sur Raphaël dans les Marches : 45 de ses tableaux reproduits à l'échelle 1:1


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.