Une exposition sur les premières productions de Giovanni Boldini à Pistoia


À Pistoia, une exposition explore les premières productions de Giovanni Boldini, en se concentrant sur le cycle de la Villa La Falconiera.

Une exposition monographique intimement liée au territoire est celle que la ville de Pistoia consacre à Giovanni Boldini (Ferrare, 1842 - Paris, 1931) du 9 septembre 2017 au 6 janvier 2018 aux Musées de l’Ancien Palais des Évêques: l’exposition s’intitule GIOVANNI BOLDINI. La Stagione della Falconiera, est organisée par Francesca Dini avec la collaboration d’Andrea Baldinotti et Vincenzo Farinella, et se concentre sur les premières productions de Boldini, en particulier sur le cycle de peintures murales à la détrempe que le peintre ferrarais a réalisé pendant sa période toscane (en 1868 pour être précis) pour la salle à manger de la Villa La Falconiera, propriété de de sa mécène, Isabelle Robinson Falconer, une Anglaise vivant à Pistoia (avec laquelle le peintre eut des relations plutôt orageuses). Ces œuvres représentent des paysages locaux : campagnes traversées par des bœufs, marines, travaux des champs. Ce sont des tableaux précieux car ils représentent un témoignage unique dans la carrière artistique de Boldini qui, peu de temps après, en 1871, s’installera à Paris et deviendra le peintre que nous connaissons tous aujourd’hui.

Les tableaux de la Falconiera ont été longtemps oubliés : leur redécouverte est due à l’épouse de Giovanni Boldini, Emilia Cardona Boldini, qui, après la mort de son mari en 1931, a voulu partir à la recherche de ces tableaux que l’artiste avait peints alors qu’il n’avait que vingt-six ans et dont le souvenir s’était perdu, au point que l’on ne savait même pas avec certitude dans quelle ville ils se trouvaient. L’histoire raconte qu’Emilia est arrivée à Pistoia en recueillant divers témoignages : une fois qu’elle a trouvé la villa, qui entre-temps avait changé de mains et avait été transformée, elle s’est aperçue que la salle à manger décorée par Boldini était devenue un hangar agricole. En 1938, sa veuve achète l’immeuble et quitte Paris pour s’installer à Pistoia et, à sa mort, fait don de la villa à la ville de Pistoia. Pour des raisons de conservation, les tableaux ont été retirés en 1974 et transportés au Museo dell’Antico Palazzo dei Vescovi, où le public peut encore les admirer aujourd’hui. Ils constitueront le point central de l’exposition, notamment parce que de nouvelles découvertes documentaires ont permis de clarifier le rôle d’Isabella Robinson Falconer et les choix iconographiques du cycle.

L’exposition se propose d’approfondir les premières productions de l’artiste jusqu’à son installation à Paris, alors qu’il se déplaçait entre Pistoia, Florence et Castiglioncello. Seize œuvres peintes entre 1964 et 1971 seront donc présentées : ce sont les œuvres de la période Macchiaioli de l’artiste, dont témoignent également les portraits de certains protagonistes de cette saison, comme Telemaco Signorini (le portrait date de 1870) et Cristiano Banti (de 1866, comme celui de Signorini conservé à Florence, au palais Pitti). Parmi les œuvres exposées figurent le Portrait d’Alaide Banti en robe blanche (1866), le Général espagnol (1867-1868), considéré comme un chef-d’œuvre des premiers portraits de Boldini, la Marina de 1870 et le Jeune page jouant avec un lévrier (1869).

L’exposition a été fortement soutenue par la Cassa di Risparmio di Pistoia e della Lucchesia. Son président, Alessio Colomeiciuc, déclare : “L’exposition sur Boldini atteint deux objectifs essentiels : non seulement elle enrichit l’éventail des initiatives visant à valoriser le patrimoine artistique de Pistoia en proposant le nom d’un peintre au succès certain, mais elle garantit également la meilleure célébration d’un épisode unique dans l’histoire de l’art italien du XIXe siècle, représenté par les évocatrices peintures murales de Tempere exécutées par Boldini à l’intérieur de la Villa Falconiera. Je me réjouis que notre banque ait pu, même en cette occasion, combiner ses activités de crédit avec la promotion culturelle du territoire, en rendant possible un projet de grande qualité et de grande beauté comme cette exposition sans précédent”.

L’exposition est ouverte tous les jours, les lundis et mercredis étant les jours de fermeture. Horaires : mardi, jeudi et vendredi de 10 h à 16 h, samedi et dimanche de 10 h à 19 h 30. Billets : 7 € (musée complet + exposition), 5 € (exposition complète), 5 € en tarif réduit (musée réduit + exposition), 3 € en tarif réduit (exposition seule), 1 € pour les écoles. Visites de groupes autorisées pour un maximum de 20 personnes, réservation conseillée. Catalogue publié par Sillabe. Arrangements de Luigi Cupellini, activités éducatives de l’Opera Laboratori Fiorentini - Civita. Informations et réservations : 0573 369275 (appeler les jours d’ouverture), courriel anticopalazzodeivescovi [at] operalaboratori.com.

Image : Giovanni Boldini, Marina (1870 ; huile sur panneau ; avec l’aimable autorisation de la Galleria Bottegantica - Milan)

Une exposition sur les premières productions de Giovanni Boldini à Pistoia
Une exposition sur les premières productions de Giovanni Boldini à Pistoia


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.